Grande Ciguë

Grande Ciguë

Grande ciguë

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ciguë .
Comment lire une taxobox
Grande ciguë
 Conium maculatum
Conium maculatum
Classification classique
Règne Plantae
Sous-règne Tracheobionta
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Sous-classe Rosidae
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Conium
Nom binominal
Conium maculatum
L., 1753
Classification phylogénétique
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
 Grande ciguë

Grande ciguë

Wikispecies-logo.svg Retrouvez ce taxon sur Wikispecies

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png
Grande ciguë

La grande ciguë est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Apiacées (Ombellifères). Très toxique, elle était à la base du poison officiel des Athéniens et de la colonie phocéenne de Massilia (Marseille) pour exécuter les condamnés à mort et les « suicides commandés ».

Nom scientifique : Conium maculatum L.

  • Conium est la transcription latine du grec kôneïon, ancien nom de la Ciguë; maculatum, « tacheté », traduit la présence de taches rouges caractéristiques au bas des tiges.

Synonymes : Cicuta major Link

  • Le latin Cicuta est le très ancien nom de la plante, qui a donné « Ciguë » en français.

Noms vernaculaires : Grande ciguë, Ciguë des officines, Ciguë commune, Ciguë de Socrate, Ciguë des anciens, Ciguë tachetée, Mort-aux-Oies.

Sommaire

Description

Plante herbacée élevée, à tiges dressées, pouvant atteindre 1 à 2 m de hauteur.

Les tiges entièrement glabres (sans poils, mais couvertes d'une pruine bleuâtre, détersile), cylindracées, creuses, cannelées, très rameuses, sont tachetées de rouge-pourpre notamment dans la partie inférieure. Elles se prolongent par une racine principale pivotante. La tige ne se développe que lors de la deuxième année de croissance à partir de la racine principale en forme de carotte grêle blanchâtre, donnant quatre rangées de racines secondaires.

Les feuilles sont alternes, molles, à limbe grossièrement triangulaire, très découpées et divisées (composées deux ou trois fois). Elles atteignent jusqu'à 50 cm de longueur sur 40 de large. Leur pétiole est creux et tacheté.

Les fleurs, qui n'apparaissent généralement que la seconde année, sont petites, blanches, longuement pédiculées et groupées en ombelles, composées de 10 à 20 rayons d'ombellules d'inégale longueur (15-30cm).

Les fruits sont des diakènes de 3 mm sur 2 mm, ovoïdes à sphériques, munis de dix côtes longitudinales saillantes.

La plante tout entière dégage une odeur désagréable, rappelant l'urine de souris ou de chat, surtout quand on la froisse.

Distribution

Cette espèce est spontanée dans toutes les régions tempérées de l'Eurasie, en Afrique du Nord et dans le sous-continent indien.

La plante pousse dans les endroits frais, les haies et les friches, au bord des chemins et des cours d'eau.

Propriétés et utilisations

La plante contient dans toutes ses parties, notamment les fruits, au moins cinq alcaloïdes violemment toxiques, avec principalement la conine (encore appelée coniine, conicine ou cicutine) et la γ-conicéine. Leur teneur en fonction de la localisation (variant sensiblement selon la maturation et les conditions climatiques) est la suivante :

  • fruits verts : 0,73-0,98 %
  • fruits mûrs : 0,50 %
  • fleurs : 0,09-0,24 %
  • feuilles : 0,03-0,18 %
  • tiges : 0,01-0,08 %
  • racines : 0,05 %

Quelques grammes de fruits verts suffiraient théoriquement à provoquer la mort d'un être humain (les ruminants et les oiseaux semblent être réfractaires, le cheval et l'âne y sont peu sensibles, mais elle est donnée comme poison violent pour les bovins, les lapins et les carnivores).

Chez l'homme, l'ingestion de ciguë provoque dans l'heure qui suit des troubles digestifs (surtout quand la racine est utilisée), des vertiges et céphalées, puis des paresthésies, une diminution de la force musculaire, et enfin une paralysie ascendante. Des convulsions et des rhabdomyolyses ont été rapportées, suivies d'insuffisance rénale pouvant entraîner la mort. Par contre, la mort par « paralysie respiratoire », relatée et relayée depuis la scène de Socrate, n'a pas encore été attestée par la toxicologie moderne pour la ciguë isolée, d'où l'hypothèse d'un mélange probable de ciguë, de datura et d'opium dans le poison de la Grèce antique (voir les excellentes observations du Phédon de Platon, ci-dessous).

Lors de rares intoxications accidentelles, on a parfois invoqué une confusion possible de sa racine avec le panais, le céleri, le navet, et même de la plantule avec le persil, mais le risque apparaît bien maigre en raison de la grande différence de taille, l'odeur nettement désagréable (le persil a une odeur agréable caractéristique) et les taches rouges sur les tiges, toujours absentes chez le persil.

Autrefois longtemps administrée par voie interne ou externe par de nombreux médecins, elle a été utilisée pour presque toutes les maladies, en phytothérapie comme en homéopathie. De récentes recherches en Ontario (Canada) tendent à présenter la grande ciguë comme la « limousine » des médications anticancéreuses.

Phédon : Récit de la mort de Socrate

Le philosophe grec Socrate fut condamné à mort par ingestion d'une solution à base de ciguë en 399 av. J.-C.. Malade, Platon n'ayant pu assister aux derniers instants de son maître, a reconstitué la célèbre scène dans Phédon, d'après le récit de plusieurs disciples. Voici le passage décrivant les symptômes :

« Après avoir marché, il dit que ses jambes s'alourdissaient et se coucha sur le dos, comme l'homme le lui avait recommandé. Celui qui lui avait donné le poison, le tâtant de la main, examinait de temps à autre ses pieds et ses jambes; ensuite, lui ayant fortement pincé le pied, il lui demanda s'il sentait quelque chose. Socrate répondit que non. Il lui pinça ensuite le bas des jambes et, portant les mains plus haut, il nous faisait voir ainsi que le corps se glaçait et se raidissait. En le touchant encore, il déclara que quand le froid aurait gagné le cœur, Socrate s'en irait. Déjà la région du bas-ventre était à peu près refroidie lorsque, levant son voile, car il s'était voilé la tête, Socrate dit, et ce fut sa dernière parole : « Criton, nous devons un coq à Asclepios; payez-le, ne l'oubliez-pas. —Oui, ce sera fait, dit Criton, mais vois si tu as quelque autre chose à nous dire. » A cette question il ne répondit plus; mais quelques instants après il eut un sursaut. L'homme le découvrit : il avait les yeux fixes. En voyant cela, Criton lui ferma la bouche et les yeux. »

— Phédon, Editions Garnier Frères, Paris, 1965

Ce récit nous apprend aussi que la préparation était réalisée extemporanément, en quantité précise pour « une dose mortelle », et devait être bue jusqu'à la dernière goutte. Le condamné devait marcher après avoir bu afin de favoriser la diffusion rapide des toxines dans l'organisme. Les spasmes, les yeux exorbités et le faciès tragique des intoxiqués par la ciguë ne correspondent pas à l'état d'inconscience et de sérénité de Socrate dans le récit. Pour cette raison, on a avancé l'hypothèse que la boisson létale des Grecs contenait d'autres poisons comme le datura pour en renforcer la toxicité, et de l'opium pour en diminuer la conscience et neutraliser les convulsions.

Liens externes

  • Portail de la botanique Portail de la botanique
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
Ce document provient de « Grande cigu%C3%AB ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Grande Ciguë de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Grande cigue — Grande ciguë Pour les articles homonymes, voir Ciguë …   Wikipédia en Français

  • Grande ciguë — Pour les articles homonymes, voir Ciguë . Grande ciguë …   Wikipédia en Français

  • CIGUË — Prototype de la plante vénéneuse, non seulement dans une famille ambiguë où les meilleures condimentaires et des potagères de première importance ont souvent leurs sosies toxiques, mais aussi dans toute l’étendue de la flore d’Europe, la grande… …   Encyclopédie Universelle

  • Cigue — Ciguë Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Ciguë est le nom donné à plusieurs espèces de plantes de la famille des Apiacées : grande ciguë ou ciguë tachetée (Conium maculatum L.), la… …   Wikipédia en Français

  • Cigüe — Ciguë Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Ciguë est le nom donné à plusieurs espèces de plantes de la famille des Apiacées : grande ciguë ou ciguë tachetée (Conium maculatum L.), la… …   Wikipédia en Français

  • Ciguë — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Ciguë est le nom donné à plusieurs espèces de plantes de la famille des Apiacées : grande ciguë ou ciguë tachetée (Conium maculatum L.), qui aurait… …   Wikipédia en Français

  • CIGUË — n. f. Genre de plantes de la famille des Ombellifères dont quelques espèces sont très vénéneuses. La grande ciguë, La principale espèce de ce genre. La petite ciguë ou Faux persil, La ciguë des jardins. Il se dit aussi du Poison extrait de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ciguë — (si gue) s. f. 1°   Plante vivace de la famille des ombellifères et dont le nom est attribué à trois plantes ombellifères qu il importe de distinguer : la ciguë vireuse (cicuta virosa, L.) ; la ciguë proprement dite ou grande ciguë (conium… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CIGUË — s. f. Genre de plantes ombellifères, dont une espèce, la Grande ciguë, est très vénéneuse.  Il se dit aussi Du poison extrait de la grande ciguë, dont les Athéniens se servaient pour donner la mort à ceux que l aréopage avait condamnés. Socrate… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • grande — ● grand, grande adjectif (latin grandis) Indique une dimension relative en étendue, en hauteur ou en longueur : C est un jardin grand comme un mouchoir de poche. Dont les dimensions dépassent la moyenne de sa catégorie : Une grande maison. Un… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.