Jean-Claude Pascal

Jean-Claude Pascal

Jean-Claude Pascal

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Jean-Claude Pascal (à droite) et le photographe Horst Grund en 1968

Nom de naissance Jean-Claude Villeminot
Naissance 24 octobre 1927
Paris, Drapeau de France France
Nationalité Flag of France.svg française
Décès 5 mai 1992
Clichy-la-Garenne (France)
Profession Acteur, chanteur, écrivain, historien, styliste, auteur-compositeur

Jean-Claude Pascal, de son vrai nom Jean-Claude Roger Henri Villeminot, né à Paris le 24 octobre 1927 et décédé à Clichy-la-Garenne le 5 mai 1992, est un acteur, chanteur et écrivain français. Il s'est volontairement engagé à 17 ans (en 1944) dans la 2e Division blindée, avec laquelle il pénètre dans Strasbourg encore occupée. Il reçoit la Croix de guerre[1].

Après avoir abandonné le métier de styliste de mode pour faire une carrière théâtrale à la fin des années 1940, Jean-Claude Pascal se lance dans le cinéma au début des années 1950, incarnant des rôles de séducteur. Au milieu des années 1950, il se lance également dans la chanson en tant que chanteur de charme. Au début des années 1970, il se reconvertit en écrivain et en historien, publiant des romans noirs et des romans historiques, ainsi que ses Mémoires. Il est commandeur des Arts et des Lettres et chevalier de la Légion d'honneur. Il meurt en 1992, presque oublié.

Sommaire

Débuts

Issu d'une famille d'industriels du textile, Jean-Claude Villeminot commence sa carrière professionnelle, juste après la Seconde Guerre mondiale, comme modéliste-dessinateur d'abord chez Hermès, puis chez les couturiers Christian Dior et Roger Piguet ; il devient aussi modèle du fait de son physique avantageux. Il met ensuite ses talents de styliste au service du théâtre, en dessinant des costumes, notamment pour la pièce Dom Juan de Molière mise en scène par Louis Jouvet. Très vite, se sentant appartenir au monde du théâtre, il décide de devenir comédien et, après avoir suivi les cours d'art dramatique de René Simon, il fait ses débuts sur les planches en 1949, aux côtés de Pierre Renoir d'abord, puis de 1950 à 1952, dans La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils, il est le partenaire de la grande Edwige Feuillère[2]. C'est alors qu'il prend le nom de Jean-Claude Pascal, sa famille l'obligeant à en changer (pas de saltimbanque dans la famille !).

Carrière au cinéma

Grand, élancé, le regard ténébreux, une diction classique héritée de sa formation de comédien de théâtre, Jean-Claude Pascal est le type même du séducteur romantique qu'affectionnait le cinéma français des années 1950.

Le mal aimé

Jean-Claude Pascal fait partie des acteurs les plus méprisés par la critique française[3] car il fut de ce cinéma populaire assassiné par la Nouvelle Vague, et il est aujourd'hui oublié du public et absent des commémorations médiatiques, malgré sa reconversion réussie dans la chanson[4].

Pourtant il fut une idole du grand public. En effet, les metteurs en scène populaires qui le dirigèrent (les Ralph Habib, Léonide Moguy, plus tard Pierre Gaspard-Huit) sont pour la plupart ignorés par les historiens du cinéma ou dénigrés (Guinguette (1958) de Delannoy est jugé « soigné mais impersonnel » et Les Arrivistes (1960) de Daquin « conventionnel »[5]). Il faut reconnaître – et Jean-Claude Pascal le faisait volontiers – que, malgré des collaborations intéressantes avec Alexandre Astruc ou Pierre Schoendoerffer, l'acteur se contenta souvent de « vendre sa gueule » comme il le disait lui-même.

Le bien aimé

Partenaire d'Anouk Aimée, des « scandaleuses » Françoise Arnoul et Martine Carol, de Zizi Jeanmaire, de Bardot débutante, des bombes italiennes Gianna Maria Canale et Gina Lollobrigida (avec cette dernière dans Le Grand Jeu (1954), le pire film de Robert Siodmak), de Romy Schneider et Michèle Mercier, mais aussi de Maria Mauban, Renée Saint-Cyr, Pascale Roberts, Anne Vernon ou encore Madeleine Robinson, toutes des gloires du cinéma français traditionnel, le beau Jean-Claude doit d'ailleurs son premier succès (sur les planches) à une femme, Edwige Feuillère.

Décoloré en blond pour Le Jugement de Dieu (1949), sa première apparition au cinéma dirigée par le vétéran Raymond Bernard qui l'a repéré par hasard[6], il incarne le prince Albert de Bavière.

Le jeune homme perce dès son quatrième film, Un grand patron (1951) d'Yves Ciampi, grand succès dans les salles, où il s'affronte au monumental Pierre Fresnay. La reconnaissance critique vient grâce au moyen métrage d'Alexandre Astruc Le Rideau cramoisi (1951), son seul rôle qui le sauve aux yeux des historiens pointilleux du cinéma et qui exprime avec bonheur la tendance cynique de sa personnalité.

L'idole de l'écran

Le costume historique sied à merveille à un Jean-Claude Pascal romantique en diable, doué d'un charme volontiers canaille et non dénué de fantaisie. Après Le Chevalier de la nuit (1953), sur un scénario et des dialogues de Jean Anouilh, l'acteur incarne Milord l'Arsouille (1955) puis le « caprice » dans Un caprice de Caroline chérie (1952)[7]. Il prête aussi sa distinction au supposé amant de Marie-Antoinette, Axel de Fersen, dans Si Versailles m'était conté (1953) de Sacha Guitry, et dans une production plus tardive, La Belle et l'empereur (1959), au tsar Alexandre Ier.

Interprète de Barbey d'Aurevilly (Le Rideau cramoisi) et de Honoré de Balzac (Les Arrivistes (1960) d'après La Rabouilleuse), Jean-Claude Pascal semble abonné au romanesque puisqu'on le retrouve en 1956 dans une adaptation de Guy Des Cars, La Châtelaine du Liban, et en 1959 dans une adaptation de Pierre Loti, Pêcheur d'Islande, où l'acteur « s'y croit un peu, en loup de mer barbu » selon le critique Aurélien Ferenczi. Les scénarios de certains de ses films sont cosignés par Jacques Companeez ou Pierre Lary.

Au fil des tournages, il fréquente la fine fleur de l'actorat : le comique italien Toto et Simone Simon, Erich von Stroheim, Arletty, Yves Robert, Danielle Darrieux, Jeanne Moreau alors en pleine ascension, Juliette Gréco, Paul Meurisse, Raymond Rouleau, Roger Hanin, Charles Vanel, auquel il succède dans Pêcheur d'Islande, Annie Girardot, Valérie Lagrange.

En revanche il participe rarement à des productions étrangères. Tout juste figure-t-il dans quelques films italiens et dans Opération Opium (1966), signé par Terence Young, réalisateur des premiers James Bond.

Jean-Claude Pascal finit en « Grand Eunuqque du Sultan du Maroc » dans Angélique et le sultan (1968), le dernier épisode de la série Angélique (dans le roman d'Anne Golon, son personnage est noir, obèse et totalement féminisé) [8] Son dernier film date de 1970 : Les Toits de Saint-Paul d'Alfred Weidenmann.

Reconversions

Jean-Claude Pascal en 1970 à Gambais

Jean-Claude Pascal opèrera deux reconversions : chanteur puis écrivain. Comme chanteur, il participera à deux reprises au concours Eurovision de la chanson en 1961 pour le Luxembourg, où il remportera le 1er prix avec le grand succès de l'époque « Nous les amoureux », et vingt ans après, pour le Luxembourg toujours, avec « C'est peut-être pas l'Amérique ». Comme écrivain, il débutera avec ses Mémoires (Le Beau masque) (1986), écrits de sa main propre et poursuivra avec des ouvrages historiques - ainsi La Reine maudite (1988), biographie-fleuve de Marie Stuart, qui lui a demandé cinq années de travail.

Le chanteur

Après des débuts musicaux très remarqués, en 1958, autour de chansons telles que Soirées de prince de Pierre Delanoë, Jean-Claude Pascal donne en 1961 son premier récital à Bobino avec des chansons signées par les jeunes auteurs que sont alors Jean Ferrat, Serge Gainsbourg et Bernard Dimey (dont il sera l'interprète « le plus pertinent » avec Quarante ans, Chanson pour terminer, Le Roi lune, J'ai cinquante ans ce soir). La même année, il a un succès retentissant en remportant le Grand Prix de l'Eurovision, pour le compte du Luxembourg, avec le titre Nous les amoureux de Maurice Vidalin et Jacques Datin. Le public ne se doute pas que les paroles dénoncent en fait la répression des amours homosexuelles mais prédisent une évolution prochaine des esprits à leur égard, ainsi que le chanteur devait le reconnaître plus tard[9],[10].

Il représentera à nouveau le Luxembourg au concours de l'Eurovision vingt ans plus tard, en 1981, avec la chanson C'est peut-être pas l'Amérique, classée 11e. En 1962, il obtient le prix de l'Académie Charles-Cros. En 1967, il reprend avec succès en Allemagne – et en allemand – le tube international de Pascal Danel, Kilimandjaro.

Chanteur de charme polyglotte, il enregistrera au cours de sa carrière plus de 50 albums, et connaîtra le succès dans de nombreux pays. Sa voix suave et profonde lui permet de servir une interprétation sensible d'auteurs-compositeurs-interprètes comme Charles Aznavour, Guy Béart, Gilbert Bécaud, Guy Bontempelli, Barbara ou Jacques Brel.

Il ralentit sa carrière de chanteur à partir des années 1970, pour reprendre du service en tant qu'acteur, principalement dans des productions télévisées et au théâtre – notamment Adieu Prudence de Barillet et Grédy, aux côtés d'Alain Feydeau et Françoise Christophe. Il enregistre un dernier album de chansons en 1983, dont la plupart des textes furent rédigés par Gilbert Sinoué, devenu écrivain depuis. À partir cette époque, il ne se consacrera plus qu'à l'écriture.

Caveau de la branche maternelle de la famille de Jean-Claude Pascal au Cimetière du Montparnasse.

L'écrivain

Jean-Claude Pascal publie en mars 1986 Le Beau Masque, Mémoires partiels où il ne s'attache qu'à narrer certaines parties de sa vie, en particulier sa carrière cinématographique, au travers des rencontres avec des actrices qui lui ont laissé un bon ou un mauvais souvenir. Puis il se lance dans l'écriture de romans policiers : Le Panier de crabes (novembre 1986) et ses suites Le Fauve (février 1987) et La Garce (avril 1987). Il est également l'auteur de romans : L'Arc-en-ciel de novembre (mars 1989) et L'Enfant et les Giboulées (janvier 1990). Par ailleurs, encouragé par Philippe Erlanger, il s'adonne à sa passion pour l'histoire et fait œuvre d'historien avec les biographies historiques La Reine maudite en mars 1988 et L'Amant du roi en mai 1991 [11].

À la télévision et au théâtre

La télévision et le théâtre lui vaudront encore quelques succès. Il s'illustre notamment dans le feuilleton Le Chirurgien de Saint-Chad (1976), réalisé par Jean Siegrist, avec Françoise Christophe et Jacques Dumesnil, et dans la pièce Adieu Prudence (1985), de Leslie Stevens, adaptée par les incontournables Barillet et Grédy, réalisée pour la série Au théâtre ce soir par Pierre Sabbagh avec de nouveau Françoise Christophe. Il a également touché à la mise en scène – avec succès – pour Bérénice à l'auditorium Maurice Ravel de Lyon en 1982.

Décès

Souffrant d'un cancer de l'estomac, Jean-Claude Pascal meurt à l'hôpital Beaujon (Clichy-la-Garenne) près de Paris à 64 ans, le 5 mai 1992, dans une relative indifférence médiatique, malgré son immense popularité auprès du public dans les années 1950 et 1960. Ses cendres sont dispersées dans la baie du Mont Saint-Michel et dans la baie d'Hammamet en Tunisie[12]. Une pancarte portant son nom a été placée par sa mère, née Lemoine-Dessouches, à la porte de la chapelle du caveau familial au cimetière Montparnasse, bien qu'il n'y repose pas.

De son vivant, Jean-Claude Pascal fut sacré plusieurs années de suite « homme le plus élégant de France »[13]. Sa garde-robe eut droit en 2004 aux honneurs du musée de la chemiserie et de l’élégance masculine à Argenton-sur-Creuse dans l'Indre[14].

Filmographie

Cinéma

  • 1973 : La Couture Française (court métrage) de Pierre Unia : narrateur

Télévision

  • 1961 : On vous écrira (Téléfilm)
  • 1963 : Teuf-Teuf (Téléfilm)
  • 1964 : Sans merveille (Téléfilm)
  • 1964 : Vol 272 (Série TV) : Marc
  • 1965 : Une nuit sans lendemain (Téléfilm) : L'acteur / Le cadet / Le cheik / La paysan / L'adolescent
  • 1966 : Comment ne pas épouser un milliardaire, de Roger Iglésis : le commandant Jean Leroy-Dantec
  • 1972 et 1985 : Au théâtre ce soir (Série TV ) : Fred Russel / Blanchet
  • 1973 : Le temps de vivre , le temps d'aimer (Série TV) : Jean
  • 1976 : Le chirurgien de Saint-Chad (Série TV) : le Dr Patrick Villaresi
  • 1983 : L'attrapeur (Liebe LäBt alle Blumen blühen) (Téléfilm) : La marquis de Formentière

Théâtre

Publications

Notes et références

  1. Jean-Claude Pascal, acteur-chanteur, Hexagone Gay : « En 1944, il n'a que 17 ans et il s'engage volontairement dans l'armée de Libération de la France. Avec la 2ème Division blindée, il entrera dans Strasbourg encore pas libérée du joug nazi. Cela lui vaudra la Croix de Guerre. »
  2. Cf. Eric Bonnefille, Raymond Bernard : fresques et miniatures, Editions L'Harmattan, 2010, 308 p., p. 58
  3. Dictionnaire du cinéma français, Références Larousse
  4. Semblable constat est fait en 2004 par une admiratrice (Michèle Bricard, Mon Mandala de vie, Éditions Le Manuscrit, p. 152) : « il est mort dans l'indifférence en 1992, ce n'était pas une star, mais tout de même, il a tourné, il a joué au théâtre, il a chanté, il a même gagné le Prix Eurovision (Nous les amoureux), il a écrit des livres historiques. »
  5. ibidem
  6. Cette découverte est racontée dans la biographie de ce metteur en scène écrite par Eric Bonnefille, Raymond Bernard : fresques et miniatures, Éditions L'Harmattan, 2010, 308 p., pp. 58-59.
  7. Jean-Claude Pascal (1927/1992) : « Face à Martine Carol, dans « Un caprice de Caroline Chérie », il incarne… le caprice ! »
  8. Claude Cotard, dans La Rose et la rapière (TheBookEdition, s. d., p. 184), ne se prive pas d'évoquer « l'inénarrable composition de Jean-Claude Pascal en Grand Eunuque du Sultan du Maroc ».
  9. Jean-Claude Pascal, acteur-chanteur, op. cit. : « Ce que ses contemporains ne savent pas, à part le cercle averti des milieux homosexuels, c'est que les paroles de cette chanson ont été écrites pour dénoncer la répression contre les amours homosexuelles [...]. Mais ces paroles sont aussi prémonitoires car elles annoncent que "l'heure va sonner des nuits moins difficiles - et je pourrai t'aimer sans qu'on en parle en ville...". Jean-Claude Pascal reconnaîtra bien plus tard, cette belle farce qu'il a joué à cette société qui n'y a vu que du feu... de l'amour, bien entendu. »
  10. Dans son Dictionnaire des codes homosexuels : de A à H (Éditions L'Harmattan, 2008, p. 45), Philippe Ariño, voit, dans les paroles de cette chanson, des allusions à l'homosexualité : « Le personnage homosexuel se qualifie de personne "amoureuse" plutôt que d'"homosexuelle" pour éviter de se définir, de regarder ses propres actes , et d'aimer sur la durée. »
  11. Biographie qui évoque, sous un angle historique, l'amour du roi Louis XIII pour son favori de Luynes, cf Jean-Claude Pascal, acteur-chanteur, op. cit.
  12. Ville où il possédait une résidence, collée aux remparts de la médina qui surplombent la mer. Cf. Guide Vert Michelin 2011, 434 p., p. 204.
  13. Revue des musées de France, Nos 4 à 6, 1975.
  14. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias, Châteauroux : escapade dans l'Indre, Petit Futé, 2005, p. 181.

Bibliographie

  • Jean Anatole, Jean-Claude Pascal : le bel élégant, 1996, 43 p.
  • Musée de la chemiserie et de l'élégance masculine, Jean-Claude Pascal, sa garde-robe de l'être au paraître, 2004, 119 p.

Liens externes

Précédé par Jean-Claude Pascal Suivi par
Jacqueline Boyer
Gagnant du Concours Eurovision de la chanson
1961
Isabelle Aubret
Camillo Felgen
Représentant luxembourgeois au Concours Eurovision de la chanson
1961
Camillo Felgen
Sophie & Magaly
Représentant luxembourgeois au Concours Eurovision de la chanson
1981
Svetlana



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Claude Pascal de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Jean-claude pascal — Nom de naissance Jean Claude Villeminot Naissance 24 octobre 1927 Paris, France Nationalité(s) Française Décès …   Wikipédia en Français

  • Jean-Claude Pascal — (sitzend) mit dem Fotografen Horst Grund im Jahr 1968 Jean Claude Pascal (* 24. Oktober 1927 in Paris, Frankreich; † 5. Mai 1992 ebenda; eigentlich Jean Claude Villeminot) war e …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-Claude Pascal — (derecha) y el fotógrafo Horst Grund en 1968. Datos generales …   Wikipedia Español

  • Jean-Claude Pascal — (b. October 24, 1927 in Paris, France as Jean Claude Villeminot. d. May 5, 1992).After surviving the Second World War in Straßburg, Pascal first studied at the Sorbonne university and then turned to fashion designing for Christian Dior. On his… …   Wikipedia

  • Jean-Claude Villeminot — Jean Claude Pascal (sitzend) im Jahr 1968 Jean Claude Pascal (* 24. Oktober 1927 in Paris, Frankreich; † 5. Mai 1992 ebenda; eigentlich Jean Claude Villeminot) war ein französischer Modedesigner, Schaus …   Deutsch Wikipedia

  • Jean-claude dreyfus — Pour les articles homonymes, voir Dreyfus. Jean Claude Dreyfus est un acteur français né le 18 février 1946 (63 ans) à Paris (France). Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Jean-claude caron — Pour les articles homonymes, voir Caron. Jean Claude Caron (né le 21 juin 1955) est un historien français. Sommaire 1 Biographie 2 Publications …   Wikipédia en Français

  • Jean-Claude Brialy — (1992) Données clés Naissance 30 mar …   Wikipédia en Français

  • Jean-claude brialy — Jean Claude Brialy (1992) Naissance 30 mars 1933 Aumale, Algérie …   Wikipédia en Français

  • Jean claude Brialy — Jean Claude Brialy (1992) Naissance 30 mars 1933 Aumale, Algérie …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»