Jacques III d'Angleterre


Jacques III d'Angleterre

Jacques François Stuart

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges.
Jacques François Stuart

Jacques François Édouard Stuart dit le chevalier de Saint-George (20 juin 1688, palais Saint-Jacques[1] de Londres1er janvier 1766, palais Balestra, Rome), fut prince de Galles de 1688 à 1689. Il est le fils du roi Jacques II d'Angleterre et d'Irlande et VII d'Écosse (1633-1701) et de sa 2e épouse, la princesse Marie de Modène (1658-1718).

Sommaire

Prétentions au trône d'Angleterre et d'Écosse

Héritier à la mort de son père des droits des Stuarts aux trônes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, il fut proclamé roi "Jacques III d'Angleterre et d'Irlande et VIII d'Écosse" le 16 septembre 1701 au château de Saint-Germain-en-Laye où il vit avec sa cour composée principalement d'Ecossais et d'Anglais qui le reconnaissent comme leur souverain. À l'échelle européenne seuls la France, l'Espagne, Modène, ainsi que le Saint-Siège le reconnaissent pour roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande.

Soutenu par Louis XIV, il participe à la campagne de Flandres en 1708-1709 (bataille de Malplaquet en 1709) aux côtés des petits-fils du roi. La France tente d'organiser son débarquement en Écosse pour soulever le pays mais une tentative en 1708 ne lui permet même pas de débarquer. Le traité d'Utrecht en 1713 contraint le roi de France à lui refuser l'asile.

En février 1713, Jacques Stuart s'installe donc à Bar-le-Duc capitale du Barrois où il mène la belle vie, fréquentant le duc de Lorraine Léopold Ier, neveu par alliance de Louis XIV, et ses parents aux château de Lunéville et à Commercy. En 1715, entendant profiter du mécontentement suscité par l'avènement de George Ier de Hanovre sur les trônes britanniques et irlandais, les jacobites tentent de fomenter un nouveau soulèvement avec le soutien de Henry Bolingbroke qui a perdu tout crédit après la mort de la reine Anne. Cette nouvelle tentative, connue sous le nom de The Fifteen dans l'histoire britannique, est financée par l'Espagne et bénéficie de complicités françaises à défaut d'une aide officielle mais lorsque "Jacques VIII et III" (comme il est connu par ses adhérents en Écosse) débarque en Écosse au nord d'Aberdeen le 22 décembre 1715 (anc. style), c'est pour découvrir que l'armée levée par le comte de Mar s'est en grande partie dispersée à la suite de la bataille incertaine de Sheriffmuir le 10 novembre. Malade, peu sûr de lui, "Jacques VIII et III" doit fuir à nouveau devant l'arrivée d'une armée britannique commandée par Argyll alors qu'il préparait son couronnement de roi d'Écosse : il rembarque pour la France le 4 février 1715.

Après cet échec, le "Vieux Prétendant" - comme le désigne l'historiographie whig pour le distinguer de son fils Charles-Édouard appelé le Jeune Prétendant - doit aussi se résoudre à quitter son refuge Lorrain car une pression diplomatique s'exerce sur le duc Léopold. Le catholique Jacques Stuart trouve refuge sur les terres du pape, d'abord en Avignon avant de gagner Rome en 1717.

En 1719, une nouvelle tentative pour le restaurer, soutenue par l'Espagne, échoue : la flotte qui devait l'emmener est dispersée et ruinée par une tempête au large du cap Finisterre tandis qu'en Écosse une armée jacobite est écrasée dans la passe de Glenshiel. Cet épisode, baptisé The Nineteen est la dernière tentative de "Jacques III et VIII" (comme il est connu par ses adhérents au dehors de l'Écosse) pour recouvrer ses États en personne. Son fils ainé (voire suivant) sera à la tête de la toute dernière tentative en 1745 - 1746 au nom du roi "Jacques III et VIII" avec la commission de "Prince de Galles, Prince Régent et Lieutenant des Royaumes".

Mariage et descendance

De retour à Rome, il épouse au palais épiscopal de Montefiascone (au nord de Rome) le 3 septembre 1719 la princesse Clémentine Sobieska (1702-1735), petite-fille du roi Jean III de Pologne. Ils eurent deux fils :

Articles connexes

Notes

  1. Saint James

Voir aussi

Précédé par Jacques François Stuart Suivi par
Jacques II
Lancashire rose.svg
Jacques III
prétendant jacobite aux trônes d'Angleterre et d'Irlande
1701-1766
Charles III
Jacques VII
Chardon écossais.svg
Jacques VIII
prétendant jacobite au trône d'Écosse
1701-1766
  • Portail de l’Écosse Portail de l’Écosse
Ce document provient de « Jacques Fran%C3%A7ois Stuart ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jacques III d'Angleterre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacques Ier d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Jacques Ier. Jacques Ier …   Wikipédia en Français

  • Jacques II d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Jacques II. Jacques II Le roi Jacques II et VII, Sir Peter Lely …   Wikipédia en Français

  • Jacques III —  Cette page d’homonymie répertorie les différents souverains partageant un même nom. Jacques III est un nom porté par plusieurs souverains, princes ou prétendants au trône européens : Jacques III (1315 1349), roi de Majorque de 1324 à… …   Wikipédia en Français

  • Jacques III De Majorque — Pour les articles homonymes, voir Jacques III …   Wikipédia en Français

  • Jacques iii de majorque — Pour les articles homonymes, voir Jacques III …   Wikipédia en Français

  • Jacques III de Majorque — Pour les articles homonymes, voir Jacques III. Cette illustration du llivre de privilegis de Majorque rep …   Wikipédia en Français

  • Jacques III d'Écosse — Pour les articles homonymes, voir Jacques III. Jacques III Jacques III …   Wikipédia en Français

  • Guillaume III d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Guillaume III. Guillaume III …   Wikipédia en Français

  • Édouard III d'Angleterre — « Édouard III » redirige ici. Pour la pièce de théâtre que Shakespeare a tirée de la vie du présent monarque, voir Édouard III (Shakespeare). Pour les autres significations, voir Édouard III (homonymie). Pour les articles homonymes,… …   Wikipédia en Français

  • Henri III d'Angleterre — Pour les articles homonymes, voir Henri et Henri III. Henri III …   Wikipédia en Français