Analyse d'Hyperion

Analyse d'Hypérion

Page de commentaires sur les deux romans de science-fiction de l'auteur américain Dan Simmons intitulés Hypérion et La Chute d'Hypérion. Ces romans sont les deux premiers volets du cycle intitulé Les Cantos d'Hypérion.

Sommaire

Un florilège de références

Space opera aux dimensions cosmiques dans la grande tradition anglo-saxonne, les cantos d'Hypérion constituent un catalogue des âmes et thèmes de la science-fiction[1]. La thématique, hautement référentielle, pioche abondamment dans les soixante années de SF qui l'ont précédé. Dan Simmons connaît ses classiques et, dans le premier volume, chaque personnage lui donne l'occasion d'aborder, non sans humour, un nouvel aspect du genre — SF militaire, cyberpunk, etc.

Le monde d'Hypérion exploite les thèmes bien connus de la conquête spatiale et de ses vagues successives de colonisation, de la cryogénisation des voyageurs dans l'espace, des paradoxes du voyage dans le temps, de l'utilisation des trous noirs pour les déplacements d'un point à un autre de l'univers par téléportation, des autoroutes de l'information et matrices cyberpunk, des simulateurs de réalité virtuelle, du développement autonome des intelligences artificielles, de la création d'androïdes sensitifs, de la re-création d'un personnage historique décédé à partir de ses souvenirs et de ses œuvres, du prolongement médicalement assisté de la vie, du déclin des valeurs spirituelles, morales et culturelles, de la confrontation des humains avec des puissances qui les dépassent, etc. Dan Simmons intègre explicitement à son récit les apports quantiques de Max Planck, informatiques d'Alan Mathison Turing et de Gordon E. Moore, relativistes d'Albert Einstein ou dimensionnels d'Erwin Schrödinger et Werner Heisenberg. Il rend également hommage à Stephen Hawking en faisant de son homonyme romanesque l'inventeur des « moteurs à propulsion Hawking », et en prêtant son nom à un vaisseau spatial qui jouera un rôle majeur à la fin du roman La Chute d'Hypérion.

Si Dan Simmons rend hommage à quelques-uns de ses prestigieux prédécesseurs dans le genre de la science-fiction (comme George Orwell, William Gibson[2], et H. G. Wells[3]), son récit fait également une large place aux écrivains classiques de la littérature anglophone. Il met en scène le poète anglais John Keats - l'auteur du poème Hyperion qui occupe une place de choix tout au long du récit[4]-, et ne manque pas d'évoquer William Shakespeare[5], Jonathan Swift [6], le drame faustien de Christopher Marlowe, le Paradis perdu de John Milton, les poèmes romantiques de William Butler Yeats et la Divine comédie de Dante Alighieri, sans oublier le conte Peter Pan, la légende du Magicien d'Oz[7] ou le poème médiéval anglo-saxon Beowulf. Certains noms, enfin, renvoient à des mondes mythologiques, comme la mythologie grecque avec Martin Silenus ou Mnémosyne, le surnom de Monéta, ou la mythologie nordique avec Yggdrasill, le nom du vaisseau-arbre de Het Masteen. Dan Simmons nourrit donc son œuvre de plusieurs siècles de littérature anglophone, soit pour en imprégner ses personnages[8], soit pour alimenter l'intrigue du roman et lui donner une dimension historique et philosophique, soit pour faire les quelques clins d'œil coutumiers du genre.

Généalogie littéraire d'Hypérion

Par son titre même, le cycle des Cantos d'Hypérion de Dan Simmons revendique un héritage littéraire qui traverse les âges, de l'antiquité grecque au romantisme européen, avec la Théogonie d'Hésiode, le roman épistolaire de l'allemand Friedrich Hölderlin, écrit entre 1797 et 1799, et le poème de l'anglais John Keats, composé en 1818, publié en 1820.

Dans la mythologie grecque, Hypérion est un Titan, le dernier à se battre pour le maintien hégémonique de sa race divine, seconde génération des dieux grecs, ultime et fragile rempart à l'avènement de la troisième génération qui siègera sur le mont Olympe, emmenée par le soleil Apollon sous l'égide de Zeus. Hypérion est donc dès l'origine synonyme de déclin, de chute, il annonce la fin d'un monde, la nécessité de trouver une relève à une génération qui a fait son temps.

À l'époque romantique, le poète allemand Friedrich Hölderlin soustrait la thématique d'Hypérion à son contexte mythologique originel pour la développer comme une réflexion philosophique sur le sens de l'Histoire. En 1797, suite aux bouleversements politiques et aux questionnements philosophiques causés par la Révolution française, le poète allemand prête à son héros Hypérion le rêve d'une nouvelle manière d'être-au-monde, d'une nouvelle humanité. Mais Hypérion se heurte au point de vue d'Alabanda qui envisage un changement de société, non par l'éducation, comme Hypérion, mais par l'usage de la violence. À la mort d'Alabanda, accablé par la tristesse d'espoirs déçus, Hypérion se retire finalement sur l'île de Salamis pour y mener une vie d'ermite.

En 1818, reprenant la thématique mythologique dans un sens symbolique, John Keats développe une profonde réflexion sur la nature de la poésie et la fonction du poète dans un monde moderne en proie à de violents changements. Dans La Chute d'Hypérion et par l'intermédiaire du cybride Johnny Keats 2, Dan Simmons résume ainsi le poème de John Keats : « Le thème est celui de la mort des dieux et de leur difficulté à accepter leur exil. Celui de la souffrance, de la transformation et de l'injustice. Celui du poète, également. Il pensait que c'était le poète qui souffrait le plus de toutes ces injustices. »

Dan Simmons reprend la thématique du déclin dans la souffrance et fait de ses Cantos d'Hypérion un hymne tragique à la fin de l'Humanité. En manière de résumé de la thématique du roman, Martin Silenus, sorte de double romanesque de l'auteur, dit de ses propres Cantos d'Hypérion : « Je réintitulai mon poème Les Chants d'Hypérion. Le sujet n'était pas seulement la planète, mais la fin des Titans qui se faisaient appeler humains. »[9]. Ce sont donc les idées d'une chute inexorable et d'une relève nécessaire qui constituent l'axe narratif majeur des Cantos d'Hypérion, l'ultime question restant bien sûr de savoir qui doit succéder à une humanité moribonde.

Obsessions de John Keats

La fonction du poète, l'écriture et la création poétique jouent un rôle majeur dans les Cantos d'Hypérion de Dan Simmons qui peuvent se lire comme un grandiose hommage au poète anglais John Keats, né en 1795 et décédé en 1821. John Keats est un élément narratif quasi obsessionnel, qui intervient tout au long du roman, de manière formelle ou informelle, de manière explicite ou implicite, par des allusions à sa biographie, par de longues citations tirées de ses poèmes, par des dédicaces en exergue ou par son incarnation romanesque dans deux cybrides crées par les Intelligences artificielles.

D'un point de vue formel, on peut souligner que « Hypérion », le grand poème inachevé de John Keats, prête son titre au premier roman du cycle de Dan Simmons, tandis que « La Chute d'Hypérion », le second roman du cycle, correspond au titre sous lequel John Keats réédita son poème. Par ailleurs, Dan Simmons, qui semble parfaitement connaître la vie et l'œuvre du poète romantique, dédie expressément La Chute d'Hypérion au poète et cite en exergue deux extraits de sa correspondance privée.

Dan Simmons utilise également les personnages historiques de l'entourage de John Keats dans la création des patronymes de ses protagonistes : Leigh Hunt, le conseiller spécial de la Présidente Meina Gladstone, est une allusion directe à l'ami homonyme et premier éditeur de John Keats. Joseph Severn, le nom d'emprunt de Johnny Keats 2, est une allusion explicite au peintre du même nom, grand ami de John Keats, qui le veillera jusqu'à sa mort dans la petite pièce meublée de la Piazza di Spagna à Rome. Enfin, le nom de Brawne Lamia, détective privé et pèlerin du Gritche, est une astucieuse combinaison de « Fanny Brawne », le grand amour du poète anglais, et de « Lamia », un poème écrit par John Keats en 1819.

D'un point de vue narratif, Dan Simmons fait intervenir le poète John Keats et son œuvre de deux manières distinctes : d'abord par le biais du poète Martin Silenus, auteur d'un long poème également intitulé Cantos d'Hypérion et présenté comme un fervent admirateur du poète John Keats, puis sous les traits des deux Johnny Keats, des cybrides créés par les Intelligences Artificielles pour reconstituer la personnalité du poète anglais, ce qui permet au poète d'exister physiquement dans le roman. Martin Silenus et les cybrides mènent dans le roman des réflexions parallèles, mais complémentaires, sur le poète, la poésie et le rôle de la souffrance dans la création littéraire.

Questions fondamentales abordées dans l'œuvre

  • Qu'est-ce qui fait notre humanité ?
  • Comment réagir face à la tentation de l'immortalité ?
  • Que faire de la soif de transcendance de l'âme humaine ?
  • Où chercher Dieu ?
  • Quelle attitude adopter face à la douleur ?
  • Quelle est la condition du poète ?
  • Quel est le pouvoir réel des mots ?
  • Quelles sont les valeurs et les modalités du sacrifice ?
  • De quoi est fait l'univers ?
  • Qu'est-ce que l'évolution ?
  • Qu'est-ce que le libre-arbitre ?
  • Peut-on réconcilier l'Homme et la machine ?
  • Le fini peut-il donner naissance à l'infini ?
  • Les actions humaines sont-elles intégralement modélisables et prédictibles ?
  • D'où viennent nos mythes et nos croyances ?

Problématique des pèlerins

Au fil du récit, confrontés au Gritche qui joue un rôle de catalyseur, les pèlerins prennent toute leur dimension philosophique. Leurs récits de vie impliquent toujours trois plans distincts, mais complémentaires : le plan affectif (avec un objet à l'amour), le plan temporel (avec l'interaction parfois complexe de la triade présent-passé-avenir) et le plan philosophique (avec son questionnement spécifique). Sur ce dernier plan, le dénominateur commun aux problématiques associées à chaque pèlerin, semble être la notion grecque d'ὕϐρις (hubris), fréquemment évoquée au cours du roman par le personnage du poète Martin Silenus. L'ὕϐρις, la « démesure » chez les Grecs, c'est vouloir plus que sa part d'humanité, c'est vouloir participer de la divinité. Le contraire de l'ὕϐρις, et parfois même son châtiment, c'est la Νέμεσις (Némésis), le rappel à la mesure en toutes choses, surnom que se donnera le personnage de Monéta dans La Chute d'Hypérion.

Pour en savoir plus sur les problématiques des personnages, voir l'article : Personnages des Cantos d'Hypérion.

Signification du rêve

Le rêve joue un rôle primordial dans les Cantos d'Hypérion. Dan Simmons n'envisage pas la notion de rêve dans son acception psychanalytique, comme l'accomplissement d'un désir refoulé[10], mais réactive plutôt son sens mythologique tel qu'il est attesté dans l'antiquité : le rêve est un message envoyé par les dieux. Dan Simmons renoue avec cette notion de communication onirique avec une transcendance pour la replacer dans le contexte cybernétique de son roman et, par exemple, donner à une IA de la métasphère la capacité de façonner les rêves des Hommes. Ce n'est sans doute pas un hasard si le rôle de messager des dieux est dévolu au poète, par l'intermédiaire du personnage de Johnny Keats 2. Le poète est « Celui qui précède », celui qui avertit, celui qui prépare l'avènement d'une nouvelle ère de l'humanité.

Le rêve intervient à différents moments-clés du roman (classement chronologique) :

  • Fedmahn Kassad retrouve en rêve son grand amour, Monéta
  • Sol Weintraub rêve du Gritche qui lui demande de sacrifier sa fille
  • Johnny Keats 2 voit en rêve les pèlerins du Gritche par les yeux de Brawne Lamia qui porte en elle la mémoire de Johnny Keats 1
  • Johnny Keats 2 insinue dans l'esprit du père Paul Duré, devenu pape, l'idée de rentrer au plus vite sur Pacem
  • Rachel Weintraub parle en rêve à son père pour lui demander de la sacrifier au Gritche
  • Johnny Keats 2, parvenu dans la métasphère, dit en rêve la vérité sur les raisons de la guerre à la Présidente Meine Gladstone et influence ainsi ses ultimes décisions politiques

Exploitation du fonds judéo-chrétien

L'intrigue et l'univers des Cantos d'Hypérion tirent toute leur substance du fonds judéo-chrétien qui nourrit la civilisation occidentale. Ainsi, Dan Simmons recycle-t-il dans un univers futuriste des thèmes bibliques ou religieux caractéristiques :

  • le postulat de l'existence d'une divinité (dont la preuve sera apportée par les Intelligences artificielles)
  • l'incarnation de la divinité dans un être de chair (dans La Chute d'Hypérion, l'Empathie cherche un corps dans lequel s'incarner)
  • le messianisme ou l'attente d'un sauveur envoyé par la divinité (dans Endymion)
  • la croyance en une inévitable apocalypse d'origine divine punissant l'Homme pour tous ses péchés (thèse défendue dans Hypérion par les Templiers et les adeptes de l'Église gritchèque)
  • la notion de rédemption dans la souffrance (voir le personnage de Martin Silenus et les thèses de l'Église gritchèque)
  • la notion d'amour (caritas) comme fondement de l'univers (avec la notion d'« Espace qui lie » qui fait de l'amour la texture même de l'univers)
  • le symbole de la croix avec le cruciforme (bien que la croix ne soit pas exclusivement un symbole judéo-chrétien et soit bien antérieure à la culture judéo-chrétienne).
  • la notion de trinité (l'empathie étant l'un des aspects de cette trinité).

Élargissant et mettant en perspective ces problématiques, l'auteur américain aborde également le problème du fanatisme et de l'intégrisme religieux (avec les Templiers et l'Église gritchèque) et les possibles manipulations politiques liées aux livres fondateurs des religions dont les origines et les auteurs sont souvent inconnus.

Notes et références

  1. Cf. la citation de Roland C. Wagner, auteur français de science-fiction : Hypérion est un « véritable catalogue des âmes et cycles de la science-fiction »
  2. Dan Simmons fait intervenir le personnage du hacker Cowboy Gibson et en mettant en scène des matrices gibsoniennes (inspirées du roman Neuromancien).
  3. Il est fait allusion aux Morlocks du roman La Machine à explorer le temps.
  4. Soit par le biais de longues citations de ses œuvres, soit par son incarnation symbolique dans les deux cybrides dénommés Johnny Keats
  5. Dan Simmons cite explicitement les pièces Roméo et Juliette et Hamlet.
  6. Les Voyages de Gulliver.
  7. En pénétrant dans la Vallée des Tombeaux du Temps, les pélerins entonneront tous en chœur la chanson « Over the rainbow » tirée du film de Victor Fleming intitulé le Magicien d'Oz.
  8. Le Consul par exemple se vit dans la même situation que le Roméo de Shakespeare, piégé par ses sentiments entre deux « Maisons » ennemies.
  9. Hypérion, vol. I, p. 272.
  10. Voir « L'Interprétation des rêves » de Sigmund Freud
  • Portail de la science-fiction Portail de la science-fiction
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la fantasy et du fantastique Portail de la fantasy et du fantastique
Ce document provient de « Analyse d%27Hyp%C3%A9rion ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Analyse d'Hyperion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Analyse d'Hypérion — Page de commentaires sur les deux romans de science fiction de l auteur américain Dan Simmons intitulés Hypérion et La Chute d Hypérion. Ces romans sont les deux premiers volets du cycle intitulé Les Cantos d Hypérion. Sommaire 1 Un florilège de… …   Wikipédia en Français

  • Personnages d'Hyperion — Personnages d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) sont un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Cantos d'Hypérion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Cantos d'hypérion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Chants d'Hypérion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Personnages des Cantos d'Hypérion — Personnages d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) sont un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • La Chute d'Hyperion — La Chute d Hypérion La Chute d Hypérion Auteur Dan Simmons Genre Roman de science fiction Version originale Titre original The Fall of Hyperion Éditeur original Doubleday Langue originale …   Wikipédia en Français

  • Le Cycle d'Hyperion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Le cycle d'Hypérion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

  • Les Cantos d'Hyperion — Les Cantos d Hypérion Les Cantos d Hypérion (titre original : The Hyperion Cantos) est un cycle de science fiction, écrit par Dan Simmons, qui s inscrit dans la catégorie du space opera. Ce cycle regroupe quatre romans : Hypérion… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”