Barbaresque
Jean-Léon Gérôme 008.jpg

Barbaresque est un terme tombé en désuétude au XIXe siècle qui désignait les pirates opérant dans le bassin méditerranéen après la conquête musulmane effectuée jusque dans les terres de la péninsule Ibérique ; la Méditerranée devient alors un vaste lac musulman sous cette suprématie navale.

La durée de leur activité en la Méditerranée est telle qu'elle peut être décrite depuis les premiers temps de l'Islam, alors associée à la conquête musulmane sur le continent européen, qui, une fois la péninsule ibérique prise, se prolonge par des incursions en Septimanie jusqu'à des prises de villes en Provence.

C'est par la seconde phase de l'ère coloniale que les puissances européennes vont mettre fin aux raids des pirates barbaresques, opérant depuis des cités de la côte sud de la Méditerranée, entre temps passées sous domination ottomane.

Sommaire

Terminologie

Ce terme est à la fois un adjectif et un nom. Il est tombé en désuétude à la suite de la disparition du phénomène et des personnages qu'il évoque. Il avait initialement trait aux pays autrefois désignés sous le nom de Barbarie (Afrique du Nord)[1].

Le terme Barbaresque, comporte trois sens distincts, géographique, historique et démographique. Au plan géographique, il correspond approximativement à l'aire du Maghreb actuel, connue sous le nom de côte des Barbaresques, au plan historique à la période, bien précise dans le temps, de la période ottomane qui, pour l'Algérie par exemple, court de 1516, arrivée des frères Barberrousse à Alger jusqu'en 1830 approximativement, et au plan démographique il désigne aussi bien les corsaires et marins originaires de cette aire géographique que les habitants du Maghreb.

Ce terme peu précis est péjoratif, à l'instar du terme sarrasin qui désignait aussi bien au Moyen Âge européen, les arabes que les Berbères d'Espagne. Il évoquait la réalité du sort très peu enviable fait aux chrétiens qui tombaient entre les mains des pirates lors des razzias et finissaient leurs vies comme esclaves ou dans les bagnes d'Alger ou de Tunis. Voir aussi l'article Vocabulaire des croisades.

Premiers temps de l'Islam

Combat d'un vaisseau français et de deux galères barbaresques, huile sur toile de Théodore Gudin.

Enclaves de Provence

Deux ports de Provence sont pris par les impétueux barbaresques, qui mènent ensuite des razzias sur les côtes alentour. Ils en seront finalement chassés par des soulèvements populaires locaux provenant de l'intérieur des terres.

Majorque

Le port est un grand repaire pour les pirates, qui pilleront à plusieurs reprises les côtes de Provence. Ce sont les Catalans menés par Jaime primero Conquistador selon le nom pratiqué par l'historiographie espagnole, qui prend l'île lors de la Conquête de Majorque. Commence alors l'époque de la domination de la couronne catalano-aragonaise, geste qui les mènera en Sardaigne, Sicile, puis Naples et enfin à la fondation de deux duchés (Athènes et Néopatrie) par des mercenaires expulsés par le roi de Sicile après la prise de l'île[2].

Sicile

Leur domination prend fin avec l'arrivée des Normands qui y fondent un royaume les tolérant ; s'y réalise un transfert entre les deux peuples notamment amenant des progrès considérables dans le domaine cartographique[3].

Maghreb

Les ports de Ceuta et Melilla grouillent de barbaresques avides de richesses. L'Occident chrétien assimile alors les lieux à la côte des barbaresques, gardant en mémoire l'image laissée par les Vandales à Carthage auprès des historiographes chrétiens rentrés à Byzance.

Ces villes joueront un rôle jusque la fin de la Reconquista, puisque les potentats qui y régnaient étaient fréquemment en guerre contre les Nasrides de l'émirat de Grenade. Les alliances stratégiques ne tiennent aucun compte de l'affrontement binaire auquel on pourrait penser de façon simpliste : les Grenadins s'allient aux Gênois pour livrer bataille à ces deux villes, qui sont coalisés aux Castillans pendant les périodes d'interruption du lien de vassalité entre les Nasrides et le roi de Castille et d'Aragon.

Ces deux villes sont aujourd'hui une enclave de l'Espagne en territoire marocain, comprenant une zone frontalière spécifique.

Période ottomane

Régence de Tunis en 1573.

Devenues bases de départ des caravanes de captifs pour les sérails, les cités du Sud de la Méditerranée sont depuis passées sous domination ottomane du fait du développement de l'empire turc sur le monde arabo-musulman. Ces cités deviennent les derniers foyers de piraterie pratiquée par les musulmans en Méditerranée, et ce jusqu'au XIXe siècle. Le développement économique de ces cités lié à l'activité de piraterie sur une très longue durée peut d'un certain point de vue les assimiler à des kleptocraties opérant sur le bassin méditerranéen.

Incursions au-delà de la Méditerranée

Les pirates naviguent parfois bien au-delà du Détroit de Gibraltar:

  • De nombreuses fois au début du XVIe siècle, la Corse est victime de raids[4]. C'est au cours de l'un d'entre eux que sera enlevé Pietro Paolo Tavera, le futur Hasan Corso.
  • En 1625, des corsaires attaquent les côtes de l'Angleterre et la Cornouaille[5].
  • L'Islande est pillée en 1627[6].
  • L'Irlande en 1631 est la proie d'une attaque dirigée par le renégat Jan Janszoon.
  • La Calabre est attaquée en 1803[7].

Réaction occidentale

Plan d'Alger au XVIe siècle

Au tout début du XVIe siècle, Khayr ad-Din Barberousse, amiral de l'Empire Ottoman, est utilisé par François Ier dans sa lutte contre l'Italie[8]. Cependant, suite à l'échec de cette politique et à la Bataille de Lépante, les puissances européennes sont progressivement confrontées à l'impossibilité de naviguer en Méditerranée, soit à cause de rançonnement des marchandises, ou bien à cause de la prise d'esclaves, parfois rachetés.

Aussi, de nombreuses batailles navales ont lieu comme la Bataille du cap Celidonio en 1608 suivie d'une autre en 1616, la Bataille de Valona en 1638, le Bataille de Cherchell en 1665, la Bataille de Bougie en 1671.

Parallèlement, des ordres religieux comme les Trinitaires ou l'Ordre de Notre-Dame-de-la-Merci, déjà fondés depuis plusieurs siècles, tentent de racheter des esclaves chrétiens[9], aide qui s'intensifiera sous Louis XIV[10], libérant des centaines prisonniers après parfois des décennies de captivité.

Cette période prendra fin avec la prise de contrôle hégémonique des puissances européennes correspondant à la seconde phase de l'ère coloniale, au cours de laquelle ces pays installent sur les pays du Maghreb une tutelle coloniale.

Associés à ces opérations militaires, les États-Unis connaissent deux épisodes de leur histoire militaire navale dénommés :

Ces opérations restent dans la mémoire comme un des premiers faits d'armes du corps des Marines.

Distinction

Notes et références

  1. Voir aussi l'article berbères
  2. Il craignait les exactions, avec raison
  3. voir la biographie d'Al Idrissi
  4. L’avancée ottomane en Méditerranée occidentale au seizième siècle Le Sultan Sélim, entouré de vizirs et d’amiraux qui pour la plupart ne sont pas turcs (Bosniaques, Albanais et Grecs renégats notamment) a pour objectif ,d'une part de chasser Venise de Chypre et de la Crête après avoir mis fin en 1522 à la présence des chevaliers de Saint Jean à Rhodes (installés depuis à Malte), d'autre part de déstabiliser à partir d'Alger les routes commerciales dans le bassin occidental mais également se procurer des esclaves pour ses galères.
  5. Des esclaves anglais aux mains des Barbaresques ...lors du « terrible été de 1625 » quand des corsaires esclavagistes nord-africains envahirent et dévastèrent les côtes sud de l’Angleterre,
  6. La piraterie barbaresque en Méditerranée: XVI-XIXe siècle, Roland Courtinat
  7. Les esclaves et leurs rançons chez les barbaresques (fin xviiie - début xixe siècle) Ciro, modeste bourgade de Calabre, au sud du golfe de Tarente, est attaquée à trois reprises en 1803 par des corsaires qui enlèvent treize personnes le 3 juin, six le 30 juin et six encore le 27 juillet ; ils reviennent à nouveau le 17 et le 27 juillet 1804 et encore en juin 1805 emportant cette fois des pêcheurs à quelques encablures de la côte.
  8. Les Barbaresques, la course et la guerre en Méditerranée XIVe-XVIe siècle, Jacques Heers En 1535, l'empereur Charles Quint en personne dirige une expédition pour venir au secours du bey musulman de Tunis, menacé par les corsaires turcs d'Alger...Tunis devient pour quelques années un protectorat de l'empereur. Le roi de France, quant à lui, ne renonce pas à ses ambitions italiennes. En 1543, au terme de bizarres tractations, Barberousse promet à François Ier l'appui de ses hommes pour de nouvelles attaques dans la péninsule. En attendant, il obtient de s'établir à Toulon. C'est ainsi que pendant les longs mois de l'hiver 1543-1544, les habitants du port et de ses environs vont devoir cohabiter avec... 30.000 corsaires musulmans de toutes origines.
  9. Voyage dans les états barbaresques de Maroc, Alger, Tunis et Tripoli, ou Lettres d'un des captifs qui viennent d'être rachetés par Mrs les Chanoines réguliers de la Sainte-Trinité, 1785
  10. Voyage pour la rédemption des captifs aux royaumes d'Alger et de Tunis, 1720

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barbaresque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • barbaresque — [ barbarɛsk ] adj. et n. • 1534; it. barbaresco « barbare » ♦ Vx ou hist. Qui a rapport aux pays autrefois désignés sous le nom de Barbarie (Afrique du Nord). ⇒aussi berbère. Les États barbaresques. Les pirates barbaresques. ● barbaresque… …   Encyclopédie Universelle

  • barbaresque — BARBARESQUE. adj. des 2 genres. Qui appartient aux peuples de Barbarie. Navire Barbaresque. CorsaireBarbaresque. [b]f♛/b] Il se prend aussi substantivement, pour signifier Ces peuples mêmes. Etre en guerre avec les Barbaresques. [b]f♛/b] Il… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Barbaresque — Bar ba*resque , a. Barbaric in form or style; as, barbaresque architecture. De Quincey. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • BARBARESQUE — adj. des deux genres Qui appartient aux peuples de Barbarie. Navire barbaresque. Corsaire barbaresque. Les États barbaresques.   Il se prend aussi substantivement, pour signifier Ces peuples mêmes. Être en guerre avec les Barbaresques …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • barbaresque — (bar ba rè sk ) adj. 1°   Qui appartient aux peuples de Barbarie. Navire, corsaire barbaresque. Les États barbaresques. 2°   S.m. Peuple de Barbarie. Ils sont en guerre avec les barbaresques. ÉTYMOLOGIE    Barbarie, pays africain correspondant à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • barbaresque — I. |bärbə|resk adjective Etymology: French, from Italian barbaresco, from Barbaria, Barberia Barbary, coastal region of northern Africa + Italian esco esque 1. usually capitalized : of, relating to, or characteristic of Barbary 2 …   Useful english dictionary

  • barbaresque — bar·ba·resque …   English syllables

  • Barbaresques — Barbaresque Le barbaresque est un pirate opérant dans le bassin méditerranéen après la conquête musulmane effectuée jusque dans les terres de la péninsule Ibérique ; la Méditerranée devient alors un vaste lac musulman sous cette suprématie… …   Wikipédia en Français

  • Porquerolles cup — La Porquerolle’s cup est la plus ancienne et rocambolesque régate à la voile. Origine Le 17 mai 1726 le chef des corsaires barbaresques Chaban Reïs (que l on peut traduire par jeune leader ), avait surpris au mouillage dans l’île de… …   Wikipédia en Français

  • Régence d'Alger — 1515 – 1830 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”