Aas

42°59′N 0°24′W / 42.983, -0.4

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AAS.

Aas est une ancienne commune française du département des Pyrénées-Atlantiques. En 1861, la commune est absorbée par les Eaux-Bonnes. C'est aujourd'hui un village d'une centaine d'habitants.

Vue du village d'Aas depuis la route de Bagès.
Porche de l'église Saint-Laurent.

Sommaire

Géographie

Accroché sur les flancs de la Montagne Verte, le village d'Aas fait face au massif du Gourzy et au pic de Ger, surplombant la commune de Laruns et le village d'Eaux-Bonnes.

Toponymie

Le toponyme Aas apparaît sous les formes Aas et As (1328[1] pour les deux formes, traité d'Ossau - Val de Tena), Haas (1343[2], hommages de Béarn[3]), Ahas-en-Ossau (1384[2], notaires de Navarrenx[4]), Saint-Laurent-d'Aas (1654[2], insinuations du diocèse d'Oloron[5]), Aas (XVIIIe siècle[1], carte de Cassini) et Aast (1801[6], Bulletin des Lois).

Il a une racine basco-aquitaine aitz, pointe rocheuse[1].

Histoire

Entrée du village d'Aas vers 1910

En 1090, Aas comptait 15 feux. En 1385[2], 13 familles sont toujours répertoriées. Il faudra attendre l'essor des Eaux-Bonnes à la fin du XIXe siècle pour que le village atteigne une quarantaine de maisons et une dizaine de granges.
Ses habitants étaient autrefois réputés pour leur rudesse; on les surnommait en patois les « queyos », car on disait d'eux qu'ils avaient l'habitude d'accueillir les étrangers à coup de cailloux (ou « queyos » en occitan).

Démographie

Évolution démographique

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
206 152 206 259 257 269      

Source : projet Cassini de l'EHESS[6].

Le pastoralisme

En juin, pour la devette, les vaches montaient les premières, suivies trois jours plus tard des brebis capables de raser l’herbe déjà broutée.
Le village d'Aas est situé sur un promontoire de la montagne verte

En haute vallée d’Ossau, le terrain accidenté, l’altitude et les conditions climatiques ne permettent pas une culture de primeurs, de céréales, ou de légumes telle que l’on puisse la commercialiser.

Par contre les pâturages de la basse et de la haute montagne favorisent l’élevage de vaches et surtout de brebis et de chèvres capables de se contenter de l’herbe rase des hauteurs.

La devette

Montagnards de la vallée d'Ossau, L'Illustration, juillet 1855

La devette, c’est-à-dire le transit des bêtes de la basse à la haute montagne (plaine de Gourette et du Plateau de Ley) durant le mois de juin, leur retour de fin août à octobre et leur départ pour la plaine pour l’hiver, répondait de longue date à une nécessité économique. Malgré l’importance réduite du cheptel, les prairies entourant le village ne pouvaient assurer à la fois l’alimentation des bêtes durant l’été et engranger le fourrage nécessaire au passage de l’hiver.

Le déplacement des troupeaux était de ce fait à la fois nécessaire et sévèrement organisé. Les dates étaient décidées par le conseil municipal afin d’éviter une montée trop précoce qui aurait détérioré les prairies d’altitude avant la repousse complète des herbages.

De juin à octobre, les bergers vivaient dans les cabanes de pierres sèches du plateau et consacraient leur temps à l’entretien du troupeau et à la production du fromage. Un troupeau moyen produisait 3 fromages par jour en juin et un par jour à partir de juillet.

Les bergers étaient ravitaillés par les gens du village qui s’occupaient de leur côté des moissons.

La devette a été abandonnée dans les années 1980 sur le territoire de la commune des Eaux-Bonnes.

La transhumance

À la Toussaint les troupeaux étaient conduits sur les pâturages de plaine pour y passer l’hiver, c’était la transhumance. Si la majorité des troupeaux s’arrêtaient au nord de Pau, sur la plaine du Pont-Long appartenant à la commune, certains continuaient jusqu’en Gironde, afin de nettoyer et de fertiliser le vignoble bordelais après les vendanges. Cela représentait une semaine de marche.

Au mois de juin suivant, les troupeaux remontaient vers le village pour une nouvelle devette[7].

Les siffleurs

Plaque commémorative posée sur l'église d'Aas par Marcel Gilbert, René Guy Busnel et René Arripe - 1992

Particularité du village, les habitants avaient l'habitude de communiquer en sifflant d'un flanc de vallée à un autre. En effet, la vallée forme un véritable guide d'onde permettant d'utiliser ce mode de communication entre les pâturages et le village.

Il s'agit d'un langage (le langage sifflé) assez complexe qui s'est transmis de génération en génération. L'apparition de nouvelles techniques de communication fit disparaître ce langage devenu obsolète.

Bibliographie

  • René Arripe, Les siffleurs d'Aas, 1984, Imprimerie de la Monnaie, Pau.
  • Les bergers siffleurs d’Aas : "Pyrénées Magazine", no 84, novembre-décembre 2002.
  • René Arripe, Gourette d’hier et d’aujourd’hui – 1994

Notes

  1. a, b et c Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes, Béarn, Edicions reclams & Édition Cairn - 2006 (ISBN 2 35068 005 3) , page 137
  2. a, b, c et d Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque - Paul Raymond
  3. Manuscrit de 1343 - Archives des Pyrénées-Atlantiques
  4. Notaires de Navarrenx - Archives des Pyrénées-Atlantiques
  5. Manuscrits du XVIIe siècle - Archives des Pyrénées-Atlantiques
  6. a et b Fiche d'Aas sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  7. Source : Les informations sur le pastoralisme à Aas sont tirées de l’étude très documentée de René Arripe (dont la famille était originaire d'Aas) : Gourette d’hier et d’aujourd’hui – 1994 – pp11 à 20.

Pour approfondir

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • AAS — is a three letter acronym that may refer to:In science and mathematics: * Angle Angle Side, a method for showing congruency between triangles. * ASCII Adjust after Subtraction, an Intel 80x86 processor instruction; see Intel BCD opcodes * Atomic… …   Wikipedia

  • Aas — Sn std. (8. Jh., Form 12. Jh.), mhd. ās, mndd. ās, mndl. aes Stammwort. Aus wg. * ǣsa n. Aas (als Fraß, vor allem der Greifvögel), Köder , auch in ae. ǣs. In der heutigen Bedeutung geht das Wort zurück auf eine Zugehörigkeitsbildung… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • AAS — Aas, puede referirse a: La Villa Aas, ubicada en los Pirineos. Como sigla, AAS puede referirse a: La Espectroscopia de absorción atómica. La Sociedad Astronómica Americana, o American Astronomical Society, en inglés. Acta Apostolicae Sedis,… …   Wikipedia Español

  • Aas — das; es; nur Sg; 1 das Fleisch von einem toten Tier: Geier und Hyänen fressen Aas || K : Aasfresser 2 gespr pej; als Schimpfwort verwendet für einen bösen, gemeinen Menschen 3 kein Aas gespr pej ≈ niemand: Das interessiert doch kein Aas! …   Langenscheidt Großwörterbuch Deutsch als Fremdsprache

  • Aas — »Fleisch eines toten Körpers, Kadaver«: In dem nhd. Wort »Aas« sind zwei verschiedene Wörter zusammengefallen, nämlich mhd., ahd. āz̧ »Essen, Speise, Futter« (vgl. den Artikel ↑ Obst) und mhd. ās »Futter, Fleisch zur Fütterung der Hunde und… …   Das Herkunftswörterbuch

  • AAS — n. 1. an associate degree conferred for successful studies in applied science. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aas — n. 1. a loose sleeveless outer garment made from aba cloth; worn by Arabs. overgarment, outer garment [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aas — aas·vo·gel; aas·vo·el; …   English syllables

  • Aas — Aas, 1) Körper eines todten Thiers, gewöhnlich mit dem Nebenbegriff, daß derselbe schon in Verwesung übergegangen od. derselben nahe ist. Wo eine geordnete Gesundheitspolizei ist, wird das A. entweder an dem Ort des Falles vergraben, od. von dem… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Aas — Aas, die Leichname gestorbener oder getöteter Tiere, die schnell in Fäulnis übergehen und dadurch nicht nur lästig, sondern auch gesundheitsgefährlich werden können. Früher begnügte man sich, das A. durch den Abdecker (s. d.) einscharren zu… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aas — Aas, das in Verwesung befindliche Fleisch eines toten Tierkörpers. Ueber die technische Verwertung s. Abfallstoffe, Guano …   Lexikon der gesamten Technik

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”