DF Malan


DF Malan

Daniel François Malan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malan.
Daniel François Malan
5e Premier ministre d'Afrique du Sud
Daniel François Malan en 1949
{{{légende}}}

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{mandat3}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{mandat2}}}
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

Mandat
4 juin 1948 - 30 novembre 1954
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'état1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement1}}}
Législature(s) {{{législature1}}}
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur Jan Smuts
Successeur JG Strijdom

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
Période
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 1}}}
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 1}}}
Successeur {{{successeur 1}}}

{{{fonction2}}}
Période
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre {{{premier ministre 2}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 2}}}
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 2}}}
Successeur {{{successeur 2}}}

{{{fonction3}}}
Période
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre {{{premier ministre 3}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 3}}}
Successeur {{{successeur 3}}}

{{{fonction4}}}
Période
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
Période
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
Période
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
Période
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
Période
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
Période
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
Période
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
Période
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'état 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 22 mai 1874
Riebeeck West
Cape Colony flag.png colonie du Cap
Décès 7 février 1959
Stellenbosch,
province du Cap
Flag of South Africa 1928-1994.svg Afrique du Sud
Nature du décès {{{nature}}}
Nationalité Sud-Africain
Parti politique parti national
Conjoint Martha Van Tonder
(décès en 1930)
Maria Louw
Enfants 3 enfants
Diplômé de université d'Utrecht
Profession pasteur calviniste
rédacteur en chef (Die Burger)
Député
Résidence
Signature {{{signature}}}

Safricaarms.png

Daniel François Malan (22 mai 1874-7 février 1959) était un homme politique d'Afrique du Sud, membre du Parti national et premier ministre de 1948 à 1954, période pendant laquelle il a fait mettre en place la politique d'apartheid.

Sommaire

Origines

Les Malan d'Afrique du Sud sont issus d'une famille de huguenots français qui vont participer activement à plusieurs épisodes de l'histoire du peuple afrikaner jusqu'à la fin du XXe siècle.

Au XVIIe siècle, Jacques Malan qui avait fui la France après la révocation de l'édit de Nantes s'était réfugié aux Pays-Bas. De là, en 1688, il avait été embarqué de force à bord d'un navire en partance pour la colonie du Cap.

Au Cap, Jacques Malan devint viticulteur. Ses fils construisirent une ferme, Vergelegen, au pied de la montagne de la Table. En 1788, son petit-fils, Dawid Malan (1750-1824), homme fortuné, propriétaire de 50 000 pieds de vignes et colonel dans la milice bourgeoise de la colonie du Cap avait été contraint de s'éloigner de la colonie après avoir été pris en flagrant d'adultère avec l'esclave de l'un de ses voisins, violant ainsi le code moral calviniste [1]. Traité de fornicateur par l'église, repoussé par sa femme, il s'enfuit avec sa maitresse dans l'intérieur des terres. Condamné pour vol d'esclaves, il était banni de la colonie du Cap alors que son père, disgracié, le reniait. Dawid Malan franchit la Great river Fish et explora les territoires xhosas. Sa vie à la frontière le transforma. Quelques années plus tard il s'établissait comme fermier et prenait une nouvelle épouse qui lui donnerait plusieurs enfants

En 1815, Dawid Malan participa à la révolte boer de Slagters Neck après la mort du jeune fermier Frederic Bezuidenhout qui avait refusé de comparaitre devant un tribunal britannique. Malan fut inculpé de haute trahison.

En 1838, Hercule Malan, l'un des fils de Dawid Malan, était l'un des Voortrekkers du Grand Trek. Il fut tué avec Piet Retief sous les sagaies des Zoulous du Roi Dingane et empalé, le crâne écrasé à coups de pierre et sa dépouille laissée en pâture aux vautours sur le flanc d'une colline [2]. Son frère Jacob Jacobus Malan vengea Retief et ses compagnons à la bataille de Blood River après avoir prêté serment à Jéhovah au côté de Sarel Cilliers.

Ses fils, Jacobus et Hercule Malan furent co-fondateurs des républiques boers au côté d'Andries Pretorius.

En 1881, Hercule Malan participa à la bataille de Majuba durant la première guerre des Boers à la tête d'une armée composée de garçons de ferme et de vieilles barbes. Lors de la seconde guerre des Boers, un autre Malan, le général Wynand Malan, mena des commandos de résistance en territoire ennemi.

Un nationaliste afrikaner

DF Malan et JBM Hertzog en 1919

D.F. Malan est né le 22 mai 1874 à Riebeeck West, colonie du Cap et effectue ses études supérieures aux Pays-Bas.

Diplômé de l'université d'Utrecht en 1905, il est ordonné pasteur de l'église réformée hollandaise et exerce pendant plusieurs années son sacerdoce aussi bien au Congo belge qu'en Rhodésie du sud.

Nationaliste afrikaner, il est d'abord un "rénovateur utopiste enclin à qualifier le socialisme d'appel passionné et impérieux à la justice, de force morale plus puissante que la fureur d'un ouragan" [3]. Il soutient James Barry Hertzog lors de sa rupture politique avec le premier ministre Louis Botha et le suit au tout nouveau Parti national en 1914.

En 1915, il est le rédacteur en chef du nouveau journal nationaliste Die Burger.

Un homme politique influent du Parti National

DF Malan (à gauche) en 1931 à l'université de Stellenbosch au côté de CJ Langenhoven, Jan Smuts, Hendrik Johannes Van der Byl, Petrus Johannes Du Toit et François Stephanus Malan

En 1918, leader du parti dans la Province du Cap, membre de l' Afrikaner Broederbond (ligue des frères afrikaners), il est élu au Parlement. Ses discours sont alors centrés sur le rejet de l'impérialisme britannique. La question raciale n'est pas alors au centre des préoccupations politiques des blancs sud-africains. La préoccupation majeure des Afrikaners qui soutiennent le parti national est de déchirer l'Union Jack, de ressusciter les républiques boers et d'extirper le volk (le peuple afrikaner) de sa misère [4].

De 1924 à 1933, DF Malan est ministre des affaires intérieures, de la santé publique et de l'éducation dans le gouvernement de JBM Hertzog.

En 1925, il défend au parlement avec succès la substitution du néerlandais par l'afrikaans comme langue officielle au côté de l'anglais.

Le leader du Parti National purifié

En 1933, il est opposé à l'union nationale et à la fusion du Parti national avec le Parti sud-africain de Jan Smuts.

En 1934, avec 19 députés, il refuse de rejoindre le nouveau Parti Uni de Hertzog et Smuts et prend la tête d'un « Parti National Purifié ». Plus pragmatique qu'idéologue, il est plus nuancé que ses collègues sur le principe d'une république afrikaans.

Lors des élections de 1938, le Parti National Purifié gagne une dizaine de sièges et confirme son statut d'opposition officielle. Malan est confortablement réélu dans sa circonscription de Calvinia (province du Cap).

En 1939, Malan s'oppose à l'entrée en guerre de l'Afrique du Sud aux côtés des Britanniques et opte pour la neutralité. Il apporte alors le soutien de son groupe parlementaire à Hertzog mais celui-ci est mis en minorité au sein de son propre parti.

Hertzog démissionne de ses responsabilités gouvernementales et quitte le Parti Uni avec ses quelques fidèles pour rejoindre brièvement le Parti national "réunifié".

En 1942, Malan rédige un projet de constitution publié dans les deux quotidiens de langue afrikaans (Die Burger au Cap et Die Transvaaler à Johannesburg) où il évoque la ségrégation territoriale et l’inégalité entre Blancs et non-Blancs sur la base d'un "paternalisme chrétien", plaçant les premiers au-dessus des seconds.

Lors des élections de 1943, en remportant 42 sièges (+ 16) et 36% des suffrages, Malan gagne son bras de fer contre les dissidences de droite, dont celle de Oswald Pirow, alors que le Parti Uni de Smuts confirme sa domination sur la vie politique sud-africaine (105 sièges). En 1944, Malan expose au parlement la vision du parti national en matière de relations raciales et se réfère pour la première fois au terme d'apartheid, déjà utilisé ou défini depuis le milieu des années 1930 par plusieurs intellectuels dont ceux de l'université de Stellenbosch. Se référant au néo-calvinisme néerlandais de Abraham Kuyper et à la philosophie de Johann Fichte, Malan considère que l'Afrique du Sud est un ensemble de nations qui doivent se développer séparément, conformément à leur culture et à leur histoire. En conséquence, les Afrikaners ont le droit et le devoir de se séparer des autres peuples. Faisant de ce principe de séparation un dogme, il lui confère une connotation quasi-religieuse[5].

L'emploi du mot apartheid se généralise dans les débats après la seconde guerre mondiale.

Le premier ministre de l'apartheid (1948-1954)

Le 1er gouvernement nationaliste en 1948, dirigé par DF Malan
au premier rang:JG Strijdom, Nicolaas Havenga, DF Malan (premier ministre), E.G. Jansen, Charles Swart
Au second rang: A.J. Stals, P.O. Sauer, Eric Louw, S.P. le Roux, Theophilus Dönges, François Christiaan Erasmus et Ben Schoeman
Daniel Malan et David Ben Gourion en juin 1953 lors du premier déplacement d'un chef de gouvernement sud-africain en Israël.

En 1948, le Parti National, allié au Parti Afrikaner de Nicolaas Havenga, gagne les élections générales contre le Parti Uni de Smuts en proposant l'instauration de l'apartheid, un programme opposé au concept d'égalité, et qui prolonge à l'extrême la "Colour Bar", en vigueur dans la plupart des colonies britanniques, et qui réglementait les relations interraciales.

Malan est nommé premier ministre le 4 juin 1948. Il nomme dans son gouvernement exclusivement des Afrikaners, notamment Hendrik Verwoerd qui met en place les principes de développement séparé des races. Tous les nouveaux ministres sont aussi membre de l'Afrikaner Broederbond, à l'exception de deux d'entre eux, Eric Louw et Nicolaas Havenga.

Malan prend soin néanmoins de rassurer l'électorat anglophone et réaffirme qu'en aucun cas les citoyens anglophones ne souffriront de discriminations. Cependant, sous la pression des élus transvaaliens du NP, des mesures sont prises pour freiner l'immigration en provenance d'Europe et de Grande-Bretagne en particulier et les conditions d'accès à la citoyenneté sont rendues plus difficiles redevenant aussi rigoureuses qu'au temps de la république du Transvaal du président Paul Kruger.

Malan ne s'est jamais passionné pour les questions relatives aux noirs. En fait, dans un premier temps le ministère des affaires indigènes, confié à un pragmatique modéré, Ernest George Jansen, maintient la tradition libérale du Cap. C'est pourtant durant les deux mandats de Malan, en grande partie sous la responsaiblité des ministres Theophilus Dönges et Charles Swart, que l'arsenal législatif de l’apartheid se met en place, visant à préserver l’identité du « Volk » (le peuple afrikaner). Ainsi, le refus de toute mixité génétique et racial est inscrite dès la loi de 1949 sur l’interdiction des mariages interraciaux (illégaux, ils sont passibles des tribunaux) et celle de 1950 sur l’interdiction des relations sexuelles interraciales. En 1950, le "Groups Areas Act" (la loi fondamentale de l'apartheid) renforce la ségrégation résidentielle au prix du déplacement de centaines de milliers de personnes. La même année, une loi sur l’immatriculation de la population ("Population Registration Act") institutionnalise la classification raciale pour chaque habitant du pays. En 1951, sous l'autorité d'Hendrik Verwoerd, le successeur de Jansen au ministère des affaires indigènes, le grand apartheid se met en place aboutissant à la création de bantoustans autonomes.

En 1951, le Parti Afrikaner d'Havenga fusionne avec le Parti National Purifié de Malan pour former le Parti national qui remporte les élections générales. Cette majorité est renforcée d'autant pplus que, depuis 1949, les citoyens blancs du Sud-Ouest Africain envoient des députés et des sénateurs au parlement qui en l'occurence sont tous des élus du NP.

En 1953, les lieux publics sont codifiés racialement (réservation of separate amenities Act).

Mais assez curieusement, alors qu'il est encore premier ministre, Malan émet des réserves sur certains aspects systématiques de l'apartheid.

Bénéficiant d'une longue carrière politique, il est également plus rompu aux négociations et aux compromis avec ses adversaires que ne le seront ses successeurs immédiats. Ainsi, il n'ignore pas l'opposition parlementaire et assiste à la première cinématographique à Johannesburg de l'adaption de Pleure, ô pays bien-aimé au côté de son auteur, l'écrivain progressiste et député libéral Alan Paton. Il renonce également à militer pour l'instauration de la république pour se concilier les anglophones à qui il avait fermé les portes de son gouvernement. Enfin, il se rapproche de Nicolaas Havenga, le ministre le plus modéré et le plus critique de son gouvernement, hostile au retrait du droit de vote des coloureds.

Le 30 novembre 1954, Malan, malade, ayant estimé son œuvre achevé, se retire de la politique. Son dernier acte public est de soutenir Nicolaas Havenga pour lui succéder au poste de premier ministre contre Johannes Strijdom, un ardent républicain nationaliste du Transvaal. Mais c'est ce dernier qui est choisi par le parti pour lui succéder à la tête du gouvernement.

Daniel François Malan meurt le 7 février 1959 à Stellenbosch.

Postérité

L'aéroport international du Cap portera son nom jusqu'en 1995. De nombreuses artères continuent de l'honorer aujourd'hui même si son nom figure sur la liste noire de l'ANC.

Au début des années 2000, l'avenue « DF Malan Drive » à Johannesburg est débaptisé pour porter dorénavant le nom de Beyers Naudé, un autre pasteur de l'église réformée hollandaise, mais lui, opposé à l'apartheid.

Néanmoins en 2004, DF Malan figure en 81e position dans la liste des 100 plus grands sud-africains de tous les temps, devançant James B. Hertzog (83) et Pieter Botha (87).

En 1993, Rian Malan exposera dans un livre « Mon cœur de traitre » les difficultés existentielles de porter ce patronyme, symbole de la ségrégation, dans la nouvelle Afrique du Sud.

Citations

  • « L’apartheid n’est pas la caricature sous les traits de laquelle on l’a si souvent représenté. Bien au contraire, il signifie pour les non-Européens une large mesure d’indépendance, car il les habitue à ne compter que sur eux-mêmes et développe leur dignité personnelle. Il leur offre, en même temps, une plus grande possibilité de se développer librement, conformément à leur caractère et à leurs capacités (...) Pour les deux races, il signifie des relations mutuelles pacifiques et la coopération en vue de leur prospérité commune. Le gouvernement s’efforcera, avec résolution et détermination, d’aboutir à la réalisation de cet heureux état de choses ». Daniel Malan lors d'une allocation radio diffusé en juin 1948.

Vie privée

DF Malan s'est marié en 1926 avec Martha Margaretha Elizabeth Van Tonder avec qui il a deux enfants. Elle décède prématurément en 1930.

Il se remaria ensuite avec Maria Ann Sophia Louw. Ils adoptèrent une fille, Marietjie, une orpheline allemande, peu de temps après qu'il fut nommé premier ministre.

Notes

  1. Il eut un enfant métis avec cette esclave
  2. Rian Malan, Mon coeur de traître, p 12
  3. Rian Malan, p 33
  4. Rian Malan, p 35
  5. Paul Coquerel, L'Afrique du Sud des Afrikaners, Complexe, 1992, p 165

Bibliographie

  • Rian Malan, Mon cœur de traître, Plon, 1991 (sur les origines de la famille Malan)

Lien interne

Liens externes

Précédé par Daniel François Malan Suivi par
Jan Smuts
Safricaarms.png
Premier ministre d'Afrique du Sud
1948 à 1954
Johannes Strijdom
Jan Smuts
Flag of South Africa 1928-1994.svg
Ministre des affaires étrangères d'Afrique du Sud
1948 à 1954
Johannes Strijdom
Patrick Duncan
South Africa Red Ensign.pngFlag of South Africa 1928-1994.svg
Ministre de l’intérieur
1924 à 1933
Jan Hendrik Hofmeyr


Drapeau de l'Afrique du Sud de 1912 à 1928 Premiers ministres d'Afrique du Sud Drapeau de l'Afrique du Sud de 1928 à 1994

Premiers ministres d'Afrique du Sud
Louis Botha · Jan Smuts · James Barry Hertzog · Jan Smuts · Daniel François Malan · JG Strijdom · Hendrik Verwoerd · John Vorster · Pieter Botha ·

  • Portail de l’Afrique du Sud Portail de l’Afrique du Sud
Ce document provient de « Daniel Fran%C3%A7ois Malan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article DF Malan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Malan Breton — Photo: Shane A O neill, Born June 16, 1973 Taipei, Taiwan, R.O.C. Education Circle in the Square O …   Wikipedia

  • Malan — may be: People César Malan David Malan Lucio Malan (born 1960), Italian politician Solomon Caesar Malan William Gerald Malan, Missouri banker Members of the prominent South African Malan family: F. S. Malan (1871–1941), Minister of Education,… …   Wikipedia

  • Malan-Löss — Malan Löß bzw. Malan Löss (chinesisch 馬蘭黃土 / 马兰黄土 Mǎlán huángtǔ, engl. Loess of Malan/Malan Loess) ist ein gelber Löss des späten Pleistozäns in China. Er ist nach einer Örtlichkeit bei dem Dorf Zhaitangchuan im Pekinger… …   Deutsch Wikipedia

  • Malan-Löß — bzw. Malan Löss (chin. 馬蘭黃土 / 马兰黄土, Mǎlán huángtǔ, engl. Loess of Malan/Malan Loess) ist ein gelber Löss des späten Pleistozäns in China. Er ist nach einer Örtlichkeit bei dem Dorf Zhaitangchuan im Pekinger Stadtbezirk Mentougou benannt. Nach ihm …   Deutsch Wikipedia

  • Malan Loess — Malan Löß bzw. Malan Löss (chin. 馬蘭黃土 / 马兰黄土, Mǎlán huángtǔ, engl. Loess of Malan/Malan Loess) ist ein gelber Löss des späten Pleistozäns in China. Er ist nach einer Örtlichkeit bei dem Dorf Zhaitangchuan im Pekinger Stadtbezirk Mentougou benannt …   Deutsch Wikipedia

  • Malan huangtu — Malan Löß bzw. Malan Löss (chin. 馬蘭黃土 / 马兰黄土, Mǎlán huángtǔ, engl. Loess of Malan/Malan Loess) ist ein gelber Löss des späten Pleistozäns in China. Er ist nach einer Örtlichkeit bei dem Dorf Zhaitangchuan im Pekinger Stadtbezirk Mentougou benannt …   Deutsch Wikipedia

  • Malan Marnersdottir — Malan Marnersdóttir (* 25. Januar 1952 in Klaksvík, Färöer; ursprünglich Malan Marnersdóttir Simonsen) ist die erste feministische färöische Literaturwissenschaftlerin und war bis zum 1. Dezember 2004 Rektorin der Universität der Färöer… …   Deutsch Wikipedia

  • Malan Simonsen — Malan Marnersdóttir (* 25. Januar 1952 in Klaksvík, Färöer; ursprünglich Malan Marnersdóttir Simonsen) ist die erste feministische färöische Literaturwissenschaftlerin und war bis zum 1. Dezember 2004 Rektorin der Universität der Färöer… …   Deutsch Wikipedia

  • Malan Marnersdóttir — (* 25. Januar 1952 in Klaksvík, Färöer; ursprünglich Malan Marnersdóttir Simonsen) ist die erste feministische färöische Literaturwissenschaftlerin und war bis zum 1. Dezember 2004 Rektorin der Universität der Färöer (Fróðskaparsetur Føroya).… …   Deutsch Wikipedia

  • Malan — ist der Familienname folgender Personen: Adolph Malan (1910–1963), südafrikanischer Kampfflieger im Zweiten Weltkrieg César Malan (1787–1864), reformierter Lehrer und Pfarrer Daniel François Malan (1874–1959), südafrikanischer Premierminister… …   Deutsch Wikipedia

  • MALAN (D. F.) — MALAN DANIEL FRANÇOIS (1874 1959) Issu d’une famille de vignerons d’origine hollandaise, et descendants lointains de huguenots français, Daniel François Malan est né dans la province du Cap, à Riebeeck, dans le village natal de son prédécesseur à …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.