Nourrice


Nourrice
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nourrice (homonymie).
La Nourrice, Josse-François-Joseph Leriche, d'après Louis Boizot, 1775.

Une nourrice (familièrement appelée nounou) ou assistante maternelle est une femme qui s'occupe contre rémunération d'un ou plusieurs jeunes enfants qui ne sont pas les siens sur une durée limitée dans le temps.

Sommaire

Historique

L'existence des nourrices est attestée depuis l'Antiquité.

Louis XIV et la Dame Longuet de La Giraudière, Charles Beaubrun, vers 1640.

Il était courant de faire appel à une nourrice, si la mère ne pouvait pas, ou ne souhaitait pas allaiter, par exemple en cas de naissances multiples ou de maladie (les morts en couche étant extrêmement fréquentes). Les nourrices étaient soit logées chez leur employeur, soit chez elles, où elles ramenaient l'enfant.

Dans la noblesse, confier l'enfant à une nourrice permettait aussi à la mère d'enfanter de nouveau plus tôt et de s'assurer un héritier. Certaines légendes avançaient aussi que l'allaitement maternel était néfaste pour l'enfant.

Mahomet fut confié à une nourrice conformément à la tradition des familles nobles dont il était issu.

Au Moyen Âge, l'allaitement par nourrice portait le nom d'allaitement mercenaire.

Les enfants allaités par la même nourrice étaient appelés « frères (ou sœurs) de lait » (par opposition aux frères (ou sœurs) « de sang »).

Actuellement

Au Québec, on parle de gardienne d'enfants ou plus officiellement de garde en milieu familial.

En Belgique et en France, les nourrices ont un statut particulier qui s'appelle assistante maternelle et qui nécessite un agrément et une formation spécifique. Une assistante maternelle accueille chez elle ou en regroupement (maison d'assistantes maternelles) de manière non permanente, et moyennant rémunération, un ou plusieurs enfants dont les parents travaillent ou sont à la recherche d'un emploi. C'est en France le mode de garde le plus employé, par choix ou par nécessité mais ce n'est que récemment que cette profession a été organisée dans un cadre statutaire précis.

En France, les assistantes maternelles sont agrées et contrôlées par la Protection maternelle et infantile.

Au Québec

Au Québec, on parle officiellement de "Service de garde en milieu familial"[1], mais le terme de "Gardienne d'enfants" est régulièrement utilisé.

Des "bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial" sont responsables de coordonner, contrôler et soutenir les services de garde éducatifs offerts par les responsables d’un service de garde (RSG) en milieu familial[2].

En France

L'Assistante maternelle est l'un des cinq modes de garde d'enfant subventionné par l'état (voir PAJE).

Statut professionnel

Il est maintenant défini par la loi du 27 juin 2005[3] relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux. Auparavant, il était régit par les lois 77-505 du 17 mai 1977 puis 92-642 du 12 juillet 1992.

Concernant les assistantes maternelles directement employées par les parents, une convention collective nationale[4] a été signée le 1er juillet 2004, un an avant la parution de la dernière loi, ce qui ne paraît pas logique mais traduit l'impatience des intéressés devant la lenteur, et la faible motivation, des acteurs du processus législatif.

Les articles L.421-1 et suivants du code de l'action sociale et de la famille[5] définissent la profession d'« assistant maternel » comme « la personne qui, moyennant rémunération, accueille habituellement et de façon non permanente des mineurs à son domicile ». Cette personne relève de l'emploi à domicile, même si elle travaille chez elle et non pas chez la famille qui l'emploie. Le même article rend obligatoire l'agrément auprès du conseil général.

En revanche, l'agrément n'est pas obligatoire pour une garde d'enfant au domicile des parents.

Évolution

L'intitulé de la loi de 2005 ne rend pas compte d'une réalité : cette profession est essentiellement féminine, c'est celle des "nounous", anciennement "nourrices" ou "gardiennes" (c'est toujours leur nom en Belgique). Elle distingue maintenant nettement 2 professions :

  • les assistant(e)s maternel(le)s, qui accueillent des enfants confiés par leurs parents à la journée, salarié(e)s par eux ou par des organismes privés ou des collectivités territoriales (crèches familiales) ;
  • les assistant(e)s familiaux (familiales), qui accueillent les enfants qui ne peuvent demeurer dans leur propre famille et qui sont placés soit à la demande des parents, soit par décision judiciaire.

Situation dans l'ensemble des dispositifs

La profession d'assistante maternelle s'articule avec les autres pratiques d'Accueil du Jeune Enfant - PAJE.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Drapeau de la France
 v · Accueil du jeune enfant en France
Les instances : Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité | Caisse d’allocations familiales | Protection maternelle et infantile
Les fonctions : Directeur | Éducateur de jeunes enfants | Infirmier en puériculture | Auxiliaire de puériculture
Les projets : Projet d’établissement | Projet éducatif | Projet pédagogique
Structures d’accueil collectif : Crèche | Halte-garderie | Multi-accueil | Jardin d’enfants | Crèche familiale | Micro-crèche
Mode de garde individuel : Assistante maternelle | Garde d’enfant à domicile
Mode de garde mixte : Crèche familiale | Relais d'Assistantes Maternelles

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nourrice de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • nourrice — [ nuris ] n. f. • norrice 1138; bas lat. nutricia, fém. de nutricius « nourricier » I ♦ 1 ♦ Femme qui allaite au sein un enfant en bas âge (⇒ nourrisson), le sien ou celui d une autre. « La véritable nourrice est la mère » (Rousseau). Nourrice… …   Encyclopédie Universelle

  • nourrice — Nourrice. s. f. Femme qui nourrit un enfant en luy donnant à teter. Bonne nourrice. la nourrice du Prince. sa mere nourrice. On dit, Mettre un enfant en nourrice, pour dire, Le donner à une nourrice hors de chez soy, pour le nourrir, Retirer un… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nourrice — (nou ri s ) s. f. 1°   Femme qui allaite l enfant d une autre. •   Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état, LA FONT. Fabl. II, 16. •   C est une fille de ma mère nourrice que j ai mise à la chambre, et elle… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NOURRICE — s. f. Femme qui allaite l enfant d une autre. Bonne nourrice. La nourrice du prince. Sa mère nourrice. Des contes de nourrice.   Il se dit aussi d Une mère qui allaite son propre enfant. Elle a voulu être la nourrice de son dernier né. Elle a été …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • NOURRICE — n. f. Mère qui allaite son enfant. Elle a été la nourrice de tous ses enfants. Il se dit aussi d’une Femme qui allaite l’enfant d’une autre. Le médecin a recommandé une nourrice pour cet enfant. Mettre un enfant en nourrice, Le donner à une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • nourrice (en) — loc.adv. En dépôt chez un confrère (brocante) …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • nourrice — nf. NORSA (Albanais.001, Balme Si., Leschaux), norèssa (Aix), neûrsa (Saxel, SAX.142b32), norsa (Thônes). A1) enf., nounou, bonne d enfant : nana nf., nan nan (001), nâna, nin nin (Genève), néna (Chambéry), R. / r. COD. nyânya. E. : Marraine …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Nourrice du Morvan — Nourrice morvandelle Les nourrices morvandelles ont participé à la renommée du Morvan : les ressources agricoles du massif pouvant difficilement faire vivre ses habitants, ces derniers ont en partie vécu grâce à des apports extérieurs. Les… …   Wikipédia en Français

  • Nourrice sèche — ● Nourrice sèche femme qui élevait un nourrisson sans le nourrir de son lait …   Encyclopédie Universelle

  • Nourrice morvandelle — Les nourrices morvandelles ont participé à la renommée du Morvan : les ressources agricoles du massif pouvant difficilement faire vivre ses habitants, ces derniers ont en partie vécu grâce à des apports extérieurs. Les nourrices morvandelles …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.