Nozeroy


Nozeroy

46° 46′ 31″ N 6° 02′ 14″ E / 46.7753, 6.0372

Nozeroy
Image illustrative de l'article Nozeroy
Administration
Pays France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Arrondissement de Lons-le-Saunier
Canton Canton de Nozeroy
(chef-lieu)
Code commune 39391
Code postal 39250
Maire
Mandat en cours
Pascal Ramboz
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Nozeroy
Démographie
Population 399 hab. (2007)
Densité 107 hab./km²
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 31″ Nord
       6° 02′ 14″ Est
/ 46.7753, 6.0372
Altitudes mini. 660 m — maxi. 834 m
Superficie 3,74 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Nozeroy est une commune française, située dans le département du Jura et la région Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes du Plateau de Nozeroy.

Sommaire

Géographie

Situé en hauteur, Nozeroy accueillit un château fort aujourd'hui en ruines. Nozeroy eut son heure de gloire au Moyen Âge, sous la dynastie des Chalon, princes d'Orange. Elle contrôlait les routes d'accès vers la Suisse et l'exploitation du sel.

Rivière proche : la Serpentine.

Communes limitrophes

Rose des vents Mièges Molpré Rose des vents
Doye N Longcochon
Rix
O    Nozeroy    E
S
Conte, Gillois La Favière

Histoire

Jean de Chalon choisit un site de hauteur, défendable à proximité de la route du sel, qui de Salins à Jougne permet les échanges commerciaux et culturels entre la Bourgogne et la Suisse et au delà entre la Flandre et l'Italie. Jean de Chalon crée alors en 1262 au centre de son domaine, une forteresse d'où est conduite sa politique et sont administrés ses biens : Nozeroy.

Perché à l'extrémité d'un éperon étroit qui offrait à la fois des facilités de mise en défense et des possibilités d'extension, le château de Nozeroy fut conçu par la famille de Chalon sans doute en même temps que le bourg castral. Attesté en 1261, il remontait probablement au début du XIIIe siècle.

Entièrement reconstruit dans la première moitié du XVe siècle, ce quadrilatère fermé, villégiature et luxueux rendez-vous de chasse, plutôt que site stratégique, nous est connu par les textes de Gilbert Cousin, mais également par divers documents graphiques. Il était l'une des résidences privilégiées des Chalon, Princes d'Orange. Magnifiant sa ville natale, l'illustre secrétaire d'Erasme Gilbert Cousin écrivait : « Il n'y a rien pour moi de plus charmant et de plus illustre que ma patrie. Vous n'avez guère vu de situation plus remarquable et plus agréable que celle de cette ville. Posée sur une colline élevée et aérienne ..., elle n'est pas bien grande ... Mais ... elle l'emporte sur les plus grandes villes de Bourgogne ».

Ce château de magnifique structure, bâti en pierres de taille bien alignées et parfaitement jointes, était défendu par 4 tours très élevées comportant des escaliers à vis de cent marches. L'aile sud-est du château renfermait, au rez-de-chaussée, la salle qui mesurait près de 35 mètres de longueur sur 14 mètres de largeur. Le luxe et l'art y avaient accumulé d'innombrables richesses : tapisseries, orfèvreries, vaisselle d'or et d'argent ... Louis II de Chalon organisa de nombreuses fêtes et reçut d'illustres hôtes comme les Ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, les Princes de Savoie et surtout le dauphin de France Louis XI en 1456. Jardins et vergers d'agrément revêtaient un intérêt majeur si l'on en croit les Gravures de Cousin. C'est pourquoi leur accès fut particulièrement soigné. Selon Cousin, un escalier à vis, plongeant dans les sous-sols, y conduisait qui fut complété par un autre escalier monumental, rampe sur rampe, élevé dans une cage flanquant l'angle formé par la tour sud et l'aile sud-ouest. Il desservait, depuis le rez-de-chaussée, les étages et les jardins.

Le mur de cage est percé au sud d'une porte et d'une petite fenêtre. Les volées, séparées par un mur-noyau dans lequel s'inscrit une main-courante, sont couvertes d'une voûte en berceau. Le premier palier était couvert d'une voûte d'ogives. En avant du mur-noyau, au premier et second niveau conservés, s'engage une colonne dont le chapiteau recevait le voûtement.

Le premier doubleau est décoré de pampres très proches des motifs visibles dans la chapelle des Chalon édifiée vers 1460 dans l'église Saint-Germain de Mièges. Les ogives du premier repos retombaient sur un culot orné de trois visages grimaçants à quatre oeils, présents également sur la façade ouest de l'église de Mièges. Au départ de la main courante, dans le mur-noyau, est sculptée la fameuse « scène des bateliers » : deux personnages debout sur des barques. Les mains courantes sont ornées de petits animaux.

Cet escalier est traditionnellement attribué à Philibert de Chalon et serait donc antérieur à 1530. Un des premiers escaliers rampe-sur-rampe qui serait bien antérieur à celui du palais Grandvelle de Besançon édifié vers 1639 et considéré comme le premier témoin de l'art de la renaissance en Franche-Comté.

Hélas ! Ce merveilleux château fut définitivement abandonné et vidé de son contenu entre 1780 et 1785. La Comtesse de Lauraguais héritière du château aurait utilisé les pierres du château de Nozeroy afin de privilégier son domaine d'Arlay. Pour échapper à l'impôt, elle fait raser le château de Nozeroy au niveau du premier étage et permet aux habitants d'en utiliser les matériaux.

Les superstructures ont été arasées, ensevelissant dans les gravats une bonne partie des sous-sols. Seules subsistèrent en élévation les ruines d'une tour, qu'une lithographie de 1820 montre, émergeant des décombres, mais qui finit par s'effondrer en 1868.

L'incendie terrible du 15 juillet 1815 avait incité les habitants de Nozeroy à venir puiser les pierres pour permettre la reconstruction de leurs maisons.

A la fin du XIXe siècle, le Prince d'Aremberg, alors propriétaire, fit dégager l'extérieur des ruines et aplanir le pourtour pour en faire une promenade publique.

Voici ci-contre ce qu'il en restait au début du XXe siècle. Certains habitants du canton se souviennent avoir joué à cache cache dans les ruines et grimpé les marches de l'escalier d'honneur dans les années 30.

Héraldique

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande d'or, au sapin arraché de sinople brochant sur le tout, à l'ours au naturel rampant à senestre sur le fût de l'arbre.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pascal Ramboz    

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[1])
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
399 416 431 429 416 422 395 399[2] 405
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Activités

On y trouve un hôpital, deux écoles primaires, une gendarmerie, une perception, des artisans et de nombreux petits commerces. La gare TGV de Frasne est à 14 km. Le collège Gilbert Cousin, accueille 173 élèves dans 8 classes. Ses particularités :

  • pôle allemand et bilingue allemand/anglais pour tous les élèves dès la classe de 6e
  • section sportive disciplines nordiques en partenariat avec le Comité départemental de ski du Jura et le Ski-Club du Plateau de Nozeroy.

Les bâtiments, propriété du Conseil général du Jura sont restructurés depuis 2006.

Pour l'année scolaire 2009/2010, plusieurs projets pédagogiques importants sont en place :

  • Aide aux devoirs, méthodologie et ouverture culturelle pour les élèves de 6e.
  • Théâtre pour les classes de 4e : l'élève spectateur et l'élève acteur (partenaires : Anim-Censeau et la compagnie Page 27).
  • Anglais/sports et voyage en Angleterre pour les élèves de 3e.
  • Formation au développement durable et mise en place d'un Agenda 21.

Lieux et monuments

Il y avait bien une gare à Nozeroy, elle est actuellement utilisée pour des services du département. Elle était située sur la ligne des Chemins de fer vicinaux du Jura, de Champagnole à Boujailles jusque au 1er mai 1949.

On peut en suivant le sentier d'interprétation découvrir de nombreux monuments dont certains sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques[3],[4],[5],[6] : les vestiges des remparts, les portes (porte de Nods et Tour de l'Horloge), les ruines du Château, la collégiale Saint-Antoine...

La Porte de l'Horloge devait être restaurée en 2008.

Fêtes

  • Depuis 1986 a lieu, chaque année le quatrième dimanche de juillet, une fête sous le nom « L'assaut des remparts », qui met en avant la culture et les traditions locales.
  • En 2007, du vendredi 29 juin au 2 juillet, la cité a mis à l'honneur Gilbert Cousin né en 1507 à Nozeroy.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nozeroy de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nozeroy — Nozeroy …   Deutsch Wikipedia

  • Nozeroy — País …   Wikipedia Español

  • Nozeroy — Nozeroy …   Wikipedia

  • Nozeroy — (Nozeret, spr. Nosräh), Stadt im Arrondissement Poligny des französischen Departements Jura, an der Serpentine; Schuhmacherei; 1000 Ew.; in der Nähe das Felsenschloß St. Anne …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Canton De Nozeroy — Administration Pays France Région Franche Comté Département Jura Arrondissement Arrondissement de Lons le Saunier Code cantonal 39 20 …   Wikipédia en Français

  • Canton de nozeroy — Administration Pays France Région Franche Comté Département Jura Arrondissement Arrondissement de Lons le Saunier Code cantonal 39 20 …   Wikipédia en Français

  • Canton de Nozeroy — Administration Pays France Région Franche Comté Département Jura Arrondissement Arrondissement de Lons le Saunier …   Wikipédia en Français

  • Kanton Nozeroy — Region Franche Comté Département Jura Arrondissement Lons le Saunier Hauptort Nozeroy Einwohner 3.003 (1. Jan. 2008) …   Deutsch Wikipedia

  • Communauté de communes du Plateau de Nozeroy — Administration Pays France Région Franche Comté Département Jura Code SIREN 243 901 113 …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques du département du Jura — Cet article recense les monuments historiques du Jura, en France. Pour les monuments historiques de la commune de Dole, voir la liste des monuments historiques de Dole Pour les monuments historiques de la commune de Lons le Saunier, voir la liste …   Wikipédia en Français