Hiram

Hiram
Page d'aide sur l'homonymie Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Sommaire

Bible

Hiram (ou Hyram) est le nom de deux personnages mentionnés dans la Bible

On en parle dans le premier livre des Rois (1 R)où ils sont écrits Hiram et dans le deuxième livre des Chroniques (2 CH) où ils sont écrits Huram. Le premier était roi de Tyr, allié de Salomon roi d'Israël, et le deuxième un maître bronzier.

Je vous propose de nous attarder un peu de temps sur ces deux personnages et plus particulièrement sur le second, héros d'un des mythes fondateurs compagnonnage et de la maçonnerie. Pour cette étude je prendrai comme source la bible en hébreu et ses diverses traductions en langue française et en particulier la bible de Jérusalem, la bible de Chouraqui et, quelques fois la bible protestante de Louis Segond. Je laisse volontairement de côté la Septante grecque car, si elle a eu une très grande importance dans le développement du christianisme, il est temps aujourd’hui de revenir à la source hébraïque comme le font une certain nombre d’érudits modernes.

Le premier livre des Rois : 1 R

Le premier livre des Rois fait partie du premier groupe des livres historiques qui suivent la torah (ou pentateuque). Les juifs donnent parfois, à ces livres, le nom de “Prophètes antérieurs” ce qui dit bien leur caractère religieux et leur lien avec les « Prophètes postérieurs » (Isaïe, Jérémie, etc.) dont certains sont contemporains des faits relatés. Ces livres ont été rédigés pendant la période d'exil par des hommes pieux, pénétrés des idées du Deutéronome dernier livre de la Torah et début de l'histoire du peuple d'Israël. Les faits relatés dans ces livres sont davantage à considérer comme des exemples ou des symboles que comme des faits historiques au sens que nous donnons aujourd'hui à ce terme.

Il est probable que bon nombre de personnages bibliques mentionnés dans ces livres n’aient pas eu d’existence propre. C’est probablement le cas de nos deux Hiram. Plus précisément, les faits historiques avérés ne commencent qu’après le règne de Salomon. Le premier livre des rois, qui fait suite au deuxième livre de Samuel, commence par le problème de la succession de David et se poursuit par le récit du long règne de Salomon avant de se terminer par la pénible histoire de sa succession. Hiram, roi de Tyr apparaît au chapitre 5 verset 15. C'est grâce à ce roi, mythique, que Salomon a pu se lancer dans la construction du temple de Jérusalem que son père David n'a pas pu réaliser avant de mourir, trop occupé qu'il était par les guerres qu'on lui faisait de tous côtés.

David a laissé en héritage à son fils Salomon l'obligation de construire ce temple au Dieu d'Israël (YHVH). Hiram, ami de David apporta son aide en lui fournissant, dans un premier temps tous les bois nécessaires, le Liban étant riche en forêts alors que la Judée était soit désertique soit purement agricole. «  …. Hiram procura à Salomon des bois de cèdre et des bois de genévrier autant qu'il en voulut, et Salomon donna à Hiram vingt mille muids de froment, comme nourriture de sa maison, et vingt muids d'huile vierge…. » Les bois fournis par Hiram n'ont servi qu'aux aménagements intérieurs car le temple proprement dit et ses annexes ont été construits en pierre. « La construction du Temple se fit en pierres de carrière ; on n'entendit ni marteaux, ni pics, ni aucun outil de fer dans le Temple pendant la construction ». Tous les Maçons savent ce que la bible confirme : les métaux ont été laissés à la porte du temple. Tous les travaux préparatoires se faisaient en carrière. La face interne des murs a été garnie de bois de cèdre recouvert d'or. Le plancher était également en bois de cèdre. L'autel, aussi, en bois de cèdre et les chérubins en bois d'acacia…. Les bois du Liban ont été bien utilisés dans les aménagements intérieurs dont la description fait l'objet d'une bonne partie du chapitre 6. Mais jusqu'ici on ne parlait point d'architecte. Il faut attendre le chapitre 7 verset 13 pour voir apparaître l'autre Hiram. "Salomon envoya chercher Hiram de Tyr ; c'était le fils d'une veuve de la tribu de Nephtali, mais son père était Tyrien, ouvrier en bronze. Il était plein d'habileté, d'adresse et de savoir pour exécuter tous les travaux de bronze. Il vint près du roi Salomon et il exécuta tous ces travaux.″ La description de tous les ouvrages en bronze exécutés par Hiram remplit les deux derniers tiers du chapitre 7.

Après cela on ne parle plus de notre Hiram qui n'est jamais présenté comme architecte mais comme un habile bronzier décorateur de l'intérieur du Temple. Nous noterons ici, au passage, que si le fer a été exclu de l'intérieur du temple, comme il a été dit ci-dessus, l'or et le bronze y ont une place privilégiée. Il faut sans doute en conclure que ces métaux considérés comme précieux avaient leur place à l’intérieur du Temple et concouraient à sa beauté. Nous terminerons cette première partie en nous penchant sur l'orthographe. Dans la bible hébraïque le nom d'Hiram est orthographié de la façon suivante : HYRM (Heit, Yod, Resh Mem final), littéralement : La lettre Heit a une prononciation gutturale un peu comme la jota espagnole.

Le deuxième livre des Chroniques : 2 CH

Le second groupe de livres historiques double et prolonge l'histoire deutéronomiste. Ils ont été écrits beaucoup plus tard à l'époque où le peuple, privé d'indépendance politique, jouissait cependant d'une sorte d'autonomie reconnue par les maîtres de l'Orient : il vivait sous la direction de ses prêtres, selon les règles de sa loi. Le temple et ses cérémonies était le centre de la vie nationale. L'auteur des chroniques est un lévite de Jérusalem qui écrit après Esdras et Néhémie au début de l'époque grecque un peu avant 300 avant JC. Ici Hiram (HYRM) devient Huram (HVRM) (prononcer Houram avec un heit guttural) par le simple fait que le Yod est transformé en Vav. Cette transformation n'est pas rare, le vav s'obtenant en prolongeant la queue du Yod vers le bas. Notre version française de la bible de Jérusalem l'écrit bien Huram. Chouraqui, dans la bible éponyme, fait également la différence : son Hirâm devient Hourâm. Nous verrons plus loin que l'on peut donner de l'importance à ce changement du Yod en Vav.

Après avoir enrôlé soixante mille hommes pour le transport (des bois), quatre-vingt mille hommes pour extraire les pierres de la montagne et trois mille six cents contremaîtres, Salomon envoya ce message à Huram roi de Tyr : « Agis comme tu l'as fait envers David mon père, en lui envoyant des cèdres pour se bâtir une maison où il résiderait. Or voici que je bâtis une maison au nom de YHVH mon Dieu pour reconnaître sa sainteté…. La maison que je bâtis sera grande car notre Dieu est plus grand que tous les dieux. Qui serait en mesure de lui bâtir une maison quand les cieux et les cieux des cieux ne le peuvent contenir ? Et moi, qui suis-je pour lui bâtir une maison, si ce n'est pour que les fumées montent devant lui ? Envoie-moi maintenant un homme habile à travailler l'or, l'argent, le bronze, le fer, l'écarlate, le cramoisi et la pourpre violette, et connaissant l'art de la gravure ; il travaillera avec les artisans qui sont près de moi dans Juda et à Jérusalem, eux que David mon père, a mis à ma disposition. Envoie-moi du Liban, des troncs de cèdre, de genévrier et de santal, car je sais que tes serviteurs savent abattre les arbres du Liban. Mes serviteurs travailleront avec les tiens. Ils me prépareront du bois en quantité, car la maison que je veux bâtir sera d'une grandeur étonnante. Je livre pour les bûcherons qui abattront les arbres vingt mille muids de froment, vingt mille muids d'orge, vingt mille mesures de vin, vingt mille mesures d'huile, ceci pour l'entretien de tes serviteurs…. ».

On retrouve, avec plus de détails, ce que l'on a déjà vu dans le premier livre des Rois. Le texte original en hébreu, s'il est un peu plus coloré, ne dit rien de plus. Mais voici qu'Huram roi de Tyr (Tsor en hébreu) répond par écrit : « C'est parce qu'il aime son peuple que YHVH t'en a fait le roi… béni soit YHVH le Dieu d'Israël ! Il a fait les cieux et la terre, il a donné au roi David un fils sage, sensé et intelligent, qui va bâtir une maison pour YHVH et une autre pour y régner lui-même. J'envoie aussitôt un homme habile et intelligent, “Huram mon père”, fils d'une femme des filles de Dan et d'un père Tyrien. Il sait travailler l'or, l'argent, le bronze, le fer, la pierre, le bois, l'écarlate, la pourpre violette, le byssus, le cramoisi, graver n'importe quoi et concevoir des projets. C'est lui qui va travailler avec tes artisans et ceux de mon Seigneur David ton père… » On voit que ce texte a été écrit bien plus tard que le premier car, le temps passant, cet Huram est doté de dons et de qualités bien plus extraordinaires que celles de l'Hiram du premier livre des Rois.

Nous allons essayer de passer en revue certaines de ces qualités extraordinaires. Partons de ce qu'écrit Huram de Tyr : « je t'envoie un homme habile et intelligent Huram, mon Père… » car Huram abi veut dire Huram mon Père. Il est évident que Huram l'artisan n'est pas le père biologique de Huram le roi. Il s'agit bien plutôt d'un terme de respect, d'une sorte de filiation spirituelle. Le respect que porte le roi de Tyr envers David et son fils Salomon transparaît encore clairement à la fin du verset 13 quand il écrit “c'est lui qui va travailler avec tes artisans et ceux de Mon Seigneur David ton père”. Il y a du respect pour ce bronzier fils d'une israélite et d'un tyrien. Notons, au passage, qu'ici la mère appartient à la tribu de Dan alors que dans le livre des rois elle serait de la tribu de Nephtali. Cette modification a-t-elle un sens ? Pour ma part je n'en ai pas encore trouvé. Pour rester sur cette notion de paternité spirituelle, portons nous au chapitre 4 verset 16 où nous voyons la longue énumération des œuvres de Huram se termine pour : « voilà ce que Huram Aviv fit pour le roi Salomon ».

Si nous reconnaissons là le nom Hiram Abib ou Abif que l'on trouve dans les traductions il faudrait dire cette fois Huram son père, sous entendu Huram le père de Huram roi de Tyr. L'auteur des Chroniques a donc bien marqué par deux fois comment Huram le roi de Tyr se présentait comme le fils spirituel de Huram l'homme de l'art, l'homme de savoir, l'homme de connaissance. Car cet homme sait tout faire. Il sait travailler tous les métaux précieux et non précieux (dans le livre des rois ceux-ci avaient été exclus), le bois, la pierre, les étoffes, il sait graver n'importe quoi et concevoir des projets. Graver et concevoir des projets, le voilà donc l'architecte. Ces qualités n'étaient pas énumérées dans le livre des rois elles ont été rajoutées et précisées par l'auteur des chroniques pour donner davantage d'importance au personnage et lui conférer des pouvoirs élevés. Le pouvoirs spirituels attribués à Hiram deviennent manifestes si l'on accepte la traduction de Chouraqui qui au lieu de traduire laconiquement "concevoir des projets" préfère traduire : “penser toute pensée qui lui sera donnée avec tes sages et les sages de mon seigneur (adonaï) David, ton père”. Le voilà donc le père spirituel que Huram le roi de Tyr envoya auprès de Salomon roi de Juda pour l'aider à construire le temple dédié à YHVH son Dieu, Dieu unique et au dessus de tout.

Considérations étymologiques

En cherchant dans le dictionnaire Briggs anglais-hébreu à partir des lettres qui forment le mot Huram (de préférence à Hiram) on trouve tout d'abord la racine (Heit, Vav, Resh) qui veut dire : être resplendissant, éblouissant de blancheur; briller, être noble… Le même dictionnaire mentionne une racine phénicienne ,(Heit, Resh, Mem final) qui veut dire : consacré, oint. Sans chercher si loin, si on décompose le mot en deux nous avons en premier Hur, noblesse resplendissante et ensuite ram, élever, être en haut. Hiram est donc la noblesse resplendissante qui vient d'en haut. Cette étude étymologique nous incite à préférer la forme Huram utilisée dans le livre des Chroniques à la forme Hiram utilisée dans les livres des Rois.

Autres références

En Exode, Chapitre 31 verset 1 et suivants, YHVH envoi à Moïse Beçaléel, fils de Ouri fils d'Hur de la tribu de Juda qui possède toutes les qualités attribuées à Huram dans le livre des chroniques et rappelées ci-dessus. y compris celles de « penser les pensées » ou concevoir des projets. L'art décrit dans ce chapitre est l'art amarnien propre à la 18ème dynastie. Ici, déjà, nous avons un artiste relié au divin. L'auteur des chroniques connaissait le livre de l'Exode, et l’auteur de l’Exode connaissait, huit cent ans plus tard, tous les détails de l’art amarnien. Cette similitude dans les descriptions n'est certainement pas anodine.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Toponymie

Hiram est le nom de plusieurs villes américaines

Autres


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hiram de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • HIRAM — Heb. חִירוֹם ,חִירָם, My (divine) Brother is Exalted, apparently shortened from Aḥiram, a longer form attested as the name of a king of Byblos). (1) King of Tyre, contemporary of David and Solomon. According to the quotations from Dius and… …   Encyclopedia of Judaism

  • Hiram I — (Hebrew: חִירָם, high born ; Standard Hebrew Unicode| Ḥiram , Tiberian vocalization Ḥîrām ), according to the Bible, was the Phoenician king of Tyre from 969 BC to 936 BC, succeeding his father, Abibaal. Hiram was succeeded as king of Tyre by… …   Wikipedia

  • Hiram — ist der Name folgender Personen: Hiram I. (Tyros) (999–935 v. Chr.), phönizischer König Hiram Abif, Architekt nach Freimaurerlegende Hiram Bingham (1875–1956), US amerikanischer Archäologe und Politiker Hiram Bullock (1955–2008), US… …   Deutsch Wikipedia

  • Hiram — may be:* Hiram (given name) * Hiram College * Hiram Abiff, Masonic fictional characterPlaces in the United States: * Hiram, Georgia * Hiram, Maine * Hiram, OhioPeople: * Hiram I (died 930s BCE), Phoenician ruler * Hiram II (fl. 730s BCE),… …   Wikipedia

  • Hiram — Hiram, GA U.S. city in Georgia Population (2000): 1361 Housing Units (2000): 506 Land area (2000): 3.007553 sq. miles (7.789527 sq. km) Water area (2000): 0.020989 sq. miles (0.054362 sq. km) Total area (2000): 3.028542 sq. miles (7.843889 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hiram, GA — U.S. city in Georgia Population (2000): 1361 Housing Units (2000): 506 Land area (2000): 3.007553 sq. miles (7.789527 sq. km) Water area (2000): 0.020989 sq. miles (0.054362 sq. km) Total area (2000): 3.028542 sq. miles (7.843889 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hiram, OH — U.S. village in Ohio Population (2000): 1242 Housing Units (2000): 249 Land area (2000): 0.908451 sq. miles (2.352878 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.908451 sq. miles (2.352878 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Hiram — [hī′rəm] n. [Heb ḥīrām, prob. < aʼ ḥīrām, exalted brother] a masculine name: dim. Hi …   English World dictionary

  • Hiram — masc. proper name, from Phoenician/Hebrew Hiram, perhaps aphetic for Ahiram, lit. brother of the lofty …   Etymology dictionary

  • Hiram [1] — Hiram, 1) Sohn u. Nachfolger Abibaals als König von Tyros von 1023–990 od. 1033–999 (nach Anderen erst 980–947) v. Chr.; er war ein großer Bauliebhaber, besiegte u. unterwarf wieder die Kittier; mit David stand er in gutem Vernehmen u. sandte ihm …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Hiram [2] — Hiram, so v.w. Heiligenkleid …   Pierer's Universal-Lexikon


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»