Tula


Tula

20°03′N 99°21′W / 20.05, -99.35

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tula (homonymie).
Atlantes de Tula.

Tula (aussi connue sous les noms de Tolan et de Tollan) est la capitale légendaire des Toltèques.

La localisation de Tula a longtemps posé des problèmes aux archéologues. L'archéologue Georges Vaillant l'identifiait aux ruines de Teotihuacán. Le Français Désiré Charnay avait fouillé le site à la fin du XIXe siècle. Ce n'est que dans les années 1940 que l'accord s'est fait pour la reconnaître définitivement dans ces ruines situées dans l'État mexicain d'Hidalgo, près de la ville moderne de Tula de Allende. Le site a fait l'objet de fouilles par les archéologues Eduardo Matos Moctezuma et Richard Diehl.

Si l'on excepte les célèbres « Atlantes », le site est moins spectaculaire que beaucoup d'autres centres mésoaméricains. Située sur un promontoire, la ville, qui occupe une superficie de 14 km², s'est développée au cours de deux phases : la phase Corral (800 à 900) et la phase Tollan (900 à 1150). Les traces d'incendie semblent indiquer qu'elle a connu une fin brutale, peut-être aggravée par une période de sécheresse qui eut lieu entre 1149 et 1167 et qui coïncida avec le déclin de la culture toltèque[1].

Sommaire

Le site

Pyramide de Tlahuizcalpantecuhtli, une des formes que prend Quetzalcóatl, dieu patron de la capitale toltèque.

Au VIIIe siècle, le noyau de Tula se trouvait à 1 km plus au nord, à Tula Chico, dont le jeu de balle ressemble fort à celui de Xochicalco. Au Xe siècle, Tula Chico est abandonné pour un nouveau centre, celui dont les touristes actuels visitent les monuments emblématiques, appelé Tula Grande. Certains spécialistes ont formulé l'hypothèse d'un lien entre la construction de ce nouveau centre et le conflit qui, selon la tradition, opposa Quetzalcoatl et Tezcatlipoca.

Les monuments du centre cérémoniel se répartissent autour d'une place. À l'est se situe un monument mal connu, la pyramide C. Au nord de celle-ci se trouve l'ensemble célèbre formé par la pyramide B et le « Palacio Quemado » (palais brûlé).

La pyramide B est également connue sous le nom de «Temple de Tlahuizcalpantecuhtli», c'est-à-dire le dieu Quetzalcoatl sous la forme de la planète Vénus. Devant le temple se trouvait un portique, dont ne subsiste que la base des piliers. Au fond de ce portique se trouve une banquette décorée d'une procession de guerriers. Au sommet de la pyramide B se trouvent quatre statues colossales, connues sous le nom d'«Atlantes», qui soutenaient le toit d'une salle. Ces statues, hautes de 4,60m, sont formées de quatre morceaux, emboités par un système de tenon- mortaise. Elles représentent des guerriers toltèques, tenant dans une main un atlatl (arme de propulsion) et dans l'autre une poignée de flèches. L'entrée du temple était formée de deux colonnes en forme de serpent. Au nord de la pyramide se trouve un mur appelé «Coatepantli», décoré d'une frise de serpents dévorant des squelettes.

À côté de la Pyramide B se trouve le Palais Brûlé, qui a effectivement été détruit par un incendie. Il est composé de trois salles hypostyles, qui servaient sans doute de lieu de réunion à la classe dirigeante des guerriers, ce dont semblent témoigner les banquettes le long des murs. Lors de fouilles effectuées en 1993, on a découvert sous cet édifice deux offrandes remarquables, un disque de mosaïque de turquoise et un pectoral de coquillages.

Les statues appelées «Chac Mool» (ou «Chak Mo'ol») sont un des éléments les plus caractéristiques du site. Ce terme maya a été inventé au XIXe siècle par Auguste Le Plongeon, pour désigner une statue du même type à Chichen Itza. Cette expression, qui signifie «grand jaguar rouge» en maya, semble remarquablement mal appropriée, mais est conservée pour des raisons pratiques. Il s'agit d'individus allongés, reposant sur les coudes, la tête tournée à 90° et tenant dans leurs mains une coupe. Comment souvent en archéologie, il n'existe pas de certitude, mais on pense généralement que ces statues étaient destinées à accueillir des offrandes.

On a découvert à Tula deux terrains de jeu de balle, l'un à l'ouest, l'autre au nord de la place centrale. Ce dernier, en forme de «I», ressemble fort à celui de Xochicalco.

Références

  1. Stahle, D. W., J. Villanueva-Diaz, D.J. Burnette, J. C. Paredes, R. R. Heim Jr., F. K. Fye, R. A. Soto, M. D. Therrell, M. K. Cleaveland, and D. K. Stahle (2011), "Major Mesoamerican droughts of the past millennium", Geophys. Res. Lett., doi:10.1029/2010GL046472. Voir aussi Clifford T. Brown, Mesoamerican droughts: New Dendrochronological study, Clifford T. Brown's Archaeology Blog, 4 février 2011

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Alba Guadalupe Mastache Flores et Robert H. Cobean, « Xochicalco et Tula », dans Les Dossiers d'archéologie, juillet-août 1999, p. 40-51


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tula de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tula — may refer to:;In geography: *Tula, Hidalgo, a town in Mexico *Tula, Tamaulipas, a place in the state of Tamaulipas, Mexico *Tula River in central Mexico *Tula (SS), a municipality ( comune ) in the province of Sassari, Italy *Tula Oblast, a… …   Wikipedia

  • TULA — En aztèque Tollan , «lieu de roseaux» (d’où le nom de Toltèques désignant ses habitants), Tula a été fondée vers 800, à environ 80 kilomètres au nord est de Mexico, par des immigrants venus du nord ouest du Mexique. Les édifices datent de 900 950 …   Encyclopédie Universelle

  • Tula — (del náhuatl Tollan , lugar de tules, también conocido como Tollan Xicocotitla) es una ciudad arqueológica ubicada en el estado de Hidalgo, México, a 70 kilómetros de la capital. * * * Centro arqueológico del valle de México, en el municipio de… …   Enciclopedia Universal

  • Tula — Tula. Im großrussischen Gouvernement Tula, in einem freundlichen, von anmuthigen Hügelketten ringsbekränzten Thale an der Upa, da, wo sie sich in die Tuliza mündet, liegt die Gouvernementshauptstadt gl. N., welche zu den größten und wichtigsten… …   Damen Conversations Lexikon

  • tulă — túlă, túle, s.f. (reg.) cărămidă groasă, nearsă; chirpici. Trimis de blaurb, 16.03.2007. Sursa: DAR  túlă ( le), s.f. – Cărămidă, chirpici, pentru a căptuşi cuptoarele. – var. tuvlà. Mr. tuvlă. ngr. τούβλο (Scriban), cf. tc. tuvla …   Dicționar Român

  • Tula [1] — Tula, 1) Gouvernement im europäischen Rußland, grenzt an die Statthalterschaften Kaluga, Moskwa, Riäsan u. Tambow; 557,12 QM. flachhügeliges Land, bewässert von der Oka (mit der Ostra, Plawa u. Upa), dem Don (mit der Metscha), mildes Klima; sehr… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tula [2] — Tula (T. Adans.), Pflanzengattung aus der Familie der Rubiaceae Cinchonaceae Rondeetieae, 5. Kl. 1. Ordn. L,; Art: T. Adansonii, Gebirgspflanze in Peru …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tula [1] — Tula, Zentralgouvernement Großrußlands, grenzt im N. an das Gouv. Moskau, im O. an Rjasan und Tambow, im S. an Orel, im W. an Kaluga, umfaßt 30,960 qkm (562,4 QM.). Das Land ist ein wellenförmiges Plateau mit einer durchschnittlichen Höhe von 267 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tula [2] — Tula, 1) Hauptstadt des gleichnamigen russ. Gouvernements (s. oben), an der Upa, Knotenpunkt der Eisenbahnen Moskau Kursk und Sysran Wjasma, hat 46 Kirchen, 2 Klöster, und unter den sonstigen öffentlichen Bauten ragen hervor das Exerzierhaus und… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tula — Tula, s. Goldarbeiten (Niello) und Kunstgewerbe …   Lexikon der gesamten Technik

  • Tula — Tula, Gouvernement im mittlern Rußland, zu den großruss. Gouvernements gehörig, im Gebiete des Don und der Oka, 30.960 qkm, 1.419.456 E., meist Großrussen. – Die Hauptstadt T., an der Upa, mit Kreml, Bischofssitz, 109.352 E., kaiserl.… …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.