0 de conduite


0 de conduite

Zéro de conduite

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Zéro de conduite (groupe)
Zéro de conduite
Titre original Zéro de conduite : Jeunes diables au collège
Réalisation Jean Vigo
Acteurs principaux Jean Dasté
Robert le Flon
Scénario Jean Vigo
Musique Maurice Jaubert
Photographie Boris Kaufman
Production Jean Vigo
Société de distribution Gaumont
Durée 41 min.
Sortie 7 avril 1933
Langue(s) originale(s) français
Pays d’origine France France

Zéro de conduite est un film français de Jean Vigo, sorti en 1933.

Sommaire

Synopsis

La vie dans un collège, avec ses chahuts et ses… collégiens turbulents.

Résumé

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Les vacances se terminent et il est temps pour quelques garçons de revenir au collège, un lieu sans joie où les professeurs, des adultes obtus, leur infligent des punitions sévères et les privent de liberté et de créativité. Quatre d'entre eux, punis avec un « zéro » de conduite, décident de se rebeller, avec la complicité d'un nouveau surveillant, Huguet (Jean Dasté), plus proche de la mentalité des jeunes que de celle, rigide, des autres adultes.

C'est ainsi que se déchaîne une bataille le jour de la fête du collège, les adultes ont le dessous et les garçons peuvent courir sur les toits, enfin libres.

Le début du récit de Vigo souligne l'insouciance joyeuse de l'enfance : le train qui ramène deux garçons à l'école après les vacances est le théâtre de leurs farces. À la gare se profile la sévérité du collège qui accueille les garçons alignés en file par deux, mais également la figure extravagante du nouveau surveillant, Huguet. Le dortoir nous montre au premier plan les figures de trois plus jeunes des protagonistes (Caussat, Colin et Briel) soumis aux punitions du « censeur ». C'est lors de la récréation que commence le complot des trois, apparemment protégés par l'adulte Huguet, lequel, après avoir imité le célèbre Charlot, se montrera même capable de faire le poirier sur le bureau au milieu des garçons enthousiastes, ce à quoi met fin l'entrée de l'autre surveillant ; celui-ci, dont la façon n'est pas du tout la même, punira plus tard les garçons avec l'habituel zéro de conduite et l'interdiction de sortir le dimanche. La présentation du directeur du collège est un des instants les plus amusants du film ; il arrive alors que les garçons sont sur le point de sortir en compagnie du jeune maître qui, les ayant laissés seuls, se promène l'air distrait et fait la cour à une dame. Un autre personnage grotesque dans le corps enseignant est « Cornacchia », surpris à voler aux garçons leurs desserts et puni par eux-mêmes qui se servent de colle. La nourriture du collège déchaîne une réaction désordonnée et railleuse. Les attentions équivoques du professeur de sciences provoquent une violente réaction verbale (« Y a la merde », anagramme du pseudonyme du père de Vigo) de l'autre tout jeune protagoniste (Tabart), présenté depuis la scène de la gare avec des traits délicats et efféminés, et qui ainsi est définitivement accepté par les trois rebelles. L'action touche à son sommet : à l'occasion de la fête de l'école les quatre garçons organisent une révolte, au cours de laquelle des mannequins et des exhibitions dignes d'un cirque soulignent de façon expressive l'impasse d'un pouvoir définitivement mis au pilori, et les enfants s'enfuient sur les toits, vers les cieux sereins garants d'une nouvelle liberté.

Fiche technique

Distribution

  • Jean Dasté : le surveillant Huguet
  • Robert Le Flon : le surveillant Parrain, dit Pète-sec
  • Delphin : le principal
  • Du Verron "Blanchar" : le surveillant-général, dit Bec-de-gaz
  • Louis Lefebvre : l'élève Caussat
  • Léon Larive : le professeur de chimie
  • Gilbert Pruchon : l'élève Colin
  • Émile : Madame Colin, dite Mère Haricot
  • Gérard de Bédarieux : l'élève Tabard
  • Louis de Gonzague-Frick : Frick, le préfet
  • Constantin Goldstein-Kehler : l'élève Bruel
  • Henri Storck : le curé
  • Michèle Fayard : la fille du gardien
  • Félix Labisse : le premier pompier
  • Albert Riéra : un veilleur de nuit
  • Georges Patin : le deuxième pompier
  • Raphaël Diligent : le troisième pompier
  • Georges Vakalo : le quatrième pompier
  • Louis Berger : Le correspondant
  • Georges Berger : le gardien
  • Natale Bencini : un acrobate
  • Leonello Bencini : un acrobate
  • Georges Belmer : un enfant
  • Émile Boulez : un enfant
  • Maurice Cariel : un enfant
  • Jean-Pierre Dumesnil : un enfant
  • Igor Goldfarb : un enfant
  • Lucien Lincks : un enfant
  • Charles Michiels : un enfant
  • Roger Porte : un enfant
  • Jacques Poulin : un enfant
  • Pierre Regnoux : un enfant
  • Ali Ronchy : un enfant
  • Georges Rougette : un enfant
  • André Thille : un enfant
  • Pierre Tridon : un enfant
  • Paul Vilhem : un enfant

Autour du film

Jean Vigo s'est inspiré de ses propres souvenirs personnels pour éblouir notre regard d'inventions visuelles. Le film a été interdit de projection pendant douze ans, jusqu'en 1945.

Censure

Ce film a été tourné en 1932 par Jean Vigo dans le collège de Saint-Cloud où il passa lui-même une partie de sa scolarité. L'institution scolaire y apparaît répressive et fermée. Le film est jugé "antifrançais" et, sous la pression des Pères de famille organisés, il n'obtient son visa d'exploitation qu'en 1945, après la Libération.

Lien externe

  • Portail du cinéma français Portail du cinéma français
Ce document provient de « Z%C3%A9ro de conduite ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 0 de conduite de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • conduite — [ kɔ̃dɥit ] n. f. • XIIIe; de conduire 1 ♦ Action de conduire qqn ou qqch., de guider; son résultat. ⇒ accompagnement, direction. Être chargé de la conduite d un aveugle. Sous la conduite de qqn. Fam. Faire la conduite à un ami. ⇒ accompagner. Je …   Encyclopédie Universelle

  • conduite — CONDUITE. s. f. Action de conduire, de mener, de guider quelqu un. Être chargé de la conduite d un aveugle, de la conduite d un convoi. La conduite d un troupeau. f♛/b] On dit, qu Un tel est chargé de la conduite d un Ambassadeur, Quand il est… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • conduite — Conduite. s. f. Action par laquelle on conduit. Il a toute l estenduë de son verbe. La conduite d un aveugle, des voyageurs, du troupeau, d un ouvrage, d un bastiment, d un dessein, d un travail. la conduite d un Poëme &c. la conduite d une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Conduite De Nuit — La conduite de nuit est l ensemble des règles particulières à appliquer lors de la conduite d un véhicule dans l obscurité ou plus exactement quand la luminosité du jour diminue de façon significative réduisant la vision du conducteur et des… …   Wikipédia en Français

  • Conduite En Hiver — La conduite en hiver est l ensemble des règles particulières à appliquer lors de la conduite d un véhicule par un temps hivernal (froid, neige, brouillard, verglas...). Les principales difficultés de ce mode de conduite sont dues à la diminution… …   Wikipédia en Français

  • conduite — Conduite, Ductus, Deductio, Auspicium. Conduite ou maniément de quelque chose, Tractatus. Conduite de l esprit, Inductio animi. Faire quelque chose par la conduite d un autre, Ductu alterius aliquid facere. Cette guerre se fait sous sa conduite… …   Thresor de la langue françoyse

  • Conduite Lumière — Dans le monde du spectacle, la conduite lumière est, la liste chronologique des effets à mettre en œuvre par le régisseur lumières suite à la création effectuée par l éclairagiste. Cette conduite lumière consigne les effets détaillés par acte,… …   Wikipédia en Français

  • Conduite Motrice — La conduite motrice renvoie à l’ensemble des manifestations patentes du comportement (activité du sujet). C’est le comportement moteur porteur de signification. Elle est donc directement observable. Cette expression de « conduite… …   Wikipédia en Français

  • Conduite lumiere — Conduite lumière Dans le monde du spectacle, la conduite lumière est, la liste chronologique des effets à mettre en œuvre par le régisseur lumières suite à la création effectuée par l éclairagiste. Cette conduite lumière consigne les effets… …   Wikipédia en Français

  • Conduite des écoles chrétiennes — est un ouvrage de pédagogie écrit par Jean Baptiste de La Salle paru en 1704. Il constitue l ouvrage de référence des Frères des Écoles chrétiennes, celui qui établit leur méthode d enseignement, il servira de base à l organisation de l… …   Wikipédia en Français

  • Conduite Hydraulique — Conduites hydrauliques Généralités Les conduites hydrauliques sont de formes, dimensions et fonctions variées : selon la nature du contenu, eaux usées, eaux pluviales, autres fluides... et de l écoulement du fluide, en charge (sous pression) …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.