Imagerie Médicale

Imagerie médicale

50pman medical imaging.svg

L'imagerie médicale est le procédé par lequel un médecin peut examiner l'intérieur du corps d'un patient sans l'opérer. L'imagerie médicale peut être utilisée à des fins cliniques pour l'établissement d'un diagnostic ou pour le traitement de pathologies mais également dans le cadre de travaux de recherche scientifique étudiant la physiologie des êtres vivants.

Sommaire

Histoire de l'imagerie médicale

L'importance que revêt l'imagerie médicale tient d'abord du fait qu'une image est un concentré d'informations bien plus efficaces qu'un texte ou qu'une explication verbale.

On s'en convaincra en évoquant, par exemple, la médecine préhistorique. Dans certains domaines, elle avait atteint un degré d'expertise élevé puisqu'on connaît de nombreux cas de trépanations réussies (certains chercheurs avancent le taux de 60 % !). Des interventions aussi complexes impliquaient, chez les chirurgiens d'alors, des connaissances étendues en matière d'anatomie, physiologie, pathologie, etc. Or on n'a pas relevé, dans l'art préhistorique, de représentations suggérant une pédagogie par l'image de la chirurgie en question. Toute transmission de savoir devait être verbale. Il est facile d'imaginer le temps requis et l'économie qui aurait pu en être faite même avec une iconographie très simple.

[réf. nécessaire]

Le principe de l'imagerie médicale

Le but de l'imagerie médicale est de créer une représentation visuelle intelligible d'une information à caractère médical. Cette problématique s'inscrit plus globalement dans le cadre de l'image scientifique et technique : l'objectif est en effet de pouvoir représenter sous un format relativement simple une grande quantité d'informations issues d'une multitude de mesures acquises selon un mode bien défini.

L'image obtenue peut être traitée informatiquement pour obtenir par exemple :

  • une reconstruction tridimensionnelle d'un organe ou d'un tissu ;
  • un film montrant l'évolution ou les mouvements d'un organe au cours du temps ;
  • une imagerie quantitative qui représente les valeurs mesurées pour certains paramètres biologiques dans un volume donné ;
  • une représentation multimodale recalant plusieurs données au sein d'un même document (contour du cœur et mobilité des parois par exemple).

Dans un sens plus large, le domaine de l'imagerie médicale englobe toutes les techniques permettant de stocker et de manipuler ces informations. Ainsi, il existe une [norme] pour la gestion informatique des données issues de l'imagerie médicale : la norme DICOM.

Les différentes techniques d'imagerie médicale

Suivant les techniques utilisées, les examens d’imagerie médicale permettent d’obtenir des informations sur l’anatomie des organes (leur taille, leur volume, leur localisation, la forme d’une éventuelle lésion, etc.) ou sur leur fonctionnement (leur physiologie, leur métabolisme, etc.). Dans le premier cas on parle d'imagerie structurelle et dans le second d'imagerie fonctionnelle.

Parmi les méthodes d'imagerie structurelles les plus couramment employées en médecine, on peut citer d'une part les méthodes tomographiques basées soit sur les rayons X (radiologie conventionnelle, tomodensitomètre ou CT-scan, angiographie, ...) soit sur la résonance magnétique (IRM), les méthodes échographiques (qui utilisent les ultra-sons), et enfin les méthodes optiques (qui utilisent les rayons lumineux).

Les méthodes d'imagerie fonctionnelles sont aussi très variées. Elles regroupent les techniques de médecine nucléaire (TEP, TEMP) basés sur l'émission de rayons gamma par des traceurs radioactifs qui, après injection, se concentrent dans les régions d'intense activité métabolique, les techniques électrophysiologiques qui mesurent les modifications de l'état électrochimique des tissus (en particulier en lien avec l'activité nerveuse) ou encore les mesures thermographiques.

Ces différents types de techniques sont souvent employés de façon complémentaire parfois même au sein d'un même système d'imagerie qui permet alors des acquisitions multimodales, simultanées ou non.

Les champs magnétiques

  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), utilisant l'effet d'un champ magnétique intense sur le spin des protons. C'est un procédé tomographique, permettant d'obtenir des "coupes virtuelles" du corps suivant trois plans de l'espace (coupe sagittale, coupe coronale et coupe axiale). En fonction des paramètres choisis, l'IRM permet d'obtenir des images très contrastées de certains tissus en fonction de leurs propriétés histologiques. C'est donc un outil particulièrement utilisé en imagerie cérébrale. Les examens IRM sont considérés à ce jour sans risque sur l'organisme. Cependant, tout objet ferromagnétique, sensible au champ magnétique (piercing, pacemaker, certaines prothèses, etc.), est dangereux.
  • La magnétoencéphalographie (MEG) est une technique de mesure des faibles champs magnétiques induits par l'activité électrique des neurones du cerveau. Contrairement à l'IRM, elle ne repose pas sur l'aimantation préalable des tissus. Par conséquent, la présence d'objet magnétique ne pose aucun risque.
  • La magnétocardiographie est une technique très analogue à la précédente qui consiste à mesurer les champs magnétiques induits par l'activité électrique des cellules du muscle cardiaque au niveau du torse. Elle n'est que très peu utilisée.

La radioactivité

Les techniques de scintigraphie nucléaire reposent sur l'utilisation d'un traceur radioactif qui émet des rayonnements détectables par les appareils de mesure. Ces molécules radiopharmaceutiques sont choisies pour se fixer préférentiellement sur certaines cellules selon le type de diagnostic voulu. Un traitement informatique des données permet ensuite de reconstituer l'origine spatiale de ces rayonnements et de déduire les régions du corps où le traceur s'est concentré. L'image obtenue est le plus souvent une projection mais on peut obtenir une coupe ou une reconstruction 3D de la répartition du traceur.

La TEP permet en général d'obtenir des images de meilleure qualité que la TEMP. Toutefois, le nombre et la disponibilité des radiopharmaceutiques utilisables en TEMP ainsi que le coût modéré des gamma caméras compensent ce défaut.

Les rayons X

L'utilisation de rayons X est d'usage courant. Ces rayonnements, comme les rayons gamma sont ionisants et donc dangereux. En particulier, l'irradiation d'une cellule en phase de mitose peut provoquer une mutation de l'ADN et qui peut provoquer l'apparition d'un cancer à terme. Toutefois, grâce aux mesures de radioprotection, le risque inhérent aux examens X est limité autant que possible.

Différents types d'examens utilisent les rayons X :

  • Radiographie, utilisant des rayons X et parfois l'injection de produit de contraste. Les images obtenues sont des projections des organes et des différents systèmes suivant un plan. Généralement, la radiographie est utilisée pour le système osseux car il s'agit du système le plus visible sur une radiographie du corps.
  • Scanner X, tomographie utilisant les rayons X. Les images obtenues sont des coupes millimétriques (ou infra-millimétriques) pouvant être étudiées dans tous les plans de l'espace, ainsi que des images tridimensionnelles.
  • Scanner DEXA mesurant la densité osseuse (ou ostéodensitométrie).

Les ultrasons

  • Échographie, utilisant des ultrasons. L'image obtenue est une coupe de l'organe étudiée. Il peut être associé à un examen doppler analysant la vitesse du sang dans les vaisseaux ou dans les cavités cardiaques ou à une mesure du module de Young par couplage à une vibration de basse fréquence (technique des années 2005) [1].

Les rayons lumineux

Les technologies d'OCT (Optical Coherent Tomography) permettent d'obtenir une image par réalisation d'interférences optiques sous la surface du tissu analysé. Ces interférences sont mesurées par une caméra (OCT plein champ) ou par récepteur dédié (OCT traditionnelle). Ces techniques sont non destructives et sans danger.

  • OCT plein champ. C'est la plus performante des techniques OCT. L'image obtenue est une biopsie optique virtuelle. C'est une technologie en développement qui permet, grâce à sa résolution (1 µm dans les 3 dimensions X, Y, Z) de voir l'organisation cellulaire en 3 dimensions. Les images son réalisées en plan, à la manière de photos prises au dessus du tissu, mais à différentes profondeurs sous la surface du tissu observé. Cette technique utilise une source lumineuse blanche (spectre large).
  • OCT traditionnelle. L'image obtenue est une coupe du tissu étudié. La résolution est de l'ordre de 10 à 15 µm. Cette technologie utilise un laser pour réaliser les images.

Voir aussi

Notes et références

  1. Technique dite d'élastographie transitoire Supersonic Shear Imaging.

Liens externes


  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Imagerie m%C3%A9dicale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Imagerie Médicale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • IMAGERIE MÉDICALE — Depuis dix ans, le phénomène s’affirme. En médecine, l’imagerie est désormais partout. La psychiatrie elle même a vu scanner X ou résonance magnétique révéler des tumeurs là où l’on parlait de démence. Médecine et chirurgie ont changé, et l’on ne …   Encyclopédie Universelle

  • Imagerie medicale — Imagerie médicale L imagerie médicale est le procédé par lequel un médecin peut examiner l intérieur du corps d un patient sans l opérer. L imagerie médicale peut être utilisée à des fins cliniques pour l établissement d un diagnostic ou pour le… …   Wikipédia en Français

  • Imagerie médicale — Symbole de l imagerie médicale L imagerie médicale regroupe les moyens d acquisition et de restitution d images du corps humain à partir de différents phénomènes physiques tels que l absorption des rayons X, la résonance magnétique nucléaire, la… …   Wikipédia en Français

  • Imagerie médicale non invasive — Imagerie médicale L imagerie médicale est le procédé par lequel un médecin peut examiner l intérieur du corps d un patient sans l opérer. L imagerie médicale peut être utilisée à des fins cliniques pour l établissement d un diagnostic ou pour le… …   Wikipédia en Français

  • EOS (Imagerie médicale) — Pour les articles homonymes, voir Éos (homonymie). EOS est un système d imagerie médicale permettant l acquisition d images radiographiques avec une réduction très importante des doses de rayons X rendue possible par un détecteur gazeux inventé… …   Wikipédia en Français

  • Centre d'imagerie médicale d'Abidjan — Le Centre d imagerie médicale d Abidjan est un organisme privé de radiologie et d’imagerie médicale créé à Abidjan le 24 août 2004 sur un espace de 350 m2 et dont les activités ont démarré effectivement le 27 juillet 2006 …   Wikipédia en Français

  • EOS (imagerie médicale) — Pour les articles homonymes, voir Éos (homonymie). EOS est un système d imagerie médicale permettant l acquisition d images radiographiques avec une réduction très importante des doses de rayons X rendue possible par un détecteur gazeux inventé… …   Wikipédia en Français

  • Imagerie Par Résonance Magnétique — Pour les articles homonymes, voir IRM et MRI. L imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) est une technique d imagerie médicale d apparition récente (début des années 1980) permettant d avoir une vue 2D ou 3D d une partie du corps,… …   Wikipédia en Français

  • Imagerie par resonance magnetique — Imagerie par résonance magnétique Pour les articles homonymes, voir IRM et MRI. L imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) est une technique d imagerie médicale d apparition récente (début des années 1980) permettant d avoir une vue 2D… …   Wikipédia en Français

  • Imagerie par résonance magnétique nucléaire — Imagerie par résonance magnétique Pour les articles homonymes, voir IRM et MRI. L imagerie par résonance magnétique nucléaire (IRM) est une technique d imagerie médicale d apparition récente (début des années 1980) permettant d avoir une vue 2D… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”