Charles Dickens


Charles Dickens
Charles Dickens
Charles Dickens, daguerréotype de 1852
Charles Dickens, daguerréotype de 1852

Nom de naissance Charles John Huffam Dickens
Activités Écrivain
Naissance 7 février 1812
Portsmouth
Décès 9 juin 1870 (à 58 ans)
Higham (Kent)
Langue d'écriture Anglais
Genres Roman
Œuvres principales

Charles John Huffam Dickens ['tʃɑrlz 'dɪkɪnz], né à Portsmouth dans le comté du Hampshire le 7 février 1812, mort à Gads Hill Place (en), Higham (en), dans le Kent, le 9 juin 1870, est un romancier anglais, auteur notamment de David Copperfield, Un chant de Noël et d’Oliver Twist. Il compte parmi les écrivains anglais les plus populaires du XIXe siècle. Ses œuvres sont toujours régulièrement rééditées et font l’objet d’adaptations au cinéma et à la télévision.

Sommaire

Biographie

Enfance et formation

Issu d'une famille peu fortunée, Charles Dickens est né à Landport, petit faubourg de Portsmouth, le 7 février 1812. Son père est alors chargé de faire la paye des équipages de la Navy. En 1815, la famille Dickens déménagea à Londres, puis à Chatham en 1817. Les revenus paternels diminuent alors significativement. Ce furent pourtant les meilleures années de l'enfance de l'auteur. En 1822, la famille revient à Londres et s'installe à Camden Town.

Faute d'argent, le jeune garçon, qui avait connu une scolarité chaotique, doit quitter l'école et, en 1824, travailler dans un entrepôt de cirage et teintures dirigé par un proche de la famille et où il est employé à coller des étiquettes sur des flacons. Cette expérience et l'emprisonnement de son père pour dettes (40 livres sterling réclamées par un boulanger des environs[1]) marquent profondément l'enfant de douze ans. John Dickens fera finalement 14 semaines de prison à Marshalsea[2], mais sa situation financière sera toujours précaire, en dépit de la régularité de ses revenus. Ce père impécunieux a inspiré l'un des personnages les plus truculents de David Copperfield, Mr Micawber, charmeur, mais irresponsable. Une fois les problèmes de son père (temporairement) résolus, Dickens fréquentera de 1824 à 1827 une école privée, la Wellington House Academy.

À la fin de ses études, il devient successivement clerc d'avoué, reporter sténographe dans les cours de justice, puis reporter parlementaire.

L'écrivain

À l'été ou l'automne 1833, il commence à écrire des histoires qu'il fait publier dans des journaux et des magazines. Ses premiers textes sont publiés (gratuitement) dans le Monthly Magazine, un périodique sans grande réputation[3]. Ces récits sont republiés plus tard sous le titre de Sketches by Boz (Esquisses de Boz).

En 1836, commence la publication, sous forme de feuilletons mensuels (monthly instalments), des Aventures de M. Pickwick (Pickwick Papers), chef-d'œuvre d'humour dont le succès est immédiat. Avant que Pickwick ne s'achève, Dickens, devenu en 1836 éditeur du Recueil de Bentley (Bentley's Miscellany) avait entamé la publication d'un nouveau feuilleton Oliver Twist (1837-1839).

En avril 1836, il épouse la fille du rédacteur en chef de l'Evening Chronicle, Catherine Hogarth, avec qui il eut dix enfants de 1837 à 1852.

Charles Dickens publie La Vie et les aventures de Nicholas Nickleby de 1838 à 1839 en revue mensuelle, puis, en épisodes hebdomadaires, Le Magasin d'antiquités (The Old Curiosity Shop) de 1840 à 1841 et Barnaby Rudge en 1841. Il visite l'Amérique en 1842 et publie ses observations dès son retour dans ses Notes américaines (American Notes), et inclut un épisode américain dans La Vie et les aventures de Martin Chuzzlewit (1843 à 1844).

Le premier de ses cinq « livres de Noël », Un chant de Noël (A Christmas Carol) voit le jour en 1843 et le livre de voyage Images d'Italie (Pictures from Italy) en 1846. Cette même année, il crée un quotidien The Daily News.

Puis ce fut Dombey et Fils (Dombey and Son), diffusé en feuilleton de 1846 à 1848, suivi en 1849-1850 de « l'enfant préféré de Dickens », David Copperfield, fondé en grande partie sur la vie même de l'auteur, surtout en sa première moitié. Viennent ensuite La Maison Désolée (Bleak House) de 1852 à 1853, caractérisé par un double narrative, c'est-à-dire un récit à la troisième personne et un autre à la première, entremêlant leur voix de chapitre à chapitre mais de façon irrégulière, puis Les Temps difficiles (Hard Times), l'un des premiers romans industriels en 1854 et La Petite Dorrit (Little Dorrit) de 1855 à 1857.

Dickens achète une maison de campagne à Gad's Hill près de Rochester en 1856 et il se sépare de sa femme en 1858.

Il retourne au roman historique avec Le Conte de deux cités (A Tale of two Cities) en 1859, dont l'intrigue est liée à la Révolution française, et à l'utilisation de la première personne dans Les Grandes Espérances (Great Expectations), que beaucoup de critiques et de lecteurs saluent comme son meilleur roman, de 1860 à 1861.
Son dernier roman complet, Notre ami commun (Our Mutual Friend), est publié de 1864 à 1865. Le Mystère d’Edwin Drood (The Mystery of Edwin Drood) reste inachevé à la mort de Dickens le 9 juin 1870.

Il meurt, riche et célèbre, à cinquante-huit ans, épuisé par les incessantes tournées de lecture publique de ses œuvres, et est inhumé dans le coin des poètes (Poets' Corner) à l'abbaye de Westminster.

Écrivain engagé, Dickens a su concilier - grâce à son talent de conteur - condamnation de la misère et de l'exploitation industrielle et description de petits tableaux de la vie quotidienne, bourrés d'humour. Ses personnages caractéristiques et inoubliables, de même que ses évocations animées et symboliques des paysages urbains ou campagnards, ont fait de lui un écrivain dont la popularité reste immense et une figure centrale de la littérature européenne du XIXe siècle.

Œuvres

Voir la catégorie : Œuvre de Charles Dickens.
Charles Dickens en 1867 (ou 1868).

Musée

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Liens internes

Liens externes

Textes

Références

  1. Peter Ackroyd, Dickens, p. 46
  2. Peter Ackroyd, Dickens, p.53
  3. Peter Ackroyd, Dickens, p. 83
  4. Will Eisner, Fagin le juif sur critiqueslibres


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Dickens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles Dickens — Dickens redirects here. For other uses, see Dickens (disambiguation). Charles Dickens …   Wikipedia

  • Charles Dickens — Charles John Huffam Dickens (als Pseudonym auch Boz; * 7. Februar 1812 in Landport bei Portsmouth, England; † 9. Juni 1870 auf Gad’s Hill Place bei Rochester, England) war ein englischer Schriftsteller …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Dickens — Nombre completo Charles John Huffam Dickens Nacimiento 7 de febrero de 1812 …   Wikipedia Español

  • Charles Dickens, Jr. — Charles Dickens Jr in 1874 Charles Dickens, Jr, born Charles Culliford Boz Dickens (6 January 1837 – July 20, 1896[1]), was the first child of the novelist Charles Dickens and his wife Catherine. A failed businessman, he became the editor of his… …   Wikipedia

  • Charles Dickens, Jr — Charles Dickens, Jr, born Charles Culliford Boz Dickens (6 January 1837 – 1896), was the first child of the novelist Charles Dickens (1812–1870). A failed businessman, he became the editor of his father s magazine All the Year Round , and a… …   Wikipedia

  • Charles Dickens — noun English writer whose novels depicted and criticized social injustice (1812 1870) • Syn: ↑Dickens, ↑Charles John Huffam Dickens • Derivationally related forms: ↑Dickensian (for: ↑Dickens) • Instance Hyp …   Useful english dictionary

  • Charles Dickens — Se artiklen: Charles Dickens …   Danske encyklopædi

  • Charles Dickens — Charles John Huffan Dickens (Portsmouth, Inglaterra, 7 de febrero de 1812 – Gadshill Place, 8 de junio de 1870). Escritor británico. Asistió a la escuela primaria de los siete a los nueve años. A los diez años su familia se trasladó de Kent a… …   Enciclopedia Universal

  • Charles Dickens — ➡ Dickens * * * …   Universalium

  • Charles Dickens — Animal El perro es, generalmente, un animal que jamás se venga del castigo que le aplica su amo. Economía Era seguro como los impuestos, y no hay nada más seguro que éstos. He aquí la regla fundamental en los negocios: «Hazlo a los demás, puesto… …   Diccionario de citas


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.