Vol 123 Japan Airlines


Vol 123 Japan Airlines
Japan Airlines vol 123
Illustration du JA8119 lors de la perte de la dérive verticale.
Illustration du JA8119 lors de la perte de la dérive verticale.
Caractéristiques de l’accident
Date 12 août 1985
Type Explosion au niveau de l'empennage
Site Quelque part sur le mont Takamagahara, Japon
Passagers 509
Membres d’équipage 15
Morts 520
Blessés 0
Survivants 4
Caractéristiques de l’appareil
Type d’appareil Boeing 747 SR-46
Compagnie Japan Airlines
Nº d’identification JA8119
Localisation
Coordonnées 36° 00′ 05″ N 138° 41′ 38″ E / 36.001389, 138.69388936° 00′ 05″ Nord
       138° 41′ 38″ Est
/ 36.001389, 138.693889
  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Japan Airlines vol 123

Le vol 123 de la Japan Airlines (JAL123), était un Boeing 747 SR-46, inscrit comme JA8119, qui s'écrasa dans les environs du mont Takamagahara (en) dans la préfecture de Gunma, Japon, à 100 km de Tokyo, le lundi 12 août 1985.

Cet accident est resté dans l'histoire comme le pire incluant un seul appareil, et le deuxième dans toute l'histoire de l'aviation, après la catastrophe de Ténérife. L'ensemble des 15 membres de l'équipage et 505 des 509 passagers périrent (dont le célèbre chanteur Kyu Sakamoto), soit 520 morts. Quatre passagères survécurent au crash. Elles étaient assises côte à côte dans la rangée 56 : Yumi Ochiai, 25 ans, une hôtesse de l'air de la JAL, coincée entre plusieurs sièges ; Hiroshi Yoshizaki, une femme de 34 ans et sa fille de 8 ans Mikiko, trouvées dans la section intacte du fuselage ; et une jeune fille de 12 ans, Keiko Kawakami, trouvée assise sur une branche au sommet d'un arbre.

Sommaire

Chronologie du drame

L'avion décolla à 18h12 de l'aéroport international de Tokyo Haneda en direction de l'aéroport international d'Ōsaka[1]. 12 minutes après le décollage, alors que l'appareil gagnait son altitude de croisière au-dessus de la baie de Sagami, une explosion se produisit au niveau de l'empennage, et l'appareil perdit une partie de sa gouverne de direction qui tomba en mer, causant une dépressurisation de la cabine et une perte totale des trois systèmes hydrauliques de l'appareil, rendant l'avion incontrôlable.

Une photographie restée célèbre prise depuis le sol montre l'appareil sans cette dérive. Les pilotes transmirent immédiatement via leur transpondeur un signal de détresse au centre de contrôle aérien de Tokyo afin que l'appareil soit autorisé à descendre et puisse disposer de vecteurs pour un atterrissage d'urgence. Les problèmes continuant, ils demandèrent d'abord des vecteurs pour retourner à Haneda, puis à la base aérienne américaine de Yokota, puis à nouveau à Haneda.

Après être descendus à 4 100 m, les pilotes reportèrent que l'appareil était incontrôlable. Il survola la péninsule d'Izu puis se redirigea vers la côte et continua à descendre jusqu'à 2 100 m, avant que les pilotes ne parviennent à le faire remonter. L'appareil réatteignit 4 000 m, avant d'entamer une descente non contrôlée au milieu des montagnes, pour finalement disparaître des écrans radars à 18h56, à l'altitude de 2 100 m.

Durant la période précédant le crash, les pilotes s'efforcèrent de maintenir une marge d'altitude en s'aidant uniquement de la puissance des moteurs, étant donné que tous les systèmes hydrauliques servant à faire monter et descendre l'appareil via les gouvernes étaient inopérants. L'avion percuta finalement une montagne suite à cette perte de contrôle, fit un tonneau en survolant une vallée, et s'écrasa finalement sur le dos sur la montagne opposée.

Les quelque trente minutes séparant la perte de la dérive du crash furent assez longues pour que quelques passagers aient le temps d'écrire d'émouvants adieux à leurs familles.

Opérations de secours

Le gouvernement japonais expliqua qu'en raison de la pluie, de la difficulté du terrain et du manque de visibilité, les équipes de secours ne purent parvenir au site du crash que le matin suivant, soit 12 heures après le crash. La plupart des corps purent être identifiés, et furent enterrés dans le village d'Ueno (en), à proximité du lieu de l'accident.

Il y eut une certaine confusion quant à savoir à qui il revenait d'organiser les secours dans l'immédiat après-crash. Un hélicoptère de l'US Air Force était le premier à arriver sur les lieux du drame, 20 minutes après l'impact, et informa la base aérienne de Yokata de la nécessité d'envoyer des équipes de secours. Les représentants du gouvernement japonais ordonnèrent cependant à l'hélicoptère américain de rentrer à la base, car les forces japonaises d'autodéfense (JSDF) étaient en route. Bien qu'un hélicoptère de la JSDF survola les débris pendant la nuit, il rapporta que la mauvaise visibilité empêchait tout atterrissage, et qu'il ne voyait aucune trace de vie. On suppose que des survivants moururent pendant cet intervalle: l'hôtesse de l'air en repos le jour du vol qui survécut au crash raconta depuis l'hôpital qu'elle se souvenait de lumières brillantes et du bruit du rotor d'un hélicoptère après s'être réveillée au milieu des débris. Elle avait entendu un garçon et sa mère s'appeler et se parler, puis dans la nuit elle ne les entendit plus.

On suppose qu'un nombre substantiel de personnes survécut au crash initial, mais succomba ensuite d'hypothermie faute d'avoir été secouru. Le manque de rapidité dans la réponse des autorités japonaises a conduit à des rumeurs au Japon disant que le gouvernement japonais espérait qu'il n'y aurait aucun survivant du crash, l'appareil transportant une cargaison secrète. Cette théorie relativement complotiste est cependant peu crédible, la bureaucratie présente entre le gouvernement et les militaires suffisant à expliquer cette lenteur.

Cause de l'accident

La cause du crash réside, selon la Commission d'enquête japonaise sur les accidents aériens et ferroviaires, en 3 raisons :

  1. L'appareil a été impliqué dans un précédent accident où la queue a touché la piste au cours d'un décollage (Tailstrike), à l'aéroport d'Itami, le 2 juin 1978, endommageant la cloison étanche.
  2. Les réparations faites par la compagnie Japan Airlines elle même, ont été incomplètes. La procédure, fournie par le constructeur Boeing, demandait une pièce à double rangée de rivets, or les ingénieurs ont utilisé à la place deux pièces à simple rangée de rivets. La résistance de cette partie de l'appareil a ainsi été diminuée de 70%.
  3. Lorsque la cloison étanche s'est rompue, elle entraîna la rupture des quatre circuits hydrauliques et de la dérive. Sans ces circuits, l'appareil était incontrôlable.

La Japan Airlines accepta partiellement sa responsabilité pour le désastre, car la queue de l'appareil produisait des sifflements intermittents, suggérant ainsi un défaut dans le fuselage. Ce problème était connu depuis des années, sans aucune réaction du personnel de maintenance de la compagnie.

Plusieurs employés de haut ou de bas-rang se suicidèrent après cet évènement, ainsi que l'ingénieur de Japan Airlines qui commit la réparation défectueuse en 1978.

Culture populaire

Les 56 dernières secondes de la boîte noire de l'avion ont été intégrées en piste cachée sur l'album Reise, Reise du groupe de métal industriel allemand Rammstein.

Note et références

  1. Magnuson, Ed. "Last Minutes of JAL 123." TIME. 2.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vol 123 Japan Airlines de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vol 123 japan airlines — Japan Airlines vol 123 …   Wikipédia en Français

  • Vol 243 Aloha Airlines — Trajet du …   Wikipédia en Français

  • Vol 811 United Airlines — Vol 811 United Airlines …   Wikipédia en Français

  • Vol 961 Ethiopian Airlines — Reconstitution informatique de l instant où l appareil (Vol 961 Ethiopian Airlines) entre en contact avec l eau. Caractéristiques de l’accident Date 23 nove …   Wikipédia en Français

  • Vol 243 aloha airlines — Vol 243 Aloha Airlines …   Wikipédia en Français

  • Vol 811 united airlines — United Airlines vol 811 …   Wikipédia en Français

  • Vol 961 ethiopian airlines — Reconstitution informatique de l instant où l appareil ET AIZ (Vol 961 Ethiopian Airlines) entre en contact avec l eau. Le vol 961 d Ethiopan Airlines est un vol qui assurait la liaison Addis Abeba Nairobi Brazzaville Lagos Abidjan le 23 novembre …   Wikipédia en Français

  • Vol 007 Korean Airlines — Vol 007 Korean Airlines …   Wikipédia en Français

  • Vol 604 Flash Airlines — Vol Flash Airlines FSH 604 Carte de situation de Charm el Cheikh Caractéristiques de l’accident Date 3 janvier 2004 Type Décollage Site …   Wikipédia en Français

  • Vol 604 flash airlines — Vol Flash Airlines FSH 604 …   Wikipédia en Français