Famille Beyens


Famille Beyens
Armes de la famille Beyens

Les barons Beyens sont une famille belge dont la noblesse remonte à 1647. Ils se sont notamment illustrés au XIXe et au XXe siècle par quatre générations de brillants diplomates au service de la Belgique.

Sommaire

Histoire

Une famille brabançonne

Baron Eugène Beyens (1816-1894), Ministre de Belgique à Paris
Baron Eugène Napoléon Beyens (1855-1934) Ministre d'Etat
Baron Antoine Beyens (1906-1995), Ambassadeur de Belgique
Baron Henri Beyens (Né en 1933), Ambassadeur de Belgique

La famille Beyens a ses origines dans le Brabant Septentrional ou Brabant du Nord aux Pays-Bas.
Godefroid Beyens, Seigneur de Drummel et prévost de la confrérie de la Sainte-Vierge à Bois-le-Duc en 1402 est cité par l'historien Charles Poplimont dans son ouvrage La Belgique Héraldique. Il est également repris dans Nederlandsch geslacht stam en wapen boek de Abraham Ferwerda qui écrit: "Godefroy van Beyens, ecuye, leefde 1402 troude Maria van Breugel dogter van Jan en Maria Spierinek." Traduction française: "Godefroid Beyens, écuyer, vivait en 1402 et épousa Maria van Breugel fille de Jan et Maria Spierinek."

Les Beyens avaient alors pour armes: "D'argent au Lion d'azur, lampassé, allumé et armé d'or, à la queue fourchue et passée en sautoir". Cet écu figure sur le blason funèbre de Jean van de Velde, Conseiller de Bois-le-Duc et décédé en 1644. Armorial et biographie des chanceliers et conseillés de Brabant.

Henri Beyens, Seigneur de Drummel et fils de Godefroid épousa Catherine van Middegaal.

S'ensuivit Gooswyn, marié à Agnès Lijckmans.

Vint ensuite Dominique Beyens, dit le savant, Seigneur de Drummel, né à Bois-le-Duc. Il était notaire et trésorier de la confrérie de la Sainte-Vierge à Bois-le-Duc comme l'avait été son ancêtre Godefroid. En août 1566, il réunit une garde de six hommes et s'opposa par l'épée à la fureur des iconoclastes pour protéger l'autel de la dite confrérie. Il s'y retrancha avec ses hommes pendant six jours, mais prévoyant l'inutilité d'une plus longue résistance, il fit transporter les objets de valeur en lieu sûr, et les sauva ainsi de la destruction. Archives Royales de Bois-le-Duc 1845.

Son fils Gooswyn Beyens, Seigneur de Drummel, né en 1550 et décédé en 1617 prit pour épouse Alida Senmans.

Il y eut ensuite Pierre Beyens, né en 1584 à Bois-le-Duc et décédé en 1638. Il était receveur général pour le Rhin et la Lippe.

Son fils François Beyens, né en 1610, exercait comme son père la charge de receveur général et avait également pour mission de réquisitionner les chevaux pour la cavalerie (commissaire de remonte des gens de guerre de Sa Majesté Catholique). Il a été anobli par Philippe IV en 1647.

Son frère Frédéric était conseiller et maître de la chambre des comptes.

Son descendant, Pierre Beyens, fut bourgmestre de Deynze de 1781 à 1792. Celui-ci eut cinq filles et quatre fils dont Constantin, préfet d'Empire, Eugène, Docteur en théologie, Albert, Président du tribunal de 1ère instance de Gand et Jean-Baptiste, avocat à la Cour Suprême.

Jean-Baptiste est l'auteur de la branche des diplomates. Il s'est distingué en plaidant un grand nombre de causes politiques. Ce fut lui qui défendit en 1817 l'abbé De Foere, rédacteur en chef du Spectateur Belge. Cet ecclésiastique s'était fait le porte-voix de l'opposition catholique au pouvoir de Guillaume 1er, Roi des Pays-Bas. Lorsqu'en 1821, MM. Martens, Boussen et Goethals, vicaires généraux du diocèse de Gand furent poursuivis pour avoir continué de correspondre avec Monseigneur de Broglie, condamné par le gouvernement hollandais, il fut chargé de leur défense. Son audacieuse plaidoirie qui dénoncait ouvertement les abus de pouvoir du gouvernement orangiste valut l'acquittement à ses clients.

La dynastie des diplomates

La dynastie des diplomates a débuté avec Eugène Beyens, fils de Jean-Baptiste, né à Bruxelles en 1816. Il a été un des premiers diplomates de la Belgique indépendante. Il reçut du Duc régnant de Saxe-Cobourg-Gotha le titre de baron en 1850. Leopold Ier reconnut à Eugène Beyens en 1851 le titre de baron transmissible à tous les descendants ainsi que la possession antérieure de noblesse.
D'abord nommé à La Haye, Eugène fut ensuite envoyé à Madrid où il épousa dona Maria de las Mercedes Alcala Galiano y Valencia, fille du Comte de Casa Valencia, Grand d'Espagne et Premier Ecuyer de Sa Majesté Catholique. L'amitié qui liait depuis l'enfance Maria de Las Mercedes à Eugénie de Montijo, épouse de Napoléon III, n'a pas été étrangère à la nomination d'Eugène à la légation belge à Paris en 1853. Le jeune ménage Beyens allait rapidement faire partie du cercle des intimes de l'Empereur et de l'Impératrice. Leur second fils, Eugène-Napoléon Beyens eut d'ailleurs pour parrain et marraine Napoléon III et l'Impératrice Eugénie. Quant à leur fille Ysabelle, elle était la filleule de la reine Isabelle II d'Espagne. En 1864, Eugène Beyens était nommé à la tête de la légation belge à Paris; il exerca les fonctions de Ministre de Belgique jusqu'à sa mort en 1894. .

Marchant sur les traces de son père, Eugène Napoléon Beyens (1855-1934) entra dans la carrière diplomatique en 1881. Il effectua les quinze premières années de sa carrière à Paris sous les ordres de son père. Il fut ensuite envoyé à Téhéran comme Ministre en 1896, et nommé Ministre à Bucarest en 1898. Nommé chef de cabinet du Roi Albert Ier le 7 janvier 1910, il recevra un mois plus tard la charge de Ministre de la Maison du Roi. Lorsque nacquit son troisième fils, Albert Ier demanda à en être le parrain. En 1912, Eugène-Napoléon fut nommé Ministre de Belgique à Berlin. De 1915 à 1917 il a eu la charge de Ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement de Broqueville. Nommé Ministre d’Etat le 26 juillet 1915, il a été admis comme Membre du Conseil des Ministres le 30 juillet. En 1921, Eugène Napoléon Beyens était envoyé comme ambassadeur auprès du Pape Benoit XV. Il occupa cette fonction jusqu'à sa mise à la retraite en 1925. Membre de l'Accadémie Royale des Arts et des Lettres, Eugène-Napoléon s'est aussi révélé un talentueux historien qui rédigea plusieurs ouvrages qui demeurent encore de nos jours des références dans le domaine de l'histoire des relations internationales. Lorsqu'il mourut en 1934, le Roi Albert tint à assister personnellement à ses obsèques.

Le flambeau fut repris par son second fils Antoine Beyens qui entra dans la carrière diplomatique en 1932 après de brillantes études de droit à l'Université de Louvain. Il a débuté sa carrière à Washington, puis il a été envoyé en poste à Mexico et à Londres. Il a ensuite été chargé d'affaires à Madrid et Consul Général à Rabbat. Enfin, Antoine Beyens a été ambassadeur à Lisbonne et à Madrid.

En 1957, un quatrième Beyens devenait diplomate: Henri Beyens, neveu d'Antoine. Il a fait ses début à La Havane, puis il a été envoyé successivement à Paris, Islamabad, Tokyo, Rio de Janeiro et La Haye. Nommé ambassadeur à Prague en 1987, il a été rappelé à Bruxelles en 1991 pour exercer les fonctions de Directeur Général de la Politique au Ministère des Affaires Etrangères. Henri Beyens a également été ambassadeur près le Saint-Siège, comme l'avait été son grand-père Eugène-Napoléon de 1920 à 1926. Il a terminé sa carrière comme ambassadeur à l'UNESCO.


Personnalités de la famille Beyens

  • Pierre Beyens, Seigneur de Drummel (1584-1638), Receveur Général pour le Rhin et la Lippe
  • François Beyens, écuyer, Seigneur de Grambais (né à Amsterdam en 1610), Receveur Général pour le Rhin et La Lippe et Commissaire de remonte des gens de guerre de Sa Majesté Catholique.
  • Frédéric Beyens, écuyer (né à Bois-le-Duc en 1619), Maître de la Chambre des Comptes
  • Albert Ignace Beyens, écuyer (mort en 1728), Lieutenant Colonel aux Gardes Wallonnes
  • Pierre Beyens, écuyer (né en 1721), Bourgmestre de Deynze de 1781 à 1792
  • Constantin Beyens, écuyer (né en 1758), Préfet d'Empire
  • Albert Beyens, écuyer (né en 1760), Président du Tribunal de 1ère Instance de Gand
  • Eugène Beyens, écuyer (né en 1762), Docteur en Théologie
  • Jean-Baptiste Beyens, écuyer (1766-1827), Avocat à la Cour Suprême
  • Baron Eugène Beyens (1816-1894), Ministre de Belgique à Paris
  • Baronne Maria de las Mercedes Beyens, née Casa Valencia (1828-1917), Dame de la Toison d'Or
  • Baron Eugène-Napoléon Beyens (1855 - 1934), Ambassadeur de Belgique, Ministre de la Maison du Roi, Ministre des Affaires Etrangères, Ministre d'Etat.
  • Baron Antoine Beyens (1906-1995), Ambassadeur de Belgique
  • Baron Henri Beyens (né en 1933), Ambassadeur de Belgique
  • Baron François Beyens (né en 1941), Docteur en médecine, fondateur et Président de l'Association Belge des Médecins Accupuncteurs et du "International Council for Medical Acupuncture and Related Techniques"

Alliances

  • XVe siècle : van Breugel (P-B), Lijckmans (P-B), van Middegaal (P-B).
  • XVIe siècle : van Breugel (P-B), Jonkheers (P-B), Loomans (P-B), de Pauwetter (P-B), de Rover (P-B).
  • XVIIe siècle : van Achelen (P-B), van Beveren (P-B), de Biseau de la Motte (B), de Ghistelles de Thy (B), de Gillis van Eycheren (P-B), de Magistris (P-B), de Maillot de Bourre (B), de Loen (B), van Parijs (P-B), de Rolly (B), de Stupenberg (All), de Witte Uytten Limminghem (B), de Worcom.
  • XVIIIe siècle : de Baelen "dit de Homborch" (B), de Bonninghausen (P-B), Camberlyn (B), de Godin (B), de Miesses.
  • XIXe siècle : de Casa-Valencia (Esp), De Mot (B), de Hurtado (Esp), Oppenheim (All), de La Rousselière-Clouard (F), de Stuers (P-B).
  • XXe siècle : de Beauchef de Servigny (F), Goüin (F), Elleboudt (B), O'Connor de Kerry (Irl).


La branche des Beyens, Comtes de Villamar et Vicomtes de San Lorenzo

Armoiries de Don Lorenzo Beyens y Huwin, Comte de Villamar, Vicomte de San Lorenzo et Chevalier de l'Ordre de Charles III

Les frères Josse et Cornelio Beyens, nés respectivement en 1666 et 1672 à Merxem, sont partis s'établir à Cadix en Espagne à la fin du XVIIe siècle. Ils étaient les fils de Josse Beyens, né à Hoboken en 1639, et les petit-fils de Jean Beyens marié à Pétronile van Beveren. Ils se sont établis comme marchands et sont devenus assez rapidement une des familles les plus prospères de Cadix. Cornelio était Consul de la Nation Flamande à Cadix. Ses fils Lorenzo, Rafael et Alejandro Beyens ont vu leur noblesse reconnue par la Chancelerie Royale de Grenade le 8 août 1766. Le 3 décembre 1773, Charles III d'Espagne a octroyé à Lorenzo les titres héréditaires de Comte de Villamar et de Vicomte de San Lorenzo. Cinq années plus tard, Lorenzo Beyens accédait à une importante charge politique devenant Sindico Personero, soit "représentant du peuple" de la ville de Cadix et le 14 juillet 1779, il était admis dans l'Ordre de Charles III. Etant donné le statut social auquel ils avaient accédé, les Beyens durent abandonner leurs activités commerciales aussi lucratives soient-elles. Lorenzo Josef et Josef Maria, fils de Lorenzo Beyens, sont ainsi devenus officiers dans les Gardes Wallonnes, un régiment très populaire auprès des flamands établis en Espagne. Cette branche de la famille Beyens restée à Cadix a par la suite donné des militaires et des ingénieurs jusqu'au XXe siècle.


Sources

  • Liste des membres de la Confrérie de la Sainte-Vierge, archives de la ville de Bois-le-Duc.
  • Etat Présent de la noblesse du Royaume de Belgique, Editions Tradition et Vie, Bruxelles 1960
  • Charles Poplimont, La Belgique héraldique, 1863
  • J. Bosmans, Armorial de Belgique.
  • M. de Vegiano, Nobiliaire des Pays-Bas et du Comté de Bourgogne
  • Baron de Rijckman de Betz, Armorial général de la noblesse belge.
  • F. Koller, Armorial ancien et moderne de Belgique.
  • Paul Janssens et Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge du XVème au XXème siècle.
  • Eugène Coemans, Le dictionnaire des belges.
  • Baron Beyens, Le second Empire. Ed. Desclée, De Brouwer.
  • Paul Bourget, Un diplomate belge à Berlin. L'Illustration, 26 décembre 1931.
  • Abraham Ferwerda, Nederlandsch geslacht stam en wapen boek.
  • Wout Van Putten, De familie Beyens, een Vlaams-Gaditaanse handelaarsfamilie in de 18de eeuw.
  • Julio de Atienza, Nobiliario Español.
  • Arturo y Alberto García Carraffa, Enciclopedia Hispanoamericana de Heráldica, Genealogía y Onomástica.
  • Fernando González Doria, Diccionario Heráldico y Nobiliario de los Reinos de España

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Famille Beyens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Famille Goüin — d azur à la croix tréflée d or …   Wikipédia en Français

  • Eugène Beyens (1855-1934) — Pour les articles homonymes, voir Eugène Beyens. Eugène Napoléon Beyens Mandats …   Wikipédia en Français

  • Eugène Beyens (1816-1894) — Pour les articles homonymes, voir Eugène Beyens. Eugène Beyens (1816 1894) Le baron Eugène Henri Léonard Beyens (Bruxelles, le 12 novembre 1816 …   Wikipédia en Français

  • Antoine Beyens — Baron Antoine Beyens (* 6 octobre 1906 à Paris[1] † 1995) fut un diplomate belge. Antoine Beyens Antoine Beyens est le fils de Eugène Beyens et de Marguerite Oppenheim. En 1937 …   Wikipédia en Français

  • Jan Cox — Pour les articles homonymes, voir Cox. Jan Cox (° La Haye le 27 août 1919 † Anvers, le 7 octobre 1980), est un peintre belge. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Liste des familles nobles de Belgique — Cette Liste des familles nobles de Belgique est en fait une Liste des familles de noblesse belge et concerne donc uniquement les familles nobles subsistantes faisant partie officiellement de la noblesse belge à l exclusion des familles de… …   Wikipédia en Français

  • Liste des personnages historiques de la Première Guerre mondiale — Sommaire 1 Afrique du Sud 2 Allemagne 2.1 Royauté 2.2 Militaire 2.3 Hommes politiques …   Wikipédia en Français

  • Liste des familles belges les plus anciennes — Leo Belgicus (1617) La liste suivante reprend certaines des familles belges subsistantes les plus anciennes, sans distinction sociale. Elles sont triées selon l ancienneté. Sommaire 1 La notion …   Wikipédia en Français

  • Belgian nobility — In the Kingdom of Belgium there are at the moment approximately 1300 noble families. Some 20.000 individuals are titled. The noble lineage of only ca. 400 families dates back to the 17th century. As Belgium is a democratic constitutional monarchy …   Wikipedia

  • Didier Chardez — Pour les articles homonymes, voir Didier Chardez (dessinateur). Didier Chardez est né à Paris, le 2 octobre 1924 ; il est mort le 9 septembre 2000 chez lui, à Omal (Province de Liège, Belgique). Il est un spécialiste des protozoaires… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.