Confiscation


Confiscation

La confiscation est une sanction décidée par une autorité qui s'approprie les biens d'une personne ou d'une entreprise sans contrepartie.

Sommaire

Notions voisines

La confiscation se différencie des autres formes de dépossession, comme l'expropriation ou la saisie, par son objectif de sanction. Elle se différencie aussi de l'amende qui doit être payée sous forme d'une somme d'argent alors que la confiscation touche un ou plusieurs biens particuliers.

Confiscation générale et confiscation spécifique

En France

Dans la France de l'Ancien Régime, la confiscation générale touchait tous les biens du condamné et de ses héritiers. Elle a été abolie à la Révolution française[réf. souhaitée].

La confiscation spécifique ne porte que sur un bien particulier, considéré comme dangereux ou nuisible : arme, argent de la drogue, produits contrefaits… On confisque le plus souvent l'objet utilisé pour réaliser l'infraction.

Dans le droit pénal français la confiscation est une peine complémentaire. La confiscation générale, qui ne touche plus aujourd'hui que le patrimoine du condamné, peut être prononcée en cas de crime contre l'humanité, de terrorisme ou de trafic de stupéfiants[1].

En Suisse

En Suisse, le droit pénal prévoit la confiscation à des fins de sécurité[2] (objets dangereux) ainsi que la confiscation de valeurs patrimoniales provenant d'une infraction pénale[3] ayant pour fondement moral que «le crime ne paie pas». Il s'agit d'une mesure judiciaire et non d'une peine. Elle peut donc intervenir avant un jugement définitif.

Dans le cadre d'une confiscation de valeurs patrimoniales provenant d'une infraction pénale, le juge peut prononcer la confiscation de toute valeur patrimoniale qui est le résultat de l'infraction ou qui a servi a récompenser l'auteur de l'infraction si elle ne peut pas être restituée à la partie lésée[3]. Si la valeur patrimoniale à confisquer n'est plus disponible (destruction, disparition ou dissimulation), le juge prononce une créance compensatrice d'un montant équivalent à l'encontre du prévenu. Il peut toutefois renoncer à prononcer totalement ou partiellement à une telle créance si cette mesure entrave sérieusement la possibilité de réinsertion de l’intéressé[4].

Notons que la confiscation de valeurs patrimoniales provenant d'un crime peut aussi être prononcée contre des tiers. Ces derniers restent néanmoins protégés dans leur acquisition s'ils ignoraient la provenance délictuelle des valeurs patrimoniales en question et qu'ils ont fourni une contre-prestation adéquate[5]. Dans le cas contraire, en plus de la confiscation, des poursuites peuvent être engagées (recel, blanchiment d'argent, etc.).

Dans le cadre d'une organisation criminelle, la confiscation va plus loin : elle s'applique à toutes les valeurs patrimoniales sur lesquelles l'organisation exerce un pouvoir de disposition. Les valeurs appartenant à une personne qui a participé ou apporté son soutien à l'organisation criminelle sont présumées comme soumises au pouvoir de disposition de l'organisation criminelle[6].

La valeurs patrimoniales confisquées se répartissent entre les collectivités publiques (Confédération et/ou canton ayant instruit la procédure pénale) et, éventuellement, un État étranger (en cas d'activité criminelle dans cet État) si un accord entre les deux pays existe. En 2008, dans le cadre d'une affaire de blanchiment d'argent à Zurich de l'organisation criminelle japonaise Goryôkai, 58.4 millions de francs ont été partagés à part égale entre la Suisse et le Japon[7].

Confiscation fiscale

Par extension, les libéraux parlent d’une « confiscation fiscale » opérée par l'État, lorsqu’ils jugent le niveau des prélèvements obligatoires opérés par les administrations publiques trop élevé, au sens où les agents économiques seraient privés d’une part très importante de leurs revenus.

Annexes

Notes et références

  1. http://www.senat.fr/rap/l06-132/l06-13213.html
  2. Art. 69 Code pénal suisse
  3. a et b Art. 70 Code pénal suisse
  4. Art. 71 Code pénal suisse
  5. Art. 70 al. 2 Code pénal suisse
  6. Art. 72 Code pénal suisse
  7. Dans l’affaire Kajiyama la collaboration étroite entre les autorités des deux États a porté ses fruits

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Confiscation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CONFISCATION — CONFISCATI Transfert de biens privés prononcé par l’État à son profit ou à celui d’établissements ou de personnes désignés par lui, et opéré sans indemnité, en application d’une peine ou d’une mesure de sûreté. Inscrite dans les codes helléniques …   Encyclopédie Universelle

  • Confiscation — Confiscation, from the Latin confiscatio joining to the fiscus, i.e. transfer to the treasury is a legal seizure without compensation by a government or other public authority. The word is also used, popularly, of spoliation under legal forms, or …   Wikipedia

  • confiscation — index appropriation (taking), attachment (seizure), condemnation (seizure), disseisin, distraint …   Law dictionary

  • confiscation — CONFISCATION. s. f. Action de confisquer, adjudication au fisc. Le bannissement perpétuel, et la condamnation à mort, emportent confiscation de biens. À peine de confiscation des exemplaires contrefaits. Les Pays où confiscation a lieu. [b]f♛/b]… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • confiscation — Confiscation. subst. fem. Action de confisquer, Adjudication au fisc. La condamnation à mort emporte confiscation de biens. à peine de confiscation des exemplaires contrefaits. les pays où confiscation a lieu. Il sign. aussi, Les biens confisquez …   Dictionnaire de l'Académie française

  • confiscation — Confiscation, ou biens confisquez et publication de biens d aucun ou de plusieurs, Publicatio, Sectio. Qui achette la confiscation d aucun pour y gaigner, Sector. Confiscation de fief, Commissi poena. B. Demander confiscation de fief, Lege agere… …   Thresor de la langue françoyse

  • confiscation — 1540s, from M.Fr. confiscation, from L. confiscationem (nom. confiscatio), noun of action from confiscare (see CONFISCATE (Cf. confiscate)) …   Etymology dictionary

  • Confiscation — Con fis*ca tion, n. [L. confiscatio.] The act or process of taking property or condemning it to be taken, as forfeited to the public use. [1913 Webster] The confiscations following a subdued rebellion. Hallam. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Confiscation — Confiscation, die gesetzliche Beschlagnahme von Geld oder Gut; confisciren, in Beschlag nehmen; confiscirt, in Beschlag genommen; c. Aussehen, lüderliches und verdächtiges Aussehen …   Herders Conversations-Lexikon

  • CONFISCATION — s. f. Action de confisquer, adjudication au fisc. La peine de la confiscation des biens a été abolie, en France, par la charte constitutionnelle. Le bannissement perpétuel et la condamnation à mort emportaient autrefois confiscation des biens. À… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)