Zoran Đinđić


Zoran Đinđić
Zoran Đinđić
Зоран Ђинђић
Zoran Đinđić, Davos.jpg
Mandats
5e Premier Ministre de Serbie
25 janvier 200112 mars 2003
Prédécesseur Mirko Marjanović
Successeur Zoran Živković
67e Maire de Belgrade
21 février 199730 septembre 1997
Prédécesseur Nebojša Čović
Successeur Vojislav Mihailović
Biographie
Date de naissance 1er août 1952
Lieu de naissance Flag of SFR Yugoslavia.svg Bosanski Šamac (Yougoslavie)
Date de décès 12 mars 2003
Lieu de décès Flag of Serbia and Montenegro.svg Belgrade (Serbie-et-Monténégro)
Nationalité serbe
Parti politique Parti démocratique
Conjoint Ružica Đinđić
Religion Athée
Signature Zoran Djindjic signature.svg

Coat of arms of Serbia.svg
Premier ministre de la République de Serbie

Zoran Đinđić (en serbe cyrillique Зоран Ђинђић, souvent translittéré en Zoran Djindjić) (né le 1er août 1952 à Bosanski Samac et assassiné le 12 mars 2003 à Belgrade), fut le Premier ministre de Serbie de 2001 à 2003, la Serbie faisait alors partie de la République fédérale de Yougoslavie. Il a aussi été maire de Belgrade, opposant politique de Slobodan Milošević et philosophe.

Sommaire

Biographie

Đinđić est né à Bosanski Šamac, sur la rivière Save, dans le nord de la Bosnie-Herzégovine, alors yougoslave, mais il fit ses études secondaires à Belgrade, où son père Dragomir était en poste en tant qu'officier de l'Armée populaire yougoslave. Sa mère Mila était femme au foyer, et il avait aussi une sœur aînée prénommée Gordana. Đinđić s'intéressa à la politique pendant ses études de philosophie à l'Université de Belgrade.

Socialiste réformiste, il continua ses études en Allemagne, notamment avec le professeur Jürgen Habermas à Francfort. Cet exil était rendu nécessaire par l'opposition du régime communiste et des médias à sa tentative de créer un mouvement politique étudiant indépendant. En 1979, il obtint un doctorat de philosophie de l'université de Constance. Il parlait allemand couramment, et avait un niveau moyen en anglais, de sorte qu'il prit des cours d'anglais pendant son mandat de premier ministre.

En 1989, Đinđić retourna en Yougoslavie pour enseigner à l'université de Novi Sad, et avec d'autres dissidents serbes il fonda le Parti démocratique. Il siéga au conseil d'administration du parti en 1990, et fut élu au parlement de Serbie la même année. En 1993, il devint président du parti démocratique.

Après une importante série de manifestations pour protester contre l'annulation d'élections par le gouvernement de Slobodan Milošević pendant l'hiver 1996/1997, Đinđić devint maire de Belgrade, le premier non-communiste depuis la Seconde Guerre mondiale. Unie seulement par des ennemis politiques communs, sa coalition "Zajedno" (Ensemble) avec le SPO (mouvement du renouveau) de Vuk Drašković et le GSS (Alliance civique) de Vesna Pešić ne survécut que quatre mois. Il fut délogé de son poste de maire par le SPO, le SPS, et le SRS (parti radical).

Après que le journaliste et éditeur Slavko Ćuruvija, opposant au régime, fut assassiné le jour de la Pâque orthodoxe, alors que l'OTAN bombardait la Serbie, Đinđić se réfugia dans un exil temporaire au Monténégro, parce qu'il aurait été informé qu'il était le suivant sur la liste d'assassinats programmés par les services secrets du président Milošević. Il partit rapidement pour les pays occidentaux, étant considéré comme un ami politique par de nombreux chefs d'état ou de gouvernement, tels Bill Clinton ou Gerhard Schröder. En septembre 1999, un article du Time magazine le rangea parmi les personnalités politiques les plus importantes du tournant du siècle.

Des photos de sa poignée de main avec Clinton pendant une période de bombardement ont été utilisées par les autorités serbes pour le dépeindre comme un traître, mais aussi par l'opposition pour montrer la reconnaissance de Đinđić par la communauté internationale, qui pourrait entraîner celle de la Serbie entière. A son retour au pays en juillet 1999, il fut accusé d'avoir mis en danger la sécurité de l'État, au cours d'un procès considéré comme truqué car à huis-clos.

Đinđić joua un rôle de premier plan dans l’élection présidentielle de Yougoslavie de septembre 2000 et dans la révolte du 5 octobre qui renversa le régime de Milošević, et qui amena sa large coalition (18 partis) de l'Opposition démocratique de Serbie à la victoire en décembre. Il devint premier ministre de Serbie le 25 janvier 2001.

En 2001, Đinđić joua un rôle clé dans le transfert de Milošević au TPIY à La Haye. Plus tard, il fit part de ses désillusions à ce propos, qualifiant même le procès de « cirque ». Il déclara qu'à son avis, le tribunal de La Haye « permettait à Milošević de se comporter en démagogue et de contrôler le procès ».

Đinđić fut reçu favorablement par les puissances occidentales. Ses rencontres avec les dirgeants George W. Bush, Tony Blair, Jacques Chirac et autres donnèrent de fortes indications sur le soutien qu'ils donnaient à sa politique. Đinđić était en désaccord permanent avec son ancien allié et actuel Premier Ministre Vojislav Koštunica, qui était son principal rival en Serbie. Sa proximité avec le président monténégrin Milo Đukanović s'était aussi effacée depuis que celui-ci avait affiché ses ambitions d'indépendance de son État.

Assassinat de Zoran Đinđić

Zoran Đinđić fut assassiné le 12 mars 2003, tué d'une balle en plein cœur alors qu'il s'apprêtait à entrer dans le principal bâtiment gouvernemental. L'assassin, Zvezdan Jovanović, lieutenant-colonel de police, avait tiré de la fenêtre d'un bâtiment proche au moyen d'un fusil à lunette.

Nataša Mićić, Présidente de Serbie, déclara l'état d'urgence immédiatement après le meurtre.

Cet assassinat avait été précédé de plusieurs tentatives. La plus notable avait eu lieu un mois plus tôt, quand un camion conduit par Dejan Milenković tenta de sortir le véhicule du premier ministre de l'autoroute. Đinđić survécut grâce aux réflexes de son chauffeur et de son service de sécurité. Milenković fut arrêté, mais relâché quelques jours plus tard. La cour expliqua sa décision par le fait que Milenković était un commerçant et que ses affaires souffraient de son absence.

Đinđić s'était fait de nombreux ennemis par son attitude pro-occidentale, ses réformes économiques, l'arrestation de Milošević et sa livraison au TPIY, et son combat contre le crime organisé. Le meurtre était organisé par Milorad Ulemek, connu sous le nom de Legija (le légionnaire), un ancien commandant des services secrets de Milošević. Il avait récemment été condamné à 40 ans de prison pour meurtre et tentative de meurtre.

Le 23 mai 2007, la cour spéciale de Belgrade pour le crime organisé condamna douze hommes pour leur implication à divers niveaux dans l'assassinat. Les sentences les plus lourdes furent de 40 ans de prison pour Milorad Ulemek et Zvezdan Jovanović.

Héritage de Zoran Đinđić

Zoran Živković lui succéda à la tête du Parti démocratique, et aussi comme premier ministre, le 18 mars après une semaine d'intérim.

Đinđić était marié à Ružica Đinđić. Ils avaient deux enfants : une fille prénommée Jovana née en 1990, et un fils prénommé Luka né en 1993.

Ses funérailles nationales, le 15 mars furent suivies par des centaines de milliers de personnes, citoyens et délégations étrangères. Sa mort représentait une tragédie morale et politique pour beaucoup de Serbes qui voyaient en lui un homme d'État porteur d'espoir, qui garantissait la coexistence pacifique avec les nations voisines, l'intégration dans l'Europe et le reste du monde, la prospérité économique et un futur meilleur.

Son principal opposant politique et critique pendant son mandat, l'ancien président Vojislav Koštunica, reconnut l'importance de son action deux ans plus tard, alors qu'il était lui-même devenu premier ministre, en ces mots :

« Zoran Đinđić a été le premier à s'atteler à la difficile tâche de gouverner ce pays à une époque très instable. Il est probable que son énergie et son engagement ont permis de faire avancer les choses. C'est une chose de regarder cela de dehors, et c'est complètement différent d'en faire partie. Je comprends tout cela maintenant que je suis premier ministre et vois les choses un peu différemment. Il fut très important pour le processus dans son ensemble. »

Citations

« Si quelqu'un croit qu'il peut arrêter l'exécution de la loi en m'éliminant, il se trompe sérieusement, parce que je ne suis pas le système. Le système continuera de fonctionner, et personne ne recevra d'amnistie pour ses crimes en éliminant un ou deux officiels du gouvernement. » Politika (21 février 2003) et Glas Javnosti (24 février 2003).



Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Zoran Đinđić de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Zoran — (Serbian and Macedonian Cyrillic: Зоран) is a common South Slavic name, the masculine form of Zora, which means dawn, daybreak . People*Zoran Bečić Bosnian actor *Zoran Baldovaliev Macedonian football player *Zoran Cvijanović Serbian actor *Zoran …   Wikipedia

  • Zoran — (kyrillisch: Зоран) ist ein männlicher Vorname, der überwiegend bei den Südslawen verbreitet ist. Herkunft Der Name Zoran kommt vom Wort zora und bedeutet auf Deutsch Morgendämmerung. Namensträger Zoran Barisic, ehemaliger österreichischer… …   Deutsch Wikipedia

  • ZORAN — Ladicorbić Zoran Ladicorbic (1947 en Serbie ) est un couturier d origine Serbe vivant maintenant aux États Unis. Zoran est un couturier minimaliste qui ne s’est jamais laissé dérouter par la mode près du corps et les paillettes. Ses forces sont… …   Wikipédia en Français

  • Zoran — Ladicorbić Zoran Ladicorbic (1947 en Serbie ) est un couturier d origine Serbe vivant maintenant aux États Unis. Zoran est un couturier minimaliste qui ne s’est jamais laissé dérouter par la mode près du corps et les paillettes. Ses forces sont… …   Wikipédia en Français

  • Zoran Đinđić — Zoran Đinđić, Januar 2003 in Davos Zoran Đinđić ( Aussprache …   Deutsch Wikipedia

  • Zoran — (cirílico: Зоран) es un nombre propio de origen eslavo muy común en los países balcánicos. Es la forma masculina de Zora , que significa amanecer . Algunas personas con este nombre son: Zoran Đinđić, político serbio. Zoran Planinić, baloncestista …   Wikipedia Español

  • Zoran Đorđić — Spielerinformationen Geburtstag 15. Oktober 1966 Geburtsort Šabac, Jugoslawien Staatsbürgerschaft serbisch Körper …   Deutsch Wikipedia

  • zóran — prid. 〈odr. zôrnī〉 1. {{001f}}koji se vidi; očit 2. {{001f}}ekspr. knjiš. silan, silovit, žestok, ugledan 3. {{001f}}ekspr. reg. koji je lijepa izgleda; lijep, naočit …   Veliki rječnik hrvatskoga jezika

  • zoran — zóran prid. <odr. zȏrnī> DEFINICIJA 1. koji se vidi; očit 2. ekspr. knjiš. silan, silovit, žestok, ugledan 3. ekspr. reg. koji je lijepa izgleda; lijep, naočit ETIMOLOGIJA vidi zor …   Hrvatski jezični portal

  • Zoran Đinđić — The title of this article contains the following characters: đ and ć. Where they are unavailable or not desired, the name may be represented as Zoran Djindjic. Zoran Đinđić Зоран Ђинђић 6th Prime Minister of Serbia …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.