André Césalpin

Andrea Cesalpino

Andrea Cesalpino

Andrea Cesalpino (Andreas Caesalpinus en latin et André Césalpin en français), né le 6 juin 1519 à Arezzo en Toscane et mort le 23 février 1603 à Rome, était un philosophe, médecin, naturaliste et botaniste italien.

Biographie

Andrea Cesalpino étudie à l'université de Pise. Son professeur de médecine est Realdo Colombo († 1559) et celui de botanique Luca Ghini. Après ses études, il enseigne longtemps, à la même université, la philosophie, la médecine et la botanique.

Il fait de nombreuses herborisations en Italie. Cesalpino succède à Ghini à la tête du jardin botanique de Pise en 1554, fonction qu'il occupera jusqu'en 1558.

Il est appelé à Rome pour enseigner la médecine et être le médecin personnel du pape Clément VIII qui le nomma professeur de médecine au collège de la Sapience.

Les écrits de Cesalpino ne sont pas toujours faciles à comprendre. Comme philosophe, il se fait remarquer par sa connaissance profonde des écrits d'Aristote. Ses écrits portent l'influence d'Averroès et le montre enclin au panthéisme. Son œuvre philosophique la plus importante est Quaestionum peripateticarum libri V (parue à Florence en 1569) où Cesalpino étudie la pensée d'Aristote.

Il embrasse la doctrine des Averroïstes, représentant Dieu, non comme la cause, mais comme le fond et la substance de toutes choses, ce qui le fait accuser de panthéisme et même d'athéisme. Cependant, la Catholic Encyclopedia indique qu'il était resté catholique toute sa vie.

En médecine, il soupçonna un des premiers, à la suite de son maître Realdo Colombo, la circulation du sang. Comme naturaliste, il reconnut le sexe dans les fleurs et inventa la première méthode de botanique : il fondait sa classification sur la forme de la fleur, du fruit, et sur le nombre des graines. Son œuvre la plus importante est certainement De plantis libri XVI (parue à Florence en 1583). Ce livre est proche des herbiers antérieurs et présente une théorie botanique, proche de celle dérivée de la pensée aristotélicienne. Il décrit environ 1 500 espèces qu'il tente de classer suivant un système permettant une détermination ultérieure facile. Il suit d'ailleurs les préceptes de Théophraste. Il fait une large place à ses propres observations et expériences. Il rejette les systèmes de classification basés sur des critères artificiels (comme le goût, les utilisations médicinales ou l'ordre alphabétique) et tente de trouver un système naturel.

Contrairement aux autres herbiers, il ne contient aucune illustration, car Cesalpino estime que seul le texte permet de décrire précisément toutes les caractéristiques contrairement aux représentations graphiques.

Cesalpino aborde de façon très novatrice l'étude des végétaux et plante les fondements modernes de la morphologie et de la physiologie végétales. Il évoque ainsi la nutrition des plantes et se basant sur les euphorbes qui laissent couler un jus laiteux quand on coupe une feuille, fait une analogie avec la circulation du sang chez les animaux.

Comme Conrad Gessner, il considère que l'élément de base pour la classification est l'espèce basée sur le principe de la reproduction avec ses semblables et accorde beaucoup d'importance aux organes reproducteurs.

Il étudie également la chimie, la minéralogie et la géologie. Dans De metallicis libri tres (publié à Rome en 1596), il montre une bonne compréhension des fossiles.

Les doctrines philosophiques de Cesalpino furent combattues par Samuel Parker, archevêque de Cantorbéry, et par Nicolas Taurel, médecin de Montbéliard, qui le dénoncèrent à l'Inquisition.

Ses principaux ouvrages sont : Quaestiones peripateticae, Florence, 1569; Daemonum investigatio, 1580 : il y combat la magie et la sorcellerie ; Ars medica, Rome, 1601 ; De plantis, Florence, 1583, le plus important de tous ; De metallis, 1596, ouvrage qui a moins de valeur.

Charles Plumier lui dédie un genre de plante, les Caesalpinia de la famille des Légumineuses.

Source partielle

« Andrea Cesalpino », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)

Hommages



Cesalpino est l’abréviation botanique officielle de Andrea Cesalpino.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Andrea Cesalpino ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article André Césalpin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Césalpin — Andrea Cesalpino Andrea Cesalpino Andrea Cesalpino (Andreas Caesalpinus en latin et André Césalpin en français), né le 6 juin 1519 à Arezzo en Toscane et mort le 23 février 1603 à Rome, était un …   Wikipédia en Français

  • Césalpin — (Andrea Cesalpino, en fr. André) (1519 1603) médecin et naturaliste italien. Le premier, il postula la reproduction sexuée chez les végétaux …   Encyclopédie Universelle

  • Andrea Cesalpino — (Andreas Caesalpinus en latin et André Césalpin en français), né le 6 juin 1519 à Arezzo en Toscane et mort le 23 février 1603 à Rome, était un philosophe, médecin …   Wikipédia en Français

  • BOTANIQUE — La botanique, science des plantes, apparaît à l’état pur dans l’œuvre scientifique de Théophraste; mais elle est bientôt associée étroitement à la médecine dont elle devient simplement un chapitre; ainsi réduite au rôle pratique de pourvoyeuse de …   Encyclopédie Universelle

  • Herbarĭum — Herbarĭum, ursprünglich eine historia plantarum oder eine andre botanische Abhandlung, auch eine Art Museum von Wurzeln, Kräutern, Früchten, die in der Medizin oder in der Kunst benutzt werden, erst seit dem 17. Jahrh. eine für botanische Zwecke… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • BARDANE — Médicinale très ancienne, bien connue des médecins et des agronomes latins dans les indications majeures qu’elle a conservées jusqu’à nous. Au Ier siècle, Columelle relate l’usage de la bardane contre les morsures de serpents, Dioscoride… …   Encyclopédie Universelle

  • Ботаника — отрасль естествознания, исследующая растения; название ее происходит от греческого слова βοτάνη трава, и должно бы переводиться травоведение . Занимаясь распознаванием и классификацией всех растительных форм, уяснением их взаимного сродства,… …   Энциклопедический словарь Ф.А. Брокгауза и И.А. Ефрона

  • butome — [ bytɔm ] n. m. • 1783; lat. bot. butomus, gr. boutomos ♦ Plante aquatique (butomacées), appelée communément jonc fleuri, aux fleurs blanches ou roses. ● butome nom masculin (bas latin butomos, du grec boutomos, qui coupe la langue des bœufs)… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”