Vermandois

Aujourd'hui, le Vermandois est le pays dont la ville-centre est Saint-Quentin, ville du département de l'Aisne dans la région Picardie. Il est assimilé à l'arrondissement de Saint-Quentin.

Mais le Vermandois historique était beaucoup plus vaste. Le pagus Viromandensis du haut Moyen Âge correspondait à la plus grande partie de l'évêché du même nom, sauf un petit secteur autour de Noyon, appelé pagus noviomensis ou Noyonnais. Il était l'héritier de la civitas Viromanduorum, le territoire des Viromanduens.
Le nom de Vermandois est formé sur celui des Viromandui ou Veromandui, le peuple gaulois qui occupait la région, par l'adjonction du suffixe -ensis, « relatif à » (à l’origine de certaines terminaisons françaises en –ois).
Durant le haut Moyen Âge, sa capitale a probablement été Vermand ; à partir du IXe siècle, c'est Saint-Quentin, fréquemment appelée dans les textes médiévaux, Saint-Quentin-en-Vermandois.

Sommaire

Histoire

Le Vermandois est érigé en comté par Louis Ier, fils de Charlemagne, en faveur du fils de son aîné Pépin, roi d'Italie, dont la famille, dite des Herbertiens, le possédera jusqu'au milieu du XIe siècle.

Herbert IV, huitième descendant de Pépin, étant mort, Eudes, son fils, fut dépouillé par les barons de son comté, qui fut donné à Hugues de France dit ensuite Hugues 1er de Vermandois, frère du roi capétien Philippe de France, Hugues étant l'époux d'Adèle, fille d'Herbert IV.
Le Vermandois passe ensuite à Raoul 1°, né en 1085, dit « le Vaillant » ou « le Borgne » connu aussi sous le nom de Raoul de Crépy. Il est le fils d'Hugues de France, comte de Valois et de Vermandois du chef de sa mère, Adèle. Il est de 1102 à 1152 le 2nd Comte de Vermandois et de Valois. Raoul s’est marié trois fois :
a) v.1120 sa cousine Eléonore (répudiée en 1142) fille d’Etienne II de Blois, comte de Champagne et d’Adèle d’Angleterre ; ils ont :
a1) Hugues II, né à Amiens le 9 avril 1127, décédé le 4 novembre 1212, ; Comte de Vermandois et de Valois, puis religieux au couvent de Cerfroy.
b) 1142 sa cousine, Pétronille (ou Perronelle, dite enfin parfois Alix), née v. 1125, décédée en 1153, qui est la fille de Guillaume X, duc d’Aquitaine, et la sœur d’Aliénor d’Aquitaine, dont :
b2) Élisabeth, dite Mabille, (1143 - 28/03/1183), épouse de Philippe d'Alsace, comte de Flandres.
b3) Raoul II, dit le Jeune, Comte de Vermandois et de Valois, né en 1145, épouse en 1160 sa cousine Marguerite de Flandres dite d’Alsace (décédée 15/11/1194), fille de Thierry de Flandres dit d’Alsace. Atteint de la lèpre en 1163, son mariage n’est pas consommé et est rompu sans qu’il ait d’enfant. Il décède 17 juin 1167, sans postérité.
Le comté de Vermandois passe alors naturellement à Élisabeth, comtesse de Vermandois et de Valois (1167-1183), fille de Raoul I° (mais aussi la nièce d'Aliénor d'Aquitaine, épouse du roi Henri II Plantagenet d'Angleterre ; elle est de ce fait la cousine germaine de Richard Coeur de Lion et Jean Sans Terre. Hélas, épousant en 1159 Philippe d'Alsace, comte de Flandre (1156), elle n'en aura pas d'enfant.
Au lieu de rendre le comté de Vermandois à la mort d'Élisabeth, Philippe d'Alsace cherchera pendant de longues années à l'éviter et restera comte de Flandres de 1157 à sa mort et comte de Vermandois de 1167 (décès de Raoul II) à 1185.
Le roi Louis VII étant en Palestine (où il décline la régence du Royaume de Jérusalem) en est revenu malade ; il nomme Philippe d'Alsace tuteur de son jeune enfant, Philippe Auguste. Ce dernier étant nommé Roi de France le 1/11/1179, Philippe d'Alsace, comte de Flandres, a besoin d’entrer dans les bonnes grâces du nouveau Roi. Il lui donne en mariage Isabelle, sa nièce (fille de Bauduin V de Hainaut), avec l’Artois pour dot.

Philippe Auguste ne peut cependant tolérer cette annexion ; lui-même en phase d’agrandissement à la fois de l’autorité royale et du domaine royal, il garde son indépendance et la guerre éclate dès 1180, s'en empare du Comté de Vermandois en 1185, et le réunit à la couronne de France en 1215.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

49°51′N 3°17′E / 49.85, 3.283


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vermandois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vermandois — was a French county, that appears in the Merovingian period. In the tenth century, it was organised around two castellan domains: St Quentin (Aisne) and Péronne (Somme). Pepin I of Vermandois, the earliest of its hereditary counts, was descended… …   Wikipedia

  • Vermandois —   [vɛrmã dwa], ehemalige französische Grafschaft in der Picardie (Département Aisne und Somme), benannt nach dem Hauptort der keltischen Viromandui (Augusta Viromanduorum, heute Saint Quentin); war seit dem 9. Jahrhundert im Besitz einer… …   Universal-Lexikon

  • vermandois — Vermandois, Veromandui. Saint Quentin en Vermandois …   Thresor de la langue françoyse

  • Vermandois — (spr. Wermangdoa), sonst Landschaft (Anfangs Grafschaft, später Herzogthum) in der französischen Provinz Picardie; Hauptstadt: St. Quentin (Augusta Veromanduorum); gehört jetzt größern Theils zum Departement Aisne, geringern Theils zum… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Vermandois — (spr. wermangdŭá), ehemalige franz. Grafschaft, später Herzogtum in der Picardie, mit der Hauptstadt St. Quentin, gehört gegenwärtig zum Departement Aisne und geringen Teils zu dem der Somme. Das Ländchen wurde zur gallischen Zeit von den… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Vermandois — (spr. wärrmangdŏá), ehemal. franz. Grafschaft, später Herzogtum in der Pikardie …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Vermandois — (Vermangdoa), alte franz. Grafschaft in der Picardie, die unter König Philipp August an die Krone fiel; Ludwig XIV. erhob sie zum Herzogthum für seinen (mit der Valière erzeugten) Sohn Ludwig von Bourbon, der jedoch schon 1681 st. Hauptstadt war… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Vermandois — Das Vermandois war im Mittelalter eine Grafschaft in Nordfrankreich, die ursprünglich aus den beiden Burggrafschaften Saint Quentin und Péronne bestand, und sich damit innerhalb der heutigen Region Picardie in den Départements Aisne und Somme… …   Deutsch Wikipedia

  • Vermandois — Escudo de armas del condado de Vermandois. Vermandois fue un condado francés que se formó durante el periodo merovingio. En el siglo X se organizó alrededor de dos dominios: San Quintín (Aisne) y Péronne (Somme). Pipino I de Vermandois fue el… …   Wikipedia Español

  • Grafschaft Vermandois — Das Vermandois war im Mittelalter eine Grafschaft in Nordfrankreich, die ursprünglich aus den beiden Burggrafschaften Saint Quentin und Péronne bestand, und sich damit innerhalb der heutigen Region Picardie in den Départements Aisne und Somme… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”