Stabat Mater (Dvořák)


Stabat Mater (Dvořák)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stabat Mater (homonymie).

Stabat Mater est une œuvre (opus 58) du compositeur tchèque Antonin Dvořák.

Sommaire

Genèse

Alors qu'il est encore peu connu en dehors de son pays d'origine, le Stabat Mater va contribuer à faire connaître l'auteur sur la scène mondiale. L'œuvre est dédicacée à František Hušpauer, un ami d'enfance du musicien. Elle est sa première œuvre sacrée (à part une messe de jeunesse qu'il a détruite et une autre qui a été perdue)[1] et est intimement liée à la tragédie familiale qui frappe Dvořák. Le 21 septembre 1875 sa fille nouveau-née Josefa meurt. En réaction à ce deuil, Dvořák compose une première version de l'œuvre entre le 19 février et le 7 mai 1876[2]. Cette version est confiée à quatre solistes, un chœur et un piano. Dvořák met l'œuvre de côté sans aborder l'orchestration.

Dvořák perd ses deux autres enfants à quelques semaines d'intervalle, sa fille Ruzena le 13 août et son fils ainé Otokar le 8 septembre 1877. C'est alors qu'il reprend le manuscrit abandonné l'année précédente. Il rajoute trois mouvements (les numéros 5, 6 et 7) et orchestre l'ensemble de l'œuvre entre octobre et le 13 novembre 1877.

La version définitive (1877) est donc pour un orchestre comprenant 2 flûtes, 2 hautbois, un cor anglais, 2 clarinettes en la, 2 bassons, 4 cors (2 en fa et 2 en ré), 2 trompettes, 3 trombones, un tuba, les timbales et l'ensemble des cordes. Les parties solistes sont écrites pour soprano, ténor, alto et basse. Les chœurs sont également à 4 voix.

Le compositeur suit fidèlement la séquence du XIIIe siècle de Jacopo da Todi. Le compositeur a dépassé sa propre souffrance pour donner une œuvre empreinte d'émotion confiée plus aux voix qu'à l'orchestre, mais jaillissante et spontanée même dans l'affliction atteignant ainsi une grandeur universelle[3].

La création de la version avec orchestre eut lieu le 23 décembre 1880 à Prague sous la direction d'Adolf Cech, avec comme solistes, Eleanora Ehrenberg, Betty Fibich, Antonín Vávra et Karel Čech. La partition est publiée en 1881 à Berlin. À cette occasion, le numéro d'opus 58 lui est donnée en place du n°28 initial.

L'audience de son œuvre devient très vite internationale, avec des exécutions dans les différentes grandes villes d'Europe et aux États-Unis. Dvořák est invité à Londres en 1884 pour y diriger sa partition au Royal Albert Hall, avec un effectif impressionnant (près de 800 choristes[4]), ce qui a contribué de manière importante à la reconnaissance du reste de son œuvre en Angleterre[5].

La version originale (pour piano, chœur et solistes) n'a jamais été exécutée du vivant de Dvořák. Trouvée dans une collection privée, elle est éditée en 2004 et interprétée depuis par de petites formations.

Structure de l'œuvre

La durée d'exécution est d'environ une heure trente.

  1. Stabat Mater dolorosa (quatuor vocal avec chœur), andante con moto
  2. Qui est homo, qui non fleret (quatuor vocal), andante sostenuto
  3. Eja Mater, fons amoris (chœur), allegro moderato
  4. Fac, ut ardeat cor meum (basse et chœur), largo
  5. Tui nati vulnera (chœur), andante con moto (ajouté pour la version orchestrale)
  6. Fac me vere (ténor et chœur), andante con moto (ajouté pour la version orchestrale)
  7. Virgo virginum (chœur), largo (ajouté pour la version orchestrale)
  8. Fac, ut portem Christi morten (duo soprano et ténor), larghetto
  9. Inflammatus et accensus (alto solo), andante con moto
  10. Finale: Quando corpus morietur (quatuor vocal avec chœur), andante con moto

Discographie

Version orchestrée (1877)

Version avec piano (1876)

Notes et références

  1. Steinberg M, Choral Masterworks: a listener guide, p 113-118, Oxford University press
  2. Srnka Miroslav Notice du CD Accentus chez Naïve Records
  3. Claire Delamarche dans le Guide de la Musique sacrée et chorale profane sous la Direction de François-René Tranchefort - éditions Fayard 1993
  4. lettre de Dvořák à son éditeur de Prague, de mars 1884, citée par Melville-Mason G, notice de l'enregistrement de l'œuvre par l'orchestre Philharmonique Tchèque sous la direction de Behlolavek, édition Chandos
  5. Melville-Mason G, notice de l'enregistrement de l'œuvre par l'orchestre Philharmonique Tchèque sous la direction de Behlolavek, édition Chandos

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stabat Mater (Dvořák) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stabat Mater (Dvořák) — Das Stabat mater des böhmischen Komponisten Antonín Dvořák ist eine Vertonung des gleichnamigen mittelalterlichen Gedichtes für Soli, Chor und Orchester. Die Uraufführung fand am 23. Dezember 1880 in Prag statt. Entstehung Dvořák fertigte… …   Deutsch Wikipedia

  • Stabat Mater (Dvorak) — Das Stabat mater des böhmischen Komponisten Antonín Dvořák ist eine Vertonung des gleichnamigen mittelalterlichen Gedichtes für Soli, Chor und Orchester. Die Uraufführung fand am 23. Dezember 1880 in Prag statt. Entstehung Dvořák fertigte… …   Deutsch Wikipedia

  • Stabat Mater (Dvořák) — Para otros usos de este término, véase Stabat Mater. Portada de la partitura del Stabat Mater. Recuerdo de la actuación en Worcester el 12 de septiembre de 1884, con las firmas de Antonín Dvořák y los miembros …   Wikipedia Español

  • Stabat Mater (Dvořák) — The sketches of the religious cantata Stabat Mater (Op. 58, originally Op. 28Score, p. V] ) for soli, choir and orchestra wrote the Czech composer Antonín Dvořák during 19 February and 7 May, 1876. Background The composing of the cantata was… …   Wikipedia

  • Stabat Mater Dolorosa — Stabat Mater Pour les articles homonymes, voir Stabat Mater (homonymie). Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Judaïsme · Christianisme · Islam Courants …   Wikipédia en Français

  • Stabat Mater — Darstellung der Schmerzensmutter auf einem Bild des Malers Tizian, 1554. Das Stabat mater (nach dem Gedichtanfang: Stabat mater dolorosa, lat. „Es stand die Mutter schmerzerfüllt“) ist ein mittelalterliches Gedicht, das die Gottesmutter in ihrem… …   Deutsch Wikipedia

  • Stabat Mater — Pour les articles homonymes, voir Stabat Mater (homonymie). Stabat Mater est une séquence composée au treizième siècle et attribuée au franciscain italien Jacopone da Todi. Elle a été exclue de la liturgie lors du Concile de Trente, mais… …   Wikipédia en Français

  • Stabat Mater — • The opening words of two companion hymns, one of which (Stabat Mater Dolorosa) is in liturgical use, while the other (Stabat Mater Speciosa) is not Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Stabat Mater     Stabat Mater …   Catholic encyclopedia

  • Stabat Mater (disambiguation) — Stabat Mater is a title typically given to works incorporating the Roman Catholic Stabat Mater sequence text, including:* Stabat Mater , by Karol Szymanowski setting a Polish translation of the text * Stabat Mater , by Francis Poulenc * Stabat… …   Wikipedia

  • Stabat Mater — Saltar a navegación, búsqueda Crucifixión de Cristo por un maestro anónimo, para el Castillo de Pahl (hacia 1410), hoy en el Museo Nacional de Baviera, Múnich Stabat Mater (en latín Estaba la Madre) es una secuencia católica de …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.