Lucien Fabre


Lucien Fabre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabre.

Lucien Fabre, né le 14 février 1889 à Pampelonne, dans le Tarn, mort en 1952, est un ingénieur et homme de lettres français.

Sommaire

Biographie

Personnage brillant de la Troisième République, industriel et artiste ami intime des poètes Paul Valéry et Léon-Paul Fargue et du violoniste Jacques Thibaud, Lucien Fabre est aujourd'hui largement oublié, sans doute parce que son éclectisme extrême ne correspond plus à la norme actuelle et que son style hermétique le rend difficile à lire. Il présente pourtant de l'intérêt par ses "défauts" mêmes : infatigable homme d'affaires cosmopolite qui sillonnait l'Europe d'avant-guerre dans son avion privé, quittant un conseil d'administration pour rejoindre un salon de littérateurs, il incarne l'image aujourd'hui désuète d'un amateur de haute culture qui savait être un homme d'action dur en affaires et se faire écouter des plus grands dans des domaines très variés qui vont de la science (théories de la relativité) à la poésie en passant par le théâtre, le roman (prix Goncourt 1923), la théologie et l'art de l'ingénieur.

Ce grand bourgeois parisien qui avait fait un mariage doré en épousant une jeune femme issue d'une des familles les plus riches du Champ de Mars à Paris ne perdit jamais le contact avec ses racines languedociennes. Né près de Carmaux dans le Ségala tarnais, il garda toute sa vie une tendresse profonde pour la vie paysanne qui berça son enfance. Plusieurs de ses livres restituent l'atmosphère et le caractère qui règnent dans cette terre austère et pauvre. C'est à Carmaux qu'il rencontra Jean Jaurès qui lui obtint une bourse pour préparer l'École centrale où il entra en 1908. Il garda toute sa vie des liens d'affection et de conviction avec les cercles socialistes et notamment avec Léon Blum. Son attachement à son terroir et la façon dont il a su marier l'éclat et la crudité de la langue d'oc de ses origines avec le raffinement conceptuel du français, prestigieuse langue à vocation universelle dominante à l'époque, font de lui un modèle de régionalisme débarrassé de tout folklorisme naïf qui lui a permis de combiner l'écriture de textes de poésie sophistiqués dans la veine de son maitre Paul Valéry (qui lui avait dédié La dormeuse, un de ses poèmes les plus connus), de traités savants de science et de théologie et des romans extrêmement vivants où le Languedoc natal est dépeint de manière originale et inspirée.

Écrivain

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres
  • Bassesse de Venise, précédé de La Traversée de l'Europe en avion et du légat (1924). En frontispice, portrait de l'auteur par Man Ray gravé sur bois par G. Aubert, Collection Une Œuvre, un Portrait, Gallimard (essai)
  • Le Ciel de l'oiseleur (1934), Gallimard (essai)
  • Connaissance de la déesse (1924), préface de Paul Valéry. En frontispice, portrait de l'auteur par Édouard Vuillard gravé sur bois par G. Aubert, Collection Une Œuvre, un Portrait, Gallimard (poésie)
  • Le Paradis des amants (1931), Collection blanche, Gallimard (roman)
  • Rabevel ou le mal des ardents (1923), trois volumes, Collection blanche, Gallimard (roman)
  • Le Rire et les rieurs (1929), Collection blanche, Gallimard (essai)
  • Le Tarramagnou (1925), Collection blanche, Gallimard (roman)
  • Vanikoro (1925). En frontispice, portrait de l'auteur par Foujita, Collection Une Œuvre, un Portrait, Gallimard (poésie)
  • Jeanne d'Arc (1948), Tallandier
Théâtre
Distinctions

Il est un ami intime et disciple en poésie de Paul Valéry qui a préfacé un de ses ouvrages (Connaissance de la déesse) en développant une analyse, restée célèbre, de la notion de poésie pure. Ce dernier a également préfacé une de ses pièces de théatre qui connut un très grand succès, Dieu est innocent[2], en lui consacrant une étude approfondie.

Physique

Toutefois, avant sa carrière littéraire, Fabre avait publié en 1921 un ouvrage de vulgarisation scientifique, intitulé Les théories d'Einstein : une nouvelle figure du monde. Ce livre, parmi les premiers en langue française sur la relativité, présente les découvertes du physicien ; il comporte une préface d'Albert Einstein. Maurice Solovine (ami et traducteur[3] d'Einstein) s'étonna qu'Einstein ait accordé une préface à Fabre, dont il pensait le plus grand mal, tout comme de son ouvrage. Einstein répondit que le texte faisant office de préface était une lettre de lui achetée à son destinataire par Fabre. Après qu'Einstein a eu contacté l'éditeur, la préface de l'ouvrage fut retirée pour la seconde édition en 1922, mais remplacée par un commentaire désobligeant pour Einstein[4]. Selon d'autres sources, il semble qu'Einstein reprochait essentiellement à Lucien Fabre d'avoir mentionné dans sa préface ses opinions pacifistes à une époque où cela le mettait en danger aux yeux de l'opinion publique allemande. Comme Einstein s'était rétracté devant le danger de ces affirmations qu'il ne souhaitait pas voir divulguer par Lucien Fabre, il est possible qu'Einstein ait chercher à justifier auprès de Solovine la préface qu'il avait vraisemblablement bel et bien accepté de faire pour le livre de Lucien Fabre, mais ce dernier, jeune ingénieur pressé de "réussir", a sans doute voulu profiter de l'aubaine pour donner à la préface plus de poids en y ajoutant des informations politiques dangereuses.

Oeuvres
  • Les théories d'Einstein : une nouvelle figure du monde ; avec une préf. de M. Einstein ; Paris : Payot, 1921 ; Description matérielle ; 242 p.
  • Les Théories d'Einstein : une nouvelle figure du monde ; Nouvelle éd. épurée, accrue de notes liminaires... et de trois notes de MM. Guillaume, Brillouin et Sagnac sur leurs propres idées ; Paris : Payot, 1922 ; 256 p.

Notes et références

  1. evene.fr, Lucien Fabre, Rabevel ou le Mal des ardents
  2. Editions Nagel, 1946
  3. Par exemple pour le livre La relativité (Albert Einstein)
  4. Albert Einstein, Œuvres choisies, tome 4 : Correspondances françaises, (ISBN 978-2020101776)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Lucien Fabre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Fabre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Augustin Fabre (homonymie)  Thierry Fabre  …   Wikipédia en Français

  • Lucien Bonaparte — Lucien Bonaparte, geboren als Luciano Buonaparte, Prince de Canino; eigentlich Luciano Buonaparte (* 21. März 1775 in Ajaccio, Korsika; † 29. Juni 1840 in Viterbo, Italien), war der Drittgeborene der Brüder Bonaparte …   Deutsch Wikipedia

  • Lucien Sève — Lucien Sève, né le 9 décembre 1926 à Chambéry, est un philosophe français. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Lucien Seve — Lucien Sève Lucien Sève (9 décembre 1926 à Chambéry ) est un philosophe français. Son œuvre porte surtout sur l essence humaine et sur la place de la personne. Il a été élève à l École normale supérieure. Il a également été membre du Comité… …   Wikipédia en Français

  • Lucien Milhau — Parlementaire français Date de naissance 25 décembre 1901 Date de décès 20 janvier 1969 Mandat Député 1962 1968 Circonscription Aude Groupe parlementaire …   Wikipédia en Français

  • Lucien Augras — (ou Augras Fabre) (né le 13 août 1912 à La Châtre et mort le 6 août 1989) était un joueur français de rugby à XV. Sommaire 1 Biographie 2 Carrière de joueur 2.1 En club …   Wikipédia en Français

  • Fabre (métro de Montréal) — Pour les articles homonymes, voir Fabre. Station Fabre …   Wikipédia en Français

  • Lucien-L'Allier (métro de Montréal) — Station Lucien L Allier Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Lucien-L'Allier (Montreal Metro) — Montreal Metro Station …   Wikipedia

  • Isidore Lucien Ducasse — Lautréamont (1846 1870) imaginäres Porträt von Félix Vallotton Lautréamont, auch Comte de Lautréamont, Pseudonym für Isidore Lucien Ducasse (* 4. April 1846 in Montevideo, Uruguay; † 24. November 1870 in Paris), war ein französischer …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.