Daimyo
Un daimyo en visite d'État

Daimyo ou Daïmio[1] (大名, daimyō?, signifie littéralement « grand nom ») est un titre de kazoku, c'est-à-dire de noblesse japonaise.

Les daimyos étaient les plus puissants gouverneurs féodaux au Japon, entre le XIIe siècle et le XIXe siècle.

Histoire

Des prestigieux Shugo (Gouverneurs de province) de la période Muromachi, en passant par la période Sengoku, jusqu'aux daimyos de la période Edo, ce titre aura une histoire longue et variée.

Avant la période Muromachi cependant, on utilisait plus volontiers le titre de myōden (名田) pour désigner les grands propriétaires de domaines. Ceux-ci étaient alors divisés en kokushu (国主, gouvernant au moins une province), ryōshu (領主, gouvernant un territoire moins important) et jōshu (城主, gouverneurs de châteaux). Ces daimyos se livrèrent des guerres incessantes dans le but d'agrandir leurs territoires. Au XVe siècle, à la faveur des troubles qui agitaient le pays, de nombreux shugo (守護) s'approprièrent des terres et prirent le titre de shugo-daimyō (守護大名), construisant des châteaux pour se défendre contre les visées expansionnistes de leurs voisins. Ils ne furent pacifiés qu'après la bataille de Sekigahara en 1600.


À l'époque d'Edo, le terme de daimyo était appliqué à environ deux cents princes ou grands seigneurs de domaines dont le revenu annuel égalait ou dépassait dix mille koku de riz. Ceux qui avait un revenu moindre était qualifiés de shōmyō (小名, « petit nom »).

Les daimyos appartenaient à plusieurs catégories :

  • les shimpan-daimyō (新藩大名), appartenant à la famille de Tokugawa
  • les fudai-daimyō (譜代大名), attachés personnellement au shogun Tokugawa
  • les tozama-daimyō (外様大名 ou daimyo « extérieur »), ralliés au bakufu


Les daimyos, bien qu'ayant une certaine autonomie, étaient néanmoins assujettis à des règles particulières, la plupart codifiées dans le Buke Shohatto, et devaient suivre la loi des maisons guerrières (武家, buke). Ils devaient, entre autres obligations, entretenir à Edo une résidence, y demeurer une année sur deux (ou six mois par an) et y laisser en otage leur famille et des vassaux. Le voyage du daimyo allant rendre hommage à son shōgun à Edo s'appelait le daimyō-gyōretsu (大名行列), c’est-à-dire la « procession des seigneurs ».

À partir de 1639, ils n'eurent plus la permission de construire châteaux et navires de haute mer, et durent veiller à ce que le christianisme fût interdit sur leurs territoires. Lors de la Restauration Meiji en 1868, certains daimyos furent nommés gouverneurs de leurs provinces (alors appelées 藩, han), mais en 1871, tous les han furent abolis et le territoire du Japon divisé en préfectures (県, ken). Les anciens daimyos furent alors pensionnés par le gouvernement et obligés de résider à Tōkyō.

Quelques familles de daimyo connues : les Date, les Hermitaur, les Imagawa

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. On peut écrire Daimyo, Daïmio, Daimyoh, Daimyō ou même Daimio, mais pas Daymio. Le "Y" n'est pas une voyelle en Japonais.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Daimyo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Daimyō — Saltar a navegación, búsqueda El daimyō Matsudaira Katamori visitando la residencia de un criado. Maniquí en un edificio en Aizuwakamatsu …   Wikipedia Español

  • Daimyo — Daimyō (jap. 大名) waren lokale Herrscher im feudalen Japan. Das Wort war ursprünglich eine Kurzform von Daimyōshu (大名主) und verwies auf ihren Großgrundbesitz. Ab dem 12. Jahrhundert wurde das Wort nach und nach eine Bezeichnung für eine Position… …   Deutsch Wikipedia

  • Daimyō — (jap. 大名), im Deutschen häufig auch als Fürst bezeichnet, waren lokale Herrscher im feudalen Japan. Das Wort war ursprünglich eine Kurzform von Daimyōshu (大名主) und verwies auf ihren Großgrundbesitz. Ab dem 12. Jahrhundert wurde das Wort nach und… …   Deutsch Wikipedia

  • Daimyô — Daimyo Un daimyo en visite d État Daimyo ou Daïmio[1] (大名 …   Wikipédia en Français

  • Daimyō — Daimyo Un daimyo en visite d État Daimyo ou Daïmio[1] (大名 …   Wikipédia en Français

  • DAIMYO — De la fin du XIVe siècle au début de l’ère Meiji (1871), le Japon fut morcelé en dominations territoriales, fondées sur la force militaire et ayant à leur tête des dynastes provinciaux, les daimy 拏 . Ce terme, en usage dès la fin de l’époque de… …   Encyclopédie Universelle

  • Daimyō — Daimyō,   Daimio [Kürzung von japanisch daimyōshu, »Besitzer von viel Namenland«, d. h. urbar gemachtem und mit Steuerprivilegien versehenem Land] der, / s, in Japan Ende der Heianzeit (Mitte 12. Jahrhundert) aufkommende allgemeine Bezeichnung… …   Universal-Lexikon

  • daimyo — [dī′myō΄] n. pl. daimyo or daimyos [Jpn < Chin dai, great + mio, name] former a hereditary feudal nobleman of Japan: also sp. daimio …   English World dictionary

  • Daimyo — (»großer Name«) hießen in Japan unter der Regierung der Tokugawa Shogune die dem Shogun (s.d.) untertänigen Territorialfürsten. Hervorgegangen waren die D. aus den Shugo, den vom Shogun Yoritomo (1185–90) und den Ashikaga Shogunen (1338–1573)… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • daimyo — also daimio, former title of the chief nobles of Japan, 1839, from Japanese, lit. big name, from Chinese dai great + mio, myo name …   Etymology dictionary

  • Daimyo — Daimio redirects here. For the skipper butterfly genus, see Daimio (butterfly) Shimazu Nariakira, daimyo of Satsuma Domain, appears in this daguerreotype photograph by Ichiki Shirō. Daimyo (大名, Daimyō …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”