Anneau Quotient

Anneau quotient

En mathématiques, un anneau quotient est l'ensemble quotient d'un anneau donné par un de ses idéaux.

Sommaire

Définition

Soient A un anneau et I un idéal bilatère de A. On définit la relation d'équivalence R suivante :

\forall (x,y)\in A^2, xRy \Leftrightarrow (x-y)\in I

Deux éléments de A sont ainsi en relation si leur différence appartient à l'idéal I, c’est-à-dire si x et y sont congrus modulo I.

L'ensemble quotient A / R, que l'on note alors A / I, muni des opérations induites par I

(x + I) + (y + I) = x + y + I et
(x+I)\times (y+I) = (x\cdot y)+I

est un anneau, nommé anneau quotient de A par I.

Exemples

  • Si I = A, A / A est l'anneau trivial {0}.
  • Si I = {0}, A / {0} est isomorphe à A.
  • Si A=\mathbb Z et I=n\mathbb Z, n\in \mathbb Z, on note l'anneau quotient Z/nZ. Cette structure est le fondement de l'arithmétique modulaire.

Propriétés

L'application p:A\to A/I définie par p(x) = x + I est un homomorphisme surjectif d'anneau dont le noyau est l'idéal I.

Soit A un anneau commutatif :

  • I est premier si et seulement si A / I est un anneau intègre.
  • I est maximal si et seulement si A / I est un corps

Si f est un morphisme d'anneaux de A vers B, notons I=\ker f son noyau. Alors f se factorise en un morphisme injectif \bar f : A/I \to B défini par \bar f(x+I)=f(x).

Utilisations

Théorie algébrique des nombres

Les anneaux quotients sont utilisés dans de nombreuses branches des mathématiques. Les exemples sont fréquents en théorie algébrique des nombres, par exemple pour résoudre des équations diophantiennes. C'est-à-dire des équations à coefficients dans l'ensemble Z des nombres entiers dont les solutions recherchées sont entières.

L'identité de Bézout peut être vu comme une équation diophantienne de degré un, c'est-à-dire qu'elle correspond à un polynôme de degré un. Elle peut prendre la forme suivante :

 a\cdot x + b\cdot y = 1\quad\text{avec}\quad a,b \in \mathbb Z

Une solution peut être vu comme l'inverse de a dans l'anneau quotient Z/bZ. Ainsi, il existe des solutions si et seulement si a est élément du groupe des unités de l'anneau quotient, c'est-à-dire le groupe des éléments inversibles de l'anneau. Or a est inversible si et seulement si il est premier avec b. Les valeurs possibles de x sont éléments de l'inverse de la classe de a.

Les équations diophantiennes polynomiales d'ordre deux utilisent aussi la structure d'anneau quotient. Un exemple est un cas particulier de l'équation de Pell-Fermat :

 x^2 - n\cdot y^2 = \pm 1\;

Ici, n désigne un entier sans facteur carré. La méthode chakravala correspond à un algorithme simple de détermination d'une solution. Pour montrer sa convergence, on utilise l'anneau des nombres de la forme a + b.√na et b désigne des entiers. Le fait de montrer que tous les anneaux quotients sont de cardinal fini est une étape clé de la démonstration.

Cette équation est analogue à la suivante :

 x^2 + n\cdot y^2 = p \;

Ici n est toujours un entier sans facteur carré et p désigne un nombre premier. L'usage d'un bon anneau A d'entiers quadratiques, c'est-à-dire de nombres de la forme a + b.i.√ni désigne l'imaginaire pur et l'étude des anneaux quotients de la forme A/JJ est un idéal maximal permet de résoudre l'équation. Des exemples sont donnés dans l'article Entier quadratique.

Théorie de Galois

La théorie de Galois fait aussi un large usage des anneaux quotients. Soit K un corps commutatif et K[X] l'anneau des polynômes à coefficients dans K. Un des nombreux objectifs de la théorie est l'étude de l'équation polynomiale P(X) = 0. Si P est un polynôme irréductible, on recherche des solutions dans une extension algébrique L de K. Un cas particulier largement utilisé est l'anneau K[X]/(P) des polynômes quotientés par l'idéal engendré par P(X). Comme P(X) est irréductible, l'idéal engendré par P(X) est maximal, l'anneau quotient est bien un corps.

Cette technique permet de construire tous les corps finis. Soit L un corps fini, il existe toujours p un nombre premier et n un entier positif tel que le cardinal de L soit égal à pn. La valeur p correspond à la caractéristique de K. Si P(X) est un polynôme irréductible à coefficients dans l'anneau Z/pZ qui est aussi un corps noté Fp, alors le corps L est isomorphe au quotient de l'anneau Fp[X] par l'idéal engendré par P(X).

  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
Ce document provient de « Anneau quotient ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Anneau Quotient de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anneau quotient —  Ne doit pas être confondu avec Anneau de fractions. En mathématiques, un anneau quotient est un anneau qu on construit sur l ensemble quotient d un anneau par un de ses idéaux bilatères. Sommaire 1 Définition 2 …   Wikipédia en Français

  • Anneau Principal — Les anneaux principaux forment un type d anneaux important dans la théorie mathématique de la divisibilité. Ce sont les anneaux intègres (commutatifs unitaires non nuls) auxquels on peut étendre deux théorèmes qui, au sens strict, concernent l… …   Wikipédia en Français

  • Anneau Z/nZ — En mathématiques, et plus particulièrement en algèbre, Z/nZ est un cas particulier d anneau. Tout anneau unitaire contient soit un sous anneau isomorphe à Z/nZ soit à Z l anneau des entiers. Cet anneau joue un rôle particulier en arithmétique, il …   Wikipédia en Français

  • Anneau (Mathématiques) — Pour les articles homonymes, voir Anneau. En algèbre générale, un anneau est une structure algébrique sur laquelle deux opérations satisfont certaines des propriétés de l addition et la multiplication des nombres. Sommaire 1 Aspect historique …   Wikipédia en Français

  • Anneau Euclidien — Euclide (Juste de Gand ,vers 1474) En mathématiques et plus précisément en algèbre, dans le cadre de la théorie des anneaux, un anneau euclidien est un type particulier d anneau commutatif unitaire intègre. Un anneau est dit euclidien s il est… …   Wikipédia en Français

  • Anneau Commutatif — Dans la théorie des anneaux, un anneau commutatif est un anneau dans lequel la loi de multiplication est commutative. Cela signifie que pour tous les éléments a et b de l’anneau, on a a*b=b*a, en notant * cette loi de multiplication. L’étude des… …   Wikipédia en Français

  • Anneau abélien — Anneau commutatif Dans la théorie des anneaux, un anneau commutatif est un anneau dans lequel la loi de multiplication est commutative. Cela signifie que pour tous les éléments a et b de l’anneau, on a a*b=b*a, en notant * cette loi de… …   Wikipédia en Français

  • Anneau noethérien — Emmy Noether formalise les propriétés d une famille particulière d anneaux maintenant appelés anneaux noethériens. En mathématique, un anneau noethérien est un cas particulier d anneau, c est à dire d un ensemble muni d une addition et d une… …   Wikipédia en Français

  • Anneau idéal — Idéal Pour les articles homonymes, voir Idéal (homonymie). En mathématiques, un idéal est une structure algébrique définie dans un anneau. Les idéaux généralisent de façon féconde l étude de la divisibilité pour les entiers. Il est ainsi possible …   Wikipédia en Français

  • Anneau unitaire — Pour les articles homonymes, voir Anneau. En algèbre générale, un anneau unitaire ou simplement anneau, est un ensemble sur lequel deux opérations satisfont certaines des propriétés de l addition et la multiplication des nombres entiers relatifs …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”