Steadycam


Steadycam

Steadicam

Un opérateur steadicam sur le tournage d'un téléfilm

Le steadicam est un système stabilisateur de prise de vues utilisé en cinéma et télévision permettant la prise de vue à la volée, en travelling versatiles, grâce à un ingénieux système de harnais et de bras articulé. L'opérateur peut ainsi marcher ou courir tout en gardant une image stable et réaliser des travellings verticaux et horizontaux ainsi que des panoramiques, sans liaison au sol (rails, chariot...). Il permet entre autres de long suivis, des montées d'escalier, des déambulations en terrain accidenté, etc.

Steadicam est une marque déposée qui appartient à l'heure actuelle à The Tiffen Company.

Sommaire

Histoire

Le Steadicam a été inventé par Garrett Brown en 1972, puis perfectionné par la suite. Il se nommait au départ le Brown's stabiliser (le stabilisateur de Brown en français), qui était une perche horizontale. Il met alors au point le fameux bras à ressort et le harnais corporel (voir la section Mécanique du steadicam) qui permettent de transposer une grande partie du poids de l'ensemble caméra/manche sur le dos et les épaules de l'opérateur.

Son prototype prêt, Brown le propose alors à Ed Di Guilio, le patron de Cinema Products, qui est impressionné par les images filmées par l'opérateur lors d'une projection chez Deluxe. Il signe immédiatement avec lui un accord de développement.

Une fois l'appareil mis au point, Garrett Brown l'expérimente sur des publicités, puis vient le tour du cinéma avec le film Marathon man de John Schlesinger en 1976 et Rocky de John G. Avildsen la même année. Il faut attendre le film Bound for glory de Hal Ashby, toujours en 1976, pour que Brown tourne un premier plan-séquence muni de son invention.

Viendra ensuite le film The Shining de Stanley Kubrick en 1980, où Kubrick en fera une utilisation privilégiée permettant par la suite la véritable envolée commerciale de l'appareil.

Garrett Brown remporta un Oscar technique en 1978 pour son invention, qui est devenu partie intégrante de la "machinerie cinématographique", au même titre que que la Dolly ou la Louma.

Mécanique du steadicam

Le steadicam est composé de trois parties distinctes :

  • Un harnais corporel (Vest)
  • Un bras mécanique (Arm)
  • Un montant tubulaire (Post) doté d'un support pour la caméra, d'un cardan (Gimbal) positionné près du centre de gravité de l'ensemble, d'un moniteur et de batteries situées à la partie inférieure, l'ensemble étant appelé Rig.

Le principe de base du steadicam est centré sur le Sled et le bras : la caméra est fixée sur un support prévu à cet effet, au sommet du Post. A sa base se trouve un contrepoids qui permet au centre de gravité de la caméra d'être "transposé" au niveau du Gimbal.

L'Arm vient se fixer sur le Sled et transpose le poids de l'ensemble sur le harnais par un système complexe de poulies et de ressorts (Garrett Brown se serait inspiré d'une lampe d'architecte pour le concevoir). Le harnais est lui-même fixé autour des épaules, des hanches et du dos de l'opérateur, pour répartir équitablement le poids sur tout le corps, mais le dos reste la partie du corps où se concentre la plus grande partie du poids.

Grâce à ce procédé, l'opérateur obtient une grande mobilité de mouvements et l'image reste stable quelle que soit la surface où il opère. Toutefois, le maniement du steadicam reste complexe, et seul un opérateur expérimenté et entraîné pourra obtenir des images parfaitement fluides.

Plans célèbres

Plusieurs plans ont apporté au steadicam sa renommée actuelle. Il s'agit principalement de plans-séquences :

  • En route pour la gloire (Bound for glory) (Hal Ashby, 1976) ; opérateur : Garrett Brown. Il s'agit du premier plan-séquence de l'histoire du steadicam, qui dure environ 4 minutes. Le plan débute sur une grue Titan, qui s'abaisse pour laisser Brown marcher sur les pas de l'acteur principal, David Carradine, qui traverse une foule de 900 figurants.
  • The Shining (Stanley Kubrick, 1980) ; opérateur : Garrett Brown. Des plans d'anthologies qui confirment la fluidité des mouvements de l'appareil, comme lorsque le jeune Danny traverse l'hôtel sur son tricycle, lorsque Wendy est poursuivi par Jack dans l'escalier ou la fameuse poursuite finale dans le labyrinthe.
  • Brian De Palma apporta beaucoup à l'histoire du steadicam, par ses plans-séquences complexes, notamment dans les séquences suivantes :
    • Le bûcher des vanités (1990) : plan d'ouverture, suivant le personnage de Peter Fallow (joué par Bruce Willis) dans les dédales des sous-sol d'un hôtel (opérateur: Larry McConkey)
    • L'Impasse (1993) : A la gare, lors de la scène finale, le plan se déroule entre le premier étage et le rez-de-chaussée, passant le long de l'escalator mécanique pour finir sa course en bas (opérateur: Larry McConkey)
    • Snake Eyes (1998) : il s'agit ici d'un "faux" plan-séquence, qui en regroupe en fait trois, lors de la scène d'introduction
    • Mission to Mars (2000) : Deux plans-séquences à la suite pour présenter les principaux protagonistes du film dans la scène d'introduction.
  • Pulp Fiction (Quentin Tarantino, Palme d'or 1994) : Long plans suivant (filmé de face) Jules (Samuel L. Jackson) et Vincent (John Travolta) évoluant dans un long entremelement de couloirs avant d'arriver devant la porte d'un appartement.
  • Les Affranchis (Martin Scorsese, 1990) : Plan-séquence qui suit la progression de Henry Hill (Ray Liotta) et de son amie Karen (Lorraine Bracco) à l'intérieur d'un restaurant, en partant de la rue, en traversant les cuisines et en rejoignant leur table (opérateur : Larry McConkey)
  • L'Arche russe (Aleksandr Sokurov, 2002) : Le film est un unique plan-séquence de 96 minutes tourné au steadicam, qui déambule à travers les couloirs du musée de l'Ermitage. Pour réaliser ce plan, Tilman Büttner, qui était chef-opérateur et opérateur steadicam du film, a utilisé une caméra numérique haute-définition, qui permet l'enregistrement du film sur disque dur.
  • L'opérateur Mathias Mesa et le réalisateur Gus Van Sant ont utilisé le steadicam pour tourner la plupart des plans-séquences des films Gerry (2002), Elephant (2003) et Last Days (2005).

Voir aussi

Liens externes

  • Portail du cinéma Portail du cinéma
Ce document provient de « Steadicam ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Steadycam de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Steadycam — Die Steadicam, auch Schwebestativ oder (nicht lizenziert) Steadycam genannt, ist ein komplexes Halterungssystem für tragbare Film und Fernsehkameras, das verwackelungsarme Bilder von einem frei beweglichen Kameramann ermöglicht. Steadicam ist… …   Deutsch Wikipedia

  • steadycam — {{#}}{{LM S36453}}{{〓}} {{[}}steadycam{{]}} {{■}}(ing.){{□}} {{《}}▍ s.m.{{》}} Sistema que permite la filmación de imágenes de forma estable aunque la cámara se mueva, mediante una serie de muelles que absorben todas las vibraciones que produce el …   Diccionario de uso del español actual con sinónimos y antónimos

  • steadycam — stea·dy·cam s.f.inv. ES ingl. {{wmetafile0}} TS cinem., telev. telecamera mobile montata su una particolare struttura che, indossata come un corpetto, permette all operatore di muoversi agilmente mentenendo un asse di ripresa costante grazie a un …   Dizionario italiano

  • Steadycam (Filmzeitschrift) — steadycam – EINE FILMZEITSCHRIFT ist eine Filmzeitschrift aus Deutschland, die im Sommer 1982 von dem Filmkritiker und Sportjournalisten Milan Pavlovic gemeinsam mit Philip Siegel gegründet wurde.[1] Sie erscheint mittlerweile im BBL Verlag in… …   Deutsch Wikipedia

  • steadycam (Filmzeitschrift) — steadycam – EINE FILMZEITSCHRIFT ist eine Filmzeitschrift aus Deutschland, die im Sommer 1982 von dem Filmkritiker und Sportjournalisten Milan Pavlovic gemeinsam mit Philip Siegel gegründet wurde.[1] Sie erscheint mittlerweile im BBL Verlag in… …   Deutsch Wikipedia

  • Schwebestativ — Die Steadicam, auch Schwebestativ oder (nicht lizenziert) Steadycam genannt, ist ein komplexes Halterungssystem für tragbare Film und Fernsehkameras, das verwackelungsarme Bilder von einem frei beweglichen Kameramann ermöglicht. Steadicam ist… …   Deutsch Wikipedia

  • Free as a Bird — Infobox Single Name = Free as a Bird Artist = The Beatles from Album = Anthology 1 B side = Christmas Time (Is Here Again) Released = 4 December 1995 (UK) 12 December 1995 (U.S.) Format = 7 , CD Recorded = New York City, circa 1977 and Sussex,… …   Wikipedia

  • Sautet — Claude Sautet (* 23. Februar 1924 in Montrouge; † 22. Juli 2000 in Paris) war ein französischer Drehbuchautor und Filmregisseur. Inhaltsverzeichnis 1 Filmographie 2 Preise (Auswahl) 3 Literatur …   Deutsch Wikipedia

  • List of film journals and magazines — Film journals and magazines combine discussion of individual films, genres and directors with in depth considerations of the medium and the conditions of its production and reception. Their articles contrast with film reviewing in newspapers and… …   Wikipedia

  • Johnny Lee (computer scientist) — Johnny Lee is a Human Computer Interaction researcher currently working at Microsoft. Lee is best known for his work on extending the functionality of the Wii Remote controller of the Wii video game console, most notably by taking advantage of… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.