Jean Liebault


Jean Liebault

Jean Liebault (1535-1596) était médecin et agronome, né à Dijon. Il est originaire de Dijon. Il avait épousé la fille de l'imprimeur Charles Estienne et on lui doit l'édition augmentée, en 1572, de L'Agriculture et Maison Rustique (1re édition en 1564).

Sommaire

Biographie

Il vint fort jeune à Paris, et après avoir suivi quelque temps les cours du savant L. Duret, il prit ses grades en médecine. Il pratiqua son art avec beaucoup de succès et se concilia l'amitié de ses confrères. Ayant épousé Nicole Estienne[1], fille de Charles Estienne, imprimeur, qui le préféra à Jacques Grévin. Il compléta l'ouvrage agronomique de son beau-père et le traduisit en français. Cette spéculation ne put qu'être très avantageuse à Liébault ; mais le revers de fortune qu'éprouva Charles Estienne rejaillit sur lui : il passa sa vie dans un état voisin de l'indigence et mourut le 21 juin 1596 à Paris, sur une pierre où il avait été contraint de s'asseoir dans la rue Gervais-Laurent (voir : Pierre de l'Estoile, Hist. de Henri IV).

Publications

  1. Praedium rusticum, In Quo Cuiusuis Soli vel Culti vel Inculti Platarum Vocabula ac Descriptiones, Earumque Conseredarum atque Excolendarum Instrumenta suo Ordine Describuntur. Paris, 1554. Première édition en latin de ce qui devient L’Agriculture et maison rustique, en 1564 avec Charles Estienne[2]. Paris : chez Jacques du Puys, 1564, in-4°, 155 f. ; Paris : chez Jacques du Puys, 1572, 252 p. [Gallica] ; Paris : chez Jacques du Puys, 1578 [Gallica] ; 1583 et 1586, in-4°, 394 f. ; Rouen : chez Romain de Beauvais, 1602, in-4°, 394 f. ; Rouen : chez Jean Osmont, 1613, in-4°, 672 p. ; Lyon : Ve de C. Rigaud et P. Borde, 1637, in-4°, 709 p. ; Paris : N. de La Vigne, 1640, in-4°, 664 p. ; Rouen : J. Berthelin, 1641, in-4° ; Rouen : C. Malassis, Impr. de D. et P. Geoffroy, 1658, in-4° ; Lyon : J. Carteron, 1653, in-4°, 709 p. ; Lyon : J. Olier, 1659, in-4°, 574 p. ; Rouen : Maurry, 1665-1666, in-8°, 672 p. ; Rouen : chez la Ve de G. Machuel et chez la Ve de Pierre de La Motte, 1676, in-4°, 672 p. ; Lyon : A. Molin, 1680, in-4°, 658 p. ; Lyon : chez Jean et Claude Carteron, 1680, in-4° ; Lyon : chez Laurent Meton, 1680, in-4° ; Lyon : C. Carteron et C. Amy, 1689, in-4°, 658 p. ; Rouen : chez Jean-Baptiste Besongne, 1698, in-4°, 672 p. ; Lyon : André Laurens, [1702], 677 p.[3] ;
  2. Thresor des remedes secrets pour les maladies des femmes. Pris du latin & faict François, Paris : chez Jacques du Puys, la Samaritaine, 1585.
  3. Quatre Livres des Secrets de Medecine et de la Philosophie Chymique. Esquels sont descrits plusieurs remèdes singuliers pour toutes les maladies tant internes qu'externes du corps humain. Ensemble la manière de distiller eaux, huiles, quintessences de toutes sortes de matières, preparer l'antimoine et la poudre de Mercure, faire les extractions, .... Traduits du latin (de Gasp. Wolf), Paris, 1575, 1579, 1582, in-8° ; Lyon : chez Benoist Rigaud, 1593, 1595 ; Rouen, 1628, 1645, même format[4].
  4. Thesaurus sanitatis pirtitu facilis. sêlectas ex vdfiis auctori bus. etc., Paris, 1577, in-16 ; 2e édition, revue et augmentée, par A. Scribonius, Francfort, 1578, in-8°
  5. Scholia in Jac. Hallerii commetitaria in libr. 1 Aphorismorutn Hippocratis, Paris, 1579, in-8° ; il y a plusieurs autres éditions
  6. De sanitate, fœcunditdte et mardis mulierum, ibid., 1582, in-8°, traduit en français : Trois livres de la santé, fécondité et maladies des femmes, Paris, 1582, in-8°[5]
  7. De cosmetica seu ornalîi et decoratione, etc., Paris, 1582, in-8° ; traduit en français sous ce titre : Trois livres de l'embellissement et ornement du corps humain, ibid., 1582, in-8°[6]

Antoine du Verdier attribue encore à Liébault le Trésor et remède de la vraie guérison de la peste, avec plusieurs déclarations dont elle procède, Lyon, in-8° ; et Pierre Bayle : De prœcavendis curandisque vénéras.

Voir aussi

Notes

  1. On a dit, d'après La Croix du Maine, qu'aucun de ses ouvrages n'avait été imprimé. On trouve cependant dans le Catalogue de la bibliothèque de Paris : les Misères de la femme mariée, mises en forme de stances par madame Liébault (Paris : P. Mesnier, in-8°) ; et Joly (Remarq. sur le Dict. de Bayle) en cite, d'après le Catalogue du baron d'Hohendorff, une autre édition (Rouen, 1597, in-12).
  2. La trad. de 1'Agriculture, etc., avait paru dès 1564, année de la mort de Charles Estienne. L'édition de l'année 1572 est meilleure que les précédentes, quoiqu'elle contienne beaucoup d'absurdités. (Voir la Bibliogr. agronom., n° 25.]. L'ouvrage est divisé en livres qui traitent de la ferme et de ses dépendances, des jardins à fleurs et parterres, des vergers, des prés et prairies des terres labourables, des vignes, et enfin des garennes et oiseaux. L'édition de Lunéville, 1577, in-8°, fut augmentée par Liébault d'un Bref recueil des chasses du cerf, du sanglier, du lièvre, du renard du blaireau, du conil et du loup. La Chasse au loup était déjà paru dans l'édition de 1566. (Voir : Clamorgan).
  3. Pour les éditions successives : Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (4. 1564)
  4. Les dernières éditions sont encore recherchées. C'est la version française de la seconde partie du Thesaurus Euonimy Philatri de Remediis Secretis de Conrad Gesner (1516-1565), effectuée par Jean Liébault. Il dit dans la préface qu'il s'est « esbattu l'espace de quelques veilles, non tant à la traduire en François qu'à la paraphraser, mesme la revoir soigneusement et l'augmenter de plusieurs singulières destillations &raquo. Ce manuel pratique contient la description de nombreuses substances et les opérations chimiques pour les obtenir. On y trouve des références à Raymond Lulle, à Paracelse, etc.
  5. Ce livre n'est point une traduction de celui de Marinello, comme on l'a prétendu ; mais il n'est pas extraordinaire que Liébault se soit souvent rencontré avec le médecin italien, puisqu'il traitait le même sujet. Le traducteur français de l'ouvrage de Liébault en a retranche plusieurs détails que la décence ne permet pas d'exprimer en notre langue. En terminant cet ouvrage, Liébault en promettait un autre qui n'a pas vu le jour, Sur la manière de nourrir et élever les enfants (Joly, Rem. sur le Dictionnaire de Bayle).
  6. La traduction est recherchée des curieux.

Sources

  • « Jean Liebault », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition, 1843-1865 [détail de l’édition]
  • Antonio Saltini, Storia delle scienze agrarie, t.I Dalle origini al Rinascimento, Edagricole, Bologna 1984, pp. 257-269

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Liebault de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean Liébault — Jean Liebault Jean Liebault (1535 1596) était médecin et agronome, né à Dijon. Il est originaire de Dijon. Il avait épousé la fille de l imprimeur Charles Estienne et on lui doit la traduction française du livre de celui ci La Maison Rustique.… …   Wikipédia en Français

  • Jean Liebault — (1535 1596) was a doctor and agronomist, born in Dijon. He married the daughter of the printer Charles Estienne and was given the French translation of Estienne s book La Maison Rustique ( The Rustic House ). He translated or authored the medical …   Wikipedia

  • Jean Liébaut — Jean Liebault Jean Liebault (1535 1596) était médecin et agronome, né à Dijon. Il est originaire de Dijon. Il avait épousé la fille de l imprimeur Charles Estienne et on lui doit la traduction française du livre de celui ci La Maison Rustique.… …   Wikipédia en Français

  • Nicole Estienne — Pour les articles homonymes, voir Estienne. Nicole Estienne, née à Paris vers l an 1545 et morte après 1584, est une femme de lettres française. Sommaire 1 Biographie 2 …   Wikipédia en Français

  • Chestnut — For other uses of chestnut , see Chestnut (disambiguation). For other uses of chinquapin or chinkapin , see Chinquapin (disambiguation). Chestnut Sweet Chestnut Castanea sativa Scientific clas …   Wikipedia

  • Projet:Médecine/Index — Articles 0 9 1,2 dibromo 3 chloropropane · 112 (numéro d urgence européen) · 1935 en santé et médecine · 1941 en santé et médecine · 1er régiment médical · 2 iodothyronine déiodinase · 2,4,6 trichlorophénol · 2005 en santé et médecine · 2006 en… …   Wikipédia en Français

  • Gaufre (cuisine) — Pour les articles homonymes, voir Gaufre. Gaufre de Bruxelles, dite « Gaufre belge ». Une gaufre est un mets de pâte légère cuite entre deux plaques métalliqu …   Wikipédia en Français

  • Lapin domestique — Pour les articles homonymes, voir Lapin (homonymie) et Lapin. Un lapin rex dalmatien, une des nombreuses races de lapins domestiques. Le lapin domestique …   Wikipédia en Français

  • Oublie — Reconstitution graphique d une oublie d après la palette de fer placée ci dessous. Une oublie est une pâtisserie qui date du Moyen Âge. Mince et de forme ronde, elle est composée de farine et d eau, de lait ou de vin blanc[1 …   Wikipédia en Français

  • André Mollet — (died before 16 June 1665) was a French garden designer, the son of Claude Mollet mdash;gardener to three French kings mdash;and the grandson of Jacques Mollet, gardener at the château d Anet, where Italian formal gardening was introduced to… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.