Adhémar de Beynac
Blason des Beynac.

Adhémar de Beynac, ou Adémar de Bénac, est un seigneur français né vers 1120, dans le Périgord noir et mort en 1194, peut-être en son château de Beynac.

Adhémar de Beynac, accompagne le roi Louis le Jeune, qui est aussi duc d’Aquitaine, à la seconde croisade, entre 1145 et 1167[1]. Il a ses armes au Musée de Versailles, dans la première des salles des croisades[2].

Sommaire

Sa famille

De Beynac (qu'on trouve aussi écrit Baynac, ou Bainac), ancienne et illustre maison du Périgord noir, qui tire son nom et son origine du château de Beynac, situé au sommet d'un rocher escarpé, au pied duquel coule la rivière de Dordogne.

Le seigneur de Beynac prend le titre de premier baron du Périgord, concurremment avec les barons de Bourdeille, de Binon et de Mareuil, chacun d'eux se disputant la préséance et se disant le premier[3].

Cette maison est illustre et puissante dès les temps les plus reculés. Elle prouve une filiation non interrompue, depuis Mainard de Beynac, qui fait, avec Alpaïs, sa femme, fille de Gérard III de Gourdon et d'une autre Alpaïs, plusieurs donations, l'an 1115, à Robert d'Arbrissel, fondateur de la célèbre abbaye de Fontevraud ; et en 1116, à Géraud de Salles, fondateur de celle de Cadouin. Le nombre et l'importance des objets donnés, donnent une haute idée de l'opulence et de la puissance du donateur. Mainard de Beynac a de son mariage trois fils[4].

Biographie

Cloître de l'abbaye de Cadouin.jpg

Adhémar de Beynac, est l'aîné de ses fils. Chevalier, il se croise pour la Terre-Sainte l'an 1147. Pour fournir aux frais de ce voyage, il vend à l'abbé de Cadouin, les terres qu'il a à Auriole, pour le prix de douze cents sols, monnaie de Cahors, et cent sols, monnaie de Périgord. Il rend, avant de partir, une ordonnance, de l'avis de ses chevaliers, par laquelle il condamne à être pendu quiconque ferait quelque invasion sur les propriétés de l'abbaye de Cadoin. Il déclare de plus, que si un de ses chevaliers, ou leurs fils, demeurant en la châtellenie de Bigaroque, exercent sur les chemins, des violences contre les religieux de cette abbaye, ils lui paieraient une amende de cinq sels pour quatre écus, et de double à l'abbaye, sous peine d'avoir une oreille coupée[5].

Adhémar de Beynac ne semble pas être resté en Terre Sainte jusqu'en 1188, comme son frère[6]. Guillaume de Cugnac, IIe du nom, chevalier, en 1167 est témoin, avec Adémar de Beynac, des dons faits à l'abbaye de Cadoin par Guillaume et Aimeric de Biron, frères, du consentement d'Aibolène leur mère. Il assiste, le même jour, à la donation que fait Adhémar de Beynac à cette abbaye[7]. Il vit encore en 1189. Marsebilie, sa femme, est sœur de Rudel, comte de Périgord[8]. A son retour des croisades, le premier baron de Beynac, son père, étant décédé, c'est Adhémar de Beynac qui prend le château en main.

Les deux frères accompagnent le roi Louis le Jeune, qui est aussi duc d’Aquitaine, à la croisade.

En 1194, de retour de captivité après dix ans d'absence, le roi Richard Cœur de Lion constate qu'en Aquitaine, grâce à la vigilance d'un de ses plus fidèle compagnons, Mercadier, ses châteaux et territoires ont conservé leur intégrité. Afin de remercier Mercadier de sa fidélité, Richard lui offre le château de Beynac dont il s'empare de manière autoritaire après la mort de son propriétaire, Adhémar de Beynac, qui ne laisse derrière lui aucun héritier direct. Le présent profitera cependant très peu à Mercadier, qui sera assassiné à Bordeaux en 1200. Les neveux d'Adhémar de Beynac pourront alors récupérer le château, qui continuera d'appartenir à cette famille jusqu'au XVIIIe siècle[9].

Adhémar a servi en partie de modèle pour le personnage de Bos de Bénac, héros de plusieurs légendes à peu près similaires sur le fond, qui ont cours en Bigorre, dans les Landes et le Périgord.

Son frère, Pons de Beynac, Ier du nom, baron de Beynac, chevalier, accompagne lui-aussi le roi Louis le Jeune, à la croisade de 1147 et fait, avant son départ, et après son retour, diverses donations à l'abbaye de Cadoin. Il a de Gaillarde, sa femme, plusieurs enfants[4].

Notes et références

  1. Cartulaire de Cadouin
  2. Bulletin, Par Société archéologique et historique du Limousin, Publié par Societe archeologique et historique du limousin, 1899, t.47, p.79 et Michel Smaniotto: Les sgr de Beynac et de Commarques XI°-XVIIIe siècles
  3. Dictionnaire universel de la noblesse de France, Par Jean Baptiste P. Jullien de Courcelles, Publié par Au Bureau général de la noblesse de France, 1821, p.71 et Michel Smaniotto: Les sgr de Beynac et de Commarques XI°-XVIIIe siècles.
  4. a et b Dictionnaire universel de la noblesse de France, Par Jean Baptiste P. Jullien de Courcelles, Publié par Au Bureau général de la noblesse de France, 1821, p.71.
  5. Dictionnaire universel de la noblesse de France, Par Jean Baptiste P. Jullien de Courcelles, Publié par Au Bureau général de la noblesse de France, 1821, p.71 et Galeries historiques du palais de Versailles, Par Charles Gavard, Versailles palais, 1844, p.74 et Michel Smaniotto: Les sgr de Beynac et de Commarques XI°-XVIIIe siècles
  6. Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, Par Société archéologique et historique du Limousin, Limoges, Publié par A.Bontemps., 1899, v.47, p.79.
  7. Nobiliaire Universel, 1820, p.168. Copie de l'exemplaire Université d'Oxford.
  8. Dictionnaire universel de la noblesse de France, Par Jean Baptiste P. Jullien de Courcelles, Publié par Au Bureau général de la noblesse de France, 1821, p.71 et Galeries historiques du palais de Versailles, Par Charles Gavard, Versailles palais, 1844, p.74.
  9. "Adhémar+de+Beynac"+croisade&hl=fr&ct=clnk&cd=13&gl=fr Beynac et Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, Par Société historique et archéologique du Périgord, Publié par Imp. Joucla., 1884, 11, p.480.

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adhémar de Beynac de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chateau de Beynac — Château de Beynac Château de Beynac Le château de Beynac Présentation Période ou style Château médiéval Début construction …   Wikipédia en Français

  • Château De Beynac — Le château de Beynac Présentation Période ou style Château médiéval Début construction …   Wikipédia en Français

  • Château de beynac — Le château de Beynac Présentation Période ou style Château médiéval Début construction …   Wikipédia en Français

  • Château de Beynac — Le château de Beynac Période ou style Château médiéval Début construction XIIe siècle Propriétaire initial …   Wikipédia en Français

  • Castillo de Beynac — Castillo de Beynac. El castillo de Beynac se encuentra situado en la comuna francesa de Beynac et Cazenac, en el departamento de Dordoña y más concretamente en el Périgord negro, en Francia. Se trata de una construcción medieval, austera,… …   Wikipedia Español

  • Château de Beynac — The Château de Beynac is a castle situated in the commune of Beynac et Cazenac, in the Dordogne département of France. The castle is one of the best preserved and best known in the region. This Middle Ages construction, with its austere… …   Wikipedia

  • Château de Beynac (Beynac-et-Cazenac) — Château de Beynac Château de Beynac Le château de Beynac Présentation Période ou style Château médiéval Début construction …   Wikipédia en Français

  • Gérard III de Gourdon — Géraud III de Gourdon Blason des Gourdon. Géraud ou Gérard III de Gourdon est né 1068, dans le Quercy et est mort en 1112[1]. Il semble ne pas être enterré dans l église de Saint Mar …   Wikipédia en Français

  • Géraud III de Gourdon — Blason des Gourdon. Géraud ou Gérard III de Gourdon est né 1068, dans le Quercy et est mort en 1112[1]. Il semble ne pas être enterré dans l église de Saint Martin Labouval, fondée par son fils et où celui ci …   Wikipédia en Français

  • Bos de Bénac — dans le désert, illustration de Gustave Doré dans Voyage aux eaux des Pyrénées d Hippolyte Taine (1855) Bos de Bénac est un personnage historique de la Bigorre, et aussi le héros de plusieurs légendes à peu près similaires sur le fond, qui ont eu …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”