Notation Z


Notation Z

La notation Z est un langage de spécification utilisé pour décrire et modéliser les systèmes informatiques.

Sommaire

Historique

La notation Z a été créée par J.R. Abrial. Z est apparu pour la première fois dans un livre, lors de l'édition en 1980 de l'ouvrage de Meyer et Baudouin, Méthodes de programmation, Eyrolles. Il n'existait alors que des notes de Jean-Raymond Abrial, internes à EDF. Elles faisaient suite à l'article qu'il avait publié en 1974, intitulé Data Semantics in Data Base Management (Kimbie, Koffeman, eds, North-Holland, 1974, pp. 1-59).

En 1983, Delobel et Adiba utilisent la notation Z d'origine dans leur livre « Bases de données et systèmes relationnels » (Dunod). Sous le nom de « modèle relationnel binaire », il leur sert à introduire le « modèle relationnel n-aire » de Ted Codd. Une notation graphique utilise ce modèle relationnel binaire, c'est NIAM (Nijssen Information Analysis Method), (H. Habrias, Le modèle relationnel binaire, Eyrolles, 1988) développée au sein de Control Data à Bruxelles.

J.R. Abrial a porté Z au Programming Group d'Oxford en septembre 1987.

J.R. Abrial a abandonné Z pour proposer la Méthode B dans les années 80.

La première norme internationale (ISO) sur Z a été publiée en juillet 2002.

Z en quelques mots

  • Une spécification en Z est un prédicat. La spécification de l'invariant et la spécification des opérations ont la forme d'un prédicat.
  • La spécification est structurée en schémas.
  • Z utilise la théorie naïve des ensembles et la logique des prédicats d'ordre un.

Z par l'exemple

On utilise, quand c'est possible, la notation ASCII de B. On trouvera la correspondance avec la notation B à Méthode B.

Les ensembles de base

[ETUDIANT, GROUPE]

ETUDIANT, et GROUPE sont des types de base (les SETS de B)

Un schéma

Voici ce qu'en Z, on appelle des schémas :


 ______MaPetiteEcole______________
promo : POW (ETUDIANT)
aPourGroupe : ETUDIANT + GROUPE
_________________
promo = dom (aPourGroupe)
_____________________________________

Un schéma a un nom, ici MaPetiteEcole, deux parties :

  • celle du haut est appelée partie « typage ». On y déclare les variables et leur type.
    • Ici, promo appartient à l'ensemble des parties (on dit aussi, ensemble des sous-ensembles) de ETUDIANT.

Rappelons que POW({1, 2}) = { {}, {1}, {2}, {1,2} }

    • ETUDIANT + GROUPE est l'ensemble des fonctions partielles de ETUDIANT vers GROUPE. Ce qui se paraphrase : un étudiant est membre d'au plus un groupe.
    • Quand on passe d'une ligne à l'autre, implicitement on écrit une conjonction.
  • celle du bas est appelée partie « prédicative » (remarquons que la partie haute est aussi constituée de prédicats !...de typage)
    • Ici, on a un prédicat d'égalité qui se paraphrase : l'ensemble des étudiants de la promo est égal au domaine de la fonction aPourGroupe, ce qui en français courant donne : «  tout étudiant de la promo est membre d'un groupe ».

Un schéma d'opération

_____Inscription__________________
Δ MaPetiteEcole
nouvEtud ? : ETUDIANT
gpe ? : GROUPE ________________ nouvEtud ? /: promo
promo' = promo \/ {nouvEtud ? | gpe ?}
_____________________________________

Δ déclare : promo, promo', aPourGroupe, aPourGroupe'. Le prime exprime l'état après l'opération.

Attention !

Vous avez bien lu. Ci-dessus, nous avons écrit = (prédicat d'égalité) et non := (substitution). Un schéma est un prédicat. Le saut de ligne exprime une conjonction (⩓).
Le schéma Inscription donne le prédicat qui doit être respecté par l'opération d'inscription.

Une opération d'interrogation

   ______ChercherGroupe________________ 
Χ MaPetiteEcole
etud ? : ETUDIANT
grpe ! : GROUPE ________________
etud ? : promo
grpe ! : aPourGroupe (etud ?) _______________________________________

Χ déclare : promo, promo', aPourGroupe, aPourGroupe'et les contraintes :
promo = promo'
aPourGroupe' = aPourGroupe

Ce qui signifie qu'on ne veut pas que l'opération d'interrogation modifie l'état des données.

Un schéma va permettre de spécifier un état initial, lequel, comme en B, sert à s'assurer que l'on peut bien avoir un état satisfaisant les contraintes.

Schéma d'initialisation

   ______InitMaPetiteEcole________________
MaPetiteEcole _____________________
promo = { }
aPourGroupe = { } ________________________________________

Un type libre

RAPPORT ::= ok | déjàConnu | nonConnu

RAPPORT est un type libre.

Schémas avec type libre

   ____Succès______________________________
résultat! : RAPPORT ___________________
résultat! = ok ________________________________________
   ____DéjàConnu___________________________
       KHI MaPetiteEcole
etud ? : ETUDIANT
résultat! : RAPPORT _______________________ etud ? : promo
résultat! = déjàConnu ________________________________________

Utilisation du schéma calculus

On va avoir une spécification robuste

   RInscription == (Inscription & Succès) or DéjàConnu

Il y a d'autres opérateurs que le & et le or pour le calcul de schémas.

etc.

Nous avons présenté des schémas fermés. Les déclarations sont locales à ces schémas.

Schémas ouverts

Il existe des schémas ouverts (description axiomatique) qui introduisent une ou plusieurs variables globales et éventuellement spécifient une contraintes sur leurs valeurs.

Exemple :

       carré : NAT  NAT
   _________________
! b: NAT • carré(n) = n * n

La notation Z pour la description des ensembles en compréhension

{...| ...• ...}

On distingue trois parties {déclaration | contrainte • expression }

exemple :

   {x : NAT | pair (x) • x * x} est l'ensemble des carrés des nombres pairs.

Les schémas comme types

On peut prendre un schéma comme type.

Un schéma est alors vu comme l'ensemble des états qui respectent le schéma. Une variable de type schéma peut alors prendre comme valeur un de ces états qui respectent le schéma indiqué comme type de la variable.

Généricité

Exemple

   =====[X, Y] ===================
first : X * Y X
___________________
!x : X ; y : Y • first(x, y) = x _________________________________________

Bibliographie

En français, deux livres sur Z.

  • David Lightfoot, Spécification formelle avec Z, Teknea, ISBN : 2-87717-038-1 traduit par Henri Habrias et Pierre-Marie Delpech (un petit livre d'introduction)
  • J.M. Spivey, La notation Z, Masson, Prentice-Hall, ISBN : 2-225-84367-8 traduit par M. Lemoine (plus complet)

Voyez également


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Notation Z de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • notation — [ nɔtasjɔ̃ ] n. f. • 1531 « décision »; lat. notatio 1 ♦ (1750) Action, manière de noter, de représenter par des symboles; système de symboles. Notation des nombres, notation numérique; notation par lettres. Notation littérale, algébrique, créée… …   Encyclopédie Universelle

  • Notation — ist die Benennung von Gegenständen durch das Festhalten (qualitative und quantitative Repräsentation) von Dingen und Bewegungsverläufen in schriftlicher Form mit vereinbarten symbolischen Zeichen. Das Fehlen einer Notation macht es bisweilen… …   Deutsch Wikipedia

  • Notation — No*ta tion, n. [L. notatio a marking, observing, etymology, fr. notare to mark, nota a mark: cf. F. notation. See 5th {Note}.] 1. The act or practice of recording anything by marks, figures, or characters. [1913 Webster] 2. Any particular system… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • notation — (n.) 1560s, explanation of a term, from M.Fr. notation and directly from L. notationem (nom. notatio) a marking, notation, designation; etymology; shorthand; explanation, noun of action from pp. stem of notare to note (see NOTE (Cf. note) (v.)).… …   Etymology dictionary

  • notation — I noun annotation, chronicle, comment, commentary, entry, footnote, inscription, marginalia, memorandum, minute, note, record, register II index comment, marginalia, memorandum, reminder, symbol …   Law dictionary

  • notation — [n] written remarks characters, chit, code, documentation, figures, jotting, memo, memorandum, note, noting, record, representation, script, signs, symbols, system; concepts 268,284 …   New thesaurus

  • notation — ► NOUN 1) a system of written symbols used to represent numbers, amounts, or elements in a field such as music or mathematics. 2) a note or annotation. DERIVATIVES notate verb notational adjective …   English terms dictionary

  • notation — [nō tā′shən] n. [L notatio < notare, to NOTE] 1. the use of a system of signs or symbols to represent words, phrases, numbers, quantities, etc. 2. any such system of signs or symbols, as in mathematics, chemistry, music, etc. 3. a brief note… …   English World dictionary

  • Notation — The term notation can refer to: Contents 1 Written communication 1.1 Biology and Medicine 1.2 Chemistry 1.3 Dance and movement …   Wikipedia

  • Notation — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Notation », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) La Notation est le fait de représenter, de… …   Wikipédia en Français

  • Notation O — Comparaison asymptotique Pour les articles homonymes, voir Landau. En mathématiques et en informatique, la comparaison asymptotique de deux fonctions (ou de deux suites, etc.) consiste à étudier (le plus souvent au voisinage de l infini) la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.