Gestion des clubs sportifs en RDA


Gestion des clubs sportifs en RDA

En RDA, la Gestion des clubs sportifs fut étroitement contrôlée par le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), parti unique qui occupa le pouvoir de 1949 à 1990.

Cette page propose une approche des différents organes de pouvoir et des catégories de clubs de football qui furent actifs en "Allemagne de l'Est".


Sommaire

Rôles

Dès les premiers jours d’existence de la République démocratique allemande, les cercles sportifs furent employés comme vecteurs de propagande (comme les Nazis l’avaient fait précédemment voir article DRL/NSRL). Sous le prétexte de promouvoir le sport, l’Etat exerça une influence et un contrôle permanent sur la population.

Toute l'activité sportive fit donc l'objet d'un contrôle permanent de la part des autorités. De 1950 à 1957, l'organe chargé de la gestion des sports fut le Deutschen Sportauschusses (DS). Il fut remplacé par la Deutschen Turn-und Sportbundes (DTSB)

Dix-huit catégories de Sportvereinigungen (SV) (associations sportives) furent mises en place et organisées selon les secteurs d’activité économique. Seize avaient un statut civil tandis que deux étaient des liées à des organes de l’Etat: l’armée (Armee Sportvereinigung (ASV) Vorwärts) et les organes de sécurité (Sportvereinigung (SV) Dynamo).

Ces Sportvereinigungen furent instituées en 1950. Le système perdit de sa superbe après 1957.

Origines

Dès que la capitulation de l’Allemagne nazie fut entérinée, les Alliés s’activèrent à dénazifier le pays. Une des mesures prises fut de dissoudre, dès 1945, tous les clubs et toutes les organisations. (voir Directive n°23).

Rapidement, les clubs reçurent l’autorisation de se reconstituer sous l’appellation de Sportgemeinschaft (SG) (communautés sportives).

Texte au choix
Zones d’occupation en Allemagne en 1945

Dans les zones zones occupées par les Américains, les Britanniques et les Français, les clubs qui le souhaitaient purent très rapidement reprendre leurs noms initiaux. Par contre, dans la Zone soviétique, il n’en alla pas du tout de la même manière.

Pour rappel, cette zone soviétique était constitué de la Thuringe, de la Saxe-Anhalt, de la Saxe du Brandenbourg et du Mecklembourg-Poméranie occidentale, sans sous oublier le secteur Est de Berlin (districts de Friedrichshain, d’Hellersdorf, d’Hohenschönhausen, de Köpenick, de Lichtenberg, de Marzahn, de Mitte, de Pankow, de Prenzlauer Berg, de Treptow et de Weissensee).

Organes dirigeants

Les activités sportives de la RDA furent gérées et contrôlées par deux organismes hautement (pour ne pas dire totalement) politisés. D'abord, le Deutschen Sportausschusses (DA) qui fut remplacé en 1958 par la Deutschen Turn-und Sportbundes (DTSB).

Deutschen Sportausschusses

Texte au choix
Logo de la FDJ
Texte au choix
Logo de la FDGB

Le 1 er octobre 1948, la Freie Deutsche Gewerkschaftsbund (FDGB) (la Fédération libre des Syndicats allemands) et la Freie Deutsche Jugend (FDJ) (Jeunesse libre allemande, mouvement de jeunesse fondé le 7 mars 1946) se réunirent au siège berlinois du Comité central de la FDJ et fondérent le Deutschen Sportausschuss (Comité allemand des Sports).

Cet organisme avait comme raison d'être de structurer et d'organiser (donc de contrôler, Etat totalitaire communiste oblige) toutes les activités sportives sur le territoire de ce qui allait devenir la RDA.

Le 3 avril 1950, le Deutschen Sportausschuss prononça son décret alignant la structure sportive est-allemande sur celle de la FDGB. Ce fut la mise en place des Sportvereinigungen c'est-à-dire le groupement des équipes au nom des différentes activités ("Motor", "Empor", "Stahl", ...). Les clubs furent alors restructurés en Bertriebsportgemeinschaft (BSG) (Communauté sportive d'entreprise/ou corporative). Dans quelques cas, plus rares, certaines équipes ne connurent pas de changements d’appellation, comme SG Adlershof ou SG Jänschwalde.

Dans la plus grande majorité des cas, la dénomination des clubs prit la forme SG+Nom de la localité qui devint BSG (Betriebssportgemeinschaft)+ Nom de localité (ou de district). Certains furent nommés ASG (Armeesportgemeinschaft) ou HSG (Hochschulsportgemeinschaft, école supérieure).

Le Deutschen Sportausschuss cessa ces activités et fut dissous après les décisions du "Politburo" du Comité central du SED (parti unique gérant l'Etat est-allemand), le 27 et 28 avril 1958 et la fondation de la Deutschen Turn-und Sportbundes (DTSB) (Fédération allemande de Gymnastique et des Sports).

Deutschen Turn-und Sportbundes

Après l'instauration de la DTSB, des fédérations sportives furent alors institués pour les sports qui n’en disposaient pas encore. Ce fut le cas de la Deutscher Fussball Verband der DDR (DFV) - littéralement "Fédération allemande de football de RDA" - qui vit le jour les 17 et 18 mai 1958. Dans la pratique, la DTSB fut gérée directement par le Comité central du SED.

14 des 18 anciennes Sportvereinigungen, créées en 1950, passèrent alors sous la direction des fédérations régionales (Bezirksverbanden) de la DTSB. Les organisations d’Etat, "Dynamo" (police), "Vorwärts" (armée), "Wismut" (mines d'Uranium) et "Reichsbahn" (Chemins de fer) restèrent distinctes de cette réforme jusqu’en 1978.

Alors que l'ancien Deutschen Sportausschuss comporta toute une série de sections différentes comme la "Section Football", la DTSB amena la constitution de fédérations individuelles pour les disiciplines n'en disposant pas encore. Ainsi, en 1958 fut instaurée la Deutscher Fussball Verband der DDR (DFV).

La DTSB fut structurée et subdivisée en 15 organisations de district (Bezirk) selon le découpage administratif mis en place en RDA.

Cette réforme administrative amena la modification de certaines appellations de clubs, mais dans l’ensemble, la logique appliquée depuis 1948/1949 resta sensiblement identique. Sous le niveau "Bezirk" furent installés des comités subalternes par "Kreis" (comtés) puis par "Stadt" (ville/commune) et enfin par "Stadtkreis" (arrondissement urbain). Les Sportvereinigung de l'Armée (ASV Vorwärts) et de la police - y inclus la Stasi, la VoPo, et la Douane - (Dynamo) avaient le statut d'une organisation de district mais étaient dans la réalité des faits indépendantes.

La DTSB accentua les idées émises dès 1954 en articulant sa méthode de travail en deux grandes catégories; sport de loisir (Breitensport) et sport de compétition (Leitungsport). La première servant de détecteur de talents qui furent ensuite priés de rejoindre un club de la seconde catégorie.

Liste des Sportvereinigungen

Les Sportvereinigungen (SV), littéralement "association sportive", étaient les organes hiérarchiques supérieurs liés chacun à un secteur d'activités. Les forces de police et l'armée eurent chacune leur propre "SV".

Logo Noms Secteurs d’activité Exemple
Logo-RDA-Aktivist.png Aktivist Exploitation minière, industries primaires BSG Aktivist Zwickau
BSG Aktivist Schwarze Pumpe
SC Aktivist Brieske-Senftenberg
Logo-RDA-Aufbau.png Aufbau Secteur de la construction SC Aufbau Magdeburg
BSG Aufbau Krumhermersdorf
BSG Aufbau Boizenburg
Logo-RDA-Chemie.png Chemie Industrie chimique, du verre et de la céramique Hallescher FC Chemie
BSG Chemie Premnitz
BSG Chemie Böhlen
Logo-RDA-Dynamo.png Dynamo Organes de sécurité (Stasi, Douanes, Police) SG Dynamo Dresden
BFC Dynamo
SC Dynamo Klingenthal
Logo-RDA-Einheit.png Einheit Gouvernement central et local SC Einheit Dresden<br/BSG Einheit Greifswald
BSG Einheit Wernigerode
Logo-RDA-Empor.png Empor Commerce, Biens alimentaires SC Empor Rostock
BSG Empor Lauter
BSG Empor Löbau
Logo-RDA-Fortschritt.png Fortschritt Industrie légère et textile SC Fortschritt Weißenfels
BSG Fortschritt Bischofswerda
BSG Fortschritt Cottbus
Logo-RDA-Lokomotive.png Lokomotive Moyens de transport, Chemin de fer 1. FC Lokomotive Leipzig
BSG Lokomotive Magdeburg
BSG Lokomotive Stendal
Logo-RDA-Medizin.png Medizin Secteur médical BSG Medizin Markkleeberg
BSG Medizin Luckau
BSG Medizin Berolina Berlin
Logo-RDA-Motor.png Motor Construction de moteurs et machines, transformation des métaux SC Motor Jena
BSG Motor Zwickau
BSG Motor Altenburg
Post Postes et Télécommunications BSG Post Neubrandenburg
BSG Post Schwerin
BSG Post Jena
Logo-RDA-Rotation.png Rotation Industries de l’imprimerie et de l’édition SC Rotation Leipzig
BSG Rotation Berlin
BSG Rotation Babelsberg
Logo-RDA-Stahl.png Stahl Métallurgie SC Stahl Riesa
BSG Stahl Brandenburg
BSG Stahl Eisenhüttenstadt
Logo-RDA-Traktor.png Traktor Coopératives agricoles SC Traktor Schwerin
SC Traktor Oberwiesenthal
BSG Traktor Teuchern
Logo-RDA-Turbine.png Turbine Secteurs de l’énergie et de la gestion de l’eau SC Turbine Erfurt
BSG Turbine Halle
BSG Turbine Potsdam
Logo-RDA-Vorwärts.png Vorwärts Organismes militaires (Forces Armées) ASK Vorwärts Frankfurt
ASK Vorwärts Oberhof
ASG Vorwärts Dessau
Logo-RDA-Wismut.png Wismut Mines d’uranium BSG Wismut Aue
SG Wismut Gera
SC Wismut Karl-Marx-Stadt
Wissenschaft Universités et Hautes écoles HSG Wissenschaft Halle
SC Wissenschaft DHfK Leipzig
HSG Wissenschaft TH Dresden

Il y eut aussi quelques exceptions notables de clubs qui portèrent des appellations et des abréviations comme seules la RDA pouvait en créer. Il s’agit pour certains de clubs fondés à une époque l’État est-allemand n’avait plus la même envie d’unifier toutes les associations sportives. D'autres eurent un nom "original" dès le début et le conservèrent. Ce fut par exemple le cas de la BSG Anker Wismar (chantier naval), ou BSG VVB Tabak Dresden (fabrique de cigarettes) ou encore BSG Energie Neubrandenburg.

Toutefois les appellations types comme celles souvent employées en Allemagne de l'Ouest (Eintracht, Alemannia, Germania,...) furent toujours considérées comme "politiquement incorrectes" !

Betriebsportgemeinschaft

Dès 1949, les clubs reconstitués après la Seconde Guerre mondiale sous forme de Sportgemeinschaft (SG) furent restructurés. Certains furent d'abord une Zentrale Sportgemeinschaft (ZSG). Après la création des Sportvereinigungen (SV) les clubs devinrent des Betriebsportgemeinschaften (en abrégé BSG).

Cela signifiait que toute entité sportive était attachée à une "entreprise" qui était son "Träger" (littéralement : soutien). Le terme "entreprise" englobait tous les secteurs : primaire (fermes, mines,...), secondaire (aciéries, fabriques, manufactures,...) ou tertiaire (organes administratifs). Les équipes des organes de police ou militaires restèrent gérées (en fait contrôlées) différemment. Les premières par la Sportvereinigung Dynamo, les secondes par la Sportvereinigung Vorwärts

Les Betriebsportgemeinschaften restèrent actives jusqu'en 1990. Un différenciation de catégories vint s'ajouter à deux reprises: les DDR-Sportklub puis les Fussball-Club.

DDR-Sportsclubs

À partir de 1954, eut lieu une première réforme importante du système mis en place en 1949. Au sein des différentes Sportvereinigung (SV), il fut créé des Sportclubs (SC). Le but était de "préparer des élites sportives". Les différentes Sportvereinigungen gérèrent le sport de loisir (Breitensport) par le biais de "BSG" qui restèrent en place, alors que les SC s'occupèrent de l'élite, du sport de compétition (Leitungsport). La théorie étaient que les meilleurs talents repérés dans et par les "BSG" étaient alors priés de rejoindre un "SC".

Certaines "BSG" devinrent en tout ou en partie des "SC", d'autres "SC" furent spécialement créés.

Dans les années 1960, certaines BSG et SV furent réunies en Turn-und Sportgemeinschaft (TSG) comme TSG Neustrelitz, TSG Lübbenau ou TSG Elsterwerda.

Fussball Club

À partir de janvier 1966, une autre réforme concerna les principales équipes de football. Ceux-ci furent restructurés comme des organismes indépendants des "BSG" ou des "SC". Des clubs de football furent alors refondés ou reconstitués sous des appellations plus conventionnelles (1.FC, FC, SC,...). Toutefois, le contrôle strict de l’État resta omniprésent.

BSG, SC et "clubs indépendants" restèrent en activité jusqu'à la réunification allemande. Ils furent ensuite dissous et ceux qui poursuivirent leurs activités furent restructurés en organismes civils, selon les Statuts en vigueur en RFA. Selon l'ambition de leurs dirigeants, ils furent soit des sociétés commerciales, soit des ASBL.

Conservation/Retour des "appellations"

Dans de nombreux cas, les clubs refondés après 1990 adoptèrent une nouvelle dénomination ou reprirent leur nom historique (ou s'en rapprochèrent). Toutefois, après quelques saisons, on constata que de nombreux cercles conservèrent ou reprirent l'appellation sous laquelle il connurent leurs plus glorieuses années. A titre d'exemple: SV Motor Altenburg, FC Energie Cottbus, SG Dynamo Dresden, FV Motor Eberswalde, TSG Neustrelitz ou encore TSV Stahl Riesa,...


Articles connexes

Notes et références


Sources et Liens externes

Page ad-hoc sur Wikipédia en Allemand

  • Präsidium der Sportvereinigung Dynamo (Hrsg.): Dynamo. Ein Almanach. Berlin 1977
  • Henri Ménudier (dir.), L’Allemagne occupée (1945–1949), Éditions Complexe, coll. « Historiques », Bruxelles, 1990 (ISBN 2-87027-367-3)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gestion des clubs sportifs en RDA de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.