République


République
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir République (homonymie).
La République nourrit ses enfants et les instruit. Tableau d'Honoré Daumier, 1848.
Types de gouvernements

Cette série fait partie
des séries sur la politique

Liste de formes de gouvernements


Portail de la politique


modifier

Une république est une forme de gouvernement dans laquelle les gouvernants sont désignés par l'élection du peuple, ou d'une partie de celui-ci.

La république est aujourd'hui la forme d'État la plus répandue : sur 193 pays, 136 sont des républiques, 34 des royaumes ou sultanats, 3 des principautés et 9 des unions ou fédérations qui peuvent mélanger plusieurs formes d’États.

Sommaire

Étymologie et évolution du sens

Le mot « république » provient du latin res publica qui signifie au sens propre « chose publique » et désigne l’intérêt général puis le gouvernement, la politique et enfin l’État. La république (Politeia) de Platon, Le politique (Politike) d'Aristote, et De la république (De re publica) de Cicéron, traitent tous des formes de gouvernement. Res, en langage juridique latin désigne la cause plaidée (Dictionnaire étymologique latin). Historiquement, il s'agit de la cause de la plèbe, plaidée par le tribun - représentant des « tribus » - devant le Sénat romain, composé des patriarches des familles connues de Rome.

En 1576, Jean Bodin la définit dans Les six livres de la République comme le « droit gouvernement de plusieurs ménages et de ce qui leur est commun, avec puissance souveraine ». Cet ouvrage décrit les principes symboliques et l'organisation juridique de la monarchie française, où le terme de république est, bien que complexe dans son emploi, synonyme de la souveraineté d'un prince, dans l'ordre de la loi natuelle [1]. Dans Du contrat social, Jean-Jacques Rousseau la définit comme « tout État régi par des lois, sous quelque forme d'administration que ce puisse être ; car alors seulement l'intérêt public gouverne, et la chose publique est quelque chose. Tout gouvernement légitime est républicain. » Le terme est clairement synonyme de « gouvernement », de « bonne gouvernance ». Plusieurs courtisans du XVIIIe siècle écrivent des poèmes où ils louent la bonne gestion par Louis XIV de la république.

République prend alors le sens de communauté d'esprit ou d'idée, dans le sens d'une recherche du bien commun dans un domaine donné [2]. On trouve chez Blaise Pascal le concept de « République chrétienne » (Pensées, liv. XXIV, 15) que reprennent Voltaire [3] ou Rousseau dans leurs écrits[4]. On voit encore apparaître celui de « République des Lettres », comme chez Montesquieu (Lettres persanes, CXLII [5]).

Au moment de la Révolution française, en référence à la République romaine qui s’est établie à la suite de la monarchie, le régime politique qui fait suite à l’Ancien Régime, est baptisé « république » en référence à l'idéal de gouvernement romain. Le 21 septembre 1792, suite à la proclamation de l'abolition de la royauté, la Première République française est déclarée. Cependant, à cette époque, l'opposition entre république et monarchie n'est pas encore officiellement établie, puisque, en 1804, Napoléon Bonaparte se considère comme « Empereur de la République française ».

Par la suite, en français, le mot est devenu largement synonyme de démocratie, et s’oppose alors à despotisme et monarchie [6].Il y a évolution de sens puisque Aristote opposait le régime issu de l'élection, qu'il appelait oligarchie (qui devint par la suite la République), et un régime issu du tirage au sort, qu'il appelle démocratie. Cette assimilation s’explique par l’histoire politique française.

Le régime de Vichy est fondé en opposition avec la République qui avait, aux yeux des partisans de Philippe Pétain, provoqué la décadence du pays. Le nom officiel du régime politique est alors « État français ». Du fait de cette assimilation profondément ancrée entre « république » et « démocratie », les deux mots sont devenus synonymes. De ce fait encore, les francophones ont le sentiment de faire un oxymore lorsqu’ils parlent de république populaire et que le premier terme recouvre un régime totalitaire.

Une république islamique, indépendamment de la forme démocratique ou non du régime en place, est la forme de gouvernement prise par un État qui n'a pas de monarque et est officiellement musulman comme c'est le cas en Iran, en Afghanistan ou au Pakistan.

Histoire

À Rome, la République romaine (instaurée en -509) fait suite à la monarchie des rois Étrusques. C’est une oligarchie patricienne. La conduite de la République est aux mains des consuls qui sont au nombre de deux et élus pour un an. Le principal organe constitutionnel est le Sénat qui réunit les représentants des familles patriciennes.

La démocratie athénienne n’est pas fondamentalement différente, excluant les esclaves et les non-citoyens de tout rôle politique, à l'exception du fait que c'est le tirage au sort qui définit les représentants du peuple athénien tandis que c'est le vote qui définit les représentants du peuple romain. Dans ce modèle les femmes jouaient un rôle important puisque c'est par elles que se transmettait la citoyenneté.

Au Moyen Âge, les villes s’affranchissent progressivement du pouvoir féodal. Dans le Saint-Empire romain germanique, on parle de ville libre d'Empire, dans le Royaume de France de ville franche. Rétrospectivement, les historiens baptiseront de « république » cette forme nouvelle de gouvernement oligarchique et bourgeois qui émerge alors. La plus célèbre, la plus riche, la plus puissante de ces villes indépendantes est alors la République de Venise, terme moderne pour désigner ce que les Vénitiens d’alors appelaient « duché » (ducato) avec, à sa tête, le doge (proprement : « le duc »). Plusieurs cités italiennes dont Gènes connaissent des régimes politiques que les modernes nomment républiques mais qui sont des aristocraties.

La définition humaniste d’un État libre, d’un État sans roi, se trouve chez Bartolus de Saxoferrato (De regimine civitatis, vers 1350), Coluccio Salutati (De tyranno, Florence, 1400) et Leonardo Bruni (Laudatio fiorentinae urbis, 1403-04). Ils utilisent alors le terme latin de civitas (« citoyenneté, ensemble des citoyens ») qui donne « cité » en français.

Fondée à la Renaissance, la République des Deux Nations remplace la monarchie polonaise par le gouvernement de l’aristocratie polono-lituanienne, dans la droite ligne des oligarchies antiques.

En 1581, quand les Pays-Bas s’affranchissent de la tutelle espagnole et fondent la première république européenne digne de ce nom, ils adoptent le nom de Provinces-Unies. Quand les Anglais secouent le joug de la royauté en 1649, ils fondent le Commonwealth, mot anglais qui est le calque du latin res publica.

Dans les années qui suivent la proclamation de la République française, le modèle politique est largement exporté : la République batave nait en 1795, c’est la première et la plus durable république sœur de la France. La République ne s'oppose pas nécessairement à l'Empire. En effet toujours dans l'exemple de la République Française, en 1804 le gouvernement français remet à l'Empereur la conduite de la République, celle ci ne disparaît donc pas avec le nouveau régime.

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Régis Debray, La République expliquée à ma fille, Le Seuil, 1998 (ISBN 2020347148)
  • Jean-Michel Ducomte, La République, Les Essentiels Milan 2002;
  • Serge Berstein et Odile Rudelle (dir.), « Le modèle républicain », PUF 1992;
  • Jean-François Chantaraud, L'état social de la France, Journaux officiels, 2010;
  • Blandine Kriegel, « Philosophie de la République », Plon 1999;
  • Claude Nicolet, « L'idée républicaine en France » Gallimard 1982;
  • Hugue Jallon et Pierre Mounier, « Les enragés de la République », La Découverte 1999;
  • Frédéric Monera, L'idée de République et la jurisprudence du Conseil constitutionnel - Paris : L.G.D.J., 2004.
  • William R. Everdell, La fin des rois: Histoire des républiques et des républicains - Paris : Éd. Publisud, 1987.
  • Platon, La République
  • Philippe Genestier et Jean-Louis Laville, « Au-delà du mythe républicain. Intégration et socialisation », in Le débat, novembre-décembre 1994, nr 82, pp. 154-172.

Notes et références

  1. Simone Goyard-Fabre, Les embarras philosophiques du droit naturel, Paris : Vrin, 2002, (ISBN 9782711615889), p. 61-62. - Gabriel-André Pérouse [et alii], L'oeuvre de Jean Bodin: actes du colloque tenu à Lyon à l'occasion du quatrième centenaire de sa mort, 11-13 janvier 1996, Paris : Honoré Champion, 2004,p. 39.
  2. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, éd. 1873 "république", sens 1 à 5.
  3. Voltaire, Histoire de la Guerre de 1741, éd. Garnier Frères, 1971, p. lx.
  4. Jean-Jacques Rousseau, Texte de J.J. Rousseau : Principes du droit de la guerre ; Écrits sur la paix perpétuelle, Paris : Vrin, 2008, p. 318.
  5. Cf. Wikisource, Lettres persanes, Lettre CXLII. Rica à Usbek.
  6. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, éd. 1873 "république", Syn. dans le sens où « démocratie est l'opposé de l'aristocratie, ou république aristocratique. »

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article République de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • république — [ repyblik ] n. f. • 1520 sens II; lat. res publica « chose publique » I ♦ (1549) Forme de gouvernement où le pouvoir et la puissance ne sont pas détenus par un seul, et dans lequel la charge de chef de l État (⇒ président) n est pas héréditaire …   Encyclopédie Universelle

  • Republique — République Pour les articles homonymes, voir République (homonymie). Types de gouvernements Cette série fait partie des séries sur la politique Liste de formes de gouvernements …   Wikipédia en Français

  • Republique sœur — République sœur Article de la série Révolution française Causes Préludes L Assemblée constituante et ses suites (1789 1791) …   Wikipédia en Français

  • republique — REPUBLIQUE. s. f. Estat gouverné par plusieurs. La Republique Romaine. la Republique d Athenes. la Republique de Venise, de Genes, de Hollande, &c. Rome n a jamais eu plus d éclat que dans le temps de la Republique. il y va du bien de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • République — (Дижон,Франция) Категория отеля: 2 звездочный отель Адрес: 3 rue du Nord, 21000 Дижон, Фр …   Каталог отелей

  • republique — qui va tres mal, AEgrota respublica …   Thresor de la langue françoyse

  • république — (ré pu bli k ) s. f. 1°   Chose publique, et, en général, toute espèce de gouvernement. •   Allons, vieillard, et sans réplique ; Il n importe à la république Que tu fasses ton testament, LA FONT. Fabl. VIII, 1. •   L autre, afin de monter aux… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • République —          ALAIN (Émile Auguste Chartier, dit)     Bio express : Philosophe et essayiste français (1868 1951)     «Ce que j appelle République, c est plutôt une énergique résistance à l esprit monarchique, d ailleurs nécessaire partout.»     Source …   Dictionnaire des citations politiques

  • République sœur — Le régime révolutionnaire français eut des attitudes variables selon le lieu et le temps à l égard des mouvements révolutionnaires d autres États, ainsi qu à l égard des territoires qu il avait conquis. Un certain nombre de républiques sœurs… …   Wikipédia en Français

  • RÉPUBLIQUE — s. f. Gouvernement de plusieurs ; État gouverné par plusieurs. Il est opposé à Monarchie. République démocratique, aristocratique, oligarchique. République fédérative. Les républiques ancien nes. Les républiques modernes. La république romaine.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.