Isabel Peron


Isabel Peron

Isabel Martínez de Perón

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perón.
Isabel Martínez de Perón
42e présidente de la Nation argentine
Isabelita.jpg

Actuellement en fonction
Mandat
1er juillet 1974 - 24 mars 1976
Depuis le 1er juillet 1974
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Élu(e) le
Parti politique Parti justicialiste
Prédécesseur Juan Perón
Successeur Jorge Videla
Élu(e) le {{{élection2}}}
Élu(e) le {{{élection3}}}
Élu(e) le {{{élection4}}}

Autres fonctions
Présidente de la Nation argentine par intérim
Mandat
29 juin 1974 - 1er juillet 1974
Président {{{président1}}}
Président de la République {{{président de la république1}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat1}}}
Monarque {{{monarque1}}}
Gouverneur général {{{gouverneur1}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil1}}}
Premier ministre {{{premier ministre1}}}
Chancelier {{{chancelier1}}}
Gouvernement {{{gouvernement1}}}
Prédécesseur Juan Perón
Successeur elle même

28e Vice-Présidente de la Nation argentine
Mandat
12 octobre 1973 - 1er juillet 1974
Président Juan Perón
Président de la République {{{président de la république2}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat2}}}
Monarque {{{monarque2}}}
Gouverneur général {{{gouverneur2}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil2}}}
Premier ministre {{{premier ministre2}}}
Chancelier {{{chancelier2}}}
Gouvernement {{{gouvernement2}}}
Prédécesseur Vicente Solano Lima
Successeur Víctor Martínez

{{{fonction3}}}
Mandat
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président {{{président3}}}
Président de la République {{{président de la république3}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat3}}}
Monarque {{{monarque3}}}
Gouverneur général {{{gouverneur3}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil3}}}
Premier ministre {{{premier ministre3}}}
Chancelier {{{chancelier3}}}
Gouvernement {{{gouvernement3}}}

{{{fonction4}}}
Mandat
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président {{{président4}}}
Président de la République {{{président de la république4}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat4}}}
Monarque {{{monarque4}}}
Gouverneur général {{{gouverneur4}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil4}}}
Premier ministre {{{premier ministre4}}}
Chancelier {{{chancelier4}}}
Gouvernement {{{gouvernement4}}}

{{{fonction5}}}
Mandat
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président {{{président5}}}
Président de la République {{{président de la république5}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat5}}}
Monarque {{{monarque5}}}
Gouverneur général {{{gouverneur5}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil5}}}
Premier ministre {{{premier ministre5}}}
Chancelier {{{chancelier5}}}
Gouvernement {{{gouvernement5}}}

{{{fonction6}}}
Mandat
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président {{{président6}}}
Président de la République {{{président de la république6}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat6}}}
Monarque {{{monarque6}}}
Gouverneur général {{{gouverneur6}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil6}}}
Premier ministre {{{premier ministre6}}}
Chancelier {{{chancelier6}}}
Gouvernement {{{gouvernement6}}}

{{{fonction7}}}
Mandat
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président {{{président7}}}
Président de la République {{{président de la république7}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat7}}}
Monarque {{{monarque7}}}
Gouverneur général {{{gouverneur7}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil7}}}
Premier ministre {{{premier ministre7}}}
Chancelier {{{chancelier7}}}
Gouvernement {{{gouvernement7}}}

{{{fonction8}}}
Mandat
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président {{{président8}}}
Président de la République {{{président de la république8}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat8}}}
Monarque {{{monarque8}}}
Gouverneur général {{{gouverneur8}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil8}}}
Premier ministre {{{premier ministre8}}}
Chancelier {{{chancelier8}}}
Gouvernement {{{gouvernement8}}}

{{{fonction9}}}
Mandat
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président {{{président9}}}
Président de la République {{{président de la république9}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat9}}}
Monarque {{{monarque9}}}
Gouverneur général {{{gouverneur9}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil9}}}
Premier ministre {{{premier ministre9}}}
Chancelier {{{chancelier9}}}
Gouvernement {{{gouvernement9}}}

{{{fonction10}}}
Mandat
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président {{{président10}}}
Président de la République {{{président de la république10}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat10}}}
Monarque {{{monarque10}}}
Gouverneur général {{{gouverneur10}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil10}}}
Premier ministre {{{premier ministre10}}}
Chancelier {{{chancelier10}}}
Gouvernement {{{gouvernement10}}}

{{{fonction11}}}
Mandat
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président {{{président11}}}
Président de la République {{{président de la république11}}}
Chef de l’État {{{chef de l'etat11}}}
Monarque {{{monarque11}}}
Gouverneur général {{{gouverneur11}}}
Président(s) du
Conseil
{{{président du conseil11}}}
Premier ministre {{{premier ministre11}}}
Chancelier {{{chancelier11}}}
Gouvernement {{{gouvernement11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 4 février 1931 (78 ans)
Argentine La Rioja (Argentine)
Décès {{{décès}}}
{{{lieu décès}}}
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité argentine
Conjoint(s) Juan Perón
Enfant(s) {{{enfants}}}
Diplômé {{{université}}}
Profession Danseuse
Occupations {{{occupation}}}
Résidence(s) {{{résidence}}}
Religion {{{religion}}}
Signature {{{signature}}}

Coat of arms of Argentina.svg
Présidents de la Nation argentine

María Estela Martínez Cartas de Perón connue sous le nom de Isabel Martínez de Perón, née le 4 février 1931 à La Rioja (Argentine), est la troisième épouse du président Juan Domingo Perón et la première femme présidente de l'Argentine et d'un État d'Amérique du Sud du 1er juillet 1974 au 24 mars 1976, après avoir succédé à son époux.

Après moins de deux ans de présidence dans un contexte difficile, elle fut déposée par la junte militaire dirigée par le général putschiste Jorge Rafael Videla, donnant origine à l'autodénommé Processus de réorganisation nationale (Proceso de Reorganización Nacional). Elle vit en Espagne depuis 1981.

Sommaire

Accession au pouvoir

Isabel Martínez a rencontré Perón, président déchu en exil, au Panamá, en 1955. Elle était alors danseuse dans une troupe folklorique. Elle abandonna sa carrière et l'épousa en 1960, à Madrid. Elle l'accompagna dans son exil espagnol. Elle fit un voyage en Argentine en 1965, à titre de déléguée personnelle de Perón, pour faire face au phénomène dit du néopéronisme.

Lorsque Perón retourna en Argentine pour se présenter aux élections de 1973, Martínez l'accompagna comme vice-présidente au sein de la formule dite Perón-Perón. Ils obtinrent plus de 60 % des suffrages. Mais Perón meurt le 1er juillet 1974 et, Martínez assume la continuité de la présidence.

Sa présidence

Dès son accession au pouvoir, Isabel essaie de faire face à une situation à laquelle elle n'est pas préparée, mais elle subit l'influence de son ministre du Bien-être social et secrétaire personnel, José López Rega, connu sous le surnom de el Brujo (le sorcier) [réf. nécessaire]. Il essaya de faire prévaloir les intérêts de la droite péroniste contre les divers mouvements sociaux.

López Rega utilisa des fonds publics pour le financement d'un groupe armé, connu comme Alianza Anticomunista Argentina ou triple A [réf. nécessaire]. Cette formation paramilitaire, sous sa direction, entreprit des actions de harcèlement contre des personnalités de la gauche argentine, qui se traduisirent en attentats, séquestration, tortures et assassinats [réf. nécessaire].

L'attitude du gouvernement se fit aussi plus dure et plus répressive, intervenant dans les provinces « dissidentes », les universités, des syndicats, les canaux de télévision privés, établissant aussi une censure sans cesse renforcée contre les journaux et les revues [réf. nécessaire].

L'économie d'argentine subit des dégâts sévères : une inflation galopante, une paralysie des investissements, la suspension des exportations de viande vers Europe et le début d'un accroissement important de la dette[réf. nécessaire]. Une solution de type monétariste fut tentée par le ministre Alfredo Gómez Morales, mais sans succès, provoquant au contraire un processus de stagflation. Les prémices d'une crise politique majeure étaient réunies.

La chute

Les militaires essayèrent de la convaincre de démissionner, mais elle s'y refusa, et envisageait de se représenter aux élections; Elle fut déposée le 24 mars 1976 par la junte militaire dirigée par le général Jorge Rafael Videla qui mit en place une dictature militaire appelée Processus de réorganisation nationale.

Isabel Perón est enfermée pendant 5 ans par les militaires, dans des conditions initialement si dures que le nonce apostolique doit intervenir à sa demande auprès du gouvernement militaire. Libérée en 1981, elle s'exile en Espagne.

A la suite d'un mandat d'arrêt émis par la justice argentine dans le cadre d'une enquête portant sur la disparition d'Hector Fagetti, un opposant politique pendant sa présidence, elle est interpellée par la police espagnole le 12 janvier 2007 à son domicile de Villanueva de la Cañada, à l'ouest de Madrid, où elle résidait depuis 1982.

Le rapport Nunca Mas, rédigé en 1983, estime qu'il y avait eu 600 disparitions et 500 exécutions d'opposants durant sa présidence entre 1973 et 1976.

Cause et effets

Isabel Peron ayant signé le décret 261/75 dit "d'anéantissement de l'action de la subversion", décret ratifié par ses ministres. Le décret visait notamment les activités du groupe guérillero marxiste ERP (Ejercito Revolucionario del Pueblo) dans la région de Tucuman et autorisait les forces armées à employer "tous les moyens disponibles" pour éliminer ce danger.

La justice argentine est en train d'examiner la disparition d'individus aux mains de l'armée au cours de l'année 1975, autorisée précisément par ce décret, pratique qui n'aurait été courante en théorie qu'à partir de mars 1976, après le coup d'État militaire. En effet l'armée se serait permis d'interpréter le décret dans des termes différents, permettant aussi l'anéantissement non seulement de l'action de la "subversion", mais aussi des "subversifs". Si cela est démontré, ça signifierait que le terrorisme d'État argentin a trouvé ses racines dans le gouvernement démocratique lui même d'Isabel Peron, responsable par omission de cette double interprétation du décret. Il faut éviter néanmoins, de se précipiter et identifier ce comportement avec le mouvement péroniste entier, duquel Isabel Peron était l'héritière.

Le problème légal tourne autour des deux questions suivantes : 1)dans quel mesure le décret lui même est-il démocratiquement tolérable? et 2) Isabel Peron était-elle vraiment au courant de l'existence même de la Triple A?

En ce qui concerne la première questions, plusieurs juges et hommes de droit argentins ont déjà confirmé la légitimité légale du décret. Placé dans son contexte historique, le décret visait l'élimination du ERP car celui-ci voulait la destruction de l'Etat de droit, incarné par le gouvernement démocratiquement élu en 1973. Le décret émanait donc d'un gouvernement démocratique contre un groupe guerillero dont le but avoué était la conquète de l'Etat. Le fiscal Julio Cesar Strassera, figure irréprochable du droit argentin, responsable en 1985 du jugement et condamnation à perpétuité de la Junta incarnée par Jorge Videla, a affirmé que Isabel Peron ne peut pas être jugée par ces faits car le décret qu'elle a signé, dans un contexte démocratique, est en accord avec le droit constitutionnel.

La deuxième question est plus compliquée. Isabel Peron était-elle au courant de l'existence de la Triple A et des raids contre les péronistes de gauche et autres militants de gauche? L'indépendance de José Lopez Rega vis-à-vis d'elle, la gigantesque emprise psychologique qu'il avait sur elle et la grande ingénuité dont elle a fait la preuve ces dernières années montrent que tout est possible. L'intelligence et la lucidité d'Isabel Peron ont souvent été mises en doute et il s'avère fort probable que de la même façon qu'elle ne comprit pas le contexte social ingouvernable du pays qu'elle dirigea entre 1974 et 1976, son ingénuité lui empêcha d'être au courant des politiques souterraines menées par José Lopez Rega. Dans une interview accordée au journal Clarin le 19 janvier 2007, Hipolito Solari Yrigoyen, la première victime de la Triple A qui survécut à deux attentats contre sa personne, reconnait néanmoins que le décret signé par Isabel Peron visait clairement l'action de la subversion qui mettait en péril les institutions démocratiques de la nation et non pas les personnes elle mêmes, et il suggère par ailleurs qu'Isabel Peron n'était pas assez lucide pour savoir exactement ce qui se passait dans le pays, étant très influencée par José Lopez Rega.[1]

Pour l'instant, son extradition de l'Espagne vers l'Argentine s'avère extrêmement difficile, du fait de sa double nationalité hispano-argentine, et la longue bataille judiciaire ne fait que commencer. Plusieurs membres importants du parti justicialiste ont fait par de leur indignation devant les attaques dirigées contre Isabel, et l'ancien président de l'Argentine Duhalde s'est proposé pour être l'un de ses avocats.

Critiques de la personne

Les critiques dirigées contre Isabel Peron sont nombreuses; elle a ainsi été qualifiée de « femme débile, inculte »[réf. nécessaire] pourtant, dans son unique biographie, Maria Saenz Quesada en dresse un portrait beaucoup plus nuancé; elle garde d'ailleurs le respect de nombreux péronistes, qui soulignent le courage qu'elle a eu, selon eux, d'assumer la présidence dans des conditions extrêmement dures à laquelle elle n'était pas préparée, et la dignité de son exil volontaire[réf. nécessaire].

Références

Liens internes

Liens externes


Précédé par Isabel Martínez de Perón Suivi par
Juan Domingo Perón
Coat of arms of Argentina.svg
président de la Nation argentine
Général Jorge Rafael Videla (de facto)
  • Portail de l’Argentine Portail de l’Argentine
Ce document provient de « Isabel Mart%C3%ADnez de Per%C3%B3n ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Isabel Peron de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Isabel Perón — Isabel Martínez de Perón Pour les articles homonymes, voir Perón. Isabel Martínez de Perón …   Wikipédia en Français

  • Isabel Peron — María Estela Martínez de Perón Isabel Perón (eigentlich: María Estela Martínez de Perón – das „de“ bedeutet im Spanischen „Ehefrau von“; * 4. Februar 1931 in La Rioja, Argentinien) war von Juli 1974 bis März 1976 Präsidentin von Argentinien.… …   Deutsch Wikipedia

  • Isabel Perón — María Estela Martínez de Perón Isabel Perón (eigentlich: María Estela Martínez de Perón – das „de“ bedeutet im Spanischen „Ehefrau von“; * 4. Februar 1931 in La Rioja, Argentinien) war von Juli 1974 bis März 1976 Präsidentin von Argentinien.… …   Deutsch Wikipedia

  • Isabel Martinez de Peron — Isabel Martínez de Perón Pour les articles homonymes, voir Perón. Isabel Martínez de Perón …   Wikipédia en Français

  • Isabel Martínez De Perón — Pour les articles homonymes, voir Perón. Isabel Martínez de Perón …   Wikipédia en Français

  • Isabel martínez de perón — Pour les articles homonymes, voir Perón. Isabel Martínez de Perón …   Wikipédia en Français

  • Isabel Martínez de Perón — María Estela Martínez de Perón 42nd President of Argentina In office 29 June 1974 24 March 1976 interim until 1 July Preceded by …   Wikipedia

  • Isabel Martínez de Perón — Pour les articles homonymes, voir Perón. Isabel Martínez de Perón Mandats …   Wikipédia en Français

  • Isabel Martinez de Peron — María Estela Martínez de Perón Isabel Perón (eigentlich: María Estela Martínez de Perón – das „de“ bedeutet im Spanischen „Ehefrau von“; * 4. Februar 1931 in La Rioja, Argentinien) war von Juli 1974 bis März 1976 Präsidentin von Argentinien.… …   Deutsch Wikipedia

  • Isabel de Perón — María Estela Martínez de Perón Isabel Perón (eigentlich: María Estela Martínez de Perón – das „de“ bedeutet im Spanischen „Ehefrau von“; * 4. Februar 1931 in La Rioja, Argentinien) war von Juli 1974 bis März 1976 Präsidentin von Argentinien.… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.