Office de la radio et de la télévision française


Office de la radio et de la télévision française

Office de radiodiffusion télévision française

Office de radiodiffusion-télévision française
Importez le logo de cette entreprise
Création 27 juin 1964
Dates clés 27 juin 1964 : Création de l'office

8 janvier 1969 : Création de la Régie française de publicité

3 juillet 1972 : Modification des statuts

31 décembre 1974 : "Eclatement" de l'office

6 janvier 1975 : Chaînes rebaptisées

Disparition 31 décembre 1974
Personnages clés Marc Gilbert
Jacques-Bernard Dupont
Jean-Jacques de Bresson
Arthur Conte
Marceau Long
Forme juridique Établissement public à caractère industriel et commercial
Siège social Maison de l'ORTF

116, avenue du Président-Kennedy
75016 Paris
Drapeau de la France France

Activité(s) Audiovisuel
Filiale(s) Stations de radio
France Inter
France Culture
France Musique
France Inter Paris
Chaînes de télévision
La Première chaîne
La Deuxième chaîne
La Troisième chaîne
Autres
Régie française de publicité

L’Office de radiodiffusion-télévision française (ou ORTF) était un établissement public à caractère industriel et commercial, français en charge du service public de l’audiovisuel, créé le 27 juin 1964 (loi n° 64-621) et supprimé le 31 décembre 1974 (loi n° 74-469).

Sommaire

Organisation de l’Office

Le général de Gaulle souhaitait que la Radiodiffusion-télévision française (RTF) devienne une institution autonome, analogue à celles des autres grandes démocraties, comme la BBC au Royaume-Uni dont il avait personnellement éprouvé la valeur en 1940. Le statut de l'ORTF était donc calqué sur celui de la BBC.

Direction et Conseil d’administration

Contrairement à la RTF qu'il remplaçait, l'ORTF n'est pas placé sous l'autorité directe du ministre de l'Information mais seulement sous sa tutelle afin de contrôler le respect de ses obligations de service public.

Le décret de la belle application du 22 juillet 1964 prévoit la nomination des membres de son conseil d’administration en Conseil des ministres. Ces membres (entre 14 et 28) représentent pour moitié l'État et pour moitié les auditeurs et téléspectateurs. Le président de l'Office est nommé par le Conseil des ministres ; le directeur général par décret en Conseil des ministres.

Directeurs généraux :

Directeur général adjoint :

La loi n° 72-553 du 3 juillet 1972 prévoit la nomination du PDG de l'ORTF en Conseil des ministres, un service minimum en cas de grève et la constitution de régies. Ces régies, qui correspondent aux unités fonctionnelles de l'ORTF, sont créées par un arrêté de Philippe Malaud, secrétaire d’État chargé de la Fonction publique et des Services de l’information, le 21 juillet. Un Haut conseil de l’audiovisuel présidé par le Premier ministre, et comprenant des parlementaires et des personnalités représentatives est institué. Son rôle est consultatif et il intervient à la demande du gouvernement.

Présidents-directeurs généraux :

Budget et ressources

Lors de sa création, l'Office suscite de grands espoirs chez les professionnels de l'audiovisuel car le contrôle financier de l'État ne doit se faire qu'a posteriori, contrairement à la RTF, où le contrôle a priori bloquait tout projet d'envergure. Pourtant, le 22 juillet 1964, un arrêté du ministre des Finances, Valéry Giscard d'Estaing, institue un contrôleur d'État conservant les mêmes pouvoirs que le contrôleur financier de la RTF. De plus, le ministre de l'Information et le ministre des Finances sont chargés de contrôler le budget et les comptes. Chaque année, le Parlement inscrit dans la loi de finances la perception de la redevance audiovisuelle pour droit d'usage des postes de radio et télévision.

Le 18 octobre 1967, un projet de loi relatif à l'introduction de la publicité, jusque-là monopole des journaux, à la télévision est présenté au Parlement. La publicité, limitée tout d'abord au journal télévisé de 20 heures ne doit pas dépasser 2, puis 4 minutes, avec des spots de 30 secondes maximum excluant le tabac, l'alcool et l'immobilier. Le 1er octobre 1968, la première chaîne diffuse les deux premières minutes de publicités télévisées en commençant par un spot pour la Vache Régilait symbolisée par une boîte à meuh. La Régie française de publicité, société anonyme filiale de l'ORTF, est créée par décret le 8 janvier 1969. Elle assure la régie de la publicité sur les antennes de l'ORTF dans le respect des intérêts fondamentaux de l’économie nationale et conformément à la mission générale dévolue à l'ORTF. En janvier 1971, la publicité commerciale est autorisée sur la deuxième chaîne. Les recettes provenant de la publicité commerciale sont limitées à 25% des ressources de l’Office par la loi n° 72-553 du 3 juillet 1972.

SLII et CII

Un Service de liaison interministériel pour l’information (SLII) est créé le 31 juillet 1963 par le ministre de l'Information, Alain Peyrefitte. Sa mission est de rassembler les informations émanant des services des différents ministères pour en faire bénéficier en exclusivité l'Actualité télévisée et l'Information radiodiffusée. Les réunions du service sont présidées tous les mardis par Alain Peyrefitte et son bras droit, Jacques Leprette, qui ne manquent pas de rappeler à l'ordre les représentants des différents ministres lorsque ceux-ci tentent de donner aux journalistes des directives, plutôt que d'exposer des faits. Les successeurs d'Alain Peyrefitte n'assistent plus aux réunions et, sans contrôle, le SLII se fonctionnarise et se transforme alors en chambre d'enregistrement des volontés ministérielles. L'Office est entièrement contrôlé par le ministère de l'Information via ses hauts fonctionnaires placés à des postes clés. Discrédité après les évènements de mai 1968, le SLII est remplacé le 2 décembre 1968 par le Comité interministériel pour l’information (CII) qui assure notamment « la coordination de l’action d’information menée par les différents ministères ».

Missions

Pour la première fois, la loi n° 64-621 précise les missions de l'ORTF : « satisfaire les besoins d’information, de culture, d’éducation et de distraction du public ».

Sièges de l’Office

L'ORTF étrenne le spectaculaire bâtiment construit en bordure de la Seine, au 116 avenue du Président-Kennedy dans le 16e arrondissement de Paris, par l'architecte Henry Bernard et inauguré le 14 décembre 1963 par le président de la République, Charles de Gaulle. L'enceinte circulaire de la Maison de l'ORTF faite d'aluminium et de mosaïque, est coiffée d'une tour de verre. Dans ce bâtiment de 25 000 m², s'installent sur onze kilomètres de couloirs et plusieurs niveaux la Direction générale, les services administratifs et techniques et la radio.

Ces locaux, qui comptent plus de soixante studios d'enregistrement, sont toutefois mal adaptés aux nécessités de la télévision qui reste finalement dans son berceau historique au 13-15 rue Cognacq-Jay dans le 7e arrondissement de Paris. La télévision disposait tout de même de deux studios situés au rez-de-chaussée de la Maison de l'ORTF, et notamment le mythique studio 102.

Antennes de diffusion de l’Office

L'ORTF, qui a le monopole de diffusion, diffuse 4 chaînes de radio et 3 chaînes de télévision.

Radio

Télévision

Le 1er octobre 1967 à 14h15, la deuxième chaîne de télévision passe du noir et blanc à la couleur.

Logo de l'ORTF en couleur du 1er octobre 1967 au 6 janvier 1975

Le 16 septembre 1969, lors d'un discours de politique générale devant l’Assemblée nationale, Jacques Chaban-Delmas (Premier ministre), exprime le souhait d'organiser une compétition véritable entre les deux chaînes de télévision, afin d'« informer complètement c’est-à-dire contradictoirement », et assurer l’autonomie de l’ORTF. Cette nouvelle orientation de la politique audiovisuelle se traduit par la création de deux unités autonomes d’information. La première est dirigée par Pierre Desgraupes, la seconde par Jacqueline Baudrier. À partir de janvier 1970, les deux chaînes de télévision sont dotées de directions distinctes.

La commission d’études du statut de l’ORTF, présidée par Lucien Paye, premier président de la Cour des comptes, remet le 30 juin 1970 son rapport au Premier ministre. Il recommande la création d’une chaîne régionale de télévision, « qui couvre l’ensemble du territoire et réponde aux mêmes exigences de qualité que la télévision nationale », et la transformation des services de fabrication et de diffusion en '« 'unités fonctionnelles distinctes ».

À l’occasion d’une conférence de presse, le 2 juillet 1970, le président de la République, Georges Pompidou, déclare que l’« information doit être libre... indépendante... et impartiale » et rappelle aux journalistes de l’ORTF que leur parole « engage la France ».

De 1971 à 1974, Marc Gilbert anime l'émission Italiques et demande à Jean-Michel Folon et Ennio Morricone de faire le générique qui restera célèbre.

La troisième chaîne est créée directement en couleur le 31 décembre 1972 et diffuse tous les soirs les décrochages régionaux en même temps que la première chaîne et la deuxième chaîne. Vers 1973-1974, la couleur a commencé à s'introduire dans les programmes régionaux de l'ORTF (Rennes, Nantes, Lyon, etc.), avec le passage à l'enregistrement magnétique des reportages, auparavant tournés en film 16 mm noir et blanc (avec bande son magnétique séparée).

Il faudra attendre la privatisation de TF1 en 1987 pour voir disparaître les émissions régionales sur les deux premières chaînes, FR3 ayant complété son réseau de relais, allant même jusqu'à offrir deux éditions régionales au choix sur un même centre émetteur (Niort, pic du Midi, Aurillac, Limoges, etc.).

Démantelement de l’Office

Le 27 février 1974, le gouvernement approuve le plan de Marceau Long, PDG de l’ORTF. Il prévoit notamment la constitution, au sein de l’Office, de six établissements publics à qui seront confiées la production et la réalisation des émissions. Le décès du président Pompidou empêche sa mise en œuvre.

L'Office est démantelé par la loi du 8 juillet 1974, avec effet le 31 décembre 1974. Il est divisé en sept organismes autonomes :

Une société nationale de radio :

Trois sociétés nationales de programme de télévision :

Trois établissements publics :

Le siège de l'ORTF devient celui de Radio France et le bâtiment est aujourd'hui appelé Maison de Radio France.

Liquidation de la société

Si l'ORTF n'existe plus depuis longtemps, la société n'est toujours pas totalement liquidée de nos jours. En effet, la liquidation se fait au compte-goutte. [réf. nécessaire]

Bibliographie

  • Christian Brochand : Histoire générale de la radio et de la télévision en France, vol.2 (1944/1974), La Documentation française, 1994
  • Jérôme Bourdon : Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, Anthropos, 1990
  • Évelyne Cohen, Marie-François Lévy (dir.) : La télévision des Trente Glorieuses, CNRS Éditions, 2007
  • Monique Dagnaud : L’Etat et les médias, fin de partie, Paris, Odile Jacob, 2000
  • Jean-Noël Jeanneney (dir.) : L’Écho du siècle, dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette Littératures, 1999
  • Max Leclerc : La République du Mépris 1975.
  • Marie-Françoise Lévy (dir.) : La télévision dans la République, Les années 50, Paris, Complexe, 1999
  • Raymond Marcillac : Les dessous de la radio et de la télévision, Paris, Jacques Grancher, 1994
  • Jean-Louis Missika, Dominique Wolton (dir.) : La folle du Logis, la télévision dans les sociétés démocratiques, Paris, Gallimard, 1983
  • Jacques Mousseau, Christian Brochand (dir.) : LHistoire de la télévision française, Paris, Nathan, 1982
  • Édouard Sablier : La Télé du Général par un gaulliste non alimentaire, Paris, Editions du Rocher, 2000
  • Aude Vassallo : La télévision sous de Gaulle. Le contrôle gouvernemental de l'information. 1958/1969, INA-De Boeck, 2005

Voir aussi

Précédé par Office de radiodiffusion télévision française Suivi par
RTF
Organisme Audiovisuel Français

(1964 - 1974)

France Télévisions, TF1, Radio France, INA, TDF, SFP
  • Portail de la radio Portail de la radio
  • Portail de la télévision Portail de la télévision
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Office de radiodiffusion t%C3%A9l%C3%A9vision fran%C3%A7aise ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Office de la radio et de la télévision française de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Office de Radio-Télévision Française — Office de radiodiffusion télévision française Office de radiodiffusion télévision française Création 27 juin 1964 Dates …   Wikipédia en Français

  • Office de radiodiffusion et télévision française — Office de radiodiffusion télévision française Office de radiodiffusion télévision française Création 27 juin 1964 Dates …   Wikipédia en Français

  • Office de radiodiffusion television francaise — Office de radiodiffusion télévision française Office de radiodiffusion télévision française Création 27 juin 1964 Dates …   Wikipédia en Français

  • Office de radiodiffusion télévision française — Création 27 juin 1964 Dates clés 27 juin 1964 : La …   Wikipédia en Français

  • Télévision Française 1 — TF1  Cet article concerne la chaîne de télévision. Pour l entreprise, voir Groupe TF1. Création 13 février 1935 Dénomination actuelle : 6 janvier 1975 Privatisation et création de …   Wikipédia en Français

  • Office de Radiodiffusion Télévision Française — For the microphone technique, see ORTF stereo technique. Office de Radiodiffusion Télévision Française Type Establishment public industrial and commercial Country France …   Wikipedia

  • Télévision Française 1 — Dieser Artikel behandelt den französischen Fernsehsender TF1. Der Artikel zur Autopista del Sur de Tenerife befindet sich unter dem Lemma TF 1. Senderlogo Allgemeine Informationen Empfang: analog terrestrisch …   Deutsch Wikipedia

  • Office de Radiodiffusion Télévision Française — Das Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF) war von 1964 bis 1974 die öffentlich rechtliche Rundfunkanstalt Frankreichs. Nach dem Zweiten Weltkrieg wurde mit der Gründung von Radiodiffusion Française (RDF) im Jahre 1945 die… …   Deutsch Wikipedia

  • Histoire De La Télévision Française — La télévision française est réellement née juste après les progrès de l électronique qui ont permis à la télévision de transmettre des images de qualité suffisante, vers 1930. Avant cela, des pionniers avaient expérimenté simultanément dans… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la television francaise — Histoire de la télévision française La télévision française est réellement née juste après les progrès de l électronique qui ont permis à la télévision de transmettre des images de qualité suffisante, vers 1930. Avant cela, des pionniers avaient… …   Wikipédia en Français