Economie de l'offre


Economie de l'offre

Économie de l'offre

L’économie de l'offre (on parle aussi de la « politique économique de l'offre ») est une école de pensée macroéconomique selon laquelle la manière la plus effective d’obtention d’une croissance économique élevée sur le moyen et le long terme est d’aider les entreprises à produire davantage de biens et services, de les inciter à entrer sur de nouveaux marchés, et de lever le plus possible les freins fiscaux et règlementaires qui entravent leur développement.

Ces incitations passent par la diminution de l'imposition qui pèse sur les entreprises (impôt sur les sociétés, taxe professionnelle,…), ou sur les revenus des travailleurs (cotisations sociales,…). Elles passent aussi par des subventions accordées aux entreprises dans certains secteurs économiques, en fonction des objectifs recherchés.

L'économie de l'offre s'oppose à l'économie de la demande (le keynésianisme), pour laquelle il faut encourager la demande par la dépense publique pour augmenter la production.

Historique

Le terme fut forgé par le journaliste américain Jude Wanniski en 1975, et fut popularisé davantage par les idées des économistes Robert Mundell et Arthur Laffer, et auparavant par David Ricardo[1].

Mais la réflexion économique explorait déjà dans cette direction, avec notamment les théories économiques de Jean-Baptiste Say, dont en particulier la Loi de Say, et qui pourraient se résumer en « l’offre crée sa propre demande ». Jean-Baptiste Say disait ainsi dans son Traité d'économie politique : « c’est la production qui ouvre des débouchés aux produits »[2].

Cette école de pensée a connu un fort développement dans les années 1970, après l'échec de la politique de la demande keynésienne face aux chocs pétroliers et à la stagflation dans les pays développés.

Cette école de pensée a été fortement influencée par la courbe de Laffer, qui montre qu’un niveau d'imposition trop élevé diminue les recettes totales de l'État.

La fusion avec l’économie de la demande s’est faite au sein de la synthèse néoclassique, où l’économie réagit en fonction de la demande à court terme et de l’offre à long terme.

Notes et références

  1. « David Ricardo », Les Échos, 20 août 2007, p. 13
  2. Jean-Baptiste Say, Traité d'économie politique, Livre I, chap. 15, édition 1841, page 138

Voir aussi


  • Portail de l’économie Portail de l’économie
Ce document provient de « %C3%89conomie de l%27offre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Economie de l'offre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Économie de l'offre — ● Économie de l offre doctrine économique privilégiant les mesures en faveur de l appareil productif (ralentissement de la croissance des dépenses publiques, allégement de la pression fiscale pesant sur les entreprises, confiance manifestée à l… …   Encyclopédie Universelle

  • Économie de l'offre — L’«économie de l offre» (on parle aussi de la « politique économique de l offre ») est une école de pensée associée aux changements de la politique économique américaine sous la présidence de Ronald Reagan au point qu on la désigne… …   Wikipédia en Français

  • OFFRE ET DEMANDE — L’offre et la demande représentent probablement les concepts les plus vénérables et les plus fondamentaux de la théorie économique. En effet, l’activité économique se résout essentiellement en une série de transactions effectuées par les agents… …   Encyclopédie Universelle

  • Offre et la demande — Offre et demande L offre et la demande désignent respectivement la quantité de produits ou de services que les acteurs sur un marché sont prêts à vendre ou à acheter à un prix donné. Si la théorie de l offre et de la demande recouvre pour Roger… …   Wikipédia en Français

  • Offre globale — Offre et demande L offre et la demande désignent respectivement la quantité de produits ou de services que les acteurs sur un marché sont prêts à vendre ou à acheter à un prix donné. Si la théorie de l offre et de la demande recouvre pour Roger… …   Wikipédia en Français

  • offre — [ ɔfr ] n. f. • 1138; de offrir 1 ♦ Action d offrir; ce que l on offre. Faire une offre, faire l offre de qqch. Recevoir, accepter une offre, des offres. « Jacques déclina l offre d un cigare » (Martin du Gard) . Faire des offres de service à qqn …   Encyclopédie Universelle

  • économie — [ ekɔnɔmi ] n. f. • 1546; yconomie 1370; de économe, d apr. le gr. oikonomia I ♦ 1 ♦ Vx Art de bien administrer une maison, de gérer les biens d un particulier (économie privée, domestique), ou de l État (économie publique, politique).⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • ÉCONOMIE MONDIALE - 1994 , l’assainissement à mi-parcours — En 1994, la conjoncture est demeurée dynamique dans les pays anglo saxons, en Chine et dans la plupart des pays d’Asie du Sud Est, mais la vitalité a fait défaut ailleurs. La reprise amorcée en Europe occidentale n’a pas permis d’y résorber un… …   Encyclopédie Universelle

  • Offre et demande — L offre et la demande sont respectivement la quantité de biens ou de services que les acteurs sur un marché sont disposés à vendre ou à acheter en fonction des prix. Si la théorie de l offre et de la demande recouvre pour Roger Guesnerie une… …   Wikipédia en Français

  • Économie classique — École classique L’École classique en économie regroupe des économistes du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. Ses membres les plus importants sont, en Grande Bretagne, Adam Smith (1723 1790), David Ricardo (1772 1823), Thomas Malthus (1766 …   Wikipédia en Français