Durvillaea antarctica


Durvillaea antarctica
Aide à la lecture d'une taxobox Durvillaea antarctica
Lanières flottantes deDurvillaea antarcticaceinturant une côte rocheuseaux îles Kerguelen
Lanières flottantes de
Durvillaea antarctica
ceinturant une côte rocheuse
aux îles Kerguelen
Classification
Domaine Eukaryota
Division Heterokontophyta
Classe Phaeophyceae
Ordre Fucales
Famille Durvilleaceae
Genre Durvillaea
Nom binominal
Durvillaea antarctica
(Chamisso) Hariot,1892
Classification phylogénétique
Division Stramenopiles
Famille Durvilleaceae
D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

Durvillaea antarctica est une espèce d'algues brunes géantes des régions sub-antarctiques.

Leur nom rend hommage à l'explorateur français Jules Dumont d'Urville (1790-1842).

Sommaire

Description

Groupe de D. antarctica, coalescentes par leurs crampons, échoué sur une plage de Nouvelle-Zélande

Les thalles comprennent depuis la base : un crampon par lequel l'algue est fixée aux rochers, un stipe cylindrique, une lame palmée divisée en lanières plus ou moins nombreuses. Bien que génétiquement plus proche des Fucus, la forme générale évoque plutôt celle de certaines laminaires à lame digitée comme Laminaria digitata ou Laminaria hyperborea. Durvillaea antarctica peut dépasser fréquemment 10 m de longueur, voire atteindre les 15 m. La surface est épaisse et coriace, elle a l'aspect et la consistance du cuir. A l'intérieur, l'algue développe une structure alvéolaire qui lui permet de flotter. En grossissant, les bases de thalles voisins peuvent fusionner en un seul crampon collectif.

Répartition géographique

On rencontre Durvillaea antarctica le long des côtes du sud de la Nouvelle-Zélande, de l'Argentine et du Chili (Patagonie et Terre de Feu), et autour des îles sub-antarctiques : îles Malouines, Géorgie du Sud, archipel du Prince-Édouard, Kerguelen, Crozet, Heard-et-MacDonald, Auckland, Campbell et Macquarie.

Écologie

Durvillaea antarctica est fixée au niveau des plus basses marées et est donc rarement exondée. Les lanières flottent en permanence à la surface de l'eau et peuvent ainsi former des ceintures continues le long du littoral. Durvillaea antarctica a besoin d'une eau brassée en permanence : on ne les rencontre donc que sur les côtes battues, où le ressac est important et où le marnage est peu marqué. Plus l'agitation est intense, plus les lanières sont nombreuses, fines et longues.

Utilisation

Durvillaea antarctica contient une très forte proportion d'alginates et est exploitée pour l'extraction de l'acide alginique ou pour diverses préparations cosmétiques.

paquet de cochayuyo séché sur un marché au Chili

Ces algues sont localement consommées comme aliments au Chili où elles sont appelées cochayuyo. Les extrémités des lanières fines sont les meilleures parties à préparer. On les trouve sur les marchés sous forme de petits paquets séchés et ficelés.

En Nouvelle-Zélande, les māori utilisaient les durvilléas (rimurapa) fendus dans l'épaisseur comme sacs de conservation (poha) ou de cuisson des produits de leur chasse et de leur pêche.

Cycle biologique

Le cycle biologique de Durvillaea antarctica est caractéristique de l'ordre des Fucales ; il est de type diplophasique. Le thalle est diploïde, la phase gamétophytique n'est pas libre et se réduit à la production des gamètes. La maturation de ces gamètes se produit pendant la période hivernale dans des conceptacles répartis à la surface de l'algue dans l'épaisseur des couches superficielles. La fécondation s'opère à l'extérieur de l'algue entre gamètes libérés[1]. Comme chez les autres algues brunes, l'attraction sexuelle des spermatozoïdes vers les oosphères est assurée par l'émission d'une phéromone. Pour le genre Durvillaea cet attractant est l'hormosirène[2] .

Références taxonomiques

Notes et références

  1. (es) Collantes Gloria, Merino Ana, Lagos Verónica, « Fenología de la gametogénesis, madurez de conceptáculos, fertilidad y embriogénesis en Durvillaea antarctica (Chamisso) Hariot (Phaeophyta, Durvillaeales) », dans Revista de Biología Marina y Oceanografía, vol. 37, no 1, juillet 2002, p. 83-112 [texte intégral] 
  2. Bruno de Reviers, Biologie et phylogénie des algues, t. 1, Paris, Belin, coll. « Belin Sup Sciences », octobre 2002, 352 p. (ISBN 978-2-7011-3083-5)(ISSN 11583762), p. 270 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Durvillaea antarctica de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Durvillaea antarctica — Durvillaea antarctica …   Wikipédia en Français

  • Durvillaea antarctica — stipes on Second Bay, Otago, New Zealand Scientific classification Kingdom: Chroma …   Wikipedia

  • Durvillaea antarctica — Para para la variedad de alga comestible consumida en Perú, véase Chondracanthus chamissoi.   Cochayuyo …   Wikipedia Español

  • Durvillaea — Durvillaea …   Wikipédia en Français

  • Durvillaea willana — Scientific classification Kingdom: Chromalveolata Phylum: Heterokontophyta Class: Phaeophyceae …   Wikipedia

  • Durvillaea — antarctica Otago, New Zealand Scientific classification Kingdom: Chromalveolata (unranked …   Wikipedia

  • Durvillaea — Durvillaea …   Wikipédia en Français

  • Durvilléa antarctica — Durvillaea antarctica Durvillaea antarctica …   Wikipédia en Français

  • D. antarctica — may refer to: Deschampsia antarctica, the Antarctic hair grass, a flowering plant species native to Antarctica Dicksonia antarctica, the soft tree fern, man fern or Tasmanian tree fern, an evergreen tree fern species native to parts of Australia… …   Wikipedia

  • Durvillea — Durvillaea Durvillaea …   Wikipédia en Français