Arecomici

Volques Arécomiques

Les Volques Arécomiques sont un des peuples gaulois de la Gaule narbonnaise.

Localisation des Volques.

Sommaire

Histoire

Avec les Volques Tectosages, les Volques Arécomiques constituent un peuple celte qui aurait émigré au IIIe siècle av. J.-C., depuis les régions danubiennes jusque dans le sud de la Gaule. Néanmoins, malgré le fait que les Volques Arécomiques soient, a priori, un peuple celte, il est indispensable de comprendre qu'ils furent aussi le fruit d'un savant mélange ethnique[1]. En effet, avant que les Romains n'aient étendu leur hégémonie sur le sud de la Gaule, d'autres peuples avaient déjà largement influencé le développement de cette zone territoriale. On sait par exemple que les Ibères participaient largement aux activités commerciales qui les menaient parfois jusqu'aux oppida de l'ouest de l'actuel Hérault (département) (comme Ensérune par exemple). Ceci fut prouvé par de nombreuses traces épigraphiques écrites en ibère[2]. Et, dans une dimension encore plus grande, à l'est du Languedoc actuel, c'était les Grecs qui avaient aussi étendu leur hégémonie. Ils avaient pris possession de la ville de Lattes, ou encore celle d'Agde. Nombreuses sont les fouilles archéologiques ayant prouvées leurs influences sur les différentes activités économiques de la région avant la domination romaine[3]. Enfin, lorsqu'au IIe siècle av. J.-C., les Romains étendirent leur territoire sur le sud de la Gaule, ce fut l'apogée de nous appelions précédemment le mélange ethnique. Cette démarche complexe d'analyse ethnologique est importante car les sources littéraires antiques[4] font mentions des ces "Volques Arécomiques", et la première[5] d'entre elles fut écrite par Jules César. Celui-ci écrivit lorsque les Romains étaient déjà dominateur dans le sud de la Gaule, et il ne fit pas de distinction entre les divers composites ayant permis aux Volques Arécomiques d'avoir des caractéristiques culturelles aussi complexes.

Du point de vue étymologique, nous n'avons que peu d'informations au sujet des termes "Volques Arécomiques". Toutefois, grâce aux travaux de Venceslas Kruta[6], nous pouvons affirmer que le terme Volques s'écrivait en latin "VOLCAE". Ce terme aurait la même racine que le germanique Volk, « peuple » (un autre rapprochement possible avec la racine slave volk aboutit à le traduire par « les Loups »).

Leur territoire était situé sur une partie de l'actuelle région Languedoc-Roussillon, à l'ouest du Rhône jusqu'aux Montagnes Noires.

Ils fondèrent la ville de Nemausus (Nîmes), et en firent leur capitale[7] , qui connait déjà avant Rome une primauté sur les territoires alentours.

Le commerce rhodanien avec les Grecs par l'intermédiaire des nombreux oppida du midi en font un peuple tôt confronté à la civilisation gréco-romaine.

Polybe[8], lors de sa traversée du fleuve par Hannibal Barca, relate que le chef carthaginois "se concilia la bienveillance des habitants (...) leur acheta leurs barques et leurs bateaux, qu'ils avaient en nombre suffisamment important, parce que beaucoup de riverains du fleuve faisaient l'importation par mer".

Villes Volques Arécomiques

Articles connexes

Sources historiques principales

  • Jules César, Guerre des Gaules, I-VIII.
  • Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V.
  • Strabon, Géographie, IV.
  • Pline l'Ancien, Histoire naturelle, III.
  • Pomponius Mela, Description de la Terre, II, 5.

Notes et références

  1. Jimmy VILALTA, Mutations spatiales et modifications structurelles sur le territoire des Volques Arécomiques du Ve siècle av. J.-C. au Ier siècle apr. J.-C. : la genèse d'une région touristique ?, Mémoire de Master 1 (maîtrise), Montpellier : Université Paul Valéry Montpellier III, 2009, 339 p.
  2. Jürgen UNTERMANN, "Quelle langue parlait-on dans l'Hérault pendant l'Antiquité ?", in Revue Archéologique de Narbonnaise, Tome 25, Paris : CNRS Editions, 1993, pp. 19-27.
  3. Michel PY, Les Gaulois du midi - De la fin de l'Âge du Bronze à la conquête romaine, Paris : Hachette, 1993, 288 p.
  4. Strabon, Géographie, IV. Ou encore Pline l'Ancien, Histoire naturelle, III, 32.
  5. Jules César, Guerre des Gaules, tome 1, I-IV et tome 2, V-VIII.
  6. Venceslas KRUTA, Les Celtes - Histoire et dictionnaire - Des origines à la romanisation et au christianisme, Paris : Robert Laffont, 2000, p. 865.
  7. Edward BARRY, Nemausus Arecomicorum, Toulouse : Edouard Privat / Libraire-Editeur, 1872, 106 p.
  8. Polybe, III, 42, 1-3
  9. Histoire de Chusclan
  • Portail du monde celtique Portail du monde celtique
Ce document provient de « Volques Ar%C3%A9comiques ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arecomici de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arecomĭci — (a. Geogr.), gallisches Volk, Abtheilung der Volcä, s.d …   Pierer's Universal-Lexikon

  • ARECOMICI — populi Galliae Narbonensis Volcis proximi; Aricomii Ptolemaeo. Aricomiscii Straboni, quorum urbs est Nemausus, Gallice Avignon, aliis Nismes. Vide Volcae …   Hofmann J. Lexicon universale

  • VOLCAE Arecomici — populi Galliae, ad quorum fines depopulandos misisse Vercingetorigem Rutenos Cadurcosque, scribit Caesar, l. 7. c. 4. In provinc. Narbonensi prima, circa utramque ripam Rhodani coiêre, Livio dicuntur, l. 21. c. 26. Hannibalis in Italiam iter… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Volcae — The Volcae were a Celtic tribal confederation constituted sometime before the Gallic raid of combined Gauls that invaded Macedon in the 270s and defeated the assembled Greeks at the Battle of Thermopylae in 279. Though our view of Celtic tribal… …   Wikipedia

  • Arverni — For the hazardous lakes, see Avernus. A map of Gaul in the 1st century BC, showing the relative position of the Arverni tribe …   Wikipedia

  • Menapii — Reconstruction of a Menapian dwelling at Destelbergen. The Menapii were a Belgic tribe of northern Gaul in pre Roman and Roman times. Their territory according to Strabo, Caesar and Ptolemy stretched from the mouth of the Rhine in the north, and… …   Wikipedia

  • Morini — For other uses, see Morini (disambiguation). The Morini were a Belgic tribe in the time of the Roman Empire. We know little about their language but one of their cities, Boulogne sur Mer was called Bononia by Zosimus and Bonen in the Middle Ages …   Wikipedia

  • Sequani — A portion of the map, Gallia, from Butler s 1907 atlas showing the divisions of the diocese of Gaul in the late Roman Empire.[1] According to the key, the map depicts 17 Provinciae Galliae, Provinces of Gaul, of which the 17th, [Provincia] Maxima …   Wikipedia

  • Medulli — A Gaulish people, the Medulli belonged to the group of mountain tribes controlling access to high Alps passes, along with the Centrones in Tarentaise Valley and the Salassi in Aosta Valley, especially for the trade of metals (tin, iron and… …   Wikipedia

  • Mediomatrici — The Mediomatrici (Greek: Μεδιομάτρικες[1]) were an ancient Celtic people of Gaul, who belong to the division of Belgica. Julius Caesar shows their position in a general way when he says that the Rhine flows along the territories of the Sequani,… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”