Smerdis


Smerdis

Bardiya

Grands Rois Achéménides

Bardiya (-5?? - -525 ou -522), fils de Cyrus II, de la dynastie des achéménides, Grand Roi de l'empire perse pendant quelques mois en -522, à moins qu'il ne fût assassiné avant et qu'un usurpateur ait pris sa place à la tête de l'empire. Il est également connu sous les noms grecs de Smerdis, Mergis, Mardos, Tanyoxarkès.

Sommaire

Le problème « Bardiya »

L'histoire de Bardiya est une des grandes énigmes de l'histoire de l'empire perse. Bien qu'il fût l'aîné, Cyrus ne le désigna pas comme héritier, lui préférant Cambyse; il reçut en contre-partie une grande satrapie d'Asie centrale. Tout au long du règne de Cambyse, des incidents eurent lieu entre les deux frères, attestés par Hérodote, illustrant ainsi une certaine rivalité.

Les seuls éléments dont on est à peu près sûr concernant la succession de Cambyse en -522 sont les suivants:

  • en mars -522, Bardiya ou son usurpateur Gaumata se soulève en Perse contre Cambyse, alors que celui-ci est en Égypte;
  • au début de l'été -522, Cambyse meurt en Syrie, alors qu'il se dirige vers la Perse;
  • en juillet -522, Bardiya/Gaumata est déclaré Grand Roi de l'empire Perse;
  • le règne de Bardiya/Gaumata a profondément mécontenté l'aristocratie perse;
  • Bardiya/Gaumata a été assassiné par une coalition de généraux le 29 septembre -522, l'un des leurs, Darius lui succédant sur le trône.

Darius a-t-il vaincu un usurpateur...

Le problème est de savoir si un usurpateur s'est fait passer pour Bardiya, ou bien si c'est vraiment Bardiya qui a pris la succession de Cambyse.

La tradition la plus connue, rapportée par Hérodote et tous les auteurs grecs, ainsi que par Darius lui-même, est que Bardiya avait été assassiné en secret, soit sur ordre de Cambyse, soit par le mage Gaumata. Celui-ci, grâce à une grande ressemblance avec Bardiya, aurait réussi à se faire passer pour lui et à prendre la succession de Cambyse, avant même la mort de celui-ci, probablement supporté par l'aristocratie perse. Diverses versions de cette histoire ont été rapportées, dans lesquelles c'est le frère du mage qui accède au trône.

Dans l'inscription que Darius a fait graver sur la falaise de Behistun, on peut lire:

« Ce royaume que Gaumata le Mage ravit à Cambyse, ce royaume appartenait depuis l'origine à notre lignée: puis Gaumata le Mage ravit aussi bien la Perse, la Médie que les autres pays, il en fit sa propre possession, il en devint Roi. [...] il n'y eut personne, ni un Perse, ni un Mède ni quiconque de notre lignée qui pût ravir le royaume à Gaumata le Mage. Le peuple le craignait fort. Il exécutait beaucoup de gens qui auparavant avait connu Bardiya. Voilà pourquoi il tuait des gens: « qu'ils ne sachent pas que je ne suis pas Bardiya, le fils de Cyrus! ». Personne n'osait rien dire sur Gaumata le Mage jusqu'à ce que j'arrive. Alors, j'ai imploré Ahura-Mazda, Ahura-Mazda m'a apporté son soutien: le dixième jour du mois de Bagayadi, avec un petit nombre d'hommes, je tuai Gaumata le Mage et ceux qui étaient ses principaux partisans: je le tuai à Sikayauvati, une place forte en Médie, dans la région de Nisaya. Je lui ravis le royaume, par la puissance d'Ahura-Mazda, je devins roi, Ahura-Mazda me remit le royaume. »

Une coalition de sept généraux perses décida donc de renverser l'usurpateur. Bénéficiant de complicités à l'intérieur du palais, ils purent atteindre les quartiers royaux; après avoir tué les eunuques de la garde rapprochée du Grand Roi, ils pénétrèrent dans sa chambre et l'assassinèrent dans son lit.

... ou bien Darius est-il un usurpateur ?

Mais il faut se méfier de ces inscriptions, que Darius utilisait comme outil de propagande. De même que Cambyse avait tout intérêt de faire passer Amasis pour un pharaon illégitime après l'avoir renversé pour se faire lui-même accepter comme pharaon, Darius aurait pu, si le vrai Bardiya était effectivement monté sur le trône, le faire passer pour un usurpateur. En épousant par la suite des filles de Cyrus, il continuait la dynastie achéménide après s'être posé comme son protecteur.

Le débat est loin d'être clos, car on ne dispose pas de témoignages directs de l'époque hormis celui de Darius, Hérodote ayant rapporté sa version plus d'un siècle après les faits.

Au cours de l'année qui suit, un autre pseudo-Bardiya, nommé Vahyazdāta a lutté contre la Perse de Darius Ier, dans l'est de l'Empire et a rencontré un certain succès. Mais il finit par être vaincu, fait prisonnier et exécuté (Béhistoun Inscr. ~ 40 cas). Ce Vahyazdāta est peut-être identique avec le roi d'une tribu perse, Maraphis (ou Maraphian) qui se présente en tant que successeur dans la liste des rois perses donnée par Eschyle (Pers. 778). Selon Hérodote ( ~ 79 Ctes. Pers. 15 ), le décès du faux Bardiya a été célébrée chaque année en Perse par une fête appelée « L'assassinat du mage » (ou Magiophani) au cours de laquelle aucun mage n'était autorisé à se montrer.

Bibliographie

  • Pierre Briant, Histoire de l’Empire perse, de Cyrus à Alexandre, 1996 [détail des éditions] 
  • D.Akbarzadeh et A.Yahyanezhad : The Behistun Inscriptions (Old Persian Texts) (in Persian). Khaneye-Farhikhtagan-e Honarhaye Sonati, 59, 2006. (ISBN 964-8499-05-5)


Précédé par Bardiya Suivi par
Cambyse II
Grand Roi achéménide
-522 ?
Darius Ier
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du monde antique Portail du monde antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien
  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
Ce document provient de « Bardiya ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Smerdis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Smerdis — (Mardis, bei Ktesias Tanyoxarkes, pers. Bartiya), leiblicher Bruder des Königs Kambyses von Persien, begleitete denselben nach Ägypten, mußte aber, von dem König wegen seiner Körperstärke beneidet, nach Persien zurückkehren; darauf wurde er dem… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Smerdis — Smerdis, pers. Bardija, Bruder des Perserkönigs Kambyses, wurde auf dessen Befehl im geheimen ermordet, weil er in dem Verdacht stand, nach der Krone zu streben. Als Kambyses in Ägypten Krieg führte (525 522), bestieg ein Magier, Gaumata (der… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Smerdis — Smẹrdis,   persisch Brdijạ, Sohn Kyros II., von seinem Bruder Kambyses II. vor dessen Zug nach Ägypten (525 v. Chr.) getötet. Während Kambyses sich noch in Ägypten befand, riss ein Angehöriger des med. Stammes der Magier, Gaumata, unter dem… …   Universal-Lexikon

  • SMERDIS — I. SMERDIS qui Penthilum sustulit, quod ab eo percussus, eiusque uxore pedibus tractus esset. Aristor. l. 5. Pol. c. 10. II. SMERDIS seu Tanioxarces, Cambysae Persarum Regis frater, quem cum Cambyses per somnum vidisset regio throno insidentem,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • smerdis — smer̃dis sm. (2) NdŽ; S.Dauk žr. smerdė …   Dictionary of the Lithuanian Language

  • Smerdis of Persia — Smerdis, Bardiya or Bardia ( pe …   Wikipedia

  • Pseudo-Smerdis — Pseudo Smerdis, s. Smerdis …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pseudo-Smerdis — Pseudo Smerdis, s. Smerdis …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • СМЕРДИС —    • Smerdis,          Σμέρδις, у Ктесия Таниоксарка, на персидских надписях Бартья, брат Камбиза, которым из зависти к его телесной силе он был послан назад из Египта и скоро затем, по его же приказанию, когда сновидение возвестило его будущее… …   Реальный словарь классических древностей

  • Verfassungsdebatte bei Herodot — Die Verfassungsdebatte bei Herodot ist in den Historien des Herodot (3,80–82) ein Gespräch dreier adliger Perser über die beste Verfassung für ihr Land. Sie fand angeblich nach dem Tod des Herrschers Kambyses II. (522 v. Chr.) und einer Besetzung …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.