Tyran
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tyran (homonymie).
Types de gouvernements

Cette série fait partie
des séries sur la politique

Liste de formes de gouvernements


Portail de la politique


modifier

Un tyran (du grec ancien τύραννος/týrannos, mot d'origine lydienne appliqué pour la première fois au VIIIe siècle av. J.‑C. au roi lydien Gygès par le sophiste Hippias d'Élis[1]) est un individu disposant d’un pouvoir absolu. C'est un homme qui s'empare illégalement du pouvoir, le conserve au mépris des lois et règne par la terreur. De nos jours, le sens du mot est restreint et péjoratif, impliquant que le tyran abuse de son pouvoir et ne recherche pas le bien commun. Le sens plus large du terme se rapproche de la notion d'autocratie ou de dictature.

Sommaire

Durant l'Antiquité grecque

Étymologiquement, il y a une différence entre « tyrannie » et « despotisme » : dans la Grèce antique, un tyran était un homme qui disposait d’un pouvoir acquis de manière illégitime : un esclave qui prenait le pouvoir, un dictateur arrivé au pouvoir après un coup d’État, ou l'un de ses héritiers. Le titre ne prend une connotation négative qu'à l'époque classique[2]. Le titre a été donné pour la première fois, semble-t-il, à Pheidon d'Argos et à Cypsélos de Corinthe. L’un des plus célèbres tyrans fut Pisistrate, bien qu'on ne l'ait jamais nommé ainsi de son vivant, à Athènes en 560 av. J.-C.. Durant le VIe siècle av. J.‑C., de nombreux tyrans ont pris le pouvoir un peu partout en Grèce, en renversant les gouvernements établis. C'est à cette époque que la Perse commençait ses incursions en Grèce, avec le soutien de tyrans cherchant des appuis pour conserver leur pouvoir. Le mot n'a donc pas de sens péjoratif, seulement plus tard et sous l'influence de Platon[3].

Initialement, il n'y avait pas de connotation péjorative associée à ce terme et en fait certains tyrans étaient plutôt populaires (par exemple Cypsélos était réputé comme n'ayant pas besoin d'une garde pour se promener dans sa cité), au moins au début de leur règne, puisque leur ascension se faisait avec l'aide du peuple ; en effet, dans le cas de Cypsélos, celui-ci redistribua de façon plus égalitaire les terres aux mains de puissantes familles, élargissant ainsi le pouvoir politique à une fraction bien plus importante du peuple. Le tyran Périandre de Corinthe, fils de Cypsélos, est classé parmi les Sept sages de la Grèce antique. Cela n'a par contre pas empêché la chute des fils de Pisistrate : Hipparque est assassiné par les tyrannoctones, puis Hippias est déposé.

Aujourd'hui

Actuellement, le terme « tyran » désigne un dictateur régnant par la terreur, comme se comportaient d'ailleurs certains « tyrans » grecs. Par extension, il peut être utilisé pour toute personne disposant d’une autorité et qui en abuse.

Notes et références

  1. Michel Kaplan, Nicolas Richer, Le monde grec, Bréal, 1995 [lire en ligne], p. 57 
  2. Michel Kaplan, op. cité
  3. (La République, 562-580). Dans les Définitions(415c), Platon définit le tyran : celui qui, dans la cité, exerce son autorité selon ses propres vues.

Bibliographie

  • Claude Mossé, La Tyrannie dans la Grèce antique (1969), PUF, coll. « Quadrige », Paris, 2004.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tyran de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tyran — tyran …   Dictionnaire des rimes

  • tyran — [ tirɑ̃ ] n. m. • tiran 980; lat. tyrannus, gr. turannos « maître » I ♦ 1 ♦ Hist. Chez les Grecs, Celui qui s emparait du pouvoir par la force. Pisistrate, tyran d Athènes. ♢ (XVIIIe) Didact. Usurpateur de l autorité royale, du pouvoir. « tyran… …   Encyclopédie Universelle

  • tyran — TYRAN. s. m. Celuy qui a usurpé, envahi la puissance souveraine dans un Estat. Denis le tyran. les trente tyrans d Athenes. Il se dit aussi, des Princes, legitimes, lors qu ils gouvernent avec cruauté, avec injustice, & sans aucun respect des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tyran — Tyran, Un mauvais et cruel Roy ou Seigneur, Tyrannus. Se maintenir et faire le fait d un tyran, Tyrannum praebere. Qui a tué un tyran, Tyrannicida, Tyrannoctonus …   Thresor de la langue françoyse

  • Tyran — Ty ran, n. [See {Tyrant}.] A tyrant. [Obs.] [1913 Webster] Lordly love is such a tyran fell. Spenser. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • tyran — tyran·nid; tyran·nis; …   English syllables

  • tyran — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mos I, Mc. tyrannie; lm M. tyranni {{/stl 8}}{{stl 20}} {{/stl 20}}{{stl 12}}1. {{/stl 12}}{{stl 7}} władca bezwzględny, rządzący za pomocą terroru, stosujący przemoc i gwałt; ciemiężyciel, ciemiężca, despota {{/stl… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • tyran — (ti ran) s. m. 1°   Dans l antiquité, parmi les Grecs, celui qui s emparait de l autorité souveraine sur une communauté républicaine, soit qu il l exerçât avec modération et douceur, soit qu il en abusât. Pisistrate fut tyran d Athènes. •   C est …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TYRAN — s. m. Celui qui a usurpé, envahi la puissance souveraine dans un État. Denys le Tyran. Ce sens a vieilli.  Il se dit surtout Des princes qui gouvernent avec cruauté, avec injustice, et sans aucun respect des lois divines et humaines. Cruel tyran …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TYRAN —     T[Grec] signifiait autrefois celui qui avait su s attirer la principale autorité; comme roi, [Grec], signifiait celui qui était chargé de rapporter les affaires au sénat.     Les acceptions des mots changent avec le temps. [Grec] ne voulait… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”