Architecture Renaissance


Architecture Renaissance
La villa Rotonda à Vicence (Italie), 1567-1570, Villa de Andrea Palladio.
La Halle aux Draps (Sukiennice) à Cracovie (Pologne).
Le Château d'Ecouen (XVIe siècle) dans le Val-d'Oise, en France, par l'architecte Jean Bullant. Il abrite le Musée national de la Renaissance

On désigne par architecture Renaissance un mouvement architectural qui commence en Italie en réaction à la surcharge de l'architecture gothique. D'abord italienne, elle se transportera rapidement en France puis gagnera une grande partie de l'Europe où elle cohabitera généralement avec l'architecture gothique.

La Renaissance italienne émane d'un désir de retour à l'Antiquité aussi bien grecque que romaine qui se caractérise par l'utilisation de grandes caractéristiques de ses architectures (colonne dorique, colonne ionique, colonne corinthienne). En effet l'époque antique leur apparaît comme étant le point d'apogée de tous les arts, mais ils ne cherchent pas à simplement l'imiter, mais à s'en inspirer pour l'égaler, voire la surpasser. On appelle ce retour à l'antiquité «hellénisme».

Les artistes de cette époque sont polyvalents et cherchent à obtenir le savoir absolu, aussi bien au niveau de l'ingénierie que des arts ou de la philosophie[1].

En France, cet art découvert lors des batailles entre la France et l'Italie. De nombreux architectes italiens sont alors invités à la cour. Ces architectes bâtiront de nombreux châteaux en adaptant l'architecture de la renaissance italienne aux régions pluvieuses de France (par exemple par ajout de toiture). Les Châteaux de la Loire en sont un exemple connu, tout comme le Château d'Ecouen, bâti par Anne de Montmorency (1492-1567) à son retour des guerres d'Italie au cours desquelles il découvrit les Palais transalpins.

Aux alentours de 1575, les artistes français se défont de la tutelle italienne et les architectes français réalisent les grands travaux de la Renaissance française.

Sommaire

Architectes

Italiens :

Français :


Dans la péninsule Ibérique :

Un style renouvelé

Les architectes de la renaissance repoussent l'architecture gothique et retournent aux formes et proportions de l'architecture romaine antique. Pour cela, les artistes vont à Rome étudier les vestiges des monuments antiques. Ils favorisent alors l'esthétique, l'organisation, l'harmonie et la beauté, plutôt que la technique et la prouesse.

Principaux changements

  • Réintroduction des proportions, de la symétrie et de la régularité,
  • Redécouverte des techniques antiques (la colonne ainsi que le dôme)
  • Construction de villas et de places publiques en plus des églises et palais,
  • Abandon du vitrail,
  • Raccords à angle droit (les angles obtus ou aigus furent proscrits).

Au sujet de l'urbanisme, la relation église-palais-place est placée au centre de la réflexion; les rues sont également perçues comme un moyen d'afficher son prestige, d'où l'élaboration de façades spécifiques, mais également comme un régulateur de flux.

Plus précisément dans la description d'un bâtiment, on retrouvera:

  • des bossages (la pierre ressort en relief),
  • dans certains cas un fronton sobre (colonne dorique ou ionique) ou une loggia,
  • des tours de fenêtres sobres également,
  • un étage constitué de petites fenêtres carrées,
  • une corniche ouvragée.

Notes et références

  1. Voir : néoplatonisme médicéen à Florence, sur le modèle des écoles philosophiques de la Grèce antique.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Architecture Renaissance de Wikipédia en français (auteurs)