Le Petit-Saint-Agulin


Le Petit-Saint-Agulin

La Roche-Chalais

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalais.
La Roche-Chalais
Carte de localisation de La Roche-Chalais
Pays France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Saint-Aulaye
Code Insee 24354
Code postal 24490
Maire
Mandat en cours
Jacques Menut
2008-2014
Intercommunalité {{{intercomm}}}
Latitude
Longitude
45° 09′ 09″ Nord
       0° 00′ 35″ Est
/ 45.1525, 0.00972222222222
Altitude 12 m (mini) – 126 m (maxi)
Superficie 89,40 km²
Population sans
doubles comptes
2 765 hab.
(2006)
Densité 30 hab./km²

La Roche-Chalais est une commune française, située dans le département de la Dordogne et la région Aquitaine.

Sommaire

Géographie

La Roche-Chalais est située sur la Dronne. Le méridien de Greenwich traverse la commune, à l’ouest du centre-ville.

Le monument de Gerbe

Avec près de 90 km², c'est la commune [1] la plus étendue de Dordogne.

C'est également la commune la plus à l'ouest de la Dordogne (à Saint-Michel-de-Rivière).

Histoire

Au premier siècle avant J-C les légions de César envahissent le Périgord couvert à l'époque par l'immense forêt, la Sylva Edobola[2] citée dans les « Commentaires » de César ; elles ouvrent les premières voies de communication.
Au VIIe siècle les Sarrazins venant du Sud remontent en la pillant la vallée de la Dronne ; Charles Martel et le duc d'Aquitaine arrêtent les Maures à Poitiers en 732 ; le prince franc veut alors s'emparer de l'Aquitaine. Une longue guerre s'ensuit qui verra la mort de Waïfre, duc d'Aquitaine, et le rattachement de la province au domaine royal. La Motte [3] de Vaudu, sur la commune de Saint-Michel-l’Écluse, serait, si l'on en croit une solide légende, le tombeau du Duc de Waïfre, défenseur des libertés d'Aquitaine au VIIIe siècle.

Au Moyen Âge : un bourg à la frontière de trois provinces


L'histoire du modeste bourg de La Roche[4], quelques maisons autour d'un château sur un éperon rocheux dominant la Dronne, reste muette jusqu'au XIIIe siècle. La châtellenie dépend alors de celle plus importante de Chalais, fief des Talleyrand ; elle appartenait à trois provinces, le Périgord, l'Angoumois et la Saintonge - les deux tiers du bourg s'étendaient en Périgord mais le castel était en territoire saintongeais ! La juridiction du seigneur couvrait sept paroisses (Saint-Michel-de-Rivière, Léparon , le Bost , Saint-Aigulin, Labarde, Boscamnant et Saint-Sicaire).
En 1407 les Anglais occupent le château qui est repris en 1451 par le roi de France Charles VII ; François de Talleyrand est alors seigneur de Chalais et de La Roche.
La châtellenie sera détachée de celle de Chalais au XVe siècle ; le château de La Roche est un lieu d'importance quand Isabeau de Talleyrand épouse en 1470 Jeannot de Lannes, vicomte de Belhade, dans les Landes. Est-ce à cette époque que l'on a rajouté « Chalais » au nom de la seigneurie de La Roche ?

Les guerres de Religions et l’influence protestante


Au XVIe siècle les Lannes [5], Barons de La Roche-Chalais, entrent dans le clan de la Réforme. Jean de Lannes doit se réfugier à Genève, ville du calvinisme, où il meurt ; son fils Guy-Odet de Lannes (1545-1605) fait du château une place forte du protestantisme, un lieu de résistance que Blaise de Monluc, lieutenant général du roi en Guyenne, réduira en prenant le village et en incendiant le castel en 1568, lors des troisièmes guerres de Religion ; Monluc y installe une garnison, massacre les troupes protestantes et fait emprisonner au fort du Hâ de Bordeaux Guy-Odet de Lannes qui sauvera sa tête contre une énorme rançon versée à Monluc. En 1574 les Calvinistes chassent du château les troupes de Monluc.
En 1587, lors de la bataille de Coutras opposant les troupes des Huguenots d'Henri de Navarre aux soldats catholiques du Duc de Joyeuse et de La Trémouille, La Roche-Chalais sera successivement occupée par les deux adversaires, la victoire finale revenant au roi de Navarre.
Le fils de Guy-Odet, Charles de Lannes (vers 1592-1651) se titre marquis de La Roche-Chalais et devient baron de l'importante châtellenie du Cubzaguais. Une alliance ultérieure des descendants au XVIIe siècle avec les La Tour du Pin [6], Comtes de Paulin, attribue le marquisat de La Roche-Chalais à cette famille propriétaire du château du Bouilh à Saint-André-de-Cubzac.
Louis XIII loge au château en 1615 lors de son voyage à Bordeaux pour y épouser Anne d'Autriche, mais les seigneurs de La Roche-Chalais n'habitent plus le castel ; les bâtiments servent de casernements aux petites garnisons qui passent régulièrement pour maintenir l'ordre aux frontières des trois provinces, l'Angoumois, la Saintonge et le Périgord.
Des actes anciens attestent une importante activité économique autour de La Roche-Chalais aux XVIe et XVIIe siècles : une fabrique de tapisseries et un moulin à papier dont la production était importante ; il fonctionnait en dessous du château, sur l'emplacement actuel de l'Ile Faydeau [7].
Foyer actif du calvinisme, La Roche-Chalais va subir pendant deux siècles les pressions de l'autorité royale pour revenir à l'orthodoxie catholique romaine. Les protestants se réunissent en secret d'abord à Champion, près de La Vêque, puis au désert [8] de Jarnicot , près de Parcoul.
Après une relative paix religieuse jusqu'en 1755, le Parlement de Bordeaux commence alors des persécutions sur la communauté protestante : poursuites, bannissements, condamnations aux galères, interdiction d'exercer sa profession ... L'apaisement ne vint que vers 1780.
Jean de La Tour du Pin abjure le protestantisme ; son fils Jean-Frédéric (1727 - 1794), qui sera ministre de la Guerre de Louis XVI avant la nuit du 4 août, et guillotiné en 1794, entreprend en 1759 la démolition du château de La Roche-Chalais, compte tenu de l'abandon, du délabrement, du coût des travaux à effectuer… et de l'endettement du lieutenant-général. Avec l'abolition de la féodalité, il fut donc « le dernier marquis de La Roche ». Le fils du précédent, Frédéric-Séraphin de La Tour du Pin-Gouvernet (1759-1837) fait vendre tout ce qui reste des biens du marquisat : terrains, bâtiments, moulin, et en particulier la « terrasse du château » sur laquelle il cède en 1806 à la municipalité le terrain pour y construire la première église de La Roche. L'émiettement du patrimoine nobiliaire durera jusqu'en l'an X.

La Roche-Chalais à la Révolution


À la veille de la Révolution la situation de La Roche-Chalais et de sa châtellenie est toujours celle d'un gros bourg à la frontière entre deux provinces, Guyenne/Gascogne et Angoumois /Saintonge,deux gouvernements militaires, ceux de Bordeaux et de La Rochelle , deux Elections, celles de Saintes et de Périgueux, deux évêchés, et à cheval sur trois Généralités.

Le décret révolutionnaire du 26 Janvier 1790 crée, dans le district de Ribérac, le canton de La Roche-Chalais alias canton de Réunion de Dronne comprenant les paroisses de Saint-Michel-les-Cluses, Léparon, Saint-Sicaire, Puymangou et le Bost. Deux communes en font partie en 1791 : le Petit Saint-Aigulin au nord (commune dite de l'Ami des Lois ) qui allait jusqu'à Balan et Rabouin. Au sud le territoire de l’autre commune reprenait l'ancienne paroisse de Saint-Michel-de-Rivière.

Le 6 Nivôse An III (26 décembre 1794) les deux communes sont réunies sous le nom de La Roche-Chalais ; le premier maire est Jean-Pierre Trigant-Gautier le 27 Floréal An XII (mai 1804). En juillet 1808 le conseil municipal demande le changement de nom en proposant… La Roche-Napoléon.
Sous le Concordat La Roche-Chalais devient paroisse ; une souscription municipale ( 1806) permet la construction de la première église sur l'emplacement de l'ancien château.Le sanctuaire, dédié à… Saint Napoléon (!)(il devient ND de l'Assomption en 1815)possède une façade triangulaire soutenue par quatre colonnes;la nef est lambrissée et peinte, sous une charpente " la plus belle et la plus hardie que l'on verra dans le département" écrit le Maire de l'époque.Trop petit,le monument sera remplacé en 1868 par l'église actuelle, de style néogothique, et consacrée le 7 septembre 1872 par l'Evêque de Périgueux.

C’est à la fin du XIXe siècle que la petite ville de La Roche-Chalais a véritablement commencé à se développer


Le Sud du territoire devient en décembre 1888 la commune de Saint-Michel-de-Rivière.
Pendant la Grande Guerre de 1914 - 1918 un hôpital provisoire est installé dans les locaux de l'Institution Jeanne-d'Arc.
Le premier janvier 1973 une fusion avec association de Communes regroupe La Roche-Chalais, Saint-Michel-de-Rivière et Saint-Michel-l'Ecluse-et-Léparon ; la commune ainsi formée prend le nom de La Roche-de-Saint-Michel, mais ce toponyme est abandonné quelques mois plus tard, remplacé par « La Roche – Chalais ».
Au XXe siècle l'installation d'une petite industrie de chaussures, puis en 1966 d'une usine de pompes et de robinetterie industrielle devenue en 1994 filiale française d'un important groupe industriel allemand ont contribué à créer des emplois non agricoles.

La deuxième moitié du siècle a vu la construction d'équipements sportifs communaux (stade, piscine, tennis, salles de sports) et culturels (salle des fêtes, cinéma, bibliothèque, office du tourisme) ; enfin le maintien de petits commerces actifs et l'ouverture de supermarchés modernes, tout ceci a largement contribué à éviter à La Roche-Chalais de connaître la désertification de la plupart des villages ruraux.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 2008 en cours Jacques MENUT SE Cadre honoraire à la SNCF
mars 2001 mars 2008 Guy LAVILLE - Exploitant agricole
1995 2001 Raymond DUCLAUD PS Directeur d’école
1953 1995 Jean BONNICHON - Pharmacien
Décembre 1919 1953 Émile CHEYLUD - Pharmacien
1904 1919 Jean BOUFFARD - -
1903 1904 Charles PERSEGOU - -
1900 1903 GALLAIS - -
1884 1900 Fernand LAPEYRE - -
1881 1884 Pierre BARRAUD-LETANG - -
Janvier 1878 1881 NAU - -
1870 1874 Gustave d'ARLOT DE SAINT-SAUD - -
1860 1870 Jean HERIER-FONCLAIRE - -
1848 1860 Gustave d'ARLOT DE SAINT-SAUD - -
1837 1848 François PEYRE - -
1835 1837 FELLONNEAU - -
Janvier 1832 Janvier 1835 Alexandre PEYRE - -
Septembre1830 1832 Baron François-Théodore VIGENT - -
Juin 1820 1830 Augustin de SAINT-SAUD - -
Octobre 1815 1820 Nicolas DESGRAVIERES - -
Mai 1809 Octobre 1815 Vincent MERCIER-BELLEVUE - -
mai 1804 Mai 1809 Jean-Pierre TRIGANT-GAUTIER - Premier maire de la Commune le 27 Floréal An XII

Démographie

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
2 617 2 759 2 997 2 951 2 860 2 801 2 765 [9]
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

On trouve sur la commune de La Roche-Chalais de nombreuses fermes et maisons d'habitation dont la construction en pierre remonte aux XVIIe et XVIIIe siècles ; ainsi, en haut de l'avenue d'Aquitaine, la maison de Maître de « Monplaisir », une demeure construite en U autour d'une cour rectangulaire, date de la fin du XVIIIe siècle ; ses communs, son puits, sa charreterie figurent sur le premier cadastre napoléonien.
Le temple fut construit de 1843 à 1845, comme l'indique le bas-relief au-dessus du portail portant l'inscription Sainte Bible sondez les Ecritures  ; sa nef possède une galerie supérieure. Le terrain du temple, sur le domaine de « Monplaisir », avait été vendu au Consistoire protestant en 1843 par monsieur Frichou et madame, née Trigant-Gautier.
Ce lieu de culte fut désaffecté après la guerre de 1940.
Le château de la Valouze[10]. Bâti en 1861 par le baron Gustave Arlot de Saint-Saud au milieu d'une propriété de 55 hectares, l'ensemble de la construction présente une symétrie parfaite. Le boisement du parc [11] comprend des espèces exotiques : cyprès chauves, ginkgo biloba, eucalyptus associés aux pins et aux chênes-lièges.
L'église Notre-Dame de l'Assomption . Jean Hérier-Fonclaire, maire de la commune de 1860 à 1870 fait raser l'ancienne église en bois, délabrée, et reconstruire de 1868 à 1871 l'église actuelle, de style néogothique. Gustave d'Arlot de Saint-Saud propose l'architecte bordelais Labbe qui en fait les plans et les devis ; il confie les travaux à l'entrepreneur libournais Jean Moreau.

Le lutrin de l’église

L’abbé Pramil, curé de la paroisse de 1867 à 1874, bénit la nouvelle église qui est consacrée par le cardinal de Bordeaux, monseigneur Donnet, et par l’archevêque de Périgueux le 7 septembre 1872. Cette même année les familles aisées de La Roche offrent les vitraux. En 1883 le clocher accueille une deuxième cloche (la première fut fondue en 1813) ; le Comte de Saint-Saud commande au renommé Joseph Merklin l'orgue[12] qui restera sa propriété jusqu'en 1951. Sous le mandat municipal de Fernand Lapeyre, une horloge à trois cadrans est adjointe au clocher en 1898.
Si l'église n'est pas inscrite à l'inventaire des monuments historiques, le lutrin est classé au titre d'objet historique depuis 1975 ; le pupitre comprend deux aigles affrontés à têtes croisées (aigles de Saint-Jean et de Saint-Luc avec angelots et feuilles d'acanthe) ; il date du XVIIe siècle, la base et le pied du XIXe.


Le château [13] a-t-il entièrement disparu? Il a pu être reconstitué en plan et en image dans son état du début du XVIIIe siècle grâce aux procès verbaux de visites de « la terre et seigneurie de La Roche – Chalais » établis sous le Marquisat et rassemblés en 1966 par le conservateur des Archives départementales de la Gironde. Il ne resterait de nos jours qu'une partie de la grande écurie édifiée au XVIIe siècle, entre la rue du (puits) du château et celle de l'Apre-Côte.
Le moulin [14] fut édifié de 1785 à 1787 avec les pierres du château et des fortifications ; il remplaçait le moulin à grains du Marquisat à « trois meules mues par trois roues à aubes » (description de 1725) ; l'emplacement sur la rive droite de la Dronne de ce moulin ancien ruiné à la fin du XVIIIe siècle correspondrait à celui du « moulin à plâtre » désaffecté, à l'extrémité du barrage actuel.

Personnalités liées à la commune

Jean-Pierre Trigant-Gautier (1762 - 1844) fut le premier maire de La Roche-Chalais le 27 Floréal An XII.Descendants d'une famille de tapissiers (Trigant Antoine & fils ) de la Renaissance , les Trigant ont constitué longtemps la bourgeoisie protestante de La Roche-Chalais ; au XVIIe siècle des Trigant sont contrôleurs, notaires et tabellions, médecins ; au XVIIIe siècle des Trigant sont fermiers judiciaires du Marquisat ; trois branches sont anoblies : celle des Boisset et celle des De Beaumont De La Tour ; d'autres branches, les Geneste, les Gautier ont toujours des représentants dans la commune (Pierre Pascal Trigant, grand père maternel d'Elisée Reclus était percepteur de La Roche-Chalais).

Élisée Reclus (1830 - 1905) [15] , fils du pasteur [16] de La Roche-Chalais Jacques Reclus et de Zéline Trigant, passe son enfance chez ses grands parents maternels de 1831 à 1837. Géographe de terrain [17] , géopoliticien en avance sur son époque, on lui doit une œuvre monumentale, la Géographie Universelle en 19 volumes , et une réflexion profonde sur la justice et la solidarité dans la société de son temps. Il fut un des théoriciens libertaires de l'anarchisme au XIXe siècle. La mère d'Elisée passa le brevet d'institutrice et fut directrice d'école à Orthez. Les frères Reclus revenaient souvent dans la propriété familiale de La Roche, rue de la Dronne ; l'anecdote leur attribue la transformation du nom Parcault (ou Précaud ) en « Apre-Côte » pour désigner ce quartier de la Commune.

Le baron Gustave d'Arlot de Saint-Saud
Le monument d'Echourgnac



Le baron Pierre, François, Gustave d’Arlot de Saint-Saud (1818 - 1894), qui fait construire en 1861 le château de La Valouze descend de la très ancienne noblesse française datant de saint Louis.Ses ancêtres possédaient une vaste seigneurie entre Châlus et Nontron de part et d'autre d'un affluent de l'Isle, la Valouse. Il a pour bisaïeul Galaup, juge sénéchal de La Roche-Chalais, personnage à l'époque le plus important de la localité. Maire de la commune de 1848 à 1860, puis de 1870 à 1874, il contribue par ses recherches à l'assainissement et à la mise en valeur de la Double [18] ; il crée en 1864 le Comice central agricole de la Double.

Son fils, le Comte Jean-Marie, Hippolyte, Aymar d'Arlot de Saint-Saud (1853 - 1951), juriste de formation, exerce à Lourdes jusqu'en 1880. Grand pyrénéiste [19] de la fin du XIXe siècle (il fonde la section du Sud-Ouest du Club alpin français), on lui doit d'importants travaux cartographiques qui ont contribué à une meilleure connaissance des Pyrénées centrales et méridionales, ainsi que l'ouverture du tourisme de montagne.

Blason d'Arlot de Saint-Saud
autographe du comte de Saint-Saud

Il a laissé de très nombreux travaux de généalogie, d'héraldique , et des recherches météorologiques et historiques ; parmi celles-ci le Marquisat de la Roche-Chalais, publié en 1938, constitue une monographie très complète sur l’histoire de La Roche et sur ses composantes socio-économiques jusqu'à la fin du XIXe siècle.
Photographe, ses clichés sont à l'origine des plus anciennes cartes postales de La Roche-Chalais, au début du XXe siècle.
Correspondant de nombreuses sociétés savantes, il était chevalier de l'Ordre de Malte
Le château de La Valouze fut acheté en 1979 par la ville, puis revendu en 1980.


Louis-Joseph Geandreau né à La Roche-Chalais le 2 Janvier 1885, était le fils de l'horloger du village. Poète et auteur dramatique [20], fils spirituel d'Edmond Rostand (« c'était un vrai poète doué et patient… »), il fut président de la Société des Poètes de Bordeaux et du Sud-Ouest. Le lieutenant Geandreau mourut à Crouy en 1915. Le 19 septembre 1965 une plaque célébrant le poète fut apposée sur sa maison natale, avenue d'Aquitaine.



Émile Cheylud (1869 -1955), pharmacien et maire de la commune de 1919 à 1955, était originaire d'Auvergne et passionné par l'histoire de cette province ; il présidait la Société des sciences, lettres et arts de la Haute-Auvergne. Il participa à la formation de la Société d'histoire de la pharmacie et a laissé une excellente analyse de l'état et des mouvements de la population de La Roche-Chalais sous la Révolution, de l'An I à l'An X. Officier de la Légion d'honneur, il était correspondant du ministère de l'Instruction publique.

Augustin-Jean Lagoubie , né et mort à La Roche-Chalais (1875 - 1959) fut professeur en Espagne et publia en 1950 chez Plantié à Buenos Aires un roman , La Dame du Gour : un drame ayant pour cadre le village au début du XXe siècle, l'orée de la Double et les eaux profondes de la Dronne…

Robert Tatin (1885 - 1954), né à Vaudu, fut d'abord employé de banque à Paris, puis correcteur du journal L’Européen et termina sa carrière correcteur à l'imprimerie Delmas de Bordeaux. Il rassembla une documentation considérable sur la Double du Périgord, à l'origine d'un livre unique Sylva Edobola[21] publié par son épouse après sa mort en 1956. La qualité et la richesse de cet ouvrage furent récompensées la même année par la médaille de Bronze de l'Académie de Bordeaux.

Paulette Riffaud (nom d'artiste Paulette Merval) [22] est née à La Roche-Chalais, en haut de l'Apre-Côte ; pendant ses études au Conservatoire de Bordeaux elle rencontre son mari, Marcel Merkès ; le couple Paulette Meravl - Marcel Merkès assura la célébrité de l'opérette française pendant les années 1950 - 1970.

Antoine Barbreau , perruquier à La Roche au XIXe siècle, s'installe ensuite à Périgueux . Passionné de photographie, il acquiert à Paris un nouvel appareil faisant huit cartes à la fois et n'exigeant du modèle qu'une seule pose [23].

Ulysse Ballet (1894 - 1992) fut longtemps coiffeur à La Roche-Chalais ; écologiste avant l'heure et personnage anecdotique, il a publié un Monologue de la carte des liqueurs qui eut à l'époque un certain succès.

Monologue des Liqueurs

Notes et références

  1. [1] Plan de La Roche-Chalais
  2. . En 56 avant J-C les légions de Publius Crassus traversent la forêt de la Double en combattant les tribus celtes, les Pictons et les Santons. Après la romanisation de l'Aquitaine, la grande forêt prendra le nom de Saltus de Dobla
  3. Les « Mottes » étaient des postes d'observation et de surveillance mis en place par les Romains le long des voies de communication terrestres ou fluviales. Par la suite les « Mottes féodales » furent des tertres servant d'assises aux châteaux forts
  4. Le pré-latin rocca (roche en français) désigne une butte rocheuse et par extension un château fort bâti sur cette roche
  5. La généalogie de la famille de Lannes (ou de Lanes) peut être consultée dans une étude faite en 1925 par le comte de Saint-Saud : « Généalogies périgordines ». Les Lannes apporteront par alliance la Baronnie du Cubzaguais à la famille de La Tour Du Pin qui bâtira en 1787 le château du Bouilh à Saint-André-de-Cubzac sur les plans de Victor Louis
  6. La généalogie des La Tour du Pin figure en annexe II pages 480-481 des 'Mémoires de la Marquise de La Tour du Pin (1778-1815) - suivis des Extraits inédits de sa correspondance (1815 - 1846)', éditions Mercure de France 1979
  7. Partie de la commune de Saint-Aigulin en bordure de la Dronne, sur la section H de l'ancien cadastre
  8. Après la révocation de l'édit de Nantes en 1685 le « désert » est pour les protestants le lieu secret des activités cultuelles désormais interdites
  9. Insee, Population légale 2006
  10. , XIXe siècle, classé. Le domaine de La Valouze recouvre une ancienne métairie du Marquisat située sur la paroisse de Saint-Michel-de-Rivière
  11. [2]Parc et château de la Valouze
  12. [3]Église et orgue de La Roche-Chalais
  13. Les seuls travaux concernant le château et le moulin du marquisat sont l’œuvre des recherches de monsieur Jean Liebel qui a publié en 1994 Le Château de La Roche-Chalais, ses moulins, le passage aux Editions Libro-Liber. L'auteur propose page 3 un plan du château et page 24 une représentation dessinée du monument disparu
  14. Voir note 12
  15. Élisée Reclus ou la passion du Monde, Hélène Sarrasin, éditions La Découverte Paris 1985
  16. Les parents d'Élisée Reclus se sont mariés le 26 janvier 1824 à La Roche-Chalais ; sa mère, Zéline y naquit en 1802 ; le père est pasteur de la Commune de 1821 à 1827 ; Élisée voit le jour à Sainte-Foy-la-Grande le 15 Mars 1830 . Un de ses frères, Armand, participa aux travaux géographiques du percement du canal de Panama ; son buste de bronze se dresse toujours à l'entrée du canal
  17. [ http://lycee.reclus.free.fr ] La Famille Reclus
  18. Vaste région forestière et d'étangs à l'est de La Roche-Chalais, dont la capitale géographique est Echourgnac
  19. [4]le Comte pyrénéiste
  20. Pour en savoir plus sur J-L Geandreau : Sur une génération perdue Michel Suffran - paru en 1966 et réédité en 2005 par LE FESTIN, et Poètes du Périgord 1900-1956 Armand Got Editions d'Aquitaine.
  21. Sylva Edobola fut réédité en 1980 par la société MARS-APS ; le titre est emprunté aux Commentaires de Jules César qui désignait ainsi la grande forêt de la Double
  22. [5] Paulette Merval
  23. Photographes en Dordogne Thierry Boisvert. Editions La Thèque, Thierry Boisvert 2005.

Voir aussi

Liens externes


  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
Ce document provient de « La Roche-Chalais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Le Petit-Saint-Agulin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anciennes Communes De La Dordogne — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Dordogne qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes de la Dordogne — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Dordogne qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes de la dordogne — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Dordogne qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français

  • Liste des anciennes communes de la Dordogne — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Dordogne qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications du… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.