Makan Dioumassi


Makan Dioumassi
Makan Dioumassi Portail du basket-ball
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de France France
Naissance 21 juillet 1972 (1972-07-21) (39 ans)
à Paris
Taille 1,94 m
Situation en club
Poste Arrière
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1997
1997-2000
2000-2001
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2005
2007-2008
Paris
Saint-Brieuc
Tours
Montpellier
Le Mans
Trieste / Imola
Caja San Fernando Sevilla
Hyères-Toulon
ASVEL
Saba Battery
Sélection en équipe nationale **
1998-2003 Drapeau : France France (62 sél.) 2,4

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Makan Dioumassi, né 21 juillet 1972 à Paris (France), est un joueur de français basket-ball. Connu pour ses qualités de défenseur, il s'est notamment illustré lors du quart de finale aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 en étouffant Steve Nash. Il participe aussi aux Championnat d'Europe à Stockholm en 2003.

Sommaire

Parcours sportif

Makan Dioumassi, ou l’art de la défense


De tous les joueurs de sa génération, il est le seul à être issu des playgrounds. Il est aussi celui qui a fait de la défense non seulement sa marque de fabrique, mais aussi un véritable art, rarement égalé. Connu pour ses qualités athlétiques, Makan Dioumassi, joueur français ayant embrassé une carrière internationale, est salué comme un des meilleurs défenseurs de l’Hexagone et d’Europe de ces dernières décennies. Il a, entre autres, marqué les annales du basket en tenant en échec lors d’un quart de finale mémorable des Jeux Olympiques de Sydney (2000), le canadien Steve Nash.


La décennie française (1989-2000)

Makan Dioumassi a dix-sept ans lorsqu’il est repéré lors d’une rencontre inter-collèges de basket par un recruteur du Racing Club de Paris. Lui qui jusqu’alors pratiquait surtout le football en club (français et américain), ainsi que le tennis et le basket-ball, s’engage dans un cursus « Espoirs » dans le club parisien, en 1989. Il y décroche sa première licence, et y restera deux ans. Deux ans au cours desquels il devient Vice-champion de France « Espoirs » et se qualifie avec son équipe en finale du « Trophée du futur ».

A 19 ans, ne pouvant répondre favorablement à la LCAA qui lui fait du pied, il s’engage à Saint-Brieuc, une équipé réputée pour ses qualités défensives. C’est là qu’il fait la première rencontre qui va changer le cours de sa carrière, en la personne de son entraîneur Yann Lemanach. Ce dernier lui fait quitter sa position de 2-3 et lui apprend le rôle de meneur de jeu. Makan apprend vite les fondements de la défense, et arrivé au départ comme remplaçant, il s’impose très vite comme un joueur majeur et incontournable durant deux années qui resteront comme un tournant dans sa carrière.

En raison d’obligations militaires, Makan Dimouassi part à Tours, en 1994. Il n’y reste qu’une année, mais ce sera l’année de la révélation, celle où il déploie tout son talent, et celle aussi où sa valeur marchande prend un poids considérable Il finit ainsi vice-champion ProB, au terme d’une finale perdue en cinq manches contre l’armada de Besançon. Lors de la finale de la coupe de France qu’il dispute à Tours contre Montpellier, Makan Dioumassi fait la deuxième rencontre décisive de sa carrière : celle d’Alain Weisz, entraîneur du club montpelliérain, qui va devenir, et pour les années à venir, son véritable mentor. Makan Dioumassi le suit à Montpellier où il signe pour deux ans, puis au Mans où Alain Weisz est désormais installé.

Makan Dioumassi y fait trois saisons pleines, occupant le poste de deuxième arrière, mais aussi de capitaine durant deux ans. Sous sa houlette, le club renoue avec la victoire (Equipe de France « Espoirs »). C’est au cours de cette période que l’équipe nationale lui offre sa première sélection, en 2000, pour les Jeux Olympiques de Sydney (voir Carrière en équipe de France).


La parenthèse européenne (2000-2002)

Après les JO, la renommée de Makan Dioumassi, salué comme le meilleur défenseur de l’époque, lui ouvre les portes des clubs européens. Il part d’abord à Trieste, en Italie, mais suite à un malentendu avec l’entraîneur, il intègre le club de Bologne où il finit la saison. C’est l’Espagne, ensuite qui le sollicite : Makan Dioumassi choisit alors Séville, où il part en 2001 jouer sous les ordres de Marco Crespi, et où il participera à la Coupe de Roi.


La folle période Dioumassi et la fin de carrière (2002-2008)

Mais la France lui manque, et Makan Dioumassi revient à Hyères, en 2002. Là, il prend un nouveau tournant, exploitant ses qualités offensives et renouant avec son talent de marqueur invétéré. Il devient alors, très vite, le meilleur marqueur du championnat, permettant au club de Hyères de se hisser dans le peloton de tête. En 2003, il rejoint le club le plus titré de France, l’ASVEL lyonnais. Il signe pour quatre ans, mais ne reste que trois ans, dont deux comme capitaine. Makan Dioumassi prend alors le large et spart en Iran, au club de Saba : il y rafle tous les titres, de champion d’Iran à celui de champion d’Asie en 2008. Une belle fin pour Makan Dioumassi qui raccroche après ce passage iranien et prend alors sa retraite sportive.


Sélections et titres en équipe de France

La première sélection de Makan Dioumassi, c’est pour les Jeux Olympiques de Sydney. Il gagne son ticket d’entrée au terme de plusieurs matchs de qualification où, depuis son poste d’arrière, il fait la démonstration implacable de ses talents de défenseur, muselant par exemple des attaquants comme l’italien Carlton Myers ou l’allemand Topic. Cette maîtrise hors pair de la défense lui vaut d’être qualifié de « maçon » par l’entraîneur, qui fait de lui une fondation essentielle de l’équipe. Lors du mémorable quart de finale contre le Canada, il étouffe littéralement Steve Nash, ce qui lui vaut le titre du Most valuable Player de la rencontre, et ce qui permet à la France de gagner sa place en finale.

De cette équipe française olympique, il est le seul à être appelé pour le championnat d’Europe en Turquie, en 2001. Nouvelle sélection pour les championnats d’Europe, en Suède cette fois, en 2003 : l’équipe de France est alors donnée comme une des meilleures, avec un énorme potentiel. Mais c’est « la grande désillusion » : la France perd en demi-finale contre la Lituanie, et n’arrive même pas à décrocher la médaille de bronze. Ce sera la dernière participation de Makan Dioumassi à une compétition sous les couleurs de la France.


Clubs successifs

Palmarès

En club

En sélection

Sources

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Makan Dioumassi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.