Censure Royale


Censure Royale

Censure royale

La censure royale était, sous l' Ancien Régime, une compagnie d'experts chargés par le Chancellier d'établir la qualité d'un manuscrit, afin d'en autorise la publication exclusive sous forme imprimée avec un privilège royal[1].

Elle ne doit pas être confondue avec la censure sur les livres imprimés à l'étranger qui était faite par le lieutenant de police.

Sommaire

Objet de la censure

L'examen portait autant sur la forme de l'oeuvre que sur son fond, sur son intérêt, sur son originalité. Contrairement à l'idée reçue, la censure n'avait pas pour but principal d'examiner la conformité de l'ouvrage aux bonnes moeurs et à l'ordre public, mais son originalité, sa valeur intrinsèque et son intérêt pour le public, afin de justifier l'octroi d'un monopole d'édition pendant 10 ans ou 30 ans.

Le privilège royal pouvait être accordé à une oeuvre originale, mais aussi à une traduction, sur une oeuvre écrite ou sur une partition de musique.

Histoire de la censure préalable

Richelieu fut le premier à nommer des érudits dévolus à cette tâche. Après la Fronde, Colbert créa une direction de la Librairie, chargée de veiller à l'octroi des permissions et privilèges devenus désormais obligatoires pour toutes les impressions réalisées en France.

Organisation de la censure

Les directeurs de la librairie, devenus censeurs royaux, étaient nommés par le roi, chacun dans sa spécialité. L'Almanach royal en publiait la liste chaque année.

Sous Louis XIV ils étaient au nombre de quarante recrutés, pour la plupart, parmi les professeurs de la Sorbonne.

Sections de la censure

  • Histoire naturelle
  • Poésie
  • Musique
  • Théâtre
  • Théologie, etc.

Sections de la censure

Principaux censeurs royaux

La censure théâtrale

Dès 1701, les pièces de théâtre firent à leur tour l'objet de la censure royale : lues avant publication par les censeurs placés sous l'autorité du lieutenant général de police, les pièces furent autorisées soit telles quelles et recevaient l'approbation, soit moyennant des coupes ou des corrections, quand elles n'étaient pas simplement interdites. Voltaire en fit les frais pour son Mahomet (1743), Sedaine pour son Déserteur (1769) ; Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro de Beaumarchais n'en réchappèrent que grâce à l'opiniâtreté de Marie-Antoinette.

Les censeurs théâtraux

Note

  1. Les privilèges sont accordé au libraire sous la forme de Lettres patentes
  2. Il s'agit peut-être d'Étienne Louis Hector de Joly.

Bibliographie

  • Raymond Birn, La Censure royale des livres dans la France des Lumières, Paris, Odile Jacob, 2007 (ISBN 2-7381-1851-8).
  • Biographie des censeurs royaux, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1821.
  • Victor Hallays-Dabot, Histoire de la censure théâtrale en France, Paris, E. Dentu, 1862.

Voir aussi

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
Ce document provient de « Censure royale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Censure Royale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Censure royale — La censure royale était, sous l Ancien Régime, une compagnie d experts chargés par le Chancelier d établir la qualité d un manuscrit, afin d en autoriser la publication exclusive sous forme imprimée avec un privilège royal[1]. Elle ne doit pas… …   Wikipédia en Français

  • Censure Théâtrale — Censure royale La censure royale était, sous l Ancien Régime, une compagnie d experts chargés par le Chancellier d établir la qualité d un manuscrit, afin d en autorise la publication exclusive sous forme imprimée avec un privilège royal[1]. Elle …   Wikipédia en Français

  • Censure théâtrale — Censure royale La censure royale était, sous l Ancien Régime, une compagnie d experts chargés par le Chancellier d établir la qualité d un manuscrit, afin d en autorise la publication exclusive sous forme imprimée avec un privilège royal[1]. Elle …   Wikipédia en Français

  • Censure Ecclésiastique — Censure Pour les articles homonymes, voir Censure (homonymie). « Portrait » de la censure par Léon Bienvenu La …   Wikipédia en Français

  • Censure ecclésiastique — Censure Pour les articles homonymes, voir Censure (homonymie). « Portrait » de la censure par Léon Bienvenu La …   Wikipédia en Français

  • Censure — Pour les articles homonymes, voir Censure (homonymie). « Madame Anastasie », 1874, par André Gill,(1840–1885) La censure est la limitation arb …   Wikipédia en Français

  • CENSURE — En 1828, à une époque où l’on se plaignait amèrement des méfaits de la censure, Benjamin Constant en a fourni une excellente définition: «La censure, violation insolente de nos droits, assujettissement de la partie éclairée de la nation à sa… …   Encyclopédie Universelle

  • Censure Sous Charles VI Du Saint-Empire — Censure dans les Pays Bas autrichiens sous Charles VI Cet article traite de la censure sous Charles VI (1714 1740) dans les Pays Bas autrichiens, en particulier de l ordonnance du 25 juin 1729. Sommaire 1 Situation politique, économique et… …   Wikipédia en Français

  • Censure Sous Charles Vi Du Saint-empire — Censure dans les Pays Bas autrichiens sous Charles VI Cet article traite de la censure sous Charles VI (1714 1740) dans les Pays Bas autrichiens, en particulier de l ordonnance du 25 juin 1729. Sommaire 1 Situation politique, économique et… …   Wikipédia en Français

  • Censure Sous L'Empereur Charles VI — Censure dans les Pays Bas autrichiens sous Charles VI Cet article traite de la censure sous Charles VI (1714 1740) dans les Pays Bas autrichiens, en particulier de l ordonnance du 25 juin 1729. Sommaire 1 Situation politique, économique et… …   Wikipédia en Français