Cinéma libanais

Cinéma libanais

Le cinéma libanais a produit son premier film en 1929 avec le premier long métrage, Aventures d’Elias Mabrouk de Giordano Pidutti.

Sommaire

Histoire du cinéma libanais

Les premiers films libanais étaient tournés suivant le modèle égyptien, qui était le plus répandu dans la région à l’époque[1].

Au cours des années cinquante et au début des années soixante, le cinéma libanais s’éloigne peu à peu du modèle égyptien, avec des films tels que Vers l’inconnu et Le petit étranger de Georges Nasser, tournés en 1958[1].

À la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, le cinéma libanais s’interroge sur son identité politique et celle du pays auquel il appartient, le Liban[1]. Beyrouth étant le cœur des conflits, elle est également le cœur des interrogations[2].

Pendant la guerre civile libanaise (1975-1990), les structures de diffusion n’existent plus ou presque au Liban ; le manque de financements pousse les cinéastes à travailler avec des producteurs étrangers[1]. Et comme la guerre accapare l'attention du peuple, elle est le seul sujet des films de cette époque. Au cours des années de la guerre, des cinéastes tentent d’apporter leur témoignage, influencé souvent par leur choix et leur horizon politique de l’époque.

Après cette époque troublée par la guerre, on trouve des films dont les contributeurs cherchent l’évasion, s’inspirant de la force de la jeunesse et du l’humour[1]. D’autres films prennent pour sujet les victimes et les disparus de la guerre civile[1],[2].

En 2005 la libanaise Jocelyne Saab signe avec Dunia un superbe « hymne polymorphe à la vie » et à la sensualité de la culture et de la poésie orientale, liée au soufisme, qui met en scène une jeune femme qui tente de devenir danseuse professionnelle au Caire et qui questionne la liberté amoureuse et la poésie orientale.

Festivals

Le Festival du film libanais (Lebanese Film Festival) est un festival de cinéma annuel, qui se tient à Beyrouth (Liban).

Films

De nombreux films libanais ont vu le jour, même durant la guerre civile, aussi bien des courts, moyens et longs métrages.

Années 1929-1990

  • Aventures d’Elias Mabrouk de Giordano Pidutti (1929)
  • Le petit étranger de Georges Nasser (1958)
  • Vers l'inconnu de Georges Nasser (1958)
  • Biya el-Khawatim (Le Vendeur de bagues) de Youssef Chahine (1965)
  • Safar Barlik (L'exil), d’Henri Barakat (1967)
  • Bint Al Hares (La Fille du gardien) d’Henri Barakat (1968)
  • Affiche contre affiche de Borhane Alaouié (1971, court métrage)
  • Forrière de Borhane Alaouié (1971, moyen métrage)
  • Bayrouth ya Bayrouth (Beyrouth oh Beyrouth) de Maroun Bagdadi (1975)
  • Il ne suffit pas que Dieu soit avec les pauvres de Borhane Alaouié (1978)
  • La rencontre (ou Beyrouth la rencontre) de Borhane Alaouié (1981)
  • Terra Incognita de Ghassan Salhab (1982)
  • La lettre du temps de guerre (documentaire) de Borhane Alaouié (1984)
  • Une vie suspendue de Jocelyne Saab (1985)
  • The Land of Honey and Incense (documentaire) de Maroun Bagdadi (1987)
  • L’Homme voilé de Maroun Bagdadi (1987)
  • Risala… min zamen l harb de Borhane Alaouié (1987)
  • Médecins des hommes (documentaire) de Maroun Bagdadi (1988)
  • Vol libre au Liban de Philippe Aractingi (1990)

Années 1991-2000

Années 2001-2005

  • Al Zanzoun d’Amani Abou Alwan (2001, 21 min)
  • Elle + Lui Van Leo d’Akram Zaatari (2001, 32 min)
  • Le destin animé de Fadi Syriani (2001, 5 min)
  • Quand Myriam dit ça d’Assad Fouladakar (2001)
  • Quand Myriam s'est dévoilée d’Assad Fouladakar (2001, 98 min)
  • Ronde de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige (2001)
  • Jalla ! Jalla ! de Josef Fares (2002)
  • Aux frontières de Danielle Arbid (2002)
  • Demo de Fadi Yenni Turk (2002, 8 min)
  • Dommage de Jad Abi Khalil (2002, 19 min)
  • Entre-temps à Beyrouth de Merdad Antoine Hage (2002, 29 min)
  • Face A/Face B de Rabih Mroué (2002, 9 min)
  • Globalisation d’Abdel Raheem Awjeh (2002)
  • La robe de la mariée de Zeina Fathallah (2002, 15 min)
  • Le Faiseur de pluie de Mounir Haydamous (2002, 15 min)
  • Le Vent de Beyrouth de Fouad Alaywan (2002, 15 min)
  • Lettre à Francine de Fouad El Khoury (2002, 42 min)
  • Mabrouk al-Tahrir de Dalia Fathallah (2002, 59 min)
  • Martine et Alia de Nadim Tabet (2002)
  • Mawawil de Tatiana Sikias (2002, 20 min)
  • Sept jours par semaine de Lina Ghaibeh (2002, 3 min)
  • Cops de Josef Fares (2003)
  • Cendres de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige (2003, 26 min)
  • Distorsions de Christophe Karabache (2003, 6 min)
  • Elie Feyrouz de Cynthia Chouair (2003, 29 min)
  • Greyscale d’Amin Dora (2003)
  • La maison de mon père de Leila Kanaan (2003, 21 min)
  • Le film perdu de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige (2003)
  • Le Liban à travers le cinéma de Hadi Zaccak (montage) (2003, 15 min)
  • Les photos de Leyla de Pierre Salloum (2003, 21 min)
  • Non métrage libanais de Wissam Smayra (2003, 11 min)
  • Sans titre pour plusieurs raisons de Roy Samaha (2003, 11 min)
  • Sauver la face de Jalal Toufic (2003, 9 min)
  • Le Cerf-volant de Randa Chahal Sabbag (2003)
  • Dans les champs de bataille de Danielle Arbid (2004)
  • Van Express de Elie Khalifé (2004, 21 min)
  • Zozo de Josef Fares (2005)
  • Bosta (l'autobus) de Philippe Aractingi (2005, 110 min)
  • Ce sera beau de Wael Nourredine (2005)
  • From Beyrouth with love de Wael Nourredine (2005)
  • Dunia de Jocelyne Saab (2005)

Années 2006-2012

Réalisateurs et réalisatrices

Acteurs

Actrices

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f (fr) www.versionoriginale.ouvaton.org
  2. a et b (fr) Christiane Passevant, La guerre continue et n’est pas encore terminée, sur divergences.be

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cinéma libanais de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Cinema iranien — Cinéma iranien Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinéma Iranien — Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinéma en Iran — Cinéma iranien Cet article fait partie d’une série sur l art perse Les arts persans …   Wikipédia en Français

  • Cinema asiatique — Cinéma asiatique Cet article fait partie de la série Cinéma des cinq continents Continents Cinéma africain Cinéma des Amériques Cinéma asiatique …   Wikipédia en Français

  • Cinéma Asiatique — Cet article fait partie de la série Cinéma des cinq continents Continents Cinéma africain Cinéma des Amériques Cinéma asiatique …   Wikipédia en Français

  • Cinema azeri — Cinéma azéri Cinéma d Asie du Sud Ouest Cinéma bahreïni Cinéma iranien Cinéma irakien Cinéma isra …   Wikipédia en Français

  • Cinéma Azéri — Cinéma d Asie du Sud Ouest Cinéma bahreïni Cinéma iranien Cinéma irakien Cinéma isra …   Wikipédia en Français

  • Cinéma hongkongais — Le cinéma hongkongais est un des quatre courant du cinéma chinois, avec celui de la Chine continentale, de Singapour et de Taiwan. Étant une ancienne colonie britannique, Hong Kong a bénéficié d une liberté économique et politique que n avait pas …   Wikipédia en Français

  • Cinéma iranien — Le cinéma iranien ou cinéma persan est l activité cinématographique de l Iran. L industrie cinématographique voit le jour en Iran dès 1900, quand la cour rapporte un cinématographe de France. Une production spécifiquement iranienne se développe… …   Wikipédia en Français

  • Cinéma afghan — Le cinéma d Afghanistan se relève lentement après une longue période de silence. Avant les attaques du 11 septembre 2001, Mohsen Makhmalbaf a attiré l attention sur l Afghanistan avec son film Kandahar. Kandahar est une tentative pour rappeler au …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»