Achille et Déidamie
Achille et Déidamie
Genre Opéra (tragédie)
Nb. d'actes 5, ainsi qu'un Prologue
Musique André Campra
Livret Antoine Danchet
Langue
originale
Français
Création 24 février 1735
Paris, à l'Académie royale de musique

Achille et Déidamie est un opéra tragique en cinq actes et un prologue, représenté la première fois le 24 février 1735 à l'Académie royale de musique. Cette pièce fut un échec. Le livret a été écrit par Antoine Danchet et ce dernier le dédia à dédié à Lully et Quinault. Il n'y eut que huit représentations, la dernière le 8 mars 1735, et pas de reprise.

L'âge avancé du compositeur (75 ans), et du librettiste (64 ans) fit dire à Roy : « Achille et Deidamie ! Peste ! ce ne sont pas là des jeux d'enfants ! »

Le Mercure convenait : cette tragédie est élégamment versifiée, et la musique est remplie de ce beau feu qui, jusqu'ici, n'a cédé qu'au grand Lully.

Mais on jugea que le sujet est tellement noyé dans les divertissements que personne n'a voulu l'honorer du nom de tragédie.

Quant à l'abbé Desfontaines, il constatait que tous les Achilles chantants ont eu un destin malheureux.

Le 11 mars, Carolet donna à l'Opéra-Comique une parodie sous le titre Le Racolleur. Une parodie de Boissy, du même nom, en un acte de prose et vaudevilles, fut aussi jouée avec succès au Théâtre des Italiens, par Riccoboni fils et Romagnesi, le 14 mars 1735. Achille y était travesti en gardeur de cochons, Thétis en poissarde de la Halle, Ulysse en racoleur qui engage le jeune Achille.

Les 14 et 16 mars, Achille et Déidamie fut exécutée aux Concerts de la Reine.

Distribution

Rôles Tessiture Première, le 21 décembre 1700
La Gloire Mlle Eremans
Melpomènel Mlle Julie
L'Amour Mlle Delorge
Apollon Cugnier
Achille, sous le nom de Polemon Chassé
Déidamie Mlle Le Maure
Ulysse haute-contre Tribou
Lycomède Dun
Thétis Mlle Antier
Les Sirènes Mlles Fel, Dun et Monville

Argument

Thétis a caché son fils Achille parmi les bergers, espérant qu'il échappera au destin glorieux, mais violent et bref, qui lui est promis. Achille, qui ignore sa véritable origine, ne rêve que de gloire ; d'autre part, il aime déidamie, et est aimé d'elle. Malgré l'opposition de Thétis, Ulysse vient chercher Achille à qui il révèle son identité et sa destinée. Thétis et Déidamie tentent de retenir Achille, mais Minerve et Bellone soutiennent Ulysse et font pression sur Achille. Déidamie supplie, Thétis menace : elle finit par déclencher une tempête, que seule l'intervention de Mercure peut apaiser. Finalement la gloire l'emporte, Achille obéit à son destin.

Source

Une partie de cet article provient du site Le magazine de l'opéra baroque


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Achille et Déidamie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Deidamie (Skyros) — Déidamie (Skyros) Pour les articles homonymes, voir Déidamie. Achille et Déidamie (Palais du Luxembourg) …   Wikipédia en Français

  • Déidamie (Skyros) — Pour les articles homonymes, voir Déidamie. Achille et Déidamie (Palais du Luxembourg) …   Wikipédia en Français

  • Déidamie fille de Lycomède — Pour les articles homonymes, voir Déidamie. Achille et Déidamie (Palais du Luxembourg) Dans la mythologie grecque, Déida …   Wikipédia en Français

  • Deidamie — Déidamie Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dans la mythologie grecque, ce nom peut désigner : Déidamie fille de Lycomède, princesse de Skyros, épouse d Achille et mère de Néoptolème,… …   Wikipédia en Français

  • Achille — Pour les articles homonymes, voir Achille (homonymie) et Saint Achille. Thétis donne à son fils Achille ses armes nouvellement forgées par Hép …   Wikipédia en Français

  • Déidamie — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dans la mythologie grecque, ce nom peut désigner : Déidamie fille de Lycomède, princesse de Skyros, épouse d Achille et mère de Néoptolème, Déidamie… …   Wikipédia en Français

  • ACHILLE — Fils de Pélée, roi des Myrmidons, et de la Néréide Thétis; c’était le guerrier le plus grand, le plus courageux et le plus beau de l’armée d’Agamemnon devant Troie. Selon Homère, il fut élevé par les soins de sa mère, en même temps que son cousin …   Encyclopédie Universelle

  • André Campra — Gravure d après Bouys. Naissance 3 décembre 1660 …   Wikipédia en Français

  • Andre Campra — André Campra André Campra André Campra Gravure d après Bouys. Coll. Priv. Naissance 3  …   Wikipédia en Français

  • Campra — André Campra André Campra André Campra Gravure d après Bouys. Coll. Priv. Naissance 3  …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”