Paul Guth


Paul Guth
Paul Guth
Paul Guth en 1991
Paul Guth en 1991

Nom de naissance Joseph Marie Paul Guth
Activités Romancier
Journaliste
dramaturge
Naissance 5 mars 1910
Ossun
Décès 29 octobre 1997 (à 87 ans)
Ville-d'Avray
Langue d'écriture française
Genres Roman, essai, chroniques, mémoires
Distinctions Prix Courteline (1953), Grand prix du roman de l'Académie française (1956), Prix Chateaubriand (1985)
Œuvres principales

Paul Guth, né le 5 mars 1910 à Ossun, mort le 29 octobre 1997 à Ville-d'Avray, est un romancier et essayiste français. Président de l'Académie des provinces françaises.

Romancier, essayiste, chroniqueur, mémorialiste, historien, pamphlétaire, il est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages parfois teintés d'Histoire, d'anecdotes contemporaines ou de critiques sans retenues sur ce qu'il considérait comme les maux de son siècle. Il fit partie des premiers comités de la Société des poètes et artistes de France à la fin des années 1950 et au début des années 1960.

Sommaire

Biographie

Paul Guth est né dans une famille modeste, son père Joseph Guth était mécanicien. Ses parents habitaient alors Villeneuve-sur-Lot. Sa mère, d'origine bigourdane, était alors venue accoucher dans la maison familiale d’Ossun, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées.

Paul Guth commence ses études à Villeneuve-sur-Lot. Il poursuit des études littéraires à Paris au lycée Louis-le-Grand avec comme condisciple Thierry Maulnier. Paul Guth l'appelle la « Khâgne des Années folles », qui réunissait Robert Brasillach, Maurice Bardèche, Étiemble, Paul Guth lui-même, Robert Merle, Henri Queffelec, Roger Vailland, Georges Pompidou, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Louis Achille et le Vietnamien Pham Duy Khiem.

Puis il fait des études supérieures à la Faculté de Lettres de Paris (Sorbonne) et deviendra agrégé des lettres en 1933. À cette date, il commence une carrière universitaire classique qui sera interrompue par la Seconde Guerre mondiale. Il sera professeur de lettres pendant dix ans aux lycées de Dijon, de Rouen et Janson-de-Sailly, à Paris.

Après la guerre, il se consacre d'abord à la littérature puis au journalisme et à la radio. Il obtient même en 1946 le Prix du Théâtre pour Fugues.

En 1953, Paul Guth publie Les Mémoires d'un Naïf, premier roman à succès d'une chronique qui comptera sept volumes. Il y raconte la vie de son personnage récurrent, le Naïf, professeur de français, qui sous une grande naïveté, cache une imagination fertile.

Dans cette série, on retrouve Les Mémoires d'un Naïf (1953 - Prix Courteline), Le Naïf sous les drapeaux (1954), Le Naïf aux quarante enfants (1955), Le Naïf locataire (1956 - Grand prix du roman de l'Académie française), Le mariage du Naïf (1965), Le Naïf amoureux (1968) et enfin Saint Naïf (1970).

L'œuvre de Paul Guth comprend aussi une série romanesque de quatre volumes sur Jeanne la Mince qu'il publia entre 1960 et 1969 : Jeanne la mince, Jeanne la mince à Paris, Jeanne la mince et l'amour et enfin Jeanne la mince et la jalousie. Dans cette série, il retrace la vie d'une jeune femme, Jeanne la Mince, qui part à la découverte du monde. Sa protagoniste découvre ainsi l'insouciance de la jeunesse puis les années folles à Paris, fait son éducation sentimentale puis découvre l'amour et la jalousie dans les bras du brillant journaliste Paul Bagnac.

Pris depuis douze ans par de grands travaux d'Histoire, Paul Guth revient au roman en 1977 avec Le chat Beauté, Dans ce livre, d'une brûlante actualité, il règle ses comptes avec lui-même, avec les autres, avec la vie. La même année, Paul Guth toujours aussi narquois et réactionnaire publie Notre drôle d'époque comme si vous y étiez dans lequel il accumule de nombreuses anecdotes sur la télévision, l'amour, la religion et bien d'autres thèmes, pour nous inviter à sourire de nos habitudes et de notre mode de vie.

En 1976, les Lettres à votre fils qui en a ras le bol sont un cri d'amour pour les jeunes et d'espoir en leur bonheur et leur courage. Il évoque également sans détour la plupart des problèmes de la jeunesse : les rapports du présent avec le passé et l'avenir, la vie scolaire, le tabac, la sono, la sexualité, la majorité à dix-huit ans, l'homosexualité, la vitesse, la drogue, le chômage, le travail manuel, les filles, l'amour… Trois ans plus tard, dans Lettre ouverte aux futurs illettrés, il s'adresse à nouveau à la jeunesse, qu'il a appris à chérir durant ses années de pédagogue, pour dénoncer le « génocide intellectuel » que l'école inflige aux enfants.

Paul Guth a également participé à la rédaction de livres pour enfants. Parmi eux, il publie Les Passagers de la Grande Ourse en 1944 en compagnie de Paul Grimault. Le livre raconte les mésaventures de Gô et de son petit chien Sniff à bord d'un aéroscaphe.

Durant quelques années, il s'essaya aux romans historiques avec par exemple Moi, Joséphine, impératrice et en 1967, dans Histoire de la littérature française. Dans ce dernier livre, l'auteur, alors professeur de français, tente « d'être aussi clair qu'un professeur, en expliquant le mécanisme de la création comme un auteur » et de conserver la « posture d'émerveillement ». Il se veut le « contemporain de chaque auteur » mais s'arrête « au seuil des vivants », « à l'aube sanglante du vingtième siècle ».

Au début des années 1980, Paul Guth participa souvent à l'émission Les Grosses Têtes sur la radio R.T.L.

En 1988, Paul Guth critique une partie de la gauche dans Oui, le bonheur, inventaire des passions, indignations et recettes du bonheur.

Enfin, en 1994, après cinquante ans de vie littéraire, c'est en philosophe qu'il livre ses réflexions sur notre société et ses contemporains.

Il obtient en 1984 le Prix Chateaubriand pour son livre Une Enfance pour la vie.

Romans

Livres pour la jeunesse

  • 1944 : Les Passagers de la Grande Ourse (Gallimard)
  • 1945 : L’épouvantail (Gallimard)
  • 1950 : La locomotive Joséphine
  • 1958 : Moustique et le marchand de sable
  • 1960 : Moustique et Barbe-Bleue
  • 1961 : Le séraphin couronné
  • 1962 : Henri IV
  • 1963 : Moustique dans la lune
  • 1982 : Cuic dans l’île

Essais et biographies

  • 1946 : Autour des dames du bois de Boulogne,(Journal d’un film) (Julliard)
  • 1947 : Quarante contre un (1re série) chez Corréa (trois volumes).
  • 1951 : Quarante contre un (2e série) (Denoël)
  • 1951 : Michel Simon (Calmann-Lévy).
  • 1951 : Philippe Noyer (Orféa)
  • 1952 : Quarante contre un (3e série) (Denoël)
  • 1954 : L’Académie imaginaire, (illustré de photographies de Jean-Marie Marcel, Éditions d’Histoire et d'Art)
  • 1959 : Le savoir-vivre actuel (Dictionnaire), en collaboration avec Michelle Maurois. (Gallimard)
  • 1960 : Saint Louis, roi de France (Bloud et Gay)
  • 1962 : Paris naïf (avec des photographies de Georges Glasberg) (Grasset)
  • 1963 : La chance (Collection Notes et Maximes) (Hachette)
  • 1967 : Histoire de la littérature française (tome I et II, essai) (Fayard)
  • 1968 : Lettre ouverte aux idoles (Albin Michel)
  • 1970 : Le Naïf dans la vie
  • 1972 : Mazarin (Flammarion)
  • 1977 : Notre drôle d'époque comme si vous y étiez (Flammarion)
  • 1979 : Moi, Joséphine, impératrice (Albin Michel)
  • Fugues
  • 1980 : Lettre ouverte aux futurs illettrés
  • 1982 : L’aube de la France, t. I et II, 1968-1970 (Plon)
  • 1982 : Le ce que je crois du naïf (Grasset)
  • 1985 : Une enfance pour la vie
  • 1987 : Si j'étais le Bon Dieu (Plon)
  • 1987 : Discours de Déception à l'Académie française (Plon)
  • 1988 : Oui, le bonheur. (Flammarion)
  • 1991 : Moi, Ninon de Lenclos, courtisane (Albin Michel)
  • 1993 : Petite vie de Saint Louis
  • 1994 : Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Listes d'écrivains de langue française

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Paul Guth de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Paul Guth — (March 5, 1910 mdash; 1997) was a French humorist, journalist and writer, and the President of the Académie des provinces françaises .A novelist, essayist, columnist, memoirist, historian, pamphleteer, he distinguished himself in every genre with …   Wikipedia

  • Guth — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Guth est le nom de famille de Alan Guth (né en 1947), cosmologiste Christian Guth (1908 1994), paléontologue français Claude Guth (né en 1962), coloriste …   Wikipédia en Français

  • Paul Grimault — Pour les articles homonymes, voir Grimault (homonymie). Paul Grimault …   Wikipédia en Français

  • Paul Lange (deutscher Architekt) — Paul Lange, ca. 1878 in Paris Paul Lange und seine Frau 1925 …   Deutsch Wikipedia

  • Paul Mankiewitz — (* 7. November 1857 in Mühlhausen; † 22. Juni 1924 auf seinem Gut Selchow bei Storkow / Mark Brandenburg) war ein deutscher Bankmanager und von 1919 bis 1923 Sprecher der Deutschen Bank. Nach einer Banklehre im Mülheimer Bankhaus Gustav Hanau… …   Deutsch Wikipedia

  • Personnage Paul Grimault — Paul Grimault Pour les articles homonymes, voir Grimault (homonymie). Paul Grimault Paul Grimault en 1961 dans le film Mon fr …   Wikipédia en Français

  • Alan Guth — Infobox Scientist name = Alan Harvey Guth caption = Alan Guth at Harvard University birth date = Birth date and age|1947|2|27|df=y birth place = New Brunswick, New Jersey death date = death place = residence = United States nationality = American …   Wikipedia

  • Claus Guth — (* 1964 in Frankfurt am Main) ist ein deutscher Theaterregisseur, der vor allem im Bereich Musiktheater sehr erfolgreich ist. Sein Vater Wilfried Guth war Vorstandssprecher und späterer Aufsichtsratsvorsitzender der Deutschen Bank. Claus Guth… …   Deutsch Wikipedia

  • Wilfried Guth — (* 8. Juli 1919 in Erlangen; † 15. Mai 2009) war ein deutscher Bankmanager. Er war ein Neffe von Ludwig Erhard. Leben Er wurde geboren als Sohn von Karl Guth (1889–1971),[1] Geschäftsführer der Reichsgruppe Industrie und Rose, Schwester von… …   Deutsch Wikipedia

  • Le Petit Clown — Paul Grimault Pour les articles homonymes, voir Grimault (homonymie). Paul Grimault Paul Grimault en 1961 dans le film Mon fr …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.