Plan jaune


Plan jaune

Le plan jaune (Fall Gelb) était la référence allemande pour le plan d'invasion de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg lors de la Seconde Guerre mondiale. Il fut exécuté du 10 au 28 mai 1940. Ses origines sont encore controversées, mais on en attribue la paternité à von Manstein (base d'une manœuvre de Cannes, améliorée en collaboration avec Heinz Guderian par l'usage du tandem chars/avions). Ce plan audacieux enthousiasma Hitler qui confia la rédaction de l'ordre correspondant à l'OKW (Oberkommando der Wehrmacht, le haut commandement militaire allemand, commandé par Walther von Brauchitsch et dont Franz Halder était chef d'état-major).

Fall Gelb, le plan jaune concocté par Manstein à la veille de la bataille de France. Il fait suite au Fall Weiss concernant la Pologne.

Sommaire

Contexte stratégique

Ce plan prévoyait trois axes de progression, et a donné naissance à un ordre opérationnel selon les modalités suivantes :

Sur l'axe nord, le groupe d'armées B de von Bock devait réaliser une réédition partielle du plan de 1914 (Schlieffen-Moltke) afin d'induire les démocraties occidentales en erreur, et les amener à porter leurs forces au nord du théâtre opérationnel. Il était également responsable de l'invasion des Pays-Bas.

Au centre, le groupe d'armées A de von Rundstedt, qui disposait de la majorité des troupes blindées : 7 divisions blindées sur les 10 mises en œuvre, était responsable de l'effort principal. Il devait réaliser une percée sur un front étroit dans les Ardennes belges et françaises afin de traverser la Meuse en trois endroits: Sedan (Guderian), Monthermé (Reinhardt) et Dinant (Hoth).

Au sud, le groupe d'armées C de von Leeb se trouvait en position statique face à la ligne Maginot, avec pour objectif de fixer les troupes françaises par des attaques ponctuelles et limitées.

Le tout devait être couvert par la Luftwaffe de Goering. Elle devait, dans un premier temps, appuyer l'avancée du groupe d'armée B pour parfaire l'illusion de l'effort principal au nord, et empêcher toute reconnaissance aérienne au-dessus des Ardennes; dans un deuxième temps, une fois le groupe d'armées A prêt à franchir la Meuse, elle devait porter toutes ses forces au centre afin d'appuyer les franchissements.

Enfin, des détachements aéroportés (parachutistes et planeurs) devaient assurer une série de missions spéciales: prises de ponts importants, prise du fort d'Ében-Émael.

Le déroulement

L'opération connut un démarrage assez mitigé. Les actions spéciales au nord - la prise du fort d'Ében-Émael et des ponts du canal Albert - ont été couronnées de succès, ainsi que la pénétration aux Pays-Bas; mais le groupe d'armée A a connu un début d'opération chaotique (le 12 mai à 6 h 30, d'importantes formations se trouvaient encore en Allemagne à cause d'embouteillages-monstres des troupes allemandes dans les Ardennes).

Néanmoins, alors que la traversée de la Meuse devait avoir lieu au plus tard le 14 mai, Rommel avait déjà fait traverser le fleuve au sud de Houx (région de Dinant) par un petit détachement le 12 mai au soir, et Guderian, franchissait la Meuse à Sedan au cours de la journée du 13 mai.

L'exécution survécut également aux deux Haltbefehl (ordre de stopper) ordonnés par Hitler et aux contre-offensives (souvent avortées ou amputées) des troupes britanniques et françaises (Montcornet, Arras). La continuité et la réussite de l'opération durent beaucoup à l'audace et à la vivacité de commandants sur le terrain dont Rommel et Guderian.

L'opération prit fin le 15 mai aux Pays-Bas et le 28 mai en Belgique après la reddition acceptée par le roi Léopold III. Des dates de début et de fin, cette campagne porte le nom de « campagne des dix-huit jours ».

Après la bataille de Dunkerque (opération Dynamo) et une brève réorganisation, les troupes allemandes devaient entreprendre l'invasion de la France suivant le plan rouge (Fall Rot).

Voir aussi

Bibliographie

  • Karl-Heinz Frieser, Le Mythe de la guerre-éclair – La Campagne de l’Ouest en 1940 [détail des éditions]
  • La guerre éclair. Les Allemands submergent l'Europe, Genève, 1981.
  • Les Panzers passent la Meuse de Paul Berben et Bernard Iselin, éditions J'ai Lu Leur Aventure no A 209 :

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Plan jaune de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Plan Schlieffen — Le plan Schlieffen est le plan d attaque de la France par les forces armées allemandes lors de la Première Guerre mondiale. Le plan jaune d attaque de la France lors de la Seconde Guerre mondiale s en inspire partiellement. Il doit son nom au… …   Wikipédia en Français

  • Plan B et R — Plan B Pour les articles homonymes, voir Plan B (homonymie). Le plan B est la première alternative au plan principal, auquel on recourra si les conditions nécessaires au premier plan ne sont pas réunies (par exemple : si les conditions… …   Wikipédia en Français

  • Plan D européen — Plan B Pour les articles homonymes, voir Plan B (homonymie). Le plan B est la première alternative au plan principal, auquel on recourra si les conditions nécessaires au premier plan ne sont pas réunies (par exemple : si les conditions… …   Wikipédia en Français

  • Plan schlieffen — Le plan Schlieffen est une organisation minutieuse pour les forces armées allemandes successivement mis en pratique lors des Première et Seconde Guerres mondiales. Il doit son nom au maréchal comte Alfred von Schlieffen (1833 1913) qui fut at …   Wikipédia en Français

  • Plan B — Pour les articles homonymes, voir Plan B (homonymie). Le plan B est la première alternative au plan principal, auquel on recourra si les conditions nécessaires au premier plan ne sont pas réunies (par exemple : si les conditions climatiques… …   Wikipédia en Français

  • Plan rouge (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Plan rouge peut faire référence : Plan rouge un plan d urgence en France pour traiter un grand nombre de blessés lors d un accident Fall Rot, plan… …   Wikipédia en Français

  • Plan Vichypirate — Plan Vigipirate Une patrouille de CRS. Le plan Vigipirate est un dispositif de sécurité français destiné à prévenir les menaces ou à réagir face aux actions terroristes. Créé en 1978 sous la présidence de Valéry Giscard d Estaing alors que l… …   Wikipédia en Français

  • Plan vigipirate — Une patrouille de CRS. Le plan Vigipirate est un dispositif de sécurité français destiné à prévenir les menaces ou à réagir face aux actions terroristes. Créé en 1978 sous la présidence de Valéry Giscard d Estaing alors que l Europe connai …   Wikipédia en Français

  • Plan d’urgence — Plan d urgence Les plans d urgence sont des dispositifs prévoyant l organisation des secours en urgence en cas de catastrophes ou d événements de grande ampleur ou à risque majeur mettant en péril la santé des personnes ou l intégrité des biens.… …   Wikipédia en Français

  • Plan du metro de Londres — Plan du métro de Londres Tube map (plan du tube) est le nom communément utilisé pour désigner le diagramme schématique qui représente les lignes, stations, et les zones du métro de Londres, appelé London Underground, ou Tube. Il s agit d un plan… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.