/me

Internet Relay Chat

Page d'aide sur les redirections « IRC » redirige ici. Pour les autres significations, voir IRC (homonymie).
Pile de protocoles
7 • Application
6 • Présentation
5 • Session
4 • Transport
3 • Réseau
2 • Liaison
1 • Physique
Modèle Internet
Modèle OSI

IRC, abréviation de Internet Relay Chat (en français, « discussion relayée par Internet »), est un protocole de communication textuelle sur Internet. Il sert à la communication instantanée principalement sous la forme de discussions en groupe par l’intermédiaire des canaux de discussion, mais peut aussi être utilisé pour de la communication de un à un. Il peut par ailleurs être utilisé pour faire du transfert de fichier. IRC est différent de la messagerie instantanée, celle-ci étant plus dédiée aux communications de un à un.

Conçu fin août 1988, l’IRC a été décrit initialement dans la RFC 1459 par Jarkko Oikarinen (surnommé « WiZ ») et Darren Reed, puis révisé dans les RFC 2810 à 2813. L’IRC fut créé pour remplacer un programme appelé MUT (MultiUser talk) sur un BBS finlandais (OuluBox). Oikarinen s’est inspiré du Bitnet Relay Chat du réseau Bitnet.

En mars 2009, les cent plus grands réseaux IRC peuvent fournir du service à plus de 500 000 utilisateurs simultanément, avec plusieurs centaines de milliers de canaux (la plupart étant toutefois inactifs), par l’intermédiaire d’environ 1 500 serveurs dans le monde.[réf. nécessaire]

Aspects techniques

Le protocole de communication décrit un réseau informatique formé de plusieurs serveurs connectés sans boucle dans lequel les clients communiquent généralement par le biais du serveur (qui relayera éventuellement le message au reste du réseau). Il est également possible de connecter deux clients directement pour une conversation privée ou un transfert de fichier, c’est le DCC. Ce protocole étant public, des clients existent pour de nombreux systèmes d’exploitation, de même que les serveurs IRC, aussi désignés par le terme IRCD qui signifie Internet Relay Chat Daemon.

IRC est un protocole utilisant TCP et de façon optionnelle TLS. Un serveur IRC peut se connecter à d’autres serveurs IRC. Un réseau IRC est un ensemble de serveurs IRC connectés l’un à l’autre relayant si nécessaires les messages, formant ainsi une architecture répartie. L’utilisateur utilise un logiciel client IRC afin de se connecter à un des serveurs du réseau, le choix du serveur étant indifférent. Le protocole étant ouvert et décrit par un RFC, le nombre de logiciels clients existant est important pour tous les systèmes d’exploitation et leur interopérabilité garantie par la RFC.

IRC était à sa création un protocole texte, étendu plus tard à de l’échange de contenu binaire[1], pour lequel IANA[2] a attribué le port TCP/194[3]. Cependant, l’utilisation a été étendue aux port 6665-6669[3] cela afin de pouvoir être utilisé, en tant que port supérieur à 1024 par des utilisateurs n’ayant pas les privilèges super-utilisateurs (root) et par conséquent avoir des process IRCd lancés plus facilement.

Le protocole n’a défini que des caractères de taille définie sur 8 bits, limitant les différents encodages possibles ainsi que le nombre de caractères[4]. Ceci pose toujours des problèmes en fonction des clients utilisés et de leur langue par défaut, en raison de l’incompatibilité parfois générée entre clients.

La plupart des serveurs IRC ne nécessitent pas l’enregistrement par l’intermédiaire d’un compte, mais l’utilisation d’un nickname (surnom) est nécessaire.

En plus de la discussion en groupe, une fonctionnalité disponible pour IRC est le transfert de fichier par l’intermédiaire de la fonction DCC[5]

Un serveur IRC est normalement géré par un ou plusieurs IrcOps, contraction d’origine anglophone de IRC Operator ou opérateur d’IRC.

Le succès d’IRC a été quelque peu diminué par l’arrivée des messageries instantanées propriétaires. En 2009, ces réseaux restent néanmoins très utilisés par ceux qui veulent discuter sans passer par un programme client propriétaire non interopérable entre les différents fournisseurs de services ou n’offrant pas l’interactivité sous forme de canaux, permettant ainsi de dialoguer avec de multiples participants. Toutefois, la plupart des logiciels de messageries instantanées ont maintenant implémenté le protocole IRC (Trillian,pidgin par exemple).

Les canaux

L’élément de base pour communiquer sur un réseau est le canal (channel dans la spécification). Un canal est défini par une liste d’utilisateurs connectés sur celui-ci. Pour entrer dans un canal ou pour créer un canal s’il n’existe pas, l’utilisateur utilise la commande join. Les canaux peuvent être vus de tout le réseau, leur nom est alors préfixé par le caractère « # » ; ils peuvent aussi être des canaux locaux, portés par un serveur uniquement, leur nom est dans ce cas préfixé par le caractère « & ».

Les modes

Les modes sont des options positionnées sur des canaux ou des utilisateurs, et qui affectent leur mode de fonctionnement, leurs privilèges et leurs interactions avec les autres entités de l’IRC.

Article détaillé : Modes IRC.

Les commandes et les réponses

Une commande IRC est toujours définie par le caractère « / » placée en début de ligne. Cette commande peut être une commande strictement définie par la RFC ou une commande liée au client, ou encore au serveur. Si une ligne ne débute pas par « / », elle est envoyée comme message au canal actif.

/me

/me (d’après le pronom personnel anglais « me » signifiant littéralement « moi ») est une commande IRC dont la fonction est d’afficher chez tous les utilisateurs d’un canal, en dehors des lignes de message habituelles et éventuellement avec un formatage différent, le pseudonyme de celui qui l’a saisie suivi de la chaîne de caractères qu’il a renseignée comme paramètre. En particulier, ceci permet aux utilisateurs d’indiquer qu’ils sont en train d’accomplir une action (réelle ou fictive), mais en la formulant à la troisième personne.

Par exemple, si un utilisateur dont le pseudonyme est « Jean » saisit la commande /me fait ceci, le message affiché sera alors « Jean fait ceci ». La façon dont il est affiché varie d’un client à l’autre ; un astérisque (*) est souvent placé en tête de ligne.

Cette commande est implémentée par la commande ACTION de CTCP.

Elle est aussi utilisée en dehors d’IRC, par exemple sur les forums de discussion, mais uniquement par humour de connivence, puisqu’elle n’est pas implémentée sur de tels supports, et que « /me » n’y est donc pas remplacé par le pseudonyme de l’auteur comme ce serait le cas dans un client IRC.

À noter également, la commande /me a été reprise et est utilisable sur les protocoles MSN, avec l’extension Messenger Plus!, et Skype.

/join

join est la commande permettant de joindre un canal de discussion. Elle utilise en paramètre le nom du canal (/join #nom_du_canal). L’utilisateur sera alors vu par les autres utilisateurs, pourra lire les messages et en envoyer.

/names

names permet de lister les utilisateurs connectés au canal.

/list

list permet de lister les canaux de discussions du réseau IRC.

/dcc

dcc permet d’envoyer un contenu binaire sur le réseau.

/mode

mode permet de modifier les modes des utilisateurs et des canaux.

/help

help permet d’obtenir les commandes autorisées par la RFC et par le réseau. Par exemple, /help cmd permet d’obtenir l’aide de la commande cmd.

/wallops

wallops msg permet d’envoyer les messages msg à tous les utilisateurs en mode +w.

/invite

Permet d’inviter un utilisateur sur un canal.

/topic

La commande topic permet de fixer le sujet d’un canal.

Les réseaux

Il existe différents réseaux. Ils sont le plus souvent libres d’utilisation et gratuits.

Les réseaux IRC les plus importants sont les suivants :

  • QuakeNet est le plus grand réseau avec 200 000 clients, particulièrement lié à l’univers du jeu.
  • IRCnet est un réseau généraliste.
  • Freenode est un réseau principalement dédié au logiciel libre, financé par la communauté open-source[6].
  • DALnet
  • Undernet
  • EFnet

D’autres réseaux existent et sont souvent spécialisés dans certains domaines. Ils peuvent être trouvés sur DMOZ[7]. La statistique en termes d’utilisateurs et de canaux peut être consultée ici[8], mais elle est donnée à titre indicatif et n’inclut pas le projet freenode qui revendique environ 56 000 utilisateurs[6].

Note

L’anglicisme chat est souvent utilisé pour décrire les discussions se déroulant sur l’IRC. En français, certains utilisent « bavardage », tchatche, tchat ou « clavardage » (principalement au Québec). Encore au Québec, au début du phénomène de conversation instantanée, la graphie « ch@t » était parfois utilisé dans les médias.

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

Liens externes

Wikibooks-logo-fr.png

Wikibooks propose un ouvrage abordant ce sujet : l'IRC.

  • Portail de l’informatique Portail de l’informatique
Ce document provient de « Internet Relay Chat#.2Fme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article /me de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • me — me …   English to the Old English

  • me — me·men·to; me·mo·ri·al·ist; me·mo·ri·al·iza·tion; me·mo·ri·al·ize; me·mo·ri·al·ly; me·mo·ria; me·nac·can·ite; me·na·do·nese; me·nag·er·ie; me·nag·er·ist; me·nai·on; me·naph·thone; me·nat; me·nav·e·lings; me·ne·hu·ne; me·nel; me·ne·vian;… …   English syllables

  • me — (me) pron.    Pronom personnel des deux genres qui signifie la même chose que moi, et s emploie seulement comme régime du verbe. 1°   Me, régime direct ; il se place avant le verbe. Me voici, me voilà. •   D ailleurs l affront me touche, CORN.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • me — mé pron.pers. di prima pers.sing., s.m.inv. I. pron.pers. di prima pers.sing. I 1. FO forma tonica del pron. di prima pers. che sostituisce io con funzione di compl.indir. dopo una prep.: parlano di me, somiglia tutto a me, da me non avrai nulla …   Dizionario italiano

  • .me — Введение 2008 Тип домена национальный домен верхнего уровня …   Википедия

  • Me — (m[=e]), pers. pron. [AS. m[=e], dat. & acc., mec, acc. only; akin to D. mij, G. mich, Icel. & Goth. mik, L. me, Gr. me , eme , Skr. m[=a], m[=a]m. [root]187. Cf. 2d {Mine}.] The person speaking, regarded as an object; myself; a pronoun of the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Me — ME, Me o me puede referirse a: Grupo metilo; Maine (abreviatura ME), un estado de los Estados Unidos; め o メ, caracteres japoneses hiragana y katakana que representan la sílaba me; me, masa del electrón; .me, dominio de Internet de nivel superior… …   Wikipedia Español

  • me — W1S1 [mi strong mi:] pron [object form of I ] [: Old English;] 1.) used by the person speaking or writing to refer to himself or herself ▪ Stop, you re hurting me. ▪ He bought me a drink. ▪ Give that book to me. ▪ She s two years older than me. ▪ …   Dictionary of contemporary English

  • me — (de primera persona; singular; masculino y femenino) pronombre personal 1. Pronombre personal complemento que se refiere a la persona que habla o escribe: Los vecinos me despiertan todos los días. Me dio una bofetada. Observaciones: Funciona como …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • me — (pron.) O.E. me (dative), me, mec (accusative); oblique cases of I, from P.Gmc. *meke (acc.), *mes (dat.), Cf. O.Fris. mi/mir, O.S. mi, M.Du. mi, Du. mij, O.H.G. mih/mir, Ger. mich/ …   Etymology dictionary

  • me — mẽ interj. be (avies, ožkos bliovimui žymėti): Išbėgo ant kelio balta avelė ir ėmė bliauti me me me! SI255. Oželis mažas drebėdamas me me bliauja Žem. ◊ nei (ne) bẽ, nei (ne) mẽ nė kiek, visai nieko: Veiza, akes išsprogenusi, ne be, ne mẽ… …   Dictionary of the Lithuanian Language

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”