Jules De Glouvet


Jules De Glouvet

Jules de Glouvet

Jules de Glouvet, pseudonyme de Jules Quesnay de Beaurepaire (1837-1923), était un magistrat et écrivain français. En tant que procureur à la Cour d'appel de Paris, il avait dressé l'acte d'accusation contre le général Boulanger. Il donna sa démission quand l'affaire Dreyfus parvint devant la chambre criminelle de la Cour de cassation (1899) et fit campagne contre les dreyfusards. Autre pseudonyme utilisé : Lucie Herpin.

Biographie

Né le 3 juillet 1837 à Saumur (Maine-et-Loire) dans une famille de magistrats, Jules Quesnay de Beaurepaire fut en 1862 substitut au tribunal civil de La Flèche puis au Mans en 1865. Il devint procureur impérial de Mamers en 1867. En plus de sa carrière de magistrat, il fut correspondant des journaux comme La Vie parisienne et La Revue de Paris.

Lors de la guerre de 1870 il s'engage au 1er régiment d'éclaireurs de la Seine et est nommé capitaine. En 1871, il réintègre la magistrature mais ne tarde pas à démissionner considérant que ses mérites durant les hostilités n'avaient pas été suffisamment récompensés. Il devint avocat à Mortagne puis fut élu conseiller général du département de la Sarthe.

Reprenant son activité journalistique il est rédacteur en chef du journal l'Avenir de la Sarthe. En 1877, il est candidat à la députation dans l'arrondissement de Mamers sous l'étiquette républicaine mais il est largement battu. Réintégré de nouveau dans le corps des magistrats il est affecté comme substitut au tribunal de la Seine. A cette même époque il entame une carrière littéraire sous les pseudonymes de Jules de Glouvet et de Julie Herpin. Il collabore à La Revue politique et littéraire, La Nouvelle revue, La Chasse illustrée, etc. En 1881 il est procureur général près la Cour d'appel de Rennes puis deux ans plus tard avocat général à Paris. Il traite ainsi l'affaire Louise Michel et en 1883 il remplace le procureur général Bouchez, démissionnaire pour ne pas avoir voulu dresser l'acte d'accusation du général Boulanger, Rochefort et Dillon. A cette occasion Jules Quesnay de Beaurepaire devient la cible des boulangistes. En 1892 il prend en main l'affaire Ravachol puis celle du scandale de Panamá.

Mis en cause par l'opinion publique, il obtint à sa demande que la Cour de cassation soit constituée en Conseil supérieur de la magistrature. Il est nommé ensuite président de chambre à la Cour de cassation, mais il donne sa démission le 8 janvier 1899 après avoir abreuvé la presse nationaliste d'articles insultants envers ses collègues : Louis Loew, Alphonse Baud et Marius Dumas chargés de la révision du procès Dreyfus. Il adhère à la Ligue de la patrie française et écrit dans les colonnes de L'Écho de Paris. Il se proclame comme le seul adversaire compétent des révisionistes et entame une série de conférences à travers la France. Il constitue un comité contre Dreyfus avec des preuves obtenues auprès de témoins plus ou moins douteux. La cour de Rennes refusera de l'entendre. Son exaltation et l'aveuglement pour la cause dans laquelle il s'impliqua le font la cible d'escrocs qui le ruinent. Sujet à des prémices d'aliénation mentale, il est victime de nombreuses mystifications. Il est même rejeté par ses amis anti-dreyfusards les plus véhéments. Vers 1908 il publie chez Albin-Michel un roman évoquant un coup d'État instituant une dictature chargé d'établir un ordre nouveau violemment antisémite et antimaçonnique.

Il meurt à Vitrai-sous-Laigle (Orne) le 25 juillet 1923 dans le dénument le plus total. Selon le dictionnaire de Michel Mourre, il aurait été condamné quelque temps auparavant pour mendicité.

Bibliographie

  • Histoires du Vieux Temps, Paris, Calmann Lévy, 1889. Cinq récits extraits des Mémoires d'un Chevalier angevin, compagnon du roi René de Sicile : I. Histoire véritable de Hardouin de Gorges ; II. La Vengeance du Sénéchal ; III. Le Diable et l'Amour sont cousins (Maître Renard, Messire le Loup, etc.) ; IV. Le Chevalier Estrange (Guerre de Cent Ans) ; V. Menus contes de jeunesse.
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire
Ce document provient de « Jules de Glouvet ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jules De Glouvet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jules de Glouvet — Jules de Glouvet, pseudonyme de Jules Quesnay de Beaurepaire (1837 1923), était un magistrat et écrivain français. En tant que procureur à la Cour d appel de Paris, il avait dressé l acte d accusation contre le général Boulanger. Il donna sa… …   Wikipédia en Français

  • Jules de glouvet — Jules de Glouvet, pseudonyme de Jules Quesnay de Beaurepaire (1837 1923), était un magistrat et écrivain français. En tant que procureur à la Cour d appel de Paris, il avait dressé l acte d accusation contre le général Boulanger. Il donna sa… …   Wikipédia en Français

  • Jules Quesnay de Beaurepaire — Pour les articles homonymes, voir Beaurepaire. Jules Quesnay de Beaurepaire (1837 1923), était un magistrat et écrivain français, qui fut connu aussi comme écrivain sous le nom de plume « Jules de Glouvet ». En tant que procureur près… …   Wikipédia en Français

  • Französische Literatur — Französische Literatur. Die s. L. hat zu zwei verschiedenen Zeiten ihren Einfluß über das ganze gebildete Abendland ausgedehnt. Zuerst geschah es im 12. und einem Teil des 13. Jahrh., als sie die europäischen Literaturen mit Stoffen der Erzählung …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Quesnay — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Quesnay, variante graphique de Quesney, est un toponyme et patronyme normand équivalent du français chênaie. La forme picarde est Quesnoy Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • René d'Anjou — René d Anjou, ou René Ier d Anjou, ou encore René Ier de Naples ou René de Sicile, surnommé par ses sujets provençaux le Bon Roi René (né le 16 janvier 1409 à Angers mort le 10 juillet 1480 à Aix en Provence), fut seigneur… …   Wikipédia en Français

  • Quesnay de Beaurepaire — (spr. känäh dĕ bor pähr), Jules, franz. Jurist und Schriftsteller (Schriftstellername Jules de Glouvet), geb. 2. Juli 1838 in Saumur, 1889 Generalstaatsanwalt am Pariser Appellhof, 1892 Präsident der Zivilkammer des Kassationshofs; schrieb:… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • René I. — Statue Renés auf dem Cours Mirabeau in Aix en Provence René I. d‘Anjou (Renatus von Anjou), genannt René von Sizilien, René von Neapel, René der Gute, vor allem aber Le bon Roi René (* 10. Januar 1409 im Château d‘ Angers; † 10. Juli 1480 in Aix… …   Deutsch Wikipedia

  • René I. (Anjou) — René I. d’Anjou (Renatus von Anjou), genannt René von Sizilien, René von Neapel, René der Gute, vor allem aber Le bon Roi René (* 16. Januar 1409 im Château d’ Angers; † 10. Juli 1480 in Aix en Provence) war unter anderem: König René nimmt die… …   Deutsch Wikipedia

  • René d’Anjou — Statue Renés auf dem Cours Mirabeau in Aix en Provence René I. d‘Anjou (Renatus von Anjou), genannt René von Sizilien, René von Neapel, René der Gute, vor allem aber Le bon Roi René (* 10. Januar 1409 im Château d‘ Angers; † 10. Juli 1480 in Aix… …   Deutsch Wikipedia