Prishtinë


Prishtinë

Pristina

42°39′52″N 21°9′54″E / 42.66444, 21.165

Pristina
Pristina
Administration
Pays Serbie Serbie - Drapeau du Kosovo Kosovo
Municipalité Prishtina
District district du Kosovo
Code postal 10000
Maire Isa Mustafa
Géographie
Latitude 42° 40′ 00″ Nord
       21° 10′ 00″ Est
/ 42.666667, 21.166667
Longitude
Altitude 652 m
Superficie 86 000 ha = 860 km²
Démographie
Population 206 000 hab. (2008 (est.))
Densité 239,5 hab./ km²
Localisation
Localisation de Pristina
la bibliothèque nationale du Kosovo
Le siège du Gouvernement du Kosovo
Le boulevard Mère Térésa
Grand Hôtel
Les dégats de la guerre en 2000

Pristina (en albanais : Prishtinë, Prishtina, en serbe Приштина, Priština) est la capitale et la plus grande ville du Kosovo. En 2009, sa population est estimée à 210 837 habitants[1].

Sommaire

Géographie

Histoire

De l'Antiquité à 1878

Durant l'Antiquité romaine, prospérait Ulpiana, à l'emplacement de Lipljan, à 15 km au sud de la ville actuelle. Elle fut par la suite détruite puis reconstruite par l'Empereur Justinien Ier.

La mosquée impériale à Prishtina/Priština

Après la chute de l'Empire romain, Ulpiana fut délaissée pour le site actuel, plus proche des grands axes commerciaux. Priština se développa rapidement et devint un grand carrefour des Balkans[2].

Le choix de Pristina comme capitale par le roi de Serbie Milutin (1282-1321) et par ses successeurs des dynasties Nemanjić et Branković renforça d'avantage l'importance de la ville. Mais cette apogée fut de courte durée, la ville étant occupée brièvement par les Ottomans en 1389 (bataille de Kosovo Polje), puis définitivement conquise en 1454.
La longue période ottomane transforma largement la ville par les influences architecturales et sociales turques, ainsi afin de marquer son autorité, le sultan Mehmed II ordonne la construction de la mosquée impériale. Ainsi, la plupart des habitants se convertirent à l'Islam, tant des Albanais que des Slaves.

Pristina vit paraître en 1685 le premier ouvrage en albanais, Cuneus Profetarum (Le Groupe des Prophètes), de Pjetër Bogdani.

De 1878 à 1989

Après un réveil nationaliste houleux, marqué par la création de la Ligue de Prizren en 1878, le Kosovo est inclus dans la toute nouvelle Albanie, indépendante.[réf. nécessaire]

Mais, sous la pression des grandes nations, l'Albanie céda le territoire au futur royaume de Yougoslavie en 1918.[réf. nécessaire]

Avant 1939, la ville était composée d'une population variée et peuplée majoritairement d'Albanais et de Serbes. Mais la politique de nettoyage ethnique mis en place par la Serbie força les Albanais à s'installer en Turquie, remplaçant là-bas des communautés grecques ou arméniennes. Ainsi, la population albanaise déclinait fortement.[réf. nécessaire]

Mais la Seconde Guerre mondiale vit la tendance s'inverser. Alors que les Serbes quittaient la ville, des Albanais arrivaient en masse des campagnes environnantes.

Après avoir fait partie, durant la guerre, de l'Albanie italienne, Priština devint en 1974 la capitale de la Région socialiste autonome du Kosovo.

La population de la ville augmenta sans discontinuer pendant la seconde moitié du XXe siècle. Alors qu'en 1953, la ville comptait 24 000 habitants, elle en compte aujourd'hui 206 000. La population albanaise représente aujourd'hui plus de 70% de la population totale.

Mais malgré la croissance démographique, Pristina connut un fort déclin durant cette période, et cela jusqu'à nos jours. La crise économique puis politique accentua le mécontement de la population et le nationalisme.

Une sortie de crise s'esquissa vaguement lorsque le Gouvernement de Tito autorisa la création d'une université indépendante de celle de Belgrade et permit l'utilisation du drapeau albanais.

En mars 1981, les mécontements se firent à nouveau sentir et des protestations étudiantes eurent des répercussions dans tout le Kosovo. Le pouvoir yougoslave répliqua par la mise en place d'un état d'urgence et d'une police spéciale.

Après 1989

Suite au fort durcissement de la politique anti-albanaise de Slobodan Milošević, annoncé dès 1990, les ouvriers et les bureaucrates kosovars furent largement licenciés et 22 500 étudiants sur les 23 000 que comptait l'université de Pristina furent renvoyés.

En réponse, des militants albanais fondèrent avec l'écrivain Ibrahim Rugova la Ligue démocratique du Kosovo, qui créa un gouvernement kosovar parallèle avec ses propres instances, ses donateurs et ses actions (éducation des enfants albanais, notamment).

En 1996, alors que la guerre entre l'Armée de libération du Kosovo et les forces yougoslaves est déclarée, la ville est bombardée à plusieurs reprises et des quartiers entiers sont détruits. Une partie de la population albanaise est contrainte par l'armée de s'exiler à la frontière macédonienne, de nombreuses autres personnes sont contraintes à l'exil, fuyant par tous les moyens. La guerre connaît son sommet de violence en 1999, alors qu'elle est placée en état d'urgence depuis trois ans.

Huit ans après la guerre, la ville ne s'est toujours pas relevée[3].

Localités

Le territoire de la ville de Prishtinë/Priština compte 44 localités[4],[5] :

Le premier nom est en albanais, le second en serbe.

  • Hajvali/Ajvalija
  • Hajkobillë/Ajkobila
  • Badovc/Badovac
  • Ballaban/Balaban
  • Barilevë/Bariljevo
  • Besi/Besinje
  • Busi/Businje
  • Vranidoll/Vrani Do
  • Gllogovicë/Glogivica
  • Bërnica e Epërme/Gornja Brnjica
  • Graçanicë/Gračanica
  • Grashticë/Graštica
  • Dabishevc/Dabiševac
  • Devet Jugoviq/Devet Jugovića
  • Bërnica i Ultë/Donja Brnjica
  • Dragovc/Dragovac
  • Drenovc/Drenovac
  • Zlatare/Zlatare
  • Kaçekollë/Kačikol
  • Kosllovicë/Kojlovica
  • Koliq/Kolić
  • Kukavicë/Kukavica
  • Llapje Sellë/Laplje Selo
  • Lebanë/Lebane
  • Llukar/Lukare
  • Makovc/Makovac
  • Marevc/Marevce
  • Matiqan/Matičane
  • Mramor/Mramor
  • Nishevc/Niševce
  • Novosellë/Novo Selo
  • Orlloviq/Orlović
  • Preoc/Preoce
  • Prishtinë/Priština
  • Prapashtica/Prapaštica
  • Prugovc/Prugovac
  • Radoshevc/Radoševac
  • Rimanishtë/Rimanište
  • Siqevë/Sićevo
  • Slivovë/Slivovo
  • Sofali/Sofalija
  • Sushicë/Sušica
  • Tenezhdoll/Teneš Do
  • Trudë/Trudna
  • Caglavica/Čaglavica
  • Sharban/Šarban
  • Shashkovc/Šaškovac

Population

Lors du recencensement de 1981, la ville comptait 108 083 habitants et 155 499 lors du recensement de 1991. La population estimée en 2008 est de 206 686 habitants[6]. Fin 2003, l'Union européenne estimait la population de Pristina à 165 844 habitants[7]. L'OSCE estime la population à 550 000 habitants[8]. L'European Stability Initiative, conteste cette dernière estimation en se basant sur le nombre d'enfants scolarisés et le nombre d'électeurs. L'ESI estime quant à elle la population en 2008 à 220 000 habitants[8]Ces estimations sont très larges. Les conditions (guerre, émigration des Serbes[9], immigration) n'ont pas permis d'avoir un recensement depuis 1991. Le gouvernement kosovar a lancé un recensement pour 2009[10].

Économie

Lieux et monuments[11]

Malgré les guerres et l'aspect anarchique et gris de la ville, Pristina conserve quelques monuments intéressants.

  • La Mosquée impériale, construite par le sultan Mehmet Fatiha en 1461, durant la période où les architectes arabes découvraient l'art byzantin de Constantinople. La coupole fait 13,5 m de diamètre.
  • Le Musée du Kosovo présente de belles collections d'objets archéologiques prélevés lors de fouilles sur le site d'Ulpiana.
  • La Tour de l'Horloge (Kulla e Sahatit), haute de 26 m, date du XIXe siècle.
  • Le Grand Hammam (Hamami i Madh), construit en 1470, forme sous ses 15 dômes deux parties symétriques, une pour les hommes l'autre pour les femmes.
  • La Bibliothèque nationale (Bibloteka Kombëtare), incluse dans l'Université, mélange l'art islamique à l'architecture socialiste.

Notes et références

  1. (fr) Priština sur http://gazetteer.de, World Gazetteer. Consulté le 3 octobre 2009
  2. Pristina History
  3. Histoire de la Yougoslavie de 1945 à nos jours, Joseph Krulic
  4. (sq) À propos du nombre, du nom et des limites des municipalités sur http://www.unmikonline.org, 27 juillet 2000, Site de la MINUK. Consulté le 3 octobre 2009
  5. (sr)[pdf] À propos du nombre, du nom et des limites des municipalités sur http://www.unmikonline.org, 27 juillet 2000, Site de la MINUK. Consulté le 3 octobre 2009
  6. Gazetteer.de
  7. City pop
  8. a  et b (en) Discussion paper: Utopian Visions. Governance failures in Kosovo's capital, 8 juin 2006.
  9. (en) Pristina's Serbs flee in thousands, The Guardian, 12 août 1999.
  10. (en) Kosovo population census next year, The Kosova Report, 18 juillet 2008.
  11. Guide Petit Futé Serbie (2007-2008)

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Kosovo Portail du Kosovo
Ce document provient de « Pristina ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Prishtinë de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Prishtine — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • Prishtinë — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • Prishtinë —   [priʃ tinə], albanischer Name für die Stadt Priština in Serbien, Jugoslawien …   Universal-Lexikon

  • KF Kosova Prishtinë — Football club infobox clubname = KF Kosova Prishtinë | fullname = Klub Futbollistik Kosova Prishtinë nickname = | founded = ground = Stadiumi i Flamurtarit, Pristina, Kosovo capacity = chairman = manager = Haki Bllacaku league = Liga e Parë… …   Wikipedia

  • KF Beselidhja Prishtine — Football club infobox clubname = KF Beselidhja | fullname = Klub Futbollistik Beselidhja nickname = | founded = 1956 ground = Stadiumi Llukar , Priština, Kosovo capacity = 3,000 chairman = manager = | Kelmendi league = Kosovar League 3 season =… …   Wikipedia

  • Prischtina — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • Prishtina — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • پرشتينا — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • Priština — Prishtinë/Prishtina1 Priština/Приштина2 …   Deutsch Wikipedia

  • Priština — Prishtinë (Albanian), Priština Приштина (Serbian), Priština Прищина (Bulgarian), Prischtina (German), Priština (Czech), Priştina (Romanian), Priştine (Turkish), Pristina (French, Portuguese), Pristino (Esperanto), Priština (Latvian, Lithuanian,… …   Names of cities in different languages