Arudj Barberousse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barberousse.
Arudj Reïs

Arudj Reïs (turc : Oruç Reis) (1474, Lesbos - 1518, Rio Salado) (ou Horuk) dit Baba-Oruç (turc : baba, père prononcé baba-oroutch) qui par déformation donna Barberousse, est un corsaire ottoman algérien, qui se proclame roi de Tlemcen en 1516[1].

Sommaire

Histoire

Il naquit à Mola, un hameau de la pointe septentrionale de l'île de Mytilène, actuellement Lesbos. Sa mère Catalina était initialement chrétienne, d'origine peut-être albanaise ; son père Yacoub Reïs, potier de Mytilène, était peut-être Albanais, ou peut-etre Romaniote passé à l'Islam ; d'autres théories soutiennent qu'il était issu d'un père turc pêcheur et d'une mère romaniote.

Il fuit sa famille et s'engage à dix-huit ans sur une galiote de corsaires turcs ; il est musulman sous le nom de Arudj. S'ensuivirent plusieurs années de piraterie au cours desquelles, se distinguant par sa bravoure, Arudj se fit grande réputation. Il fut un temps prisonnier des Chevaliers de l'Ordre de Saint Jean à Rhodes mais parvint à s'échapper. Il détourna un bateau confié à lui par des armateurs dont il trahit la confiance et se rendit chez le bey de Tunis, après avoir embarqué avec lui ses deux frères Khayr ad-Din et Ishaq également passés à l'islam.

En 1504, accueilli à La Goulette, il négocia avec le souverain Hafside, moyennant redevance, l'autorisation de faire de Tunis son port d'attache. Dès la première sortie, il s'empara de 2 galères du pape Jules II, ce qui lui valut notoriété et gloire. Pendant 5 ans, à la tête de 4 vaisseaux, il parcourut les mers d'Italie dont il pilla et ravagea les côtes. Accroissant le nombre de ses navires, sa flotte devint redoutable : deux des bateaux étaient sous le commandement de ses frères Khayr ad-Din et Ishak.

En 1510, le bey de Tunis lui confia le gouvernorat des Iles Galves (Djerba), devenues bases-arrière des actions du corsaire.

En 1512, répondant à l'appel du roi hafside de Bougie, tombée en 1510 aux mains des espagnols, il cingla vers cette ville à la tête de douze galiotes, mille mercenaires Turcs, quelques Maures, artillerie et munitions. Malgré l'aide des 3 000 berbères des montagnes du roi hafside, ce fut un échec cuisant au cours duquel Arudj perdit son bras gauche par un boulet de canon. De retour à Tunis il subit une nouvelle défaite contre Andrea Doria qui détruisit une partie de la flotte corsaire en représailles de l'attaque d'une galiote génoise à Tabarque (Tabarka).

En août 1514, nouvelle tentative à Bougie mais sans résultats. Arudj, au cours du troisième assaut, brûle ses vaisseaux lorsque se profile la flotte espagnole. Il se réfugie dans les montagnes et s'installa alors à Gigelli (Jijel) où les habitants l'accueillirent fort bien et le firent roi.

En 1516, Arudj, appelé par le cheikh Salim at-Tûmi, fut sollicité par les habitants d'Alger afin de les libérer des Espagnols. Arudj occupa d’abord Cherchell avant de se rendre maître d'Alger en faisant étrangler le cheikh Salim dans son bain. Il fit ainsi de la ville une redoutable base de corsaires qui allait résister pendant plus de trois siècles. Une expédition espagnole de 3 000 fantassins menés par Diégo de Vera en septembre 1516 tourna au désastre : une tempête oblige les espagnols à rembarquer. Mais la forteresse espagnole du Peñon hors de portée de son artillerie, imprenable, menaçait toujours la ville.

Barberousse continua ensuite sa politique d'annexion, laissant son frère Khayr diriger Alger : il s’empara ensuite de Miliana, de Médéa puis de Ténès. Les habitants de Tlemcen lui demandèrent alors de les délivrer de leur roi usurpateur[2]. Arudj passa l'année 1517 à Tlemcen alors que Khayr ad-Din gouvernait Alger. C’est lui qui sous le nom de Barberousse créera le beylık d’Alger connu sous le nom de Régence d'Alger. Ishaq gouvernait Ténès, mais il sera tué par les habitants de la ville en raison des exactions commises par ses hommes.

Abu Hammu, le roi tlemcénien usurpé[2] obtint l'appui de Charles Quint qui accorda en 1518 au marquis de Comarès, commandant la place d'Oran, une armée de 10 000 hommes qui fut envoyée en renfort à Tlemcen. Elle tua notamment son plus jeune frère Isaak. Sachant qu'il ne pourrait faire face à une telle armée, Arudj s'enfuit de nuit par un souterrain, laissant la citadelle en feu. Pour retarder ses poursuivants, il sema plusieurs trésors derrière lui mais en vain. Il fut rattrapé dans les environs de Rio Salado et transpercé par une lance. Sa tête fut portée en triomphe jusqu'à Oran. Il avait 44 ans.

Chronologie

Une galiote
  • 1464 - Naissance d'Arudj.
  • 1466 septembre - Naissance de Khayr ad-Din.
  • 1492 janvier 4 - Chute de Grenade.
  • 1504 - Installation d'Arudj à Tunis.
  • 1504 juillet - Arraisonnement de deux galères pontificales.
  • 1505 octobre 23 - Mers El Kébir aux mains des Espagnols.
  • 1509 mai - Croisade africaine du Cardinal Ximenès, Prise d'Oran par les Espagnols.
  • 1510 - Construction du peñon à Alger.
  • 1512 mai 26 - Avènement de Sélim Ier, sultan Ottoman.
  • 1512 août - Première tentative de Arudj contre Bougie.
  • 1514 - Nouvelle tentative, nouvel échec.
  • 1516 janvier - Mort du roi Ferdinand le Catholique. Charles devient roi d'Espagne. Arudj appelé à Alger.
  • 1516 août 24 - Victoire des Ottomans sur les Mamelouks d'Égypte.
  • 1516 septembre 17 - Assassinat de Salim at-Tûmi.
  • 1516 septembre - Arrivée à Alger de la flotte du généralissime Diégo de Véra.
  • 1517 juin - Défaite à Oued Djer du roi de Ténès Hamid El Abid, puis celle du roi de Tlemcen Abou Ziyane.
  • 1518 janvier à mars - Le Méchouar à Tlemcen assiégé.
  • 1518 mai - Mort d'Arudj à Tlemcen.

Notes et références

  1. Revue de l'Orient, Volumes 1 à 2 Par Société orientale de France, Paris
  2. a et b Diego de Haëdo, trad. H.D. de Grammont, Histoire des Rois d'Alger, éd. Adolphe Jourdan, Alger, 1881, rééd. Grand-Alger-Livres, Alger, 2004


Voir aussi

Sources

  • (en) Wikisource-logo.svg « Barbarossa », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition]
  • Jean-Louis Belachemi, Nous, les frères Barberousse, corsaires et rois d'Alger, éd. Fayard, Paris, 1984
  • Smaïl Goumeziane, Ibn Khaldoun. Un génie maghrébin (1332-1406), éd. Non Lieu, Paris, 2006 (ISBN 2352700019)
  • Diego de Haëdo, trad. H.D. de Grammont, Histoire des Rois d'Alger, éd. Adolphe Jourdan, Alger, 1881, rééd. Grand-Alger-Livres, Alger, 2004
  • Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, des origines à 1830, édition originale 1931, réédition Payot, Paris, 1994
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arudj Barberousse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barberousse (film) — Barberousse Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Personnages Frédéric Ier Barberousse (1122/25 1190), élu roi d Allemagne le 4 mars 1152, et couronné empereur romain germanique en… …   Wikipédia en Français

  • Barberousse — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Personnages 2 Histoire 3 Ci …   Wikipédia en Français

  • Barberousse — nom donné par les Européens à deux frères: Arûdj (1473 1518) et, surtout, Khayr al Dîn (1475 1546), pirates turcs qui régnèrent successivement sur Alger et sa région avec l accord du sultan ottoman Selim. Khayr al Dîn dota Alger d un port et s… …   Encyclopédie Universelle

  • Arudj — Baba Arudsch, Lithographie von C. Motte (1785–1836) nach A. Deveria Arudsch, türkisch Oruç, genannt Baba Arudsch oder von den Europäern Barbarossa, (* 1473 in Mytilini auf Lesbos, † 1518 bei Tlemcen) war ein bedeutender osmanischer Korsar im… …   Deutsch Wikipedia

  • Baba 'Arudj — Arudj Barberousse Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Arudj Reïs Arudj Reïs (turc : Oruç Reis) (1464 …   Wikipédia en Français

  • Khayr Ad-Din Barberousse — Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Khayr ad Din Barberousse Khizir Khayr ad Dîn (turc : B …   Wikipédia en Français

  • Khayr ad-din barberousse — Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Khayr ad Din Barberousse Khizir Khayr ad Dîn (turc : B …   Wikipédia en Français

  • Khayr al-Din Barberousse — Khayr ad Din Barberousse Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Khayr ad Din Barberousse Khizir Khayr ad Dîn (turc : B …   Wikipédia en Français

  • Khayr ad-Din Barberousse — Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Khayr ad Din Barberousse Khizir Khayr ad Dîn (turc : Barbaros Hızır Hayreddin Paşa, ara …   Wikipédia en Français

  • Oruç Reis — Arudj Barberousse Pour les articles homonymes, voir Barberousse. Arudj Reïs Arudj Reïs (turc : Oruç Reis) (1464 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”