William Wilberforce


William Wilberforce
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wilberforce.
William Wilberforce
William Wilberforce
Nationalité Anglais
Naissance 24 août 1759
Hull (Angleterre)
Décès 29 juillet 1833
Londres
Profession Politicien, abolitionniste
Carrière Député du Kingston upon Hull (1780-1784), Député du Yorkshire (1784 – 1812), Député du Bramber (Sussex) (1812-1825)
Parti(s) indépendant du British Tory Party

William Wilberforce, né le 24 août 1759 à Hull (Angleterre), mort le 29 juillet 1833, était un abolitionniste et parlementaire anglais, protestant évangélique et philanthrope. Il combattit toute sa vie pour la cause de l'abolition de l'esclavage, qu'il obtint, au Royaume-Uni, peu de temps avant de mourir. Il tenta de s'opposer à la guerre contre la France révolutionnaire. Il est enterré à l'abbaye de Westminster

Sommaire

Vie

Il est fils unique du négociant Robert Wilberforce (1728–1768) et d'Elizabeth. Son grand-père William (1690–1776) a fait fortune dans la mer Baltique avec la Eastland Company. Il fut aussi maire de Hull[1]. Les Wilberforce sont une vieille famille du village Wilberfoss dans le Yorkshire.[réf. nécessaire]

En octobre 1776, il entre à St John's College (Cambridge) et s'investit dans la vie étudiante. Il fait souvent la fête, mais il décroche tout de même son diplôme B.A en 1781 et un M.A. de Cambridge en 1788. Il se lie d'amitié avec William Pitt le Jeune, Premier ministre de Grande-Bretagne[2].

En 1780, toujours étudiant, il est élu membre du parlement du Yorkshire (1784–1812) après avoir investi plus de 8 000 £ dans ses élections. Il sera indépendant, mais proche du parti politique Tory.

En 1785, Wilberforce se convertit à l'église évangélique.

Il est le père de Samuel Wilberforce (1805-1873), un évêque anglais de l'Église d'Angleterre.

Sa reconversion humaniste

Abolitionniste

Sa décision initiale

En 1783, Wilberforce dînait dans la maison de Gerard Edwards, un ses vieux amis de Cambridge à Curzon Street, quand il rencontra le révérend James Ramsay (abolitionniste) qui était aumônier dans une plantation à Saint-Christophe-et-Niévès. Le révérend lui explique les conditions de vie abominables des esclaves tant dans les plantations que sur les navires. De retour en Angleterre, James Ramsay s'engagera contre la traite négrière avec : Sir Charles Middleton (1st Baron Barham), sa femme "Lady Middleton", Thomas Clarkson et d'autres sous le nom des Testonites.

Wilberforce est impressionné par ces idées progressistes. En novembre 1786, il reçoit une lettre de Sir Charles Middleton qui augmentera son intérêt pour la lutte contre le commerce d'esclaves[1]. À l'incitation de Lady Middleton, Sir Charles Middleton suggère à Wilberforce de présenter au parlement une loi pour l'abolition de l'esclavage. Wilberforce répond qu'il comprend l'importance de ce sujet et, bien qu'il ne s'estime pas à la hauteur de cette mission, qu'il ne la refusera pas[3].

Il continue à s'informer sur ce sujet et durant l'hiver 1787 le député revoit les "Testonites" dans la maison des Middleton à Teston. Fin 1787, Thomas Clarkson diplômé comme Wilberforce de St John's College (Cambridge) avait écrit un essai sur l'esclavage et réussi à le convaincre de la nécessité de mettre fin à ce commerce. À Old Palace Yard, Clarkson lui passe une copie de son essai. C'était la première fois que les deux hommes se rencontraient pour une collaboration qui allait durer cinquante ans.

Clarkson présente ses preuves sur l'esclavage aux Quakers. Le comité des Quakers pour l'abolition de l'esclavage décide d'influencer le Parlement sur ce sujet. Clarkson leur rappelle qu'il connait déjà un député (William Wilberforce) pour représenter cette cause.

Wilberforce trouve là officiellement l'opportunité de soutenir cette cause au Parlement. Il organise un dîner où le sujet sera abordé avec Bennet Langton, un riche propriétaire foncier du Lincolnshire une personne proche de Clarkson et Wilberforce. Le dîner eut lieu le 13 mars 1787 en présence d'autres personnalités importantes comme Charles Middleton, Sir Joshua Reynolds, William Windham (membre du Parlement), James Boswell et Isaac Hawkins Browne (membre du Parlement). En fin de soirée, la décision qu'ils avaient prise était qu'à terme, seul Wilberforce pouvait avancer la mesure au Parlement. "Aucune personne plus importante ne fut trouvée". Le 12 mai 1787, Wilberforce avait encore des doutes mais il eut une conversation assis sous un grand chêne (« oak » en anglais) avec son ami William Pitt le Jeune et William Grenville. Wilberforce sera connu sous le nom de « Wilberforce Oak » au club de Holwood House, une maison de campagne anglaise de Keston.

William Pitt défie son ami Wilberforce de présenter une première fois cette loi pour l'abolition de l'esclavage : « Vous vous êtes déjà donné beaucoup de mal pour recueillir des preuves, on vous garantit de vous soutenir. Ne perdez pas votre temps quelqu'un d'autre pourrait le présenter ». Cette réunion au parlement fut décisive dans la carrière de William Wilberforce, bien que sa proposition de loi n'ait pas été enregistrée. Dans sa vieillesse, il dira se rappeler précisément ce jour-là, assis aux côtés de William Pitt et de William Grenville.

Ses actions au début comme parlementaire

Les guerres napoléoniennes

La phase finale de sa campagne

L'émancipation des esclaves

Sa famille

Ses autres actions

Les dernières années de sa vie

Ses écrits

Film

Notes & Sources

  1. a et b John Pollock, Wilberforce (London: Constable, 1977)
  2. Olivier Pétré-Grenouilleau, les traites négrières : essai d'histoire globale, Gallimard, 2004, p. 227
  3. William Hague, William Wilberforce: The Life of the Great Anti-slave Trade Campaigner (London: HarperPress, 2007)

Galerie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article William Wilberforce de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • William Wilberforce — William Wilberforce. Gemalt um 1794 von Karl Anton Hickel William Wilberforce …   Deutsch Wikipedia

  • William Wilberforce — político, filántropo y abolicionista británico …   Wikipedia Español

  • William Wilberforce — [William Wilberforce] (1759–1833) an English politician, best known for his successful campaigns to stop the slave trade and to make ↑slavery illegal in the ↑British Empire …   Useful english dictionary

  • William Wilberforce — ] [External links* [http://www.wilberforcecentral.org/wfc/index.htm 200th Anniversary of the Abolition of the British and U.S. Slave Trade] * [http://www.bbc.co.uk/history/historic figures/wilberforce william.shtml BBC historic figures: William… …   Wikipedia

  • William Wilberforce — ➡ Wilberforce * * * …   Universalium

  • William Wilberforce Bird — was Viceroy of India in the summer of 1844. His term ended on 23rd July. In 1822 he visited the Cape of Good Hope and wrote a book reporting on his visit. [http://books.google.com/books?id=aRoPAAAAYAAJ State of the Cape of Good Hope, in 1822.]… …   Wikipedia

  • William Wilberforce Bird (gobernador) — William Wilberforce Bird (1784 1857) fue un administrador colonial británico que sirvió como vicegobernador de Bengala y, en 1844, como Gobernador General de la India. Su padre fue William Wilberforce Bird, miembro del Parlamento de Cheshire.… …   Wikipedia Español

  • Henry William Wilberforce — Infobox journalist name = Henry Wilberforce caption = birthname = birth date = birth date|1807|09|22|df=y birth place = Clapham age = death date = death date and age|1873|04|23|1807|09|22|df=y death place = Stroud, Gloucestershire education =… …   Wikipedia

  • Henry William Wilberforce —     Henry William Wilberforce     † Catholic Encyclopedia ► Henry William Wilberforce     Born at Clapham, 22 September, 1807; died at Stroud, Gloucestershire, 23 April, 1873. He was third son of the famous William Wilberforce, and younger… …   Catholic encyclopedia

  • Wilberforce — may refer to:People* William Wilberforce, who successfully fought against the slave trade * Robert Isaac Wilberforce, the second oldest son of William Wilberforce, a clergyman, Catholic convert and writer * Samuel Wilberforce, third oldest son of …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.